Info News :
05
June

Véritable tirs groupés, est-on tenté de dire, sur le Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA ce mardi 5 juin 2018. Clément Adjourouffou, membre du Bureau Politique du PDCI et président de l’Alliance pour la nouvelle conscience du PDCI-RDA (Club de soutien au PDCI) et le député de San-Pédro, Anoblé Félix ne sont pas passés par quatre chemins pour asséner leur vérité à Maurice Kacou Guikahu, qu’ils tiennent pour responsable de la tempête qui secoue en ce moment le parti septuagénaire qui peine à revenir au pouvoir qu’il a perdu en 1999 dans un coup d’Etat militaire.    

« M. Guikahué se donne beaucoup de valeur qu’il n’en a en réalité. Il s’est mis dans les habits du Président du PDCI-RDA. Il a fait dégommer le délégué de Bondoukou qui a été rétabli hier (lundi 04 juin, NDLR) par le président BEDIE. Il faut vite le rappeler à l’ordre », a déclaré ce mardi 5 juin 2018 lors d’une conférence de presse tenue à la Maison de la Presse d’Abidjan (MPA) Clément Adjourouffou qui souligne également que l’homme est à l’origine de la perte du pouvoir par le PDCI en 1999. «M. Guikahué qui est le vrai visage de la perte du pouvoir d’Etat par le PDCI-RDA en 1999 de par ses actions à la tête du ministère de la santé, veut faire prendre à notre parti et notre pays un virage dangereux », a-t-il ajouté, révélant les rapports sournois qu’il entretient avec le pouvoir. « Pourquoi M. Guikahué ne parle pas du retrait des 10 millions FCFA qu’il percevait chaque mois avec la Présidence de la République et avec la Primature et c’est seulement de sa garde rapproché qu’il parle ? », s’interroge de l’alliance pour la nouvelle conscience du PDCI pour qui le Secrétaire Exécutif veut simplement masquer ses insuffisances, ses échecs et fuir ses responsabilités de la gestion catastrophique du parti. Mais peine perdu estime M. Adjourrouffou. « Nous allons point nous perdre à travers de multiples formules pour réclamer sa démission. Cette fonction lui sera retirée lors du 13è congrès ordinaire de notre parti prévu pour se tenir au mois d’octobre de cette année », a-t-il prévenu. 

Aussi, souligne le conférencier du jour, une candidature de BEDIE et de Ouattara serait de trop qu’il ne faudrait pas envisager. « Embarquer le Président Bédié dans une candidature à la présidentielle de 2020, serait un combat de trop qui détruirait son image», a indiqué M. Adjourouffou qui considère la sortie du chef de l’Etat dans les colonnes de Jeune Afrique comme une boutade née des agacements du Secrétaire Exécutif et ceux qui le suivent dans cette voie. « Le Chef de l’Etat peut se sentir agacé et lancer cette boutade. Tout ce qui arrive en ce moment est le fait de malentendu entre membres de l’alliance du RHDP. Je ne pense pas qu’il veut vraiment être candidat. Sinon, en ce qui me concerne, je suis contre un 3è mandat du Président Ouattara », a-t-il conclu, invitant à un débat sur l'alternance 2020.  

Pour l’honorable Anoblé le Secrétaire Exécutif a installé le PDCI dans une véritable cacophonie. « Nous sommes dans une cacophonie où le président Henri Konan Bédié, notre seul et unique chef, dit une chose le matin et le soir venu, un autre vient dire une autre chose qu’il soit micro ou haut-parleur », a nuancé Anoblé pour qui le 12ème Congrès du PDCI-RDA n'a jamais fait du Secrétariat Exécutif un organe à  par entier du PDCI qui peut s’arroger des décisions pour ‘‘démettre de son gré, des délégués départementaux que le président Bédié réhabilite par la suite’’. Pour lui, seule une alliance RHDP forte permettra au PDCI de revenir au pouvoir d’Etat.   

JEN           

05
June

La Présidente de l’URD a échangé ce mardi 5 juin 2018 dans un esprit de confraternité avec le bureau de l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPL-CI) conduite par son président NANDO DAPA. Au centre des échanges ; l’actualité et le rôle de la presse numérique pour renforcer la démocratie en Côte d’Ivoire.

« Nous sommes venus pour présenter notre organisation qui a décidé d’œuvrer au renforcement de la cohésion sociale, et donc vous dire qu’elle ouvre les colonnes de ses sites membres à toutes vos activités », a expliqué le Président de l’UPL-CI les raisons de sa démarche, juste après les échanges de civilité.

« Je suis très honorée par votre démarche, non pas parce que je suis en face de confrères, mais parce que bien souvent, nous ne savons pas à qui nous avons affaire tant il y a une multitude de presse en ligne aujourd’hui, radio et télé y compris », a déclaré l’ancienne ministre de la communication très soulagée avant d’inviter ses hôtes au respect de l’éthique et de la déontologie du métier afin d’aller de l’avant. « Je voudrais que vous puissiez me rassurer du respect des règles de ce métier par vos membres », a-t-il souhaité.

« Madame la Présidente, nous voulons vous dire de ne pas vous inquiéter parce que nous sommes tous des journalistes professionnels, détenteurs de la Carte d’Identité de Journaliste Professionnel (CIJP) », a rassuré NANDO Dapa.

Abordant l’actualité portée sur un éventuel 3è mandat entretenu par le Chef de l’Etat, la présidente de l’URD dit clairement son opposition à cette intention. « Il ne faut pas fouler au pied notre constitution. Même si cela n’a pas été écris, mais par principe de continuité, un 3è mandat n’est pas possible pour Ouattara », a-t-il tranché non sans dire que le chef de l’Etat excelle moins en politique qu’en business. « C’est plutôt un homme d’affaire qu’un homme politique. On ne peut pas lui dénier ses qualités d’homme d’affaire, d’homme de principe. Pour avoir travaillé avec lui, je peux l’affirmer. Mais pour la politique, il n’en est pas un. Il est plutôt venu faire des affaires à la tête du pays », a-t-elle insisté. 

UPL-CI  

03
June

Donner une occasion aux enfants de pratiquer le sport et, surtout, faire du sport scolaire le vivier des talents ivoiriens, est l’ambition de Moussa Diomandé, inspecteur de l’enseignement préscolaire et primaire de San-Pedro, zone industrielle. Il a donc institué ‘’les journées sportives dans les écoles primaires de San-Pedro’’.

Le comité mis en place, depuis la rentrée scolaire pour organiser et développer les activités sportives ainsi que l’apprentissage de la vie associative dans les établissements primaires avait inscrit au programme l’athlétisme, le football, le judo, le handball et bien d’autres activités sportives, des disciplines qui ont pu se dérouler tout au long  de l’année sous la direction du comité d’organisation conduite par Guéhi Jean-Claude, directeur d’école. 

A l’occasion des phases finales de cette première édition qui ont eu lieu mercredi 30 et jeudi 31 mai, la mobilisation de l’ensemble des élèves des six secteurs pédagogiques de l’IEP de San-Pedro était totale. 

Super ambiance dans l’athlétisme. Les élèves étaient enchantés. Ils ont tous encouragé, pour certains et pour d’autres participé avec beaucoup de dynamisme une heure durant à cette discipline.

Au football, avec les six secteurs pédagogiques scindés en quatre, c’est le secteur séwéké qui a pris le dessus sur celui du Bardot 2 aux tirs aux buts sur un score de 3-2.

Puis ce fut au tour des judokas. Les 21 finalistes de toutes catégories; garçons et filles dont l’âge est compris entre 7 et 12 ans, se sont retrouvées sur le tatami de 10 à 11h. 

A la fin de la première journée, les enfants ont reçu une médaille afin de leur montrer qu’ils ont été très actifs.

Le jeudi 31 mai, les enseignantes ne sont pas restées en marge de ces activités.  Au cours d’un match de handball, doté du trophée des IEP de Séwéké et de Bardot, elles ont animé la matinée avec beaucoup de bonheur et de ferveur.

« C’était un vrai plaisir de voir tous les élèves et les enseignants participer, avec tant de ferveur et dynamisme, à cette première édition de ces journées. C’est l’occasion de féliciter Mr Jean-Claude et son équipe pour avoir, non seulement, animé la circonscription durant toute l’année scolaire mais aussi pour avoir fabriqué des futurs champions. L’objectif est atteint, toutes mes félicitations », a indiqué l’Inspecteur de l’Enseignement Préscolaire et Primaire de San-Pedro.

Richard Ouffoué Kan, chef d’agence BNI San-Pedro, a promis de reconduire « ces journées sportives l’année prochaine ».

Zétia

02
June

Le torchon brûle à nouveau entre Clément Adjouroufou dont la suspension au premier semestre 2015 et le chef du Secrétariat Exécutif, Maurice Kacou Guikahué.

Les bisbilles ont débuté le mardi 29 mai 2018 au siège du Pdci-Rda à Cocody au cours d’une réunion du parti. Ce jour-là, Clément Adjouroufou aurait vertement reproché au Secrétaire Exécutif en chef du Pdci-Rda, une conduite approximative de la politique du Parti septuagénaire qui aspire revenir aux affaires. Selon notre source, M. Adjouroufou, n’est pas passé du dos de la cuillère pour dire à M. Guikahué qui s’écarterait de la doctrine enseignée par Félix Houphouët-Boigny, doctrine qui invite ses disciples à prôner le dialogue, la tolérance, et la paix, vertus qui doivent être leurs armes. Le Secrétaire Exécutif en Chef serait, selon Clément  Adjouroufou, en train d’instrumentaliser la jeune à une radicalisation de la lutte pour la reconquête du pouvoir d’Etat.

Une critique dans un parti aussi démocratique comme le PDCI que son premier animateur, Maurice Kakou Guikahué n’aurait pas apprécié, à en croire M. Adjouroufou, joint au téléphone. Il aurait alors décidé de lui régler ses comptes.

Traitant désormais Clément Adjouroufou de bandit de grand chemin, le Secrétaire Exécutif en chef du Pdci-Rda dont la garde rapprochée lui  a été retirée, a confié la sécurité de sa résidence à des jeunes du parti qui lui sont proches avec des consignes fermes entre autre, veiller à tenir loin Clément Adjourouffou afin de l’empêcher contre l’attaque de son domicile que ce dernier mijoterait de faire. Clément Adjouroufou qui dit avoir eu vent de ces agissements, a affirmé ce samedi 2 juin 2018 qu’étant un militant qui s’est approprié les valeurs de paix du père fondateur du Pdci-Rda ne saurait s’inscrire dans un tel registre.

Pour M. Adjourouffou, cela ne fait l’ombre d’aucun doute, ces accusations portées contre sa personne, ne sont qu’un simple subterfuge utilisé par Maurice Kakou Guikahué pour l’empêcher de prendre par au prochain bureau politique qui aura lieu le 17 juin 2018. Car, à l’en croire, ce Bureau politique s’annonce houleux. Puisqu’il s’agira pour les militants membres de cette instance du parti fondé par Félix Houphouët-Boigny d’approuver ou non l’engagement du Pdci-Rda à se fondre dans un parti unifié ; le Rhdp, synonyme de sa disparition.

Voir et ne rien dire, pour laisser mourir le PDCI-RDA, serait un sacrilège pour Clément Adjourouffou, une mascarade, qu’il ne saurait cautionner en aucune façon. Mais il n’entend pas user de la violence au sein du Pdci pour le faire. Car, il est plutôt pour un Pdci-Rda uni, démocratique, de tolérance pour une Côte d’Ivoire développée et de paix. Il annonce une conférence de presse dans les jours à venir pour mieux expliquer sa position.

JEN     

02
June

Abidjan, le 29 Mai 2018 – Ecobank Côte d’Ivoire, filiale du Groupe Ecobank, a achevé ce jour sa 1ère Assemblée Générale Ordinaire à l’Espace Latrille, à Abidjan, suite à sa cotation à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) le 12 Décembre 2017.

Présents en nombre important, les actionnaires ont fait part de leur satisfaction quant aux résultats de banque pour l’exercice clos au 31 décembre 2017 et ont approuvé toutes les résolutions de l’AGO.  

Dans son mot de bienvenue, la Présidente du Conseil d’Administration, Flore Djédji Konan, a relevé que « 2017 a été une année de transformation pour Ecobank Côte d’Ivoire, marquée essentiellement par la mise en œuvre effective de la politique de digitalisation de la Banque, l’introduction des actions Ecobank Côte d’Ivoire à la cote de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières et la consolidation des acquis »

En effet, Ecobank Côte d’Ivoire a réussi à maintenir le cap de ses bonnes performances. Cela se traduit par l’évolution favorable des résultats observée en 2016 et 2017.

La Présidente du Conseil d’Administration a également précisé : « ces résultats sont le fruit de la détermination et du dévouement de la Direction Générale et l'ensemble du personnel de notre banque »

Pour l’exercice 2018, la Banque va renforcer la mise en œuvre de sa stratégie.

La Présidente du Conseil d’Administration a expliqué : « Cela devrait se faire dans le respect de la réglementation bancaire de l’UEMOA avec l’entrée en vigueur des normes du nouveau dispositif prudentiel applicable aux banques et de celles du plan comptable bancaire révisé prenant en compte les règles de Bâle II et III. Nous mettrons également l’accent sur la qualité du portefeuille. La bonne application de la politique de crédit et le renforcement du recouvrement permettront de réduire considérablement le niveau des créances douteuses et des provisions y afférentes ».

Avant de conclure la séance, Flore Djedji Konan a annoncé la fin de son mandat de Présidente du Conseil d’Administration et d’Administrateur de Ecobank Côte d’Ivoire. Elle a présenté son remplaçant en ces termes : « Je pars mais je reste disposée à apporter mon soutien au développement de la Banque. Pour assurer la continuité, le Conseil d’Administration, lors de sa session de ce jour, a nommé à l’unanimité Monsieur Lassina Coulibaly en qualité de Président du Conseil d’Administration de la Banque. Monsieur Lassina Coulibaly est Administrateur de Ecobank Côte d’Ivoire depuis le 20 avril 2016. Il a les compétences et l’expérience pour diriger le Conseil d’Administration ».  

C’est avec une ovation nourrie que les actionnaires ont rendu hommage à Flore Djedji Konan et souhaité la bienvenue au nouveau Président du Conseil d’Administration de Ecobank Côte d’Ivoire.

A propos de Ecobank

Ecobank Côte D’Ivoire est une filiale du Groupe Ecobank, le premier Groupe bancaire indépendant panafricain. Le Groupe est présent dans 36 pays africains à savoir : Afrique du Sud, Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Congo (Brazzaville), Congo (République Démocratique), Côte D’Ivoire, Ethiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Equatoriale, Kenya, Libéria, Malawi, Mali, Mozambique, Niger, Nigeria, Ouganda, République Centrafricaine, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Sierra Leone, Soudan du Sud, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie et Zimbabwe. Le Groupe emploie 20 000 personnes ressortissant de 40 pays dans plus de 1 200 agences et bureaux.

Ecobank est une banque universelle offrant des produits et services de la banque de grande clientèle, banque de détail, banque d’investissement et transactionnelle ainsi que des services monétiques aux gouvernements et institutions financières, aux sociétés multinationales, aux organisations internationales, aux petites, moyennes et micro entreprises ainsi qu’aux particuliers. Pour de plus amples informations, veuillez consulter: www.ecobank.com

 

02
June

On pourrait le dire net : incroyable mais vrai ! Il se passe des choses étranges à la Direction Générale des Affaires Maritimes et Portuaires (DGAMP). Un scandale financier portant sur plus d’un Milliard FCFA et demi (1 445 971 751 FCFA) qui aurait servi à l’achat de 2 vedettes in-bord (bateau) de surveillance maritime et qui n’auraient jamais existé dans la logistique de la police maritime. Une révélation faite par les agents qui, pour réclamer cet outil de travail, ont entamé une grève de 72 heures, aussitôt reconduite pour n’avoir pas eu une oreille attentive auprès de leur ministère de tutelle ; celui du transport.

En effet, le 1er octobre 2014, la direction du patrimoine de l’Etat ordonne le règlement du mandat de paiement de la facture n°00000066, acompte émis le 21 mars 2014 portant sur la somme de 66 148 557 FCFA pour l’acquisition d’une vedette de mer in bord dont le coût est estimé à 224 150 796 FCFA. Le 17 mars 2014 une autre facture, n°EX-14002-S portant sur 82 582 EURO virés sur un compte logé à la Banque BELFUIS en Belgique indiquait l’achat de 2 vedettes out-bord. En 2016, le trésor public ordonnance le paiement par échelonnement portant sur la somme de 768 419 907 FCFA au fournisseur qui percevra cette année-là (2016) le montant de 37 500 000 FCFA.   

 

Quel alchimiste !

Combien de vedettes la direction générale des affaires maritimes a acquis au juste depuis 2014 ? Et quelles en sont les caractéristiques ? Véritable alchimiste, le Directeur Général des Affaires Maritimes et Portuaires, TONO Koffi Bertin parvient toujours à ses fins. Le bon de livraison n°00001/14 du 14 mars 2014 indique : une vedette out-bord avec un moteur Mercury Verado 200HP XL pour le premier et le pour second une vedette Arvor 215 avec un moteur Cummins 115 HP Diesel QSD trolling valve. Dans l’acte d’engagement conclu entre les parties prenant part à ce contrat, il est indiqué que ce sont deux vedettes in-bord sans donner plus de détails sur les caractéristiques des moteurs.  

Aussi, dans une correspondance de l’Autorité Nationale de Régulation des Marchés Publics, saisie par les affaires maritimes sur l’attribution du marché de fourniture de ces vedettes de surveillance après appel d’offre, l’ANRMP invite cette dernière à lui transmettre les pièces fiscale et sociale comme l’exige l’article 50.2 nouveau du code des marchés publics au risque du retrait de ce marché en vue de sa réattribution. Que faut-il donc comprendre par là ? En effet, en ne joignant pas ces pièces au procès-verbal d’ouverture, au rapport d’analyse des offres et au procès-verbal de jugement des offres, alors que les responsables de cette direction savent que ces documents sont obligatoires pour la transparence de l’opération, il y a lieu de s’interroger sur le mobile de leur attitude.

Nonobstant ces importantes sommes d’argent sorties des caisses de l’Etat et les graves accusations portées par les travailleurs contre leur DG, le Ministère du transport, la tutelle, bien qu’au parfum de tout ce qui se passe dans ce département, en observant le silence, mais surtout en brandissant le bâton contre les grévistes, laisse entrevoir que le Colonel-Major TONO Koffi Bertin n’agit pas de son propre chef. Donc s’il coule, certainement que la République toute entière risque d’être ébranlée. D’où son invitation à sortie de menace faite aux grévistes le jeudi 31 mai pour une reprise sans condition du travail.

JEN     

01
June

Le 17 et 18 novembre 2018 se tiendra sur le bord de la lagune Ebrié et ce pour la premier fois, le salon sur les animaux de compagnie. Le lancement de ce salon, dont le thème est : « vivre en harmonie avec nos animaux de compagnie », a été fait ce vendredi 1er juin 2018 en présence du Directeur de Cabinet de Ministre des Ressources Animales et Halieutiques, Dr MEITE Azoumana, représentant le Miistre Kobenan Kouassi Adjoumani, parrain de ce salon, une initiative des vétérinaires privés de Côte d’Ivoire qui l’organisent en partenariat avec l’ordre national des vétérinaires de Côte d’Ivoire.

« Il nous revient à nous de valoriser notre corporation, à vendre le métier de vétérinaire. Je vous invite donc à créer le besoin afin de faire connaitre ce métier », a exhorté le Directeur de cabinet, juste après la présentation du projet faite par Dr Doua qui a insisté sur la notion d’animaux de compagnie.

« Un animal de compagnie est un animal de reçoit la protection des humains en échange de sa présence, sa beauté, a jovialité ou encore par ses talents », a-t-il souligné avant d’ajouter que des rencontre B to B permettra aux acteurs d’échanger afin de connaitre les besoins de chacun.

Pour le représentant du ministre des ressources animales et halieutiques, relever ce défi, passe par la sensibilisation de tous les acteurs que sont praticiens et populations. « Les animaux qui ne sont pas à jour de leur vaccination, sont dangereux, aussi bien, pour leurs propriétaires que pour les populations. Que les gens comprennent cela », a-t-il souligné.

Pour les organisateurs, il s’agira, au cours de ce salon qui attend plus de 1000 professionnels du secteur, une trentaine d’exposants et plus de 3000 visiteurs sur les deux jours, de faire connaitre tous les corps de métier qui gravitent autour de ce secteur d’activité afin de faciliter d’éventuelles collaboration en affaire. Il s’agira également de donner l’occasion aux propriétaires d’animaux de compagnie de connaitre le rôle des vétérinaires dans la prise en charge de leurs animaux, mais aussi offrir des opportunités d’investissement dans ce secteur où vétérinaires, éleveurs, professionnels de l’alimentation, spécialistes en toilettage et accessoire ont encore un grand rôle à jouer.  

« Nous voulons dire merci à monsieur le Ministre Adjoumani d’avoir accepté de parrainer cet événement que nous voulons un rendez-vous annuel », a annoncé Dr SOUANGA Germaine, Commissaire Général de ce salon, révélant les ambitions des organisateurs.

JEN  

31
May

Le Directeur Général des Douanes a révélé malencontreusement ce jeudi 31 mai 2018 son approche pour corrompre. Voulant décliner toutes implications de ses services dans le scandale des véhicules frauduleusement sortis du Guichet unique automobile sans dédouanement, le Colonel-Major DA Pierre Alphonse propose un intéressement aux journalistes qui accepteraient de ne pas publier des informations qu’ils détiendraient sur ses services.

« Que gagnent ceux qui ont des informations sur les Douanes et qui les publient dans la presse ? Rien ! Par contre ceux qui ont des informations et viennent nous voir et s’il s’avère que ces informations sont justes et utiles, ils seront intéressés par nos services. A bon entendeur, salut ! », a-t-il révélé, sûrement trahi par son subconscient dans la défense qu’il organisait sur le scandale des véhicules frauduleusement sortis du guichet unique automobile. A n’en point douter, c’est un appel de pied à mettre balle à terre.

En aucun moment, la Direction des Douanes ne s’est sentie coupable dans ce scandale de fraude massive. « L’affaire des véhicules frauduleusement sortis du guichet unique n’a pas été révélée par qui croit l’avoir fait. C’est au sortir de notre séminaire bilan en 2017 tenu à la maison de l’entreprise, que nous avons constaté que nos performances coté automobile baissaient. Nous nous sommes alors inquiétés et j’ai donnée instruction à l’inspection Général des douanes de procéder à des vérifications. Mais nous ne pouvons pas nous répandre dans les journaux », a expliqué le Directeur Général des Douanes très embarrassé par cette préoccupation des journalistes sans toutefois à quel moment précis, il a fait ce constat.

Peu convaincant, il a jeté la pierre sur les autres services impliqués dans le processus de dédouanement. « On ne peut pas nous rendre responsable de ce qui s’est passé au guichet unique. C’est parce que les gens voulaient nous contourner que ces fraudes sont arrivées », a-t-il dégagé toute responsabilité de ses services dans ce scandale. Pour lui, l’inefficacité du guichet unique vient du fait du cloisonnement de plusieurs administrations pour faire ce travail. Cependant, le patron des Douanes estime que la réforme Gnamian KONAN qui a pourtant donné ses preuves en matière de procédures de dédouanement, est un système qui ne répond plus au contexte actuel. Vrai ou faux ?

JEN  

31
May

Chargée de mettre en œuvre et de faire respecter les dispositions législatives et réglementaires auxquels sont soumis les mouvements des personnes, des marchandises, des moyens de transport et des capitaux à l’entrée et à la sortie du territoire, la Direction Générale des Douanes (DGD) a expliqué ce jeudi 31 mai 2018 son programme de réforme de ses services contribuant à la modernisation de l’Administration. 3è invité de la matinale de la modernisation, initiée par le Ministère de la réforme Administrative et de l’Innovation du Service Publique, le Directeur Général des Douanes, le Colonel-Major DA Pierre Alphonse, qui était face à la presse, a indiqué que la simplification et la sécurisation des procédures ; le renforcement des contrôles basés sur l’analyse des risques ; la modernisation du transit et des régimes particuliers ; le renforcement des contrôles après dédouanement et la lutte contre la fraude ; la modernisation de la gestion des ressources humaines, l’organisation et la conduite des opérations et enfin le renforcement des systèmes d’information, sont les axes par lesquels les Douanes ivoiriennes arriveront à protéger aussi bien les entreprises que les populations contre les produits nocifs ou contrefaits.

Selon le Colonel-Major, DA Pierre Alphonse, les performances du système de réforme engagé par les douanes ivoirienne font école dans des pays africains sous recommandation des institutions de Bretton Woods. « Nous avons développé des applications, notamment le système décisionnel qui permet le suivi au quotidien la réalisation de nos performances. Et je peux vous assurer, les meilleurs vendeurs de notre administration, sont les institutions de Breton Woods qui recommande notre expertise à d’autres pays africains», a soutenu avec fierté le premier responsable des Douanes ivoiriennes pour qui la numérisation des services des douanes a été le levier qui aura permis une maitrise efficace de l’environnement commercial. Ces performances, selon le Directeur Général des Douanes, ont permis de doubler presque les recettes douanières qui sont passées de 973 Milliards FCFA en 2012 à plus à plus de 1717 Milliards FCFA  en 2017.

La modernisation étant une action dynamique, les douanes continuent d’innover. Et les chantiers futurs de la Direction Générale seront de développer le concept de douane Mobile afin de faciliter les procédures de dédouanement sur l’ensemble du territoire national ; de développer l’interconnexion à l’international ; de finaliser le transfert de compétence entre web fontaine et les services douaniers ; de reformer le code des douanes et de doter les services des douanes de moyens de locomotion pour une lutte efficace contre la fraude.

 JEN     

31
May

Le Gouvernement a annoncé ce mercredi 30 mai 2018 qu’il injecter 3,1 Milliards FCFA afin de faire face aux difficultés que traverse le Centre National de Recherche Agronomique (CNRA).

« Face aux difficultés d’ordre structurel et budgétaire que connaît le CNRA, le Conseil a adopté un plan de relance afin de remettre durablement cette structure au service du développement de l’agriculture et de l’économie nationale », a déclaré Bruno KONE précisant que ‘‘ce plan de restructuration’’ vise ‘‘l’assainissement financier du CNRA et de sa transformation en une Société d’Etat ou une Société à participation financière publique majoritaire’’. Un véritable plan Marshall pour redonner à cette institution de recherche toute son autonomie financière.

A titre exceptionnel pour 2018, le Gouvernement prévoit une contribution de 3,1 milliards de francs CFA qui seront destinés à faire face aux dépenses les plus urgentes.  

Ce plan qui couvrira une période de cinq (05) ans, permettra de sécuriser le patrimoine foncier du CNRA, de restructurer son actionnariat et de valoriser ses chercheurs.

D’une capacité d’autofinancement de 1%, soit 0,133 milliards de francs CFA en 2018, le CNRA restructuré devrait, estime le gouvernement, pouvoir générer environ 6,7 milliards de francs CFA de ressources propres par an et porter sa capacité  d’autofinancement à 46% avant 2023.

Béatrice Val

30
May

Le Gouvernement a adopté ce mercredi 30 mai 2018 en Conseil des Ministres le calendrier du déroulement des examens à grand tirage. Les cours perturbés depuis quelques jours par une grève de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), le porte-parole du Gouvernement Bruno Nabagné KONE a alors tenu à rassurer les parents d’élève et les candidats que toutes les dispositions seront prises afin de garantir le succès de ces examens de fins d’année.

« Toutes les dispositions pour garantir le succès de ces examens seront prises, je peux vous l’assurer », a-t-il déclaré.

Le calendrier se présente comme suit :

     CEPE :

  • Epreuves écrites : le mardi 05 juin 2018 ;
  • Proclamation des résultats : le samedi 16 juin 2018.

 

     BEPC :

  • Epreuves orales : du mercredi 06 au samedi 09 juin 2018 ;
  • Epreuves écrites : du mardi 12 au jeudi 14 juin 2018 ;
  • Proclamation des résultats : le mardi 03 juillet 2018.

 

BACCALAUREAT :

  • Epreuves orales : du mardi 19 au vendredi 29 juin 2018 ;
  • Epreuves écrites : du lundi 02 au vendredi 06 juillet 2018 ;
  • Proclamation des résultats : le mardi 24 juillet 2018

JEN

30
May

Le Gouvernement ivoirien a adopté ce mercredi 30 mai, en Conseil des ministres, un décret rendant obligatoire l’enrichissement de la farine en fer et en acide folique, de l’huile en vitamine A et du sel alimentaire en iode.

Il s’agit, explique le porte-parole du Gouvernement, KONE Bruno, ‘‘la réglementation nationale aux normes internationales et sous-régionales, notamment les normes harmonisées de la CEDEAO portant sur la fortification de l’huile, du sel et de la farine de blé.

Cette mesure, souligne Bruno KONE, ‘‘n’opère pas de changements dans les habitudes alimentaires et ne comporte aucun danger pour les populations.’’

Par cette disposition, le gouvernement entend mettre à l’abri le plus grand nombre de personnes exposées aux risques de carence en micronutriments, susceptible de causer à leur santé des dommages dévastateurs et irréversibles puisque, selon lui, la fortification ou l’enrichissement direct des aliments, notamment des aliments de grande consommation, constitue à ce jour, le ‘‘meilleur procédé’’ en la matière.

JEN

Page 5 of 23

Calendrier évènement

August 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...