Info News :
01
July

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a entrepris une tournée dans la région du Goh (Gagnoa, Oumé) le 30 juin 2018. Au pas de course, dans la seule journée du samedi, il a visité les chefs-lieux de sous-préfecture de Ouragahio, Guibéroua puis Galébré. Dans cette dernière localité, il est arrivé sous le coup de 18 heures sous une pluie battante.

La cérémonie a duré moins de trente minutes devant des populations mobilisées dans la boue et sous le mauvais temps. Le chef du gouvernement a honoré une promesse faite par le ministre des Infrastructures économiques, Amédée Koffi Kouakou en septembre 2017 alors qu’il était invité à la célébration de la députée Dogo Belmonde.

Le ministre Amédée Kouakou était de la délégation du premier ministre et c’est lui qui a présenté le projet en ses caractéristiques techniques avant que l’hôte de marque ne confirme ce qui était jusque-là une promesse. Un investissement de 952 millions de FCFA financé par l’Etat, un château haut de 15 mètres pour une capacité de 150 mètres cubes. Il nécessitera 3 forages de débit nominal de 30 m3 par heure pour son alimentation, a annoncé Amadou Gon sous les applaudissements du public.

Ce projet, a précisé pour sa part, le ministre des Infrastructures économiques rentre dans le cadre du programme ‘’eau pour tous’’ qui vise à doter 200 sous-préfectures du pays de ‘’système d’hydraulique urbaine’’. Une enveloppe de 100 milliards de FCFA y sera consacrée.

Pour Galébré, les travaux ont déjà démarré avec les fondations du château dont la construction a été confiée à l’entreprise Cico avec pour maître d’œuvre, le Bnetd.

C’est pourquoi dans son discours le premier ministre a invité les populations à soutenir le gouvernement et à tourner le dos aux incompréhensions du passé.

SD à Galébré

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

30
June

Le ministère de la santé et de l’hygiène publique a réagi ce samedi 30 juin 2018, lors d’une conférence de presse animée à son cabinet, sur la sortie de COORDISANTE dont le message relayé dans les médias numériques circule sur les réseaux sociaux accusant la ministre Raymonde Goudou KOFFI d’avoir ‘‘déchiré la trêve sociale’’.

Faisant un lien avec les mouvements d’affectation en cours à l’Institut de Cardiologie d’Abidjan (ICA), la Coordination des Syndicats du secteur de la Santé (COORDISANTE) a vertement accusé la ministre de la santé de donner son onction aux pratiques qu’elle qualifie de ‘‘peu orthodoxe’’ du Professeur SEKA Remi, Directeur Général de l’Institut qui aurait engagé un vaste mouvement d’affectation du personnel soignants et agents administratifs de son institution depuis juin 2018 sans au préalable aviser les ressources humaines du ministère dont il dépend lui-même. Il l’aurait fait, toujours selon la COORDISANTE, pour mieux disposer des primes de agents de son institution.

« Il n’en est rien de toutes ces allégations », affirme Directeur de Cabinet Adjoint, Dr ABLE Ekissi Ambroise soulignant que les mutations opérées en ce moment ne sont, ni dirigées contre un groupe de personnes, ni le fait d’un directeur de service quelconque du ministère. « Mme la ministre a opéré des mutations pour un souci d’efficacité dans le travail. Et ces affectations concernent les personnes qui ont excédé plus de 5 ans de présence à leur poste. Elles ont commencé par les Directions Départementales, puis les Directions Régionales, les Hôpitaux Généraux, les Centre Hospitaliers Régionaux (CHR) et va s’étendre aux Etablissements Publics Nationaux (EPN) », a-t-il expliqué avant de préciser qu’il n’y a aucun lien qu’il faille établir entre les affectations en cours et les primes des agents que défend la COORDISANTE.

Sur la question des primes, la vraie pomme de discorde entre le personnel de l’ICA et sa direction, qui a suscité la sortie de la coordination des syndicats, ces derniers souhaitent que l’on exclue de la liste 2017, les médecins CES qui, selon elle, n’ont pas droit à ces primes.

Les textes, selon la responsable juridique du ministère de la santé, Victoire Aheroua, parlent de l’ensemble du personnel de santé et non d’une entité du personnel de santé qui aurait droit. « Dire que les médecins CES non fonctionnaire n’ont pas droit, n’est pas juste puisqu’ils participent tous au fonctionnement du service », a-t-elle indiqué.

Pour le DG de l’ICA, le professeur SEKA, il serait plus injuste si les médecins CES qui contribuent efficacement au dynamisme de son service ne sont pas pris en compte dans la rétribution de cette prime. Et pour plus de compréhension des textes, souligne-t-il, en collaboration avec les syndicats, une nouvelle ossature a été proposé sur table du gouvernement et attend d’être adoptée pour sa mise en œuvre. Celle-ci prévoit une hausse de la prime qui passerait de 15% actuellement sur les recettes générées par les services à 18% afin de rendre plus consistante l’enveloppe devant revenir à chacun.             
JEN

30
June

Le Réseau Ivoirien des Communicateurs pour l’Environnement et le Développement Durable (RICED) et l’Organisation non gouvernementale française ENERGIES 2050 se sont engagé ce samedi 30 juin 2018, à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, dans un partenariat visant à engager ensemble la lutte contre les changements climatiques.

Pour relever ce défi majeur du développement durable qui passe par une forte mobilisation citoyenne, les deux organisations ont décidé d’inscrire ce partenariat dans la durée.

Nous nous sommes engagés avec le RICED parce que nous croyons en leur engagement dans la lutte contre les réchauffements climatique et du développement durable. Nous pensons avec le RICED, nous pouvons mutualiser nos intelligences pour réussir ce challenge », a expliqué Stéphane Pouffary, fondateur et président d’Honneur, Directeur Général de ENERGIES 2050 avant de préciser que son organisation s’engage dans les actions et non dans les plaidoyers.

Nous attendions ce moment depuis longtemps afin de donner un autre visage à nos actions, c’est maintenant chose faite !», s’est réjoui Djah KOFFI Sylvain alias DEKOS Baudo pour qui, il n’est plus question de tergiverser. « Place donc à l’action », a-t-il ajouté annonçant la 4è édition du Festival des Images Environnementales pour le Développement Durable (FIEDD) devant traduire dans les actes cet engagement pris avec ses partenaires.

« L’édition 2018-2019 FIEDD sera organisée par le RICED et ENERGIES 2050 en partenariat avec ‘‘espace arc-en-ciel’’ dont la responsable, Flore AHI NGORAN est la présidente du Comité d’organisation.  

Cadre de promotion et d’expression de talents sur les questions environnementales, le thème : « Eaux et forêts en Côte d'Ivoire : biodiversité et agriculture durable dans un contexte de changement climatique» permettra au FIEDD 2018-2019 qui alliera concours, expositions, formations, conférences et spectacles, de dénicher des concepts et projets pour une conscientisation en masse des populations sur les règles de bonne gestion de l’environnement.    

Pendant 5 jours de l’apothéose les activités du FIEDD s’organiseront en deux grandes phases. Une phase de concours ou de sélection et celle d’exposition et de spectacle. Cette dernière constituant le festival proprement dit permettra, selon Stéphane Pouffary d’aborder les  sujets sérieux dans un ‘‘esprit pas sérieux’’, c’est-à-dire avec humeur afin de toucher le plus grand nombre.

Le dessin, les prestations d’artiste, le théâtre, la mise en compétition des établissements scolaires dans les différents concours sont les principales innovations de cette 4è édition qui sera lancé le 31 octobre 2018 avec la publication de tous les thèmes autour desquels se déroulera le festival qui connaitra son apothéose du 25 au 30 mars 2019 à Abidjan.

Le RICED est une organisation non gouvernementale dont les membres mettent leurs différentes compétences au service de la sensibilisation permanente en vue de contribuer au développement d’une culture environnementale en Côte d’Ivoire. Simple association à sa création en 2010, le Réseau a pris le statut d’ONG depuis le 05 Août 2017.

ENERGIES 2050 est née de la certitude que les trajectoires de développement de nos sociétés ne sont pas une fatalité. Depuis 2007 en tant que réseau international et, depuis 2011, en tant qu’organisation non gouvernementale française sans but lucratif travaillant exclusivement dans l’intérêt général, ENERGIES 2050 contribue sans relâche, au niveau international auprès des Etats et des institutions internationales mais aussi au plus près des territoires et des gouvernements locaux, des acteurs économiques publics et privés et des citoyens, à la transformation de nos sociétés, pour que nos lendemains soient porteurs d’un avenir plus humain, pluriel et solidaire.  

ENERGIES 2050 est un acteur reconnu des négociations sur les changements climatiques ainsi que dans l’élaboration et la mise en place de stratégies et programmes d’actions bas carbone aux niveaux nationaux et internationaux. ENERGIES 2050 est également connue pour la mise en place réussie de projets concrets à fort potentiel d’innovation dans les domaines de l’adaptation et de l’atténuation et dans le déploiement de programmes de renforcement de capacité indispensables pour accompagner l’appropriation et renforcer l’excellence nationale et celle des acteurs concernés. Elle a accompagné plusieurs pays africains pour l’élaboration de leurs Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN) et dans l’élaboration de dossiers préparatoires pour la soumission au Fonds Vert pour le Climat. L’association a également lancé en 2012, ethiCarbon Afrique® un outil carbone résolument solidaire et innovant qui a pour objet de contribuer à une véritable révolution énergétique africaine.

JEN

29
June

4 véhicules d’assistance aux victimes (VSAV), 5 flotteurs pneumatiques, des tenues de sécurité, du petit matériel composé de défibrillateurs, de lances, d’appareils respiratoires isolents, d’injecteurs et un important lot de matériel biomédical. Le tout d’une valeur de plus d’un milliard de francs CFA.

C’est l’équipement que le Président de la République a remis le jeudi 21 juin 2018, par l’entremise du Ministre d’Etat, ministre de la défense, Hamed Bakayoko aux sapeurs-pompiers militaires de Côte d’Ivoire, à leur base de l’indénié à Adjamé, en présence du ministre gouverneur, Robert Beugré Mambé, du Bureau du Conseil du District Autonone d’Abidjan, des Directeurs généraux et centraux, de la chefferie traditionnelle et de plusieurs hauts gradés de l’armée ivoirienne dont le chef d’Etat-major particulier du Président de la République.

Ces équipements viennent renforcer, à coup sûr, la capacité d’intervention des sapeurs-pompiers, qui font face régulièrement à des actions de sauvetage liées aux inondations causées, selon le colonel Issa Sako, commandant du GSPM par les changements climatiques

Lors de la remise officielle de ces engins et du matériel, le Ministre d’Etat, Hamed Bakayoko, ministre de la Défense, a d’abord rendu hommage aux pompiers qui, au péril de leur vie, ont porté secours et assistance aux populations en détresse. Il a aussi encouragé l’élan de solidarité constaté au sein de la population ivoirienne.

Hamed Bakayoko a aussi et surtout salué les actions et réalisations du ministre Robert Beugré Mambé, gouverneur d’Abidjan qui, aux côtés du Président de la République, œuvre au quotidien pour apporter un plus à l’amélioration des conditions de vie et de travail des populations.

« Vous permettrez de saluer le ministre gouverneur au nom du Chef de l’Etat qui, à ses côtés, vient nous apporter ce don (…) je veux saluer votre constance aux côtés des populations et des pompiers. Chaque fois que vous agissez, ce sont des choses concrètes qui aident et qui font avancer le pays dans le bon sens », a indiqué Monsieur Bakayoko

En 2013 et 2016, plusieurs engins lourds de secours et bien d’autre matériels d’assistance avaient été remis par le Président de la République aux pompiers pour les aider à faire face aux situations de détresse et renforcer ainsi la protection civile.

Source : DIRCOM D.A.A 

29
June

Bénéficiaire d’un allègement de sa dette vis-à-vis de la France portant sur la somme de 2500 Milliards de FCFA, suite au programme de l’atteinte du point d’Achèvement de l’Initiative des Pays très Endettés (I-PPTE), le Gouvernement ivoirien qui a obtenu cet appui le 26 juin 2012, dont une partie de ce montant, soit 1900 Milliards FCFA, a été affecté au financement de projet de développement par le biais d’un Contrat de Désendettement et de Développement (C2DD), un mécanisme de refinancement sous forme de dons des échéances de dette dues, a fait ce jeudi 28 juin 2018, le bilan des 5 années de l’utilisation de ces fonds dans la mise en œuvre des deux premiers C2D.

Cet exercice de bonne gouvernance permettra aux deux parties de s’accorder sur l’orientation des fonds du 3ème C2D.

Dans un film documentaire présenté par le gouvernement ivoirien sur les réalisations dues au C2D, l’impact de ce programme sur ses populations est sans équivoque. Infrastructures scolaires, sanitaires et routières, réserves naturelles (eau et parc nationaux), le renforcement du système judiciaire et pénitentiaire, formation et renforcement de capacité, Agriculture (développement rural et biodiversité), inscrits dans les axes prioritaires de ces deux premières tranches du C2D ont été réalisés grâce aux décaissements obtenu le 1er décembre 2012 portant sur le montant de 413,25 Milliards FCFA couvrant la période 2012-2015 puis celui du 03 décembre 2014 d’une enveloppe de 738 Milliards FCFA couvrant la période 2014-2020.

Un bilan que les sociétés civiles ivoiriennes et françaises, bien que saluant les efforts du gouvernement ivoirien, ont qualifié de trop ‘‘coûteux’’.

Selon Mme Hélène Gnionsahé, représentant la partie ivoirienne, depuis l’avènement du C2D, l’aide publique au développement a disparu. Selon toujours elle, il y a un dysfonctionnement dans la mise en œuvre du C2D : les autorités locales ne sont pas informées sur le C2D et le suivi sur le terrain n’est pas indépendant. Ce qui, selon elle, ne permet pas une bonne appréciation des actions sur le terrain.

Selon la partie française, le ‘‘C2D ivoirien est trop coûteux’’. Après l’annulation de la dette, le pays s’est réendetté, en l’espace de 5 ans, à un taux de plus 200%. Pour la plate-forme de la société civile française partout dans le monde, la croissance n’améliore pas le quotidien des populations. Parlant spécifiquement de la Côte d’Ivoire, affirme estime que ni l’odeur des ponts et ni celle des bétons ne sauraient apporter le mieux être tant attendu des populations ivoiriennes.

« Il n’est pas possible d’aller au développement sans investissement », répond le Chef du Gouvernement ivoirien Amadou Gon Coulibaly soulignant que la Côte d’Ivoire est en ce moment à un taux d’endettement de 40% contre 70% admis dans l’espace CEDEAO.

JEN

28
June

C’est opérationnel ! le fonds de solidarité et d’action sociales de la Mutuelle Générale des Agents des Médias Privés de Côte d’Ivoire (MS-MEDIAS) a enregistré ce jeudi 28 juin 2018 ses premiers bénéficiaires. La cérémonie de remise de chèques aux 5 premiers élus de ce programme de solidarité qui intervient six mois après les prestations du volet santé de cette mutuelle à vocation d’entraide démarré le 28 janvier 2018, s’est faite en présence de la ministre Mariatou KONE, ministre de la femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité.

« Le fonds de solidarité qui démarre effectivement ce jour, vient renforcer la solidarité entre les journalistes », a indiqué le président du Conseil d’Administration Cissé Sindou invitant ses confrères à manifester partout cet élan de solidarité.

 Pour la ministre Mariatou KONE, marraine de la cérémonie, la solidarité étant une des valeurs importantes des sociétés africaines, une telle initiative n’est qu’une bonne perception de cette valeur qui s’inscrit dans les actions du gouvernement ivoirien. « Bravo pour cette initiative ! Vous avez saisi le rôle important de cette solidarité », a-t-elle indiqué avant de souhaiter bon vent à la MS-MEDIAS. Et pour sa contribution, elle a remis une enveloppe d’un millions FCFA.

Monsieur APETE, Directeur de Cabinet du ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, représentant le ministre Bruno KONE, patron de la cérémonie a exhorté les journalistes au renforcement de cette solidarité afin de contribuer efficacement à l’amélioration des conditions de vie des acteurs du secteur.

Au total un millions de FCFA a été distribué ce jour. SIKAH Marlaine et Roland Yobouet alias RMK ont bénéficié chacun d’une enveloppe de 300.000 FCFA pour avoir perdu leur géniteur. Lance Touré et Jean-Claude Coulibaly qui ont dit adieux au célibat sont parti avec chacun une enveloppe de 150.000 FCFA quand Eric Adingra qui a connu le bonheur par la venue au monde d’un nouveau-né recevait une enveloppe de 30.000 FCFA plus des produits en nature estimé à 20.000 FCFA, soit un total de 50.000 FCFA.

JEN  

21
June

C’est reparti pour la 20è édition de la nuit des Ebony, évènement qui récompense chaque année, le journaliste qui se serait distingué par la qualité de ses écris (Enquêtes, reportages, interviews, dossiers) parmi ses pairs. Cette compétition qui prépare la nuit dédiée à la communication a été lancée ce jeudi 21 juin 2018 par DIAKITE Sidiki, Ministre ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité, parrain de cette étape de candidature.

« Le prestige du prix Ebony a dépassé les frontières de la Côte d’Ivoire. La célébration de la 20è édition est sans nul doute le témoignage de la rigueur et de la maturité de ce prix. Vous n’avez donc pas droit à l’erreur », a déclaré le Ministre DIAKITE pour qui le choix de la Première Dame Dominique Ouattara pour cette édition est juste, puisqu’elle est, selon lui, une ‘‘travailleuse infatigable’’. Un choix qui cadre, selon M. DIAKITE, à la vision de cette ‘’femme’’ qu’il qualifie de ‘‘femme d’exception’’.

Sous le thème : « la presse ivoirienne face aux défis du numérique », cette 20è édition qui marque la fin du mandat du président TRAORE Moussa, connait un léger réaménagement dans les prix sectoriels et dans le processus de désignation du meilleur présentateur télé qui sera fait par le vote des téléspectateurs. On enregistre un prix sectoriel CIE pour les meilleurs sur la fraude de l’électricité.

Les articles, pour cette compétition, concernent les articles publiés sur la période octobre 2017 à octobre 2018. Et peuvent faire acte de candidature, tous journaliste ivoirien détenteur de la Carte d’Identité de Journaliste Professionnel (CIJP) 2018 et la carte de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) 2018.

JEN   

21
June

Le Gouvernement ivoirien a annoncé ce jeudi 21 Juin 2018, après la catastrophe des pluies diluviennes de la nuit du 18 au 19 juin 2018, le décaissement de 2 Milliards FCFA pour faire face au sinistre.

Réunis en urgence, sur convocation du Président de la République Alassane Ouattara, le Conseil National de Sécurité (CNS) a fait le point de la situation et arrêté des mesures d’assistance et de prévention.

« Le Gouvernement a dégagé une enveloppe de 2 Milliards FCFA pour faire face au sinistre », a déclaré SIDIKI DIAKITE, ministre de l’intérieur aux termes de ce conseil qui aura duré une heure d’horloge (11H - 12H) juste après avoir fait le point de la situation. « Chaque Famille ayant enregistrée des décès aura un millions FCFA sous forme d’assistance financière et la prise en charge des frais liés aux obsèques ; une assistance en vivres et non vivres pour les familles déplacées;  », a-t-il précisé, soulignant qu’il a été également décidé du pré-positionnement 24 heures/24 de forces mixtes de défense et de sécurité dans chacun des quartiers et sites à risques, pour la sécurité des domiciles et l’assistance en tout genre ; la mobilisation de 200 camions et 1650 militaires, gendarmes et policiers pour dégager toutes les rues des gravats et autres déchets charriés par les pluies et assister les populations pour le nettoyage de leurs domiciles. 

Selon le ministre ivoirien de l’intérieur, les inondations causées par ces pluies ont entraîné de nombreuses pertes en vie humaine et d’importants dégâts matériels, notamment :  la mort de 20 personnes, dont 18 à Abidjan et 2 à l’intérieur du pays ; le déplacement de 136 familles sinistrées ; l’inaccessibilité de nombreuses voies de circulation ; l’effondrement de plusieurs maisons d’habitation ; l’interruption partielle de fourniture d’eau et d’électricité dans plusieurs localités du pays.  

Dans sa mesure préventive, le gouvernement a décidé, annonce le ministre SIDIKI DIAKITE, de la destruction des constructions réalisées dans les bassins d’orages et sur les ouvrages de drainage et d’assainissement ; du déguerpissement de toutes les personnes vivant dans les zones à risques ; du déploiement dans les zones à risque, d’abris comportant toutes les commodités pour accueillir, le cas échéant, les familles en détresse ; de la mise en place de postes avancés de premiers secours dans tous les quartiers sensibles ;  l’intensification des actions de sensibilisation et de prévention y compris les alertes météos dans les médias audiovisuels et sur les numéros de téléphonie mobile.

Le Premier Ministre Amadou Gon COULIBALY instruit pour la mise en œuvre du schéma directeur du plan de drainage d’Abidjan adopté en mai 2018 dont l’enveloppe de 80 Milliards FCFA déjà disponible pour son exécution.

JEN          

21
June

DÉCLARATION DU FPI SUR LES INONDATIONS DU 19 juin 2018

Au matin du mardi 19 juin 2018, la COTE D’IVOIRE s’est réveillée, tourmentée par la catastrophe des inondations liées aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville d’Abidjan depuis la veille.

Le bilan officiel fait état de 19 décès, des maisons saccagées, des véhicules endommagés et parfois emportés par le flot des eaux, montées à plus de deux mètres du sol, des pontons effondrés, des voies routières détruites, des installations électriques sinistrées.

Le Front Populaire Ivoirien s’interroge et comprend difficilement que les mêmes zones sinistrées demeurent le théâtre de désolation chaque saison de pluie. Riviera Palmeraie, carrefour Riviera 3, Riviera St Famille, II Plateaux Angré Château, Attécoubé, Plateau carrefour Indenié. Nous constatons, en réalité que le Gouvernement n’a pas pris de mesures suffisantes pour éviter la survenance de tels drames.

Des personnes proches du régime au pouvoir construisent où elles veulent, comme et quand elles veulent, obstruant le lit naturel d’écoulement des eaux sans sanction. Les autorisations et dérogations de construire sont délivrées par complaisance, au mépris des plans d’assainissement et d’urbanisation de la ville d’Abidjan. Le triste constat de l’immeuble en construction qui s’est affaissé il y a quelques jours à Yamoussoukro, conforte cette réalité.

Le Front Populaire Ivoirien adresse sa compassion à toutes les familles endeuillées qui ont perdu des personnes si chères, dans ces conditions brutales et inattendues.

Le Front Populaire Ivoirien adresse sa sympathie aux victimes des dégâts des eaux.

Le Front Populaire Ivoirien demande au Gouvernement de prendre en charge et indemniser, sous le régime de la catastrophe naturelle, tous les sinistrés.

Le Front populaire Ivoirien condamne la persistance des pratiques illégales et invite le Gouvernement à privilégier l’application des règles de bonne gouvernance sociale.
Il saisit la communauté nationale de l’intérêt d’accroitre les campagnes de sensibilisation aux fins de créer une conscience collective à l’abandon des usages d’incivisme. Respecter et protéger les ouvrages publics est le début de la cohésion sociale.

 

Fait à Abidjan le 20 juin 2018.  

Pour le FPI, la Secrétaire Générale, porte-parole du parti

Agnès Monnet.

20
June

Les Assemblées Générales Ordinaires de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et du Dépositaire Central / Banque de Règlement (DC/BR) de l’UEMOA se sont tenues à Dakar ce mardi 19 juin 2018.

A l’issue de ces assemblées Générales Ordinaires, les premières réunions des nouveaux Conseils d’Administration de la BRVM et du DC/BR se sont tenues et les membres des Conseils ont reconduit à l’unanimité dans ses fonctions Monsieur Pierre Atépa GOUDIABY en qualité de Président des deux Conseils pour un mandat de trois

(3) ans.

Il aura la charge de superviser l’exécution des plans stratégiques 2018-2020 des deux structures centrales du Marché Financier Régional.

A PROPOS DE PIERRE ATEPA GOUDIABY

Pierre Goudiaby Atépa est né le 30 juin 1947 à Ziguinchor (Sénégal).

Après l'obtention du Baccalauréat, Il intègre la prestigieuse Rensselaer Polytechnic Institute de New York où il décroche son diplôme d'Ingénieur « Building Sciences » et son diplôme d'Architecte.

Président du groupe Atépa, il a été conseillé spécial du Président Abdoulaye WADE du Sénégal de 2000 à 2012. En quarante ans de carrière, il a pu s'imposer comme l'un des plus grands architectes contemporains, même s'il se définit comme « un architecte du développement ». Atépa est l'une des cent personnalités les plus influentes du continent africain et s’intéresse particulièrement à la jeunesse africaine.

Pierre Atépa GOUDIABY assure les fonctions de Président des Conseils d’Administration de la BRVM et du DC/BR depuis le 25 juin 2015.

                                                                                                 Service Communication 

et Relations Publiques

     BRVM – DC/BR

20
June

Le Directeur général de la société Sipagri, spécialisée dans la culture et la commercialisation des cultures vivrière et la permaculture, par ailleurs Président exécutif de ‘‘ La Forêt nourricière’’, section Côte d’Ivoire, Bosson Brou Kowoussa Evariste a signé une convention de partenariat avec Monsieur Yapo Noël, Directeur général de l’Institut Privé d’Agriculture Tropicale (INPRAT) de Miadzin dans le département d’Adzopé le samedi 09 juin 2017 au sein dudit institut sis à 79 kms d’Abidjan. Cette signature de convention de partenariat a eu lieu en présence des Elèves, étudiants et futurs ingénieurs dudit établissement.

Le directeur général de l’INPRAT a fait savoir que ce partenariat permettra à la SIPAGRA de garder un œil sur la formation des pensionnaires de son institut, de recueillir des avis sur les stagiaires, faire des conférences au bénéfice des élèves et étudiants ingénieurs… « On signe cette convention pour 300 à 500 personnes. Donc les élèves étudiants doivent mesurer le travail qui les attend sur le terrain », a indiqué le directeur général de l’INPRAT.

Il a par ailleurs affirmé que le Président Exécutif de ‘‘ La Forêt nourricière’’ section Côte d’Ivoire a précisé que sa structure lutte contre la pauvreté et le bien-être des ménages. « C’est une mission qui vous attend. Chacun doit se demander s’il peut ? C’est cela la profondeur du Partenariat », a déclaré le Directeur général de l’INPRAT ajoutant que les étudiants qui seront solliciter par la Sipagri ne devront pas poser de condition quant au lieu de leur stage. Car un agriculteur n’a pas de lieu de préférence.  

Le directeur général de la SIPAGRI a, pour sa part, insisté sur les qualités qui doivent animer chaque élève-étudiant dans le cadre de ce partenariat. Ce sont entre autres l’opiniâtreté, le courage, le don de soi, la sagesse et surtout l’honnêteté. Car ceux-ci seront installés dans des villages parfois les plus reculés. Il a également rassuré que les étudiants les plus méritants pourraient être retenus comme travailleur de la SIPAGRI selon les postes disponibles.

Bosson Brou Kowoussa Evariste a souhaité, dans le cadre de l’exécution de ce partenariat, que la célébration de ‘‘La journée de la solidarité et de l’Agriculture biologique’’ 2019 se fasse dans l’enceinte de cet institut avec au menu des conférences, une journée porte ouverte etc.

Avant la signature de ce partenariat ficelé depuis quelque temps et qui ne prend pas en compte « La Forêt nourricière’’, section Côte d’Ivoire, le directeur général de la SIPAGRI a animé une conférence publique à l’adresse des élèves-étudiants ingénieurs sur la nécessité de l’édition et de la lecture. Car chaque élève et étudiant doit faire des recherches, faire des découvertes à travers des livres où mettre en exergue son talent d’écrivain à travers des œuvres (essais, bibliographie, poésie…) ou conserver le résultat de ses recherches et travaux dans un ouvrage que la SIPAGRI se chargera de publier selon les accords entre les deux parties.

Le directeur général de la SIPAGRI qui n’est pas allé les mains vides a distribué gratuitement des livres aux étudiants en vue d’aiguiser leur appétit de lecture. Il a, également, dédicacé des livres mis symboliquement en vente et qui parlent d’alimentation, de maladies métaboliques... Il faut noter que la délégation du directeur général de la SIPAGRI était composée de Messieurs Zézé Hippolyte SGA Chargé des Relations Extérieures et des Moyens Généraux ; KaKou Kadjo Benoît, SGA chargé de la Communication et de la Formation et Madame Koffi Madeleine, Trésoriere de « La forêt nourricière-Côte d’Ivoire ».

Benoît Kadjo

18
June

Le Ministre ivoirien de l’emploi et de la protection sociale, Jean-Claude KOUASSI a ouvert ce lundi 18 Juin 2018 à Abidjan le dialogue social en vue de la mise en œuvre d’un régime complémentaire par capitalisation au profit des fonctionnaires et agents de l’Etat.

« Le dialogue que nous lançons ce jour, devra être fécond et déboucher sur des solutions réalistes et applicables pour tous », a annoncé le Ministre de l’emploi et de la protection sociale, précisant l’objectif visé par ces consultations qui se dérouleront du 18 Juin au 4 juillet 2018.

Il s’agit d’assurer la pérennité d’un régime de retraite par répartition en rétablissant son équilibre financier ; de garantir l’autonomie financière du régime de retraite de base ; d’assurer en même temps l’autonomie financière de la CGRAE mais surtout de parvenir à l’institution de régimes complémentaires pour améliorer le niveau des pensions servies.

Organisé par IPS-CGRAE (Institut de Prévoyance Social et la Caisse Générale des Agents de l’Etat), les représentants de tous les corps de métier à commencer par les centrales syndicales devront, de manière concertée, définir les principales caractéristiques de ce régime de retraite complémentaire des fonctionnaires et agents de l’Etat.

« Vous représentez, en ce jour, plus de 250 mille fonctionnaires et agents de l’Etat. Avec vous, nous allons définir, de façon consensuelle, les caractéristiques définitives du régime complémentaire par capitalisation que IPS-CGRAE vous propose », a indiqué le Directeur Général de IPS-CGRAE, BERTE Abdramane Tiémoko.

Une des équations que devront résoudre avec acuité les participants, porte, à n’en point douter, sur le taux de cotisation de 5% proposé par les experts sur le salaire de base des nouveaux recrutés fonctionnaires et agents de l’Etat dont l’adhésion serait obligatoire et systématique dès leur prise de fonction.  

« Il vous revient d’examiner, les principes et conditions essentiels de la réussite d’un régime complémentaire de retraite, à savoir : les modalités d’adhésion, le niveau de prestation à offrir et les sources de financement de ce régime», a expliqué le ministre de l’emploi et de la protection sociale, Jean-Claude KOUASSI aux séminaristes, rassurant de l’appui du gouvernement qui est déterminé à améliorer les conditions de vie et de travail de ses agents. « Je puis vous affirmer que cette préoccupation est au cœur de l’action du Président de la République et du Gouvernement dirigé par le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly », a-t-il souligné.

Le 4 avril 2018, le gouvernement autorisait en conseil des ministres la création du régime complémentaire par capitalisation et annonçait la tenue d’un dialogue social en vise de sa mise en œuvre.

Déficitaire à partir de 2000, la CGRAE a retrouvé son équilibre dès 2014 et est aujourd’hui, en mesure d’assurer la pérennité du système des pensions publiques jusqu’en 2040.   

JEN

Page 4 of 23

Calendrier évènement

August 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...