Info News :
19
April

Patrick Youssef, Directeur Adjoint du CICR pour l’Afrique et Christian Cardon, Chef de délégation ont expliqué ce mercredi 18 avril 2018 les missions du Comité International de la Croix Rouge aux Journalistes ivoiriens à la Maison de la Presse d’Abidjan (MPA). Il s’agit pour eux de faire comprendre la délicatesse l’acte humanitaire que mène cette organisation internationale pendant les crises.

Se prononçant sur le thème : « Actions humanitaires en Afrique de l’Ouest : priorités, défis et accomplissement », Christian Cardon a indiqué que, eu égard à la mission humanitaire du CICR, son ‘‘rôle est de s’assurer que les personnes détenues dans les prisons, le sont de ‘‘façon digne’’. Aussi, a-t-il précisé qu’il ne revient pas à son institution de donner un statut aux personnes qui sont dans les prisons ivoiriennes. « Nous n’entrons pas dans les questions politique », a précisé M. Cardon qui reconnait toutefois que la majorité des personnes, à qui sa structure rend visite dans les prisons ivoiriennes, sont celles dont l’arrestation a un lien avec les dernières crises.

Aussi, a indiqué M. Cardon « le CICR n’est pas là juste pour dire ce qui ne va pas. Il a aussi le devoir de reconnaitre ce qui est fait de bien en fonction des moyens ». Le CICR, souligne-t-il, a pour objectif d’assurer des conditions de détention et un traitement humain à toutes les personnes privées de liberté, quelles que soient les raisons ayant motivé leur interpellation et leur placement en détention.

Pour améliorer les conditions des détenus, explique. Cardon un ‘‘dialogue confidentiel’’ est mené avec les autorités sur les constatations non conformes aux normes nationales et internationales, ainsi que sur les actions et ressources indispensables afin d’améliorer la situation des personnes détenues.

Le chef de la délégation régionale d’Abidjan, Christian Cardon a, aussi, annoncé que le CICR ambitionne de faire d’Abidjan sa 3e grande base arrière logistique au monde.

Le président de l’Union nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), Traoré Moussa et le directeur de la Maison de la Presse d’Abidjan, Bamba KARAMOKO ont assisté à cette conférence publique. 

KOUAME Blanchard

18
April

La salle de l’alliance française de San-Pedro a abrité, mardi 17 avril 2018, la cérémonie de lancement du concours du meilleur entrepreneur planteur forestier et agro-forestier de la région de San-Pedro. Il est initié par le conseil régional de San-Pedro à l’effet de répondre au souci de préservation de l'environnement, baptisé ‘‘Chaîne d'approvisionnement zéro-déforestation’’ (CAZ).

La tâche est revenue au Directeur du développement  humain de la région, Edouard Kouassi  de présenter les objectifs en déclinant les motivations de ce concours.

« C’est une compétition qui vise à encourager les jeunes entrepreneurs à s’investir d’avantage dans les activités de planting d’arbre, de reboisement afin de contribuer de ce fait à l’augmentation de la couverture forestière  de la région de San-Pedro », a-t-il expliqué. 

Dans cette région exposée à la déforestation  et à la dégradation  du couvert forestier dû à l’exploitation agricole et à l’exploitation forestière, le reboisement, en plus  qu’il soit pourvoyeur d’emplois en occupant les  jeunes, a indiqué Donatien Beugré,  Président du conseil régional de San-Pedro, va permettre de lutter  effectivement contre le véritable  défi que connait la déforestation. Ainsi, a-t-il saisi cette occasion pour traduire sa gratitude au GIZ qui appuie sa région, notamment pour la mise en œuvre de sa stratégie nationale REDD+ et sa politique Zéro déforestation en vue de fournir des propositions  de solutions afin de sauver la forêt de certaines chaines  d’approvisionnement, notamment le cacao, le caoutchouc et l’huile de palme.

Il  a, alors, exhorté les organismes publics concernés et les chefs de village à aider son conseil à réussir en apportant leur appui en vue de la réalisation de cette grande ambition pour l’humanité.

Sont éligibles à ce concours, tout jeune entrepreneur (pépiniériste de tous domaines ; agro-forestier, étudiants etc…), âgé de 21 à 45 ans résidant dans la région de San-Pedro et disposant d’un projet de reboisement.  Les candidats, seront jugés selon les critères relatifs à la viabilité écologique et sociale du projet, le potentiel significatif de développement et de création de valeur ainsi que l’analyse de marché dans lequel évolue le projet.

Le grand gagnant de ce concours bénéficiera d’une tarière motorisée professionnelle d’une valeur d’environ deux millions de francs CFA, ensuite, de plants sélectionnés de bonne qualité pour mettre en œuvre son reboisement et d’une prestation de planting sur un terrain de près de 40 ha. La cérémonie de remise des prix aura lieu le 29 mai 2018.

Cette cérémonie a été rehaussée par la présence effective du directeur pays de la Coopération internationale allemande (GIZ) en Côte d'ivoire, Michael Dreyer, du coordinateur du projet CAZ, Yanek Décleire et de la délégation allemande conduite par Mike MÜllers du département programme agricole et standard ainsi que les chefs de services. Toutes ces personnalités ont salué l’initiative de ce concours.

Zétia

18
April

Le chef de fil de l’opposition ivoirienne, Pascal AFFI N’Guessan, a affirmé ce mercredi 18 avril 2018, lors d’une conférence de presse qu’il a animé au siège de son parti sis à de Cocody, II Plateau-Vallon, que le FPI dont il tient les reines, n’est pas intéressé par un quelconque poste de sénateur dans la mise en place de cette nouvelle institution.

« Le Chef de l’Etat piétine sa propre constitution taillée à sa mesure, sur laquelle il a pourtant prêté serment, en installant des sénateurs dans un sénat dépourvu de tout fondement juridique, en l’absence de la loi organique devant définir son régime juridique. Le FPI ne peut donc participer à un tel sénat qu’il ne reconnait pas», a déclaré Pascal Affi N’Guessan ajoutant qu’il est plus que convaincu ‘‘qu’aucun cadre de son parti, de façon solitaire, ait fait la demande de siéger dans ce sénat illégal et illégitime’’. 

 Aussi, a-t-il réaffirmé son engagement et la détermination de son parti ‘‘dans la lutte pour une Commission Electorale véritablement indépendante, conforme aux normes internationales, en vue de l’organisation prochaine d’élections municipales, régionales transparentes et crédibles’’.

« La lutte que nous allons continuer de mener sera multiforme, pacifique et démocratique», a-t-il indiqué soulignant que ‘‘l’opposition n’a pas d’autres choix, sinon la soumission à la dictature d’un homme qui n’hésite pas à violer la Constitution et les lois de la République taillées à sa mesure, sur laquelle il a pourtant prêté serment’’. « Le 10 avril 2018, le Chef de l’Etat n’a pas craint d’apposer sa signature, en qualité de Président de la République de Côte d’Ivoire, sur le communiqué sanctionnant une rencontre à caractère partisan pour imposer un schéma de fusion du PDCI et du RDR, alors qu’officiellement, il n’est pas le président du RDR. Tellement le chef de l’Etat commet d’impairs, nous aurions pu demander sa démission, mais nous estimons que cela, ne vaut pas la peine », a ironisé Affi N’Guessan prévenant toutefois que le seuil de tolérance dont lui seul détient la mesure ne doit pas être franchi.   

Avant de faire cette sortie sur actualité, le président du Front Populaire Ivoirien avait annoncé le renouement avec la fête de la liberté initiée par son parti pour magnifier la lutte du peuple ivoirien pour l’instauration du pluralisme politique en 1990 et réaffirmer l’engagement du FPI à défendre et à promouvoir les libertés démocratiques en Côte d’Ivoire. Cette fête se déroulera le 12 mai 2018 à Yopougon avec pour thème : « A la reconquête des libertés » Pour Affi les militants et sympathisants ‘’Yopougon 2018’’ doit être la fête de la mobilisation pour la reconquête des libertés et pour l’alternance en 2020. Plus de 20.000 personnes sont attendues. 

JEN

17
April

Bâtir une mutuelle forte et dynamique dotée d’un Programme cohérent de Développement socio-économique des Ressources Humaines, piloté par des points focaux ayant tous les mêmes prérogatives qui collaborent de façon permanente aux travers de l’entraide, de l’assistance sociale et d’une couverture totale en santé. Voilà le défi auquel compte s’attaquer Konan Jérôme pour les quatre ans de son mandat, une fois élu au soir du 26 avril 2018, date de l’élection du Président de la Mutuelle Générale des Agents du Ministère du Plan et du Développement (MUGAP).

Pragmatisme, détermination, volonté, doublés d’une expertise en traduction des idées en projets mais aussi en création de valeur pour la mobilisation des ressources, sont autant d’atouts qui militent en faveur du choix du candidat Konan Jérôme qui a en face un adversaire sur le terrain avant même l’ouverture de la campagne.

En procédant ce mardi 17 avril 2018, début officiel de l’ouverture de la campagne, dans un restaurent au plateau, au lancement de ses activités, Jérôme Konan qui bénéficie du soutien de Blandine Béhira, présidente sortante et de plusieurs directeurs du ministère, a dévoilé son programme d’action qui, selon lui, se fera toujours en concertation avec les agents en fonction de leurs priorités.

« Il nous faudra disposer d’un programme qui réponde clairement à la volonté des agents », a-t-il déclaré soulignant que face à ce défi, la MUGAP devra alors avoir à sa tête, quelqu’un comme lui, un expert en élaboration de projet, qui sait traduire les idées de projets en projets fiables et réalisables.

« Ingénieur en produits financiers, je compte utiliser nos acquis de base pour proposer, aux membres, des mécanismes pour financer les projets qui découleraient de notre PDSRH/MUGAP », a indiqué le candidat expert en programmation pour qui, la maitrise de l’effectif du ministère permettra une bonne planification des assistances sociales à apporter aux agents. « Spécialiste en système d’information et gestion de données, j’offrirai la possibilité claire de maîtriser l’effectif de l’ensemble du personnel du ministère dans toute sa catégorisation afin de proposer aux agents un plan d’assistance aux nouveaux rentrants dans le fichier du personnel du ministère et un plan d’assistance aux sorties du fichier, surtout les départs à la retraite », a soutenu Jérôme Konan pour qui, seule, la création de ressources additionnelles permettra à la mutuelle d’apporter un mieux-être à ses adhérents. « Pour nous, une mutuelle ne doit pas vivre uniquement des adhésions et cotisations des membres, ni même des legs, dons et autres subventions qui d’ailleurs sont aléatoires et non maîtrisables », dénonce-t-il.

Comment réussir donc l’aide social inscrit dans sa stratégie d’action ? Jérôme Konan donne un aperçu de ses ambitions pour la MUGAP. Pour les prestations, il entend mettre un accent sur la couverture partielle ou totale de risques et maladies visées, sur l’aide en cas de décès d’un membre ou d’un de ses ayants droit, sur l’aide en cas d’invalidité. Il y aura également une assistance proportionnelle aux nouveaux membres et surtout aux départs à la retraite. Il s’agit pour le futur président de la MUGAP, de faire en sorte que l’adhérent retraité ne connaisse pas de rupture de revenu en attendant le payement de sa pension. Cette assistance, précise-t-il, prendra en compte un plan d’insertion du futur retraité dans une activité génératrice de revenu. Jérôme Konan prévoit également des souscriptions à un fonds commun de placement réglementé et géré par une institution financière agréée en offrant des possibilités de prêts sociaux  tout comme des investissements mobiliers et immobiliers à but social.

L’expert en programmation, entame dès ce mardi,  une course contre la montre sur l’ensemble du territoire à l’effet de ventre son projets de société à ses collègues.

JEN

14
April

Initiative Changerleplateau.com de Fabrice Sawégnon a organisé ce samedi 14 avril 2018, une journée sportive en hommage à feu Désiré Porquet, considéré par la jeunesse de cette cité comme un modèle de rassemblement des peuples. En même temps que ‘‘Initiative changerleplateau.com’’, entend réveiller la mémoire d’un homme rassembleur, elle veut aussi se faire une santé physique et morale pour mieux négocier l’échéance municipale dans la commune du plateau.

Acquises à la cause du candidat qui promet de transformer le plateau en une ‘‘Cité Manhattan’’, les populations ont bravé l’averse subite qui a frappé la commune du plateau ce samedi en milieu de matinée pour répondre à l’appel du changement afin de se faire une santé par le sport. Footing et gymnastiques étaient au menu de ce rendez-vous sportif.    

Selon le candidat de la jeunesse, le challenger d’Akossi Bendjo, baptisé par ses admirateurs ‘‘KIRIKOU, petit marteau qui casse gros caillou’’, sans la santé aucune action ne peut être menée. « Avant de réaliser tous ses projets, avant de s’occuper de sa famille, avant de se mettre en marche, il faut déjà être en bonne santé. Donc on commence par le sport », a-t-il précisé l’importance pour lui d’initier cette activité. « Le sport, poursuit-il, c’est la vie et je suis là pour partager ce moment avec les populations de notre belle cité, le plateau. Nous allons initier des parties sportives comme celle-ci, une fois par mois, parce que le sport permet de se maintenir en forme ».

En descendant lui-même dans l’arène et en participant à cette activité sportive aux côtés de ses futurs administrés, M. Sawégnon se veut proche de ceux dont il entend solliciter le suffrage. « Je veux être un maire proche des populations et qui incarne des valeurs humaines fortes », a affirmé l’homme dont les actions perturbent énormément le sommeil du maire sortant, candidat à sa propre succession.

Confiant qu’au soir du scrutin, il savourera sa victoire, M. Sawégnon rassure ses sympathisants. « Physiquement, je suis prêt. En termes d’organisation, je suis aussi prêt avec mon équipe », a-t-il indiqué rappelant la multitude de candidat doit être simplement appréhendée comme l’expression du jeu démocratique. « Je pense qu’il y a plus de 3 candidats au Plateau. Ne vous inquiétez pas pour ça. Il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas encore déclarées mais qui sont en train de se rendre actives sur le terrain. C’est d’autant plus intéressant que ce sera une bataille démocratique. Et c’est ce que veut le peuple mais aussi ce que notre pays a besoin », a-t-il conclu.

JEN

13
April

L’Institut Atlantique International Business School (AIBS) et ACHARYA Institutes ont signé, ce jeudi 12 avril 2018 à Abidjan, un accord de partenariat visant la mise en place d’un Bachelor en computer application à l’effet de permettre aux étudiants ivoiriens d’aller, pour leur 2è année de formation, se frotter à l’expérience de la formation indienne, l’une des plus efficaces du système éducatif mondial.

« En matière de développement informatique, l’Inde est une référence mondiale. Il est l’un des pays les plus avancés », a justifié Fousseny KONE, PDG de l’AIBS, le choix de son établissement pour ce projet avant d’ajouter que « ce programme permettra à nos étudiants, en 2è année de leur Bachelor, de bénéficier de tout l’environnement d’une étude de qualité pour une formation à moindre coût ».

Selon lui, ce programme porte sur les sciences de la programmation appliquée, les "hack solfwere", les softweres, la maintenance, la création de logiciel, le réseau, la sécurité informatique.

« Nous voulons donner de la compétence à nos étudiants afin de leur ouvrir la porte du monde du travail », a expliqué le PDG Fousseny KONE, soulignant que les étudiants, au nombre de 25 pour ce programme de formation, seront sélectionnés par un jury en août prochain.

Pour le directeur des relations publiques de ACHARYA Institutes, Vishesh Chandrashekar, c’est avec joie que son établissement a pris cet engagement, ouvrant la porte de l’Inde aux étudiants ivoiriens. « Il y a plus de 78 nationalités avec plus de 15.000 étudiants en Inde et ça sera une belle expérience d’avoir des étudiants ivoiriens dans notre établissement », a indiqué M. Vishesh soulignant que l’Inde offre les meilleurs formations et innovations technologiques dans le monde. « ACHARYA Institutes est aujourd’hui la plus importante école de l’Inde en matière de la qualité de la formation. Le programme est fait de tel sorte que les étudiants puissent suivre leur formation sans difficultés», a-t-il conclu.

ACHARYA Institutes accueille 3.000 étudiants étrangers parmi lesquels, on compte 15 étudiants ivoiriens.

JEN         

12
April

Primé au salon international ‘‘Abidjan innova’’, organisé les 22, 23 et 24 avril 2018, Emmanuel YEO, Directeur Général de LYNAYS, entreprise conceptrice de solution énergétique, a reçu ce jeudi 12 avril 2018, sa médaille d’or des mains de George Ouattara, inspecteur d’Etat au ministère du commerce, représentant Souleymane Diarrassouba, ministre du commerce à cette cérémonie.

Ce prix, selon le Président de la FEDINCI, Coulibaly Pierre Djibril, initiateur de la distinction, vise à encourager les inventeurs ivoiriens dans le travail de l’innovation qu’ils accomplissent chaque Jour afin d’aider la Côte d’ivoire sur le chemin du Développement.

« Je suis aujourd’hui un homme heureux parce que nous avons organisé ‘‘Abidjan Innova’’ et nous l’avons réussi. La Côte d’Ivoire détient plus de 250 brevets d’invention. C’est un boulevard qui s’offre à nous pour la conquête du marché. Nous avons des inventeurs qui raflent de nombreux prix et Monsieur en fait partie. Lauréat de plusieurs prix, il est aujourd’hui médaillé d’or de la  première édition de ‘‘Abidjan Innova 2018’’ », a déclaré le président de la FEDINCI, soulignant que ce prix à la même valeur que celui décerné par exemple à ‘‘Bruxelles Innova’’. Aussi, a-t-il plaidé pour un appui gouvernemental dans la promotion des inventions.   

Remettant son prix au Lauréat, l’inspecteur d’Etat, George Ouattara a affirmé qu’Emmanuel YEO fait honneur à la Côte d’Ivoire par la qualité de son travail. Pour le représentant de Souleymane Diarrassouba à cette cérémonie de distinction, les inventeurs ivoiriens devraient s’inspirer du modèle de LYNAYS afin d’aider la Côte d’Ivoire sur la voie du développement.

Pour le récipiendaire, les inventeurs ivoiriens sont bien conscients de la tâche qui les incombe et sont prêts à jouer la partition qui est la leur dans la construction du pays. « Je suis convaincu que tous les inventeurs de Côte d’Ivoire continueront à proposer des solutions innovantes pour changer le coût de la vie de nos populations, voire de nos pays africains », a-t-il soutenu avant d’indiquer que le ‘‘coffret intelligent’’ célébré aujourd’hui permet d’entamer ce défi.

Créée en 2007, LYNAYS, concepteur de solutions énergétiques avec les coffrets intelligents TLJ 100, TLJ 200, TLJ 400, TLJ 800, est lauréat du prix CEDEAO de l’innovation obtenu en 2010, du prix d’excellence 2013, 2014 et 2016 du gouvernement ivoirien.

JEN

12
April

Le Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale a approuvé, le mardi 10 avril 2018 à Washington (Etats-Unis), un financement pour le Conseil du Coton et de l’Anacarde de Côte d’Ivoire, sous la forme d’un prêt enclave de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), à hauteur de 200 millions de dollars EU, soit environ 107 milliards de FCFA.

Ce prêt assorti de la garantie de l’Etat de Côte d’Ivoire, est un financement du Projet de Promotion de la Compétitivité de la Chaîne de Valeur de l’Anacarde s’inscrit dans les actions de soutien du Groupe de la Banque mondiale au Plan National ivoirien de Développement (PND 2016-2020).

Il vise à renforcer la contribution du secteur privé à l’économie, notamment celui de la transformation locale des produits de l’anacarde, afin de réaliser le plein potentiel de création d’emplois dans les zones de production, potentiel d’emplois évalué à 440 000 emplois, dont au moins 60% destinés aux femmes.

Pour la Banque mondiale la productivité des noix de cajou brutes, l’amélioration de la qualité et la réduction des coûts de la collecte et du groupage tout comme la maximisation du financement, en facilitant l’accès au crédit pour accélérer l’investissement privé dans des domaines tels que les nouvelles capacités de stockage et de transformation, ont plus que convaincu de la dynamique de ce secteur. Aussi, juge-t-elle suffisant l’infrastructure industrielle physique spécifique mis en place qui réduit le coût initial de l’investissement et accroît l’efficacité opérationnelle et qui permet d’améliorer le cadre politique et réglementaire pour le développement durable de la chaîne de valeur du cajou afin de faciliter l’expansion du marché et le commerce avec les acheteurs internationaux.

Ce projet bénéficie d’un financement innovant, puisqu’il est le premier du genre dans un financement enclave de la BIRD dans le secteur agroalimentaire.

Dans son adresse aux membres du Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale,  le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a exprimé sa gratitude à la Banque mondiale pour son accompagnement dans le processus de mise en œuvre de sa stratégie de transformation des matières premières agricoles.

Amadou Gon Coulibaly a souhaité que le mécanisme d’action de ce prêt Enclave de la BIR puisse accélérer la transformation de l’anacarde afin qu’il s’étende rapidement à d’autres productions agricoles, notamment le cacao.

JEN

11
April

Une délégation du mouvement ‘‘Force 2015’’ conduite par son président Charles Gnaoré, député de Bouaké commune, est allée ce mercredi 11 avril 2018, au remettre une invitation à l’Union pour la Paix en Côte d’Ivoire (UPCI) à son siège pour lui demander de prendre part à la journée d’hommage au père fondateur de la Côte d’Ivoire indépendante qu’elle organise le samedi 12 mai prochain à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro.

Selon Charles Gnaoré, l’engagement et l’abnégation de l’UPCI à la naissance du parti unifié, ne sont pas discutables et méritent d’être salués. « Nous sommes venus vous remettre cette invitation pour votre participation à la journée d’hommage, que nous organisons le 12 mai prochain à Yamoussoukro pour magnifier les œuvres du Président Félix Houphouët-Boigny dont nous nous réclamons tous », a déclaré le président de ‘‘Forces 2015’’ avant de saluer la direction de ce membre de la grande famille des houphouëtistes pour le travail d’unité et de paix qu’elle ne cesse d’abattre sur le terrain. « Nous profitons de ce moment pour féliciter l’UPCI et ses dirigeants, notamment son président pour l’engagement et l’abnégation dont ils font preuve chaque jour afin de parvenir au parti unifié Rhdp », a-t-il indiqué.

« Nous sommes très honorés non seulement pour l’invitation qui nous ait adressée à participer à une journée dédiée au père Fondateur de la République, mais aussi et surtout, pour la reconnaissance du travail de paix que nous construisons chaque jour. Pour le Rhdp, nous sommes convaincus que nous parviendrons à sa création effective », a soutenu SORO Brahima, président de l’UPCI, annonçant l’organisation, le 28 avril prochain, son congrès ordinaire au cours de laquelle son parti se prononcera sur ce parti unifié.  

JEN   

11
April

On pourrait enfin dire que Bédié et Ouattara vienne de décider de calmer le jeu. Mais seulement au sein de leurs formations politiques.  Puisque, pendant plus de deux heures d’horloge, les deux hommes qui ‘‘tiennent’’ le destin de la Côte d’Ivoire, ont parlés de l’avenir du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) au palais Présidentiel, là où se prennent les décisions d’Etat, malgré que cette activité associative ait un caractère purement privé.

Quel intérêt donc, le communiqué final qui a sanctionné la rencontre, a-t-il pour le reste du peuple qui n’adhère pas à ce projet ? Certainement aucun ! Et pourtant, les locaux entretenus par l’argent du contribuable ont servi de cadre pour cette séance de travail à intérêt unique étant donné qu’elle vise la conquête ou reconquête du pouvoir d’Etat pour laquelle, la coalition des houphouëtistes ne sera pas seule sur la scène en 2020.

Même si les membres de cette mouvance politique RHDP parviennent à un parti unifié avant cette échéance, comme c’est le vœu de bon nombre d’entre eux, il aura, tout de même, en face plusieurs autres candidats de l’opposition, mais aussi des indépendants comme ce fût le cas en 2015.

Les ambitions de gérer les intérêts du peuple, c’est-à-dire de gouverner le pays étant les mêmes, auront-ils, ces derniers (opposition et indépendant), le privilège d’utiliser les locaux de l’Etat pour élaborer leur plan ou programme de société pour la conquête du pouvoir ? Bédié et Ouattara exagèrent ! Attention !

Béatrice Val

11
April

Le Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Guillaume SORO qui suit avec beaucoup d’intérêt de débat sur l’alternance politique au sein de la mouvance politique du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la Paix (RHP), n’a pas attendu une seule seconde pour réagir sur le communiqué final qui a sanctionné le tête-à-tête du mardi 10 avril 2018 entre Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et président du présidium du RHDP et le chef de l’Etat Alassane Ouattara. Son communiqué.

COMMUNIQUE DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, M. Guillaume Kigbafori SORO, prend connaissance du communiqué conjoint issu de la rencontre entre leurs excellences Alassane OUATTARA, président de la République de Côte d’Ivoire et Henri Konan BEDIE, président du PDCI-RDA.

Le président de l’Assemblée nationale salue cette rencontre et se réjouit que, conformément au souhait exprimé le 03 avril 2018 dans son discours lors de la rentrée parlementaire, le dialogue soit demeuré le maître-mot.

Il encourage les présidents Alassane OUATTARA et Henri Konan BEDIE à poursuivre ces pourparlers dans le sens de l’inclusivité.

Il apprécie leur appel à la retenue dans chaque camp pour consolider le climat de paix en Côte d’Ivoire.

Le président de l’Assemblée nationale fait confiance à ces deux grands hommes d’Etat pour conduire le navire Ivoire dans la tranquillité, la stabilité et la paix.

Fait à Abidjan, le 10 avril 2018

Guillaume Kigbafori SORO

P/O Le Service de Communication

10
April

L’Organisation pour l’épanouissement des jumeaux en Afrique lutte depuis son existence, en mai 2016, à faire connaitre la gémellité et la solidarité entre les familles

15 familles d’enfants jumeaux de 3 à 7 ans ont fait le déplacement, lundi 09 avril 2018, au domicile de Mme AKA, responsable de l’organisation, section de Yopougon. Un rendez-vous pour permettre à ces familles de partager leurs expériences, témoignages mais surtout de resserrer les liens d’amitié et d’entraide. Plusieurs thèmes ont été abordés par les participants.

Selon Jeanne G., mère de jumeaux de 06 ans, ses progénitures n’ont jamais remarqué leur ressemblance depuis leur existence. Par contre Félicité Y, une autre mère soutient quant à elle, que ses filles adolescentes de 15 ans se sentaient énormément gêner de leur ressemblance au quartier. Les voisins et même leurs amies se trompent bien souvent sur leur prénom.

L’habillement dans ce milieu constitue aussi le nœud des difficultés entre les enfants. « Lorsque j’habille mes jumelles de 7 ans, une estime que le vêtement de l’autre est plus attrayant que le tien. Et cela crée une jalousie, voire une dispute entre elles », témoigne Alice K.

Les difficultés d’adaptation scolaire ont été aussi les sujets majeurs débattus au cours de cette rencontre d’échange. « Le directeur d’école où fréquentent mes deux enfants dizygotes a décidé de faire redoubler la fille au prétexte qu’elle a un faible rendement scolaire. Et se sentant frustrée, elle n’arrive plus à avancer. Elle est encore en classe de CE1, alors que son frère est au Cm1 », confient Yao G.

Un autre parent avoue qu’il est difficile pour l’enseignant de reconnaitre les enfants jumeaux qui sont dans la même classe à cause de leur ressemblance. Sur les préjugés, l’enfant jumeau occupant le deuxième rang devient du coup l’aîné, ce qui logiquement ne devraient pas être le cas. Ce principe est considéré comme une norme par la plupart des parents.

Sur la question des vêtements-uniformes et couleurs exigés dans l’habillement des enfants, les parents souhaitent rompre désormais avec cette tradition. Cependant, pour la ressemblance, ils estiment qu’il faut l’accepter et aimer son état malgré les questionnements de la société.

Juliette Kouamé, présidente de l’Organisation pour l’épanouissement des jumeaux en Afrique (Orjumea), a indiqué que cette rencontre est une occasion pour offrir aux parents de jumeaux et aux jumeaux des opportunités de connaitre et de s’informer sur la gémellité. Pour elle, la structure va s’atteler à développer l’esprit de fraternité et d’entraide, en vue de parvenir à l’épanouissement des jumeaux.

Magloire Ouaoua

Page 4 of 19

Calendrier évènement

June 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...