Info News :

24hreggae

03
September

A l’occasion de la fête de la Tabaski, le représentant du préfet de région, le Secrétaire général 1 de la préfecture de San Pedro, Ettien Etienne,  a exhorté, ce vendredi 1er septembre 2017, les fidèles musulmans à la paix et à la cohésion sociale.

La prière organisée  pour la circonstance s’est déroulée à la place publique du quartier Terre rouge de San Pedro.

Le Secrétaire Général 1 qui avait à ses côtés le député Anoblé Félix, le 1er adjoint au maire, Diarrassouba Brahima et du représentant du préfet de police,  a expliqué que la cohésion sociale qui passe par la paix est actuellement de plus en plus menacée en Côte d’Ivoire. Cependant, estime-t-il, l’amour du prochain, la fraternité, la tolérance et surtout la réconciliation des filles et fils de ce pays doivent faire partie du quotidien de tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire.

Le Secrétaire Général 1, à cette occasion, a invité ses  administrés à collaborer avec les forces de l’ordre pour préserver la quiétude et la tranquillité dans leurs quartiers respectifs. Il a par ailleurs demandé à la communauté musulmane de continuer de prier pour  la Côte d’Ivoire, afin que la paix, la stabilité  soient maintenus au pays.

Zétia

03
September

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE

Le Bimensuel La Lettre du Continent n°759  a publié, dans son édition du 30 août 2017, un article intitulé : « Ouattara fait exploser les fonds souverains ». Ce journal affirme entre autres que : « Le Président

Alassane Ouattara bénéficie, dans la plus grande discrétion, d’un fonds de souveraineté de 342,6 milliards F CFA (521 millions €), en hausse de 20 milliards par rapport à 2015. Le chef de l’Etat ivoirien peut d’autant mieux puiser à sa guise dans cette enveloppe budgétaire que cette dernière est directement gérée par son frère, le ministre des affaires présidentielles Birahima Téné Ouattara ».

La Présidence de la République élève la plus vive protestation contre ces informations mensongères, gravement diffamatoires et qui portent atteinte à l’honneur et à la considération du Président de la République, Monsieur Alassane Ouattara 

Le Président de la République a donné mandat aux Avocats Maîtres Jean-

Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, de mettre en œuvre toutes voies de droit et toutes actions utiles en vue de la sanction de tels agissements et de la réparation des préjudices subis du fait de l’atteinte à son image, tant sur le plan national qu’international.

Fait à Abidjan, le 02 septembre 2017

Le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République:  

 

Patrick ACHI    

02
September

A San-Pedro, les commerçants sont désormais tenus d'appliquer le décret n° 2017-467 du 12 juillet 2017 portant plafonnement des prix et marges du riz, du sucre, de l'huile de table raffinée, de la tomate concentrée et du ciment. Initiées par la préfecture et la direction régionale du commerce, une rencontre  d’explication de l’enjeu relatif  à ce décret de plafonnement des prix s’est  tenu mercredi 24 aout 2017 au centre culturel municipal. Et c’était en présence du Secrétaire Général 1 de la préfecture, Ettien Etienne, des leaders communautaires, les opérateurs économiques et des commerçants.

Le Directeur régional adjoint du commerce, N’guessan Ménan Bernard,  a  donné, en fonction du différentiel transport, les marges que le gouvernement tolère  et le prix au-delà duquel les commerçants  de la localité faire l’objet de sanction. Selon lui, les grossistes et les importateurs ont pour marge bénéficiaire 3%, les demi-grossistes, à partir de 6% et les détaillants 12%.

Désormais donc à de San-Pedro, le sucre granulé blanc de 50kg chez le détaillant il doit se négocier entre 35.500 et 35.750 FCFA.  Pour  le Kg entre 710 et 715 FCFA. Le Sucre granulé roux de 50 Kg entre 33.000 et 33.250 FCFA  Le kg chez le détaillant entre 660 et 665 FCFA. Le Sucre carreaux blanc de 25 Kg entre 21.500 et 21.625 FCFA. Le paquet d’un Kg entre 860 et 865 FCFA. Le sac de 25 sachets d’un Kg de sucre blanc se négocie entre 19.000 et 19.250 FCFA le sachet entre 760 et 765 FCFA. Le Sucre roux en sachet d’un Kg se négocie entre 17.750 et 17.875 FCFA. Le sachet entre 710 et 715 FFCFA

Pour l’huile : le bidon de 25 L entre 20.250 et 20.375 FCFA. Le litre entre 850 et 890 FCFA

Le riz 100% brisures  d’origine Pakistanaise et Vietnamienne entre  19. 350 et 19.600 FCFA

D’origine Thaïlandaise entre 20.100 à 20.600 FCFA et riz d’origine indienne entre 17.350 et 17.600 FCFA

Quant à la tomate concentrée, le carton (Origine Côte-d’Ivoire) de 6x2Kg entre 11.520 et 11 .580 FCFA. La boite entre 1920 e 1920 FCFA

La tonne de  ciment CPJ22.5  étant de 79.950 FCFA à l’usine, les grossistes doivent  la vendre à 84.500 FCFA et les détaillants à 90.000 FCFA. Le paquet de 50 kg à 4500 FCFA. Le CPJ42.5, la tonne à l’usine étant à 85.185 FCFA, il doit être vendu à 90.159 FCFA par les grossistes et à 96.000 FCFA chez les  détaillants. Le paquet à 4800 FCFA.

Selon N’guessan Ménan Bernard, tous ceux qui ne vont pas respecter ces prix, le gouvernement a prévu des amandes allant jusqu'à 5 millions de FCFA. Et ce plafonnement, qui sera contrôlé de façon "stricte et régulière", s'applique tant à la production qu'à la distribution desdits produits, a-t-il prévenu.

Pour les consommateurs, ce plafonnement des prix est à saluer mais il faut quelques réglages pour permettre une aisance aux populations. « Avec les explications qui ont été données par les techniciens du ministère du commerce notamment en ce qui concerne la fixation du prix en tenant compte de la distance, il sera difficile pour le consommateur de pouvoir déterminer le prix convenable auquel le commerçant devra proposer », a indiqué Nomel Firmin, président du groupement des consommateurs de San-Pedro.

Le Secrétaire Général 1 de la préfecture a appelé à la contribution de tous pour donner une réponse efficace à la lutte contre la cherté de la vie. « Nous sommes tous appelé à travailler ensemble pour réduire la cherté de la vie », a-t-il invité.

Zétia

02
September


L’honorable Félix Anoblé, député de la ville de San-Pedro,  était le samedi 26 août 2017 face à ses mandants, un devoir qu’il s’est assigné d’honoré afin de mettre au même niveau d’information les populations pour lesquelles, les élus de la nation travaillent.

Pour la circonstance, la salle du Rotary Club de Séwéké qui a servi de lieu à cette rencontre d’échange, s'est avérée exigüe pour les populations  qui sont sorties nombreuses pour écouter leur élu.

Dans son exposé, l’honorable Anoblé a indiqué que le parlement a reçu plusieurs lois de l’exécutif. Cinq lois ont été étudiées et quatre ont été votées. Parmi celles qui ont été examinées, se trouve celle  portant régime juridique de la presse et de l’audio-visuelle.

«Il était important de venir expliquer aux populations qui sont nos mandants, ce que nous avons fait et les raisons qui nous ont amené à voter telle ou telle loi et le fondement de ces différentes lois », a t-il d’abord expliqué sa démarche.

Sur la réforme portant régime juridique de la presse, l’honorable Félix Anoblé a tenu à faire une précision sur le rôle des parlementaires. « L’Assemblée Nationale n’est pas une caisse d’enregistrement de textes du Gouvernement. Elle discute les textes pour parvenir à une meilleure compréhension de tous avant leur adoption », a-t-il précisé avant de répondre aux allégations faites par le Directeur de cabinet du ministre ivoirien de la communication et de Guillaume Gbato, secrétaire général du Syndicat National de la Presse Privée en Côte d’Ivoire, porte-parole des organisations du secteur de la presse. Ce dernier, à l’ouverture du Colloque-Congrès de l’Observatoire de la Liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie, OLPED, a affirmé que ces lois seront votées par l’Assemblée Nationale après avoir pris en compte les préoccupations des journalistes.

« Est-il est député pour tenir de tels propos? » s’est interrogé le député Félix Anoblé pour qui ‘‘Même le Président de l’Assemblée Nationale SORO Guillaume, encore moins un député ne peut tenir de tels propos’’. « Il n’est pas question qu’un individu, au cours d’une rencontre, vienne donner un ordre à l’Assemblée Nationale », a-t-il indiqué.

Visiblement très en colère, le député Félix Anoblé, rapporteur général de la Commission des Affaires Economiques et Financières au Parlement Ivoirien, CAEF, n’est pas allé par quatre chemins pour fustiger l’attitude du

Contre M. Apetey, directeur de cabinet du ministre Koné Bruno, les propos ont plutôt été jugés d’injurieux. « C’est une injure ! Il a trouvé que les journalistes l’ont insulté mais lui, il a insulté le peuple de Côte d’Ivoire à travers les propos qu’il a tenus à Yamoussoukro devant les journalistes. Nous l’invitons à retirer cette phrase. C’est une injure aux députés de dire que cette loi sera votée. Alors qu’il n’est pas député, pour qui donc se prend-il ? Nous ne pouvons pas accepter qu’un directeur  de cabinet donne l’impression, le jour où nous voterons la loi, portant régime juridique de la presse écrite de la communication audio-visuelle, que c’est parce qu’il aura ainsi décidé, que cette loi a été votée. Non ! Les députés votent selon leur intime conviction et pour le bien du peuple de Côte d’Ivoire » a-t-il martelé avant de lui lancer un avertissement. « Les députés ne sont pas obligés d’adopter cette loi. Nous ne sommes pas des béni-oui-oui. Quand nous adoptons une loi, nous savons que celle-ci est bonne pour le peuple de Côte d’Ivoire dont nous sommes les représentants »,  a-t-il prévenu

Au cours de cette séance, les différents intervenants ont salué cette initiative. Tous ont félicité l’honorable Anoblé Félix pour l’écoute permanente dont-il fait preuve aux différentes sollicitations de ses mandants.

Aussi, a-t-il invité ses populations à l’unité et faire barrage à la voie de la division.

Zétia

01
September

L’Aïd-el-kébir ou la fête de la Tabaski a été célébré ce vendredi 1er septembre 2017 en Côte d’Ivoire. Au cours de la cérémonie officielle qui a eu lieu à la grande mosquée de la Riviéra Golf, l’Imam Traoré Mamadou, très nostalgie de la Côte d’Ivoire de l’ère Houphouët, a appelé à l’unité pour une paix durable dans le pays.

« Je profite de cette tribune pour saluer solennellement le Chef de l’Etat et ses collaborateurs pour cette conduite sage et responsable et pour tout ce qu’ils ont fait et continuent de faire afin que la Côte d’Ivoire redevienne comme elle était au temps de Félix Houphouët-Boigny, son premier Président, un havre de paix, de stabilité, de cohésion et de prospérité », a rappelé l’Imam célébrant Traoré Mamadou les moments de la Côte d’Ivoire glorieuse sous son père fondateur juste après avoir déploré les bruits de bottes et les revendications sociales en début d’année.  

« Comme nous le savons tous, notre pays a connu en janvier et en mai dernier des moments difficiles dus à la mutinerie d’une partie de ses militaires et à une grève générale des fonctionnaires ayant pour mobile, entre autres, des revendications salariales. Ces évènements ont failli plonger la Côte d’Ivoire, à nouveau, dans le chaos dont on connait les conséquences dramatiques. Mais cela a pu être heureusement évité grâce d’une part aux prières de nos guides religieux, toutes confessions confondues... », a-t-il indiqué, saluant la voie de la sagesse empruntée par le chef de l’Etat pour éviter, selon ses propres termes le chaos au pays. «Grâce à la sagesse dont ont fait preuve nos autorités politiques avec à leur tête SEM Alassane OUATTARA, Président de la République et Chef suprême des armées, qui, au lieu de répondre à la force par la force, ont plutôt choisi la voie du dialogue pour trouver une solution pacifique, consensuelle et prenant en compte l’intérêt supérieur de la nation », a-t-il conclu.

« Ces difficultés sont derrière nous. En tant que 1er responsable, nous continuerons de veiller sur la sécurité de nos concitoyens », a indiqué Alassane Ouattara qui a prié ce vendredi avec son chef du gouvernement et plusieurs membres du gouvernement.

JEN  

01
September

Notre  confrère et doyen de la presse ivoirienne,  atteint d'une grave maladie,  a un besoin urgent de prise en charge. Il s’agit de Keita Ibrahim, signant sous le pseudonyme SORY BLINTIAKA, Journaliste, correspondant régional du quotidien ivoirien  ''Le Patriote'' à San-Pedro.  

Souffrant d’un cancer du larynx, il a subi une  première opération de la gorge qui s’est terminée par la mise en place d’une canule. Cette canule lui permet de respirer mais perd momentanément la voix en attendant une seconde opération. Après cette opération qui s’est déroulée au CHU de Yopougon depuis le 28 octobre 2015, son médecin traitant lui apprend que la pathologie dont il souffre, ne peut être prise en charge en Côte d’ivoire à cause de l’absence d’un plateau technique que l’on peut trouver au Ghana, en Tunisie ou en Afrique du Sud.

Faut-il le signaler, pour des raisons de langue et de culture, le doyen a choisi la Tunisie où il avait déjà pris attache avec un médecin qui lui a fait parvenir depuis février 2016 un devis d’un montant de 14 millions de francs CFA prenant en compte le transport, le séjour et les frais médicaux.

Voyant la situation financière du confrère très difficile en ce moment, il a plus que besoin de prise en charge pour suivre ses soins à l’étranger.

En attendant, le doyen Keita  Ibrahim doit faire face à des dépenses régulières relatives à l’achat de médicaments et aux soins médicaux.

Cet homme multidimensionnel, malgré son mal, est toujours au service de son journal et de son parti le RDR. 2ème Secrétaire Départemental Adjoint (SDA) de ce parti à San-Pedro faisant de lui, la 3ème personnalité politique du dit parti. Il a été décoré récemment dans l’ordre des Républicains.

Les Correspondants régionaux de presse(San-Pédro)  en accord avec le confrère,  sollicitent le soutien des personnes de  bonne volonté avant qu’il ne soit trop tard. Il est joignable au : (225) 05 75 63 77 et 57 66 66 98.

Zétia

31
August

La 15ème journée africaine de la médecine traditionnelle prévue pour ce jeudi 31 août 2017 sur l’ensemble du continent n’a pas eu lieu en Côte d’Ivoire. Le ministère de la santé et de l’hygiène publique avait décidé de son report à 72 heures seulement de l’évènement très attendue par les praticiens de cette science indignés par cette mesure inexpliquée de dernière minute. Ils l’ont apprise pour bon nombre d’entre ce jeudi matin. « J’avoue que je suis surpris par cette décision de notre ministère qui avait obligation de tenir ce calendrier panafricain approuvé par la Côte d’Ivoire », a indiqué sa déception Ano Kouao Daniel, président de la Fédération des Tradi-praticiens de santé et naturothérapeute de Côte d’Ivoire (FTSN-CI) avant de s’interroger sur l’opportunité d’une telle décision qu’il qualifie de subtile pour empêcher l’exercice de la médecine traditionnelle en Côte d’Ivoire. « Que doit-on retenir de cette décision si elle ne vise pas à interdire la promotion de la médecine traditionnelle puisque, rien pour la justifier, ne nous a été signifié ? », a-t-il dénoncé en soulignant que la Côte d’Ivoire n’étant pas un pays isolé du continent africain, elle ne devrait pas se mettre en marge des activités dont le continent en est l’initiateur.

Interrogé sur les raisons de ce report sine die, le Directeur du programme national de la santé, n’a pas daigné se prononcer sur le sujet.  

Pour le président de la FTSN-CI, cela ne fait l’ombre d’aucun doute, le ministère de Raymonde Goudou Coffi ne veut plus de la médecine traditionnelle au service des populations les plus démunies. Selon lui, cette mesure vise à ne pas donner l’occasion à la fédération d’organiser, en marge de cette journée, d’expositions issues de leurs découvertes. Car, toujours selon lui, depuis l’avènement de la ministre à la tête du département de la santé, cette science est interdite d’activité sans que le ministère ait proposé de solution alternative au souci de santé des populations qui ont recourt à ce traitement.   

Reportée à une date non encore déterminée, cette journée risque, selon les praticiens de la médecine traditionnelle, de ne pas connaitre un succès puisqu’en 2017, elle a été purement et simplement annulée par Côte d’Ivoire.

C’est donc avec déception que bon nombre de tradi-praticiens rencontrés ce jeudi matin au cabinet du Dr Ano Kouao Daniel qui venaient, eux aussi, d’apprendre l’information sur le report de la journée, sont repartis chez eux.

JEN            

31
August

Les 10, 11 et 12 Août 2017 a eu lieu la deuxième édition du forum des jeunes de Yopougon. Evènement qui s’est déroulé dans la commune autour du thème : « Engagement associative, facteur d’employabilité des jeunes ». Au cours de cette rencontre, le Président de l’ONG Conscience Nouvelle Ivoirienne (CNI), OUATARA Oumar, par ailleurs fondateur et Président Directeur Générale de deux entreprises de monétique et de l’informatique a expliqué son modèle de réussite à son auditoire.

Face à la jeunesse  de Yopougon, le premier responsable de l’ONG Conscience Nouvelle Ivoirienne (CNI) a insisté  sur la nécessité d’une complémentarité entre la vie associative et l’entreprenariat. Selon lui, le militantisme est le lieu d’apprentissage, du respect de la hiérarchie, du sens de la responsabilité et l’engagement dans l’accomplissement d’une tâche. Toujours selon le Président OUATARA Oumar la gestion des hommes requiert des compétences pratiques dans bons nombres de domaines. « Pour la gestion des hommes dans le cadre d’une entreprise, l’individu doit acquérir les rudiments et les compétences pratiques», a-t-il indiqué.

Aussi, a souligné OUATTARA Oumar, son goût pour l’entreprenariat a commencé depuis le Lycée. Il a été président de l’association des élèves de son établissement. Aujourd’hui à la tête de l’ONG Conscience Nouvelle Ivoirienne (CNI), il a mis en place un fonds de soutien aux jeunes afin de les accompagner dans les initiatives d’activités lucratives. Dans un passé récent, la structure que dirige le Président OUATARA Oumar a financé la formation de 100 jeunes pour l’obtention du permis de conduire.

Le président de la CNI, OUATTARA OUMAR à exhorter les jeunes à l’entreprenariat et au goût du travail.

KOUAME Blanchard

31
August

Conformément à la stratégie commerciale annoncée en mars 2017, Ericsson Moyen-Orient et Afrique annonce la nomination, avec effet immédiat, de Nicolas Blixell au poste de responsable d'Ericsson pour l'Afrique de l'Ouest. Il devient, par là même, membre de l'équipe de direction de cette région.

Basé à Dakar, au Sénégal depuis plus de trois ans, Nicolas Blixell sera chargé de mener à bien les activités de l’entreprise dans 24 pays ainsi que la gestion des activités pour des clients comme Maroc Telecom, Orange, Unitel, entre autres, au sein d'Ericsson Afrique de l'Ouest.

« La nouvelle équipe de direction a été constituée afin de mieux répondre aux besoins des clients en leur permettant d'atteindre leurs objectifs. Notre but est de devenir le partenaire privilégié de nos clients sur le marché du Moyen-Orient et de l'Afrique et je suis convaincue que cette nouvelle équipe nous permettra de l'atteindre », a déclaré la présidente d'Ericsson Moyen-Orient et Afrique, Rafiah Ibrahim.

Avant d'assumer son poste actuel, Nicolas Blixell était responsable des comptes panafricains en Afrique subsaharienne. Durant plus de 10 ans chez Ericsson, il a occupé différents postes de direction en Europe, en Amérique du Nord et en Asie où il a acquis une grande réputation grâce à sa capacité éprouvée d'optimiser les processus opérationnels pour de meilleurs résultats. Il a débuté sa carrière dans les services financiers d'organisations basées au Luxembourg et en Suède avant d'embrasser le domaine des TIC en 2006. Depuis, Il a développé une passion pour le secteur et, aux cotés des autres membres de la direction d'Ericsson, il se concentre sur le développement du leadership de l'entreprise à travers l'innovation, la technologie, les services et aussi des solutions commerciales durables.

Nicolas Blixell est titulaire d'un master en économie financière de la School of Economics and Management de Lund, en Suède, et d'un master en entrepreneuriat de l'université de Stockholm, également en Suède.  

Rafiah Ibrahim conclut en ces termes : « Au moment où nous formons la nouvelle équipe de direction pour la région Moyen-Orient et Afrique, j'aimerais remercier ceux qui quittent l'équipe de direction régionale précédente. Ils ont joué un rôle essentiel dans la gestion de l'entreprise durant les périodes de changement et nous apprécions leurs contributions à leur juste valeur. »

Ericsson est un leader mondial des technologies et services de communications dont le siège social est basé à Stockholm, en Suède. Notre organisation regroupe plus de 111 000 experts qui fournissent aux clients présents dans 180 pays des solutions et des services innovants. Ensemble nous construisons un avenir plus connecté permettant aux individus comme aux entreprises de réaliser leur potentiel. En 2016, Ericsson a réalisé un chiffre d’affaires de 24,5 milliards de dollars US (222,6 milliards de couronnes suédoises). Ericsson est cotée au Nasdaq de Stockholm et au NASDAQ de New York. 

29
August

En prélude au 3ème congrès du RDR prévu pour les 9 et 10 septembre, une délégation du Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara, conduite par son secrétaire général adjoint chargé de la mobilisation et de la logistique, Philippe Légré a appelé les militants de la région de San-Pedro  à se mobiliser pour témoigner leur attachement aux idéaux du président Alassane Ouattara. C’était à la faveur d`un grand meeting de remobilisation qui s’est tenu le samedi 19 aout 2017 à la place ADO du quartier Bardot.

« Le RDR va organiser  son congrès, et ce troisième congrès-la, il doit  avoir  au moins 100 milles personnes à Abidjan pour que l’on sache que le RDR est un parti très fort. Et San-Pedro ne doit pas rester derrière », a-t-il exhorté. Il a souligné qu’au sortir de ce conclave, le RDR doit être encore plus fort pour une Côte d’Ivoire rassemblée et prospère.

Pour Légré Philippe, ce « congrès historique et exceptionnel » permettra au RDR de faire le bilan de ses actions, de la gestion du pouvoir avec ses alliés et de préparer avec sérénité 2020. A cette occasion, M. Légré a tenu à rassurer les militants du RDR de San Pedro quant à la naissance très prochaine du parti unifié du RHDP. «Le parti unifié va se faire ! Le président  Ouattara tient à ce parti unifié. Il doit se faire, mais il faudrait que le RDR commande ce parti unifié et pour le commander il faut que le RDR soit fort. Pour que le RDR soit fort dans ce parti unifié, il  faut que le RDR ne soit pas en palabre» a révélé Philippe Légré.

Poursuivant, l’émissaire de la direction nationale du parti des républicains a été claire sur la question de l’alternance au pouvoir en 2020. Selon lui,’’ le Président Alassane Ouattara, n’a jamais dit qu’il donnait le pouvoir  à quelqu’un. Et pour lui, ce ne sont pas les fusils qui feront fléchir le Président Ouattara afin de l’amener à désigner quelqu’un comme son successeur’’. « C’est au sein du parti unifié qu’on va choisir le meilleur pour être candidat aux élections présidentielle», a-t-il soutenu.

L’ex-ministre du sport, a relevé les nombreuses actions entreprises par Alassane Ouattara depuis son accession à la magistrature suprême en 2011, et ce dans tous les secteurs (économique, social, institutionnel, éducatif, santé…).

Les structures du RDR de san-Pédro, par la voix de leur porte-parole Soko Gnépa Émile, se sont engagées à traduire en acte ces consignes de la direction du parti en prenant massivement part à ce 3è congrès.

Zétia

28
August

« Ce moutons coûte 1,6 millions FCFA. Mais son ‘‘kari kari’’, c’est-à-dire son dernier prix est à 1,2 millions FCFA », a indiqué ce lundi 28 août 2017 le propriétaire de ce bélier de 3 ans convoyé du Tchad pour la célébration de la Tabaski de ce vendredi 1er septembre. Le sacrifie à DIEU vaut plus que ce prix », souligne M. Traoré qui le voulait mais sa bourse ne lui permettant pas, il a dû se résigner et prendre un de 500 mille FCFA. Les prix des moutons cette année oscillent entre 50.000 FCFA et 1,6 millions FCFA.

Cette année, le marché du bétail est largement fourni par rapport aux années précédentes selon le District d’Abidjan. 100 mille ovins et 11 mille bovins ont été importés et mis en vente sur le marché ivoirien. Les musulmans ivoiriens ont seulement quelques 4 jours pour s’acheter une bête pour la Tabaski.

Béatrice Val       

28
August

Le ministère des ressources animales et halieutique a effectué ce lundi 28 août 2017 une visite à l’abattoir de Port-Bouet où se tient la foire annuelle de mouton organisée par le District d’Abidjan afin de se faire une idée de l’offre et de la demande à 4 jours de la célébration de la Tabaski, prévu le 1 er septembre 2017.

Aux termes de cette visite, Dr Méité Zoumana, Directeur de cabinet représentant le Ministre Adjoumani s’est dit satisfait, cette année, de l’état d’approvisionnement et de la qualité du marché de moutons à la veille de la Tabaski. « C’est le Ministre Kobenan Kouassi Adjoumani qui m’envoie en mission sur les différents marché du District d’Abidjan pour s’assurer du bon état d’approvisionnement en bétail de nos différents marché afin que chaque musulman puisse avoir dans les meilleures conditions du prix, le mouton du sacrifice pour la Tabaski. Il y a des moutons pour  toutes les bourses. Les prix varient de 50.000 FCFA à 1.000.000 FCFA. Le gouvernement ivoirien a mis en place un comité de lutte contre la vie chère qui est au travail. Nous sommes sur un marché concurrentiel et le gouvernement a fait en sorte que l’offre soit à un niveau afin de faire baisser les prix. De 80.000 têtes l’année dernière, nous sommes aujourd’hui à 100.000 têtes d’ovins et 11.000 Bovins. Nous sommes donc satisfait du travail abattu par le District, organisateur de cette foire », a déclaré le Directeur de cabinet juste après avoir faire le tour de quelques enclos abritant les ovins.

Selon Dr Méité, les moutons de tabaski étant des moutons sélectionnés, des moutons de qualité pour le sacrifie à Dieu, les fidèles musulmans voulant s’acquitter de ce rituel pourront le faire s’ils tiennent seulement compte de leur bourse. « Il ne faut pas venir avec 50.000 FCFA et vouloir un mouton de 1.000.000 FCFA, ça, ce n’est pas possible. C’est ce que je voulais souligner. Si vous venez avec 60.000 FCFA, vous aurez un mouton à ce prix », a-t-il précisé.

Pour le Vice-Gouverneur  du District d’Abidjan, Yéo Klotioloman, cette année, l’accent a été mis sur la sécurité et l’assainissement du lieu de la foire : « Le District qui est organisateur de la foire a pris toutes les dispositions sécuritaires pour que toutes les activités des opérateurs économiques se déroulent dans un environnement paisible. Nous avons mobilisé les forces de l’ordre et encouragé nos partenaires à venir faire des affaires à Abidjan. Ce qui a permis un approvisionnement important du marché », a indiqué M. YEO invitant les musulmans à aller prendre leur bête sans se faire des soucis.

JEN

Page 5 of 7

Calendrier évènement

November 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...