Info News :
20
January

Une délégation du bureau exécutif de l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPL-CI) conduite par son président NANDO DAPA et composée du secrétaire général, Jules Eugène N’DA, du trésorier Benoît Kadjo, De Opportune Bath en charge de la promotion sociale et de Bakayoko Adama en charge des projets a été reçue ce vendredi 19 Janvier 2018 par la Directrice de la section politique et culturelle, également responsable de la communication de l’Ambassade de Chine en Côte d’Ivoire, Mme WU Fang à l’Ambassade sis à la Riviéra N’Bandon.

Il s’agissait pour l’UPL-CI dans un premier temps de présenter à la représentation diplomatique de la Chine en Côte d’Ivoire, ses vœux de santé et de paix au premier responsable de la diplomatie chinoise à Abidjan et à l’ensemble de son personnel. Ensuite, ses missions et ses projets et enfin souhaiter un cadre de partenariat entre les deux entités.

« Nous souhaitons une collaboration basée sur les échanges d’expérience afin de consolider la coopération entre nos deux pays », a déclaré le chef de la délégation de l’UPL-CI, NANDO Dapa rappelant que la mission de son organisation est d’accompagner, dans la transparence, les actions de développement du Gouvernement et des institutions en Côte d’Ivoire.

Appréciant la démarche de l’UPL-CI, Mme WU a indiqué que l’Ambassade est très intéressée par la presse en ligne qui permet en temps réel de donner des informations. Elle a, alors, au nom de son patron en mission dans son pays pour recevoir la feuille de route des priorités de son Gouvernement en terme de diplomatie pour l’an 2018 qui commence pour la Chine le 15 Février prochain, remercié la délégation et promis de tout mettre en œuvre pour parvenir à un cadre d’échange permanent d’échange d’information relative aux activités de l’Ambassade mais aussi informer l’UPL-CI sur les possibilités de formation que peut offrir son pays à ses membres. Elle a aussi promis mettre des Journalistes Chinois de la presse en ligne en contact avec l’UPL-CI afin de lui permettre de bénéficier de l’expérience chinoise dans ce secteur qualifié de presse d’avenir par la Chine.

Le 02 mars 2018, la Côte d’Ivoire et la Chine célébreront le 35ème anniversaire de leur coopération. Des moines du temple Chao Ling seront à Abidjan pour prendre part à la fête.

UPL-CI   

20
January

Les membres de la conférence administrative, les élus, les leaders d’associations de la société civiles,  les chefs des confessions religieuses et de communautés de même que le personnel de la préfecture ont présenté leurs vœux au préfet de région Coulibaly Ousmane, le jeudi 18 janvier 2018 sur l’esplanade de la préfecture de San-Pedro.

Tour à tour, les différents corps constitués sont passées présenter leurs vœux de santé, de paix, de bonheur et de réussite  à la plus haute autorité de la ville.

Au-delà des vœux formulés, les directeurs et chefs de services de la région de San-Pedro par la voix de leur porte-parole, Kadio Jean ont saisi l’occasion pour  relever plusieurs évènements qui ont émaillés l’année 2017.  Cependant, ils ont dit fonder beaucoup d’espoir en l’année 2018.

« L’année 2017  a été riche en événement. Que 2018, par ailleurs ouvre les perspectives dans tous les secteurs. Nous saisissons donc cette occasion pour  souhaiter le relèvement de tous les  budgets de tous les services afin de nous permettre d’être plus efficace dans les activités qui nous sont dévolues », a-t-il  plaidé.

Pour les opérateurs, de la voix de leur porte-parole, Mme Zraik Rached Linda, l’annexe fiscale 2018 est asphyxiante pour les entreprises qui souhaitent, donc sa suppression.

Cependant, pour les progrès déjà enregistrés dans la ville de San-Pedro, notamment la réhabilitation des routes urbaines, elle tenu à rendre hommage au chef de l’Etat Alassane Ouattara. Pour cette ville qui abrite le premier port exportateur de cacao au monde, Mme Zraik estime qu’il faut encore plus en réhabilitant les pistes villageoises enfin de faciliter l’évacuation des produits agricoles vers le port. 

Le préfet Coulibaly Ousmane a, à son tour, souhaité à ses convives “beaucoup de bonheur, de joie et de bénédiction du Divin. Pour que leurs différentes activités, entreprise et services se déroulent dans des meilleurs conditions et que ceux-ci soient couronnés de succès ”.

Aussi, a-t-il souhaité qu’une croix soit rapidement mise sur les événements qui ont marqués l’année 2017.

Au plan politique, il s’est félicité de la franche collaboration avec les différents chefs de communautés traditionnelles, coutumières et religieuses, collaboration qui a permis de maintenir un climat de paix à San Pedro.

Au plan social, il s’est réjoui de ce qu’aucune action n’ait mis en péril la cohésion sociale.

Répondant aux préoccupations des opérateurs économiques, le représentant du Chef de l’Etat a indiqué qu’après les infrastructures réalisées en 2017 à San-Pedro, il est prévu d’autres réalisations encore pour cette année 2018. Cela permettra de réduiront  considérablement le calvaire des usagers et améliorera le visage de cette ville. La réfection de la côtière est prévue pour cette année 2018.

Aussi, le préfet de région a-t-il annoncé la fin des travaux de réhabilitation des pistes de l’aéroport pour fin janvier afin de permettre la reprise du trafic aérien qui avait été suspendu depuis le début des travaux de réhabilitation.

Zétia

20
January

La direction régionale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a  organisé des journées portes ouvertes les 18 et 19 Janvier 2018 au Centre de formation professionnelle (CFP) de San-Pedro. Le thème retenu pour cette édition est : « Une Formation, des Compétences, Un Avenir Assuré ».

Pour Kadio Jeans, Directeur régional de l’ETFP de San-Pedro, avec ce thème, l’enseignement technique et la formation professionnelle viennent traiter la problématique du rapport entre formation et emploi.

« Dans le contexte  économique actuel, ce thème est pertinent quand on sait que le lien entre économie et formation professionnelle est l’une des préoccupations premières des politiques éducatives », a-t-il indiqué, avant d’ajouter que, ‘’ les évolutions permanentes du monde du travail entrainent une nécessité d’adaptation de la formation professionnelle’’ aux réalités du moment.

S’inscrivant dans la même veine, le préfet de région, Ousmane Coulibaly, a rappelé que, le Président Alassane Ouattara, dans  sa vision de faire la Côte d’ivoire, un pays émergent à l’horizon 2020, accorde du prix à l’excellence, à la formation et à l’emploi. C’est pourquoi, il multiplie les reformes dans les secteurs de l’éducation formation.

« Je saisi cette occasion pour vous demander de vouloir accorder la priorité de recrutement à ces jeunes formés dans nos structures  de formations. Et je vous rassure, que ces jeunes sont de réels compétences ! C’est une chance de les avoir  sur place », a-t-il exhorté.

Auparavant, la directrice du CFP, Mme Coulibaly Eudoxie, prenant la parole a indiqué que ces journées d’information et d’échanges sur leurs offres de formation et de production constituent une occasion d’interaction avec le public.

Ainsi, dans l’intention d’attirer plus de jeunes, une vingtaine d’établissements de la région ont animé des stands pour présenter leurs filières de formation, leurs offres de formation, leurs savoir-faire mais aussi les débouchées au terme des différentes formations.

Les CFP de San-Pedro, proposent des formations qualifiantes de différents niveaux avec un large éventail de métiers et de spécialisations. De plus en plus, ils offrent la formation continue à l’intention des personnes en activité qui désirent se perfectionner. Des différents ateliers de travail sont souvent confectionnés des ouvrages qui traduisent le savoir-faire de ces établissements.

Ces établissements ont obtenus 93,45% aux examens scolaires session 2017 tous diplômes confondus et ce résultat a permis à la Direction régionale d’être classée 2ème au plan  national

Zétia

18
January

Le Syndicat des Personnels Administratifs et Technique du Ministère des Affaires Etrangère projette une grève les jours à venir s’il n’obtient pas gain de cause à ses revendications qui portent, notamment sur des questions de primes, du redéploiement du personnel, les nominations, du renouvellement des passeports diplomatiques etc. En guise d’avertissement, le personnel porte autour de la tête ou du poignet des banderoles rouges.   

Ces préoccupations soumises au Chef de la diplomatie ivoirienne, Marcel Amon Tanoh, pourraient ne pas avoir une oreille attentive. Puisqu’interrogé sur le sujet le mercredi 17 Janvier 2018, après le conseil des Ministres hebdomadaire, le porte-parole du Gouvernement affirme que le Gouvernement n’est pas saisi mais suppose que le ministre concerné est entrain de prendre les dispositions nécessaires pour résoudre le problème.

« C’est pourtant Amon Tanoh lui-même le problème », affirment les agents qui l’accusent d’être à l’origine de leur misère. Selon eux, depuis l’avènement d’Amon Tanoh à la tête de la diplomatie ivoirienne, rien ne va pour les travailleurs de ce département. Ils les auraient même invités à abandonner leur principale revendication, celle relative au mouvement du personnel à l’extérieur pour poser d’autres problèmes.

Mais c’est une option non négociable selon les agents qui pleurent les départs de Daniel Kablan Duncan, Charles Diby Koffi et Mabri Toikeuse qui avaient engagé les réformes qui ont permis à la diplomatie ivoirienne de repositionner la Côte d’Ivoire sur l’échiquier international et attirer les investisseurs.

« Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous avons saisi le premier Ministre », répond simplement M. Oba, SG du Syndicat du Personnel Administratif et Technique du Ministère des Affaires Etrangère. Une réponse diplomatique qui confirme effectivement la rupture du dialogue entre le Ministre et ses collaborateurs.

Fermé à la discussion avec ses collaborateurs, Amon Tanoh serait le ministre qui aurait fait suspendre tous les privilèges acquis sous ses prédécesseurs depuis 2012, notamment les mouvements de personnel hors du pays qui sont suspendus de même que les primes mais aussi le retrait des passeports diplomatiques à certains ayant droits. Un comportement qui risque de ruiner tous efforts du chef de l’Etat qui mise sur sa diplomatie pour atteindre l’émergence à l’horizon 2020.

En effet, toujours selon les agents, pour leur patron, le Président Ouattara étant son parapluie atomique, à qui d’autre pourraient-ils se plaindre et avoir gain de cause ? Aussi, ne cesse-t-il de leur rappeler qu’il est le seul ministre ivoirien à avoir démissionné de son poste de ministre et que si ses actions à la tête de la diplomatie ivoirienne ne plaisent pas au chef de l’Etat, il est prêt à partir de là.

Un diplomate accrédité en Côte d’Ivoire estime que Marcel Amon Tanoh n’entretient pas de bons rapports avec les diplomates étrangers. Autant de griefs qui risquent de donner un coup à l’image du pays si rien n’est fait pour rectifier le tir. Cette fois sur le choix du chef de la diplomatie, Alassane Ouattara aurait-il fait un mauvais casting ? Quelque chose doit être faite et maintenant car un diplomate, un vrai diplomate doit être ouvert et beaucoup attentif aux préoccupations de ses collaborateurs.

JEN

17
January

Après une fin de non-recevoir donnée à sa requête par le comité exécutif de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) sur l’exigence de l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire, le G42, cette entité de dissidents, a échangé avec la presse ce lundi dernier 15 Janvier 2018 à la Maison de la Presse d’Abidjan au Plateau pour démontrer sa détermination à faire partir le président de l’instance fédérale du football ivoirien le président SIDI  Diallo.

SALIF Bictogo (Stélla) et KONE Abdoulaye (Odienné) ne sont pas passés par quatre chemins pour dénoncer l’attitude du comité exécutif de la FIF de son refus d’organiser l’assemblée générale extraordinaire pour décider du sort du président SIDI Diallo avant le 1er Février 2018. Selon le président BICTOGO Salif « le comité exécutif de la FIF n’est pas juge pour se prononcer sur la régularité des pièces qui lui ont été transmises » mais que « cette compétence revient à l’AG qui vérifie toujours en début de séance les pièces ».

Pour lui,  cette AG aura bel et bien lieu et ce contre vents et marrées. « L’Assemblée Générale aura lieu en dépit du refus du comité exécutif. Le G42 peut convoquer une AG ou saisir la FIFA », a-t-il menacé.

Le président du club d’odienné KONE Abdoulaye a annoncé le ralliement d’une dizaine de club au G42 portant le nombre de la dissidence à 52. « Dix clubs nous ont rejoints. Nous sommes maintenant à cinquante-deux (52) disons-le », a-t-il révélé avant d’ajouter « si des clubs désistent, ils doivent nous informés et non informer la fédération ». Pour KONE Abdoulaye ce qui importe, c’est la tenue de l’AG et non l’ordre du jour.

Les noms des 10 nouveaux clubs annoncés au G42 n’ont pas été relevés. Etaient à ce point de presse l’ex 3e Vice-Président de la fédération, MALICK Tohé, le Président des arbitres de Côte d’Ivoire SHARAF Aboubacar et le président du CO Korhogo OUATTARA Bakary…  

KOUAME Blanchard

16
January


A l’occasion de ce mois marquant l’anniversaire de la naissance du Prophète Mahomed, la fondation SANA en collaboration avec l’ONG Islam et solidarité a organisé ce dimanche  14 janvier  2017, sa 2ème édition du Maoulid pour les tout-petits.

Cette cérémonie était placée sous le parrainage de l’Imam Traoré Mohamed Kissima,  l’imam principal de la mosquée de la Cité lac-balmer.

En effet, la fondation SANA est une organisation humanitaire musulmane dont l’objectif est la mise en place d’une cellule de réflexion afin  d'apporter soutien et appui spirituel,  intellectuel, matériel et financier aux efforts des organisations islamiques.

Dès lors, former  les enfants à mieux connaitre leur religion  et le prophète Mohamed en s’inspirant  des bons comportements de celui-ci a toujours été l’objectif principal de l’imam SANA, président fondateur de la fondation SANA.

 « Nous avons initié depuis l’année dernière (2017), l’organisation de Maoulid des tout-petits parce que, nous  avons constaté que beaucoup de manifestations s’adressent uniquement aux grandes personnes et les enfants sont presque exclues dans ces manifestations religieuses », a-t-il  expliqué avant d’ajouter qu’ « à leur bas-âge, si les enfants sont formés aux principes de l’islam, cela restera gravé dans leur mémoire. Demain, ces enfants ne deviendront pas des robots que les manipulateurs viendront manipuler », a-t-il indiqué.

Au cours de cette cérémonie commémorative,  les enfants musulmans, à travers des sketchs, des cantiques et des poèmes retraçant  l’histoire et la vie de leur prophète ont émerveillé le public sorti nombreux.

Ensuite, une compétition de questions réponse sur la vie du prophète a connu la participation de huit groupes d’enfants âgés de six à quinze ans.  A l’issu de cet exerce,  c’est le groupe du petit Samagati qui a remporté ‘’la coupe Maoulid 2017-2018’’ de la fondation SANA.

« Notre arrière, est assurée, parce que les enfants se sont montrés à la hauteur, face à ces différentes questions », a souligné Mme Diabaté Aminata, présidente d’honneur de cette cérémonie.  

Pour une valeur d’environ deux millions,  des lots de livres et de nombreux cadeaux ont été offert aux enfants. Cette cérémonie a donné l’occasion à la fondation d’offrir des vivres  à une dizaine familles démunies de la communauté.

Zétia

16
January

 Les fils et filles du Woroba du District autonome d’Abidjan et banlieues abidjanaises, se sont donnés rendez-vous le samedi 13 janvier, à l’EPP Jean Delafosse des 220 Logements dans la commune d’Ajamé.

C’était un moment de retrouvaille et de prise de contact fraternel et de présentation de vœu de bonne et heureuse année 2018.

Pour l’initiateur de cette rencontre entre les jeunes du Woroba, M. Adama Bakayoko, Directeur générale de Woroba.net, juste après avoir souhaité les vœux de santé, de bonne et heureuse 2018 à ses frères et sœurs du grand Woroba, il les inviter à œuvrer dans le sens de l’essor du développement socio-économique du Woroba.
Abordant l’ordre du jour de la présente rencontre, il a été fait lecture du Procès-Verbal de la rencontre 2017 par M. Koulibaly Méké

Pour  cette rencontre, le principal point se résume en la mise en place d’un cadre d’échange et de réflexion permanente entre les leaders de jeunesse du Woroba.

En initiant cet espace de haute portée, le Directeur général de Woroba.net, Adama Bakayoko, soutenu par d’autres jeunes de la région, ont exprimé leur souci de voir le  Woroba à la traine, plongé dans un sous-développement sans précédent et pour lequel, il invite tous à s’engager pour lui permettre de prendre son envol.

La région du woroba, selon M. Bakayoko, n’a rien à envier, au plan des ressources humaines, naturelles et agricoles aux autres régions du pays qui sont avancées en matière de développement.
pour cette situation qualifiée de triste qui n’honore aucun enfant du grand Woroba, estime l’initiateur de la rencontre de réflexion, il est plus qu’impérieux de faire quelque chose. Retrousser les manches et prendre ensemble, en main, le destin de la région pour lui impulser le souffle du développement.

Appel entendu par l’assemblée qui, ayant approuvé le diagnostic alarmant fait par le jeune Directeur du site d’information générale qui porte le nom de la région, a promis de taire tous les clivages idéologiques d’où qu’ils puissent venir et se donner la main pour se mettre au service du woroba qui se meurt. Car, dit l’adage, on ne se bat pas au chevet d’un parent malade.

Ainsi chaque fils et fille du Woroba a été invité à jouer sa partition dans le repositionnement du Woroba.

La mise en place d’un comité scientifique est souhaité pour donner une forme inclusive afin d’enclencher les actions sur terrains.
UPL-CI (Info woroba)

15
January

Pas un seul mot RHDP ! Dans un discours laconique qu’a prononcé le Président du PDCI, Henri Konan Bédié ce lundi 15 Janvier, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation de vœu des militants au chef du parti à la Maison du Parti à Cocody, il a, à son tour, invité ceux-ci à suivre les orientations qu’il a déjà dicté aux délégués et secrétaires généraux de section du PDCI au cours des rencontres qu’il a eu auparavant avec ces derniers à Daoukro, sa ville natale.

« J’ai dit que l’année 2018 commençait sous de bons auspices. J’ai également dit qu’il s’agit d’une année particulièrement importante, aussi bien pour notre parti que notre pays. Il nous appartient de prendre les dispositions qui s’imposent pour que nous obtenions les résultats que nous attendons. J’ai déjà donné des orientations dans ce sens, relativement à notre comportement en tant que famille politique », a simplement indiqué Henri Konan Bédié très attendu par ses militants sur la participation effective du PDCI à l’élection présidentielle 2020.

Alors que le Rassemblement Des Républicains d’Alassane Ouattara souhaite vivement que soit rapidement mis en place le parti unifié RHDP, le Président du PDCI, ne veut pas voir disparaitre le parti créé par Félix Houphouët-Boigny.

« Longue vie, longue vie au PDCI », a-t-il conclu son allocution. Une insistance qui dénote clairement que le président du PDCI reste à l’écoute de ses militants dont le vœu cher est d’engager le PDCI au scrutin présidentiel prochain.

Il répond ainsi à l’acte symbolique des militants qui, estimant que la conquête du pouvoir d’Etat en 2020 commence maintenant, lui avaient remis un stylo afin de lui permettre de signer les décisions et engagements pris par le parti.  

JEN

15
January

Le premier séminaire gouvernemental de l’année 2018 qui s’est ouvert ce lundi 15 Janvier vise, selon le chef du Gouvernement, Amadou Gon COULIBALY, à ‘‘adopter les plans d’action sectorielles de l’année 2018’’. « Il s’agira donc de faire ressortir les activités majeures à réaliser par chaque ministère au cours de cette année 2018 dans la perspective de mettre en œuvre le programme du développement du Président de la République et de satisfaire les besoins urgents et légitimes de nos concitoyens», a situé le premier ministre dans son allocution introductive rappelant les attentes du chef de l’Etat contenues le séminaire du 11 avril 2017 qui a défini tout le plan d’action à mettre en œuvre sur la période 2017-2020.

« Nous devons poursuivre nos efforts, chacun dans son domaine mais dans la solidarité gouvernemental car nous serons tous comptables des résultats de nos actions », a indiqué le chef du gouvernement.

Ce plan d’action vise le renforcement des institutions pour la paix et la bonne gouvernance, la transformation structurelle économique, l’amélioration des conditions de vie des populations, la promotion de la jeunesse et de la femme et l’émergence d’un ivoirien nouveau.   

« Je voulais préciser qu’il s’agit pour le gouvernement de poursuivre ses actions visant à améliorer l’environnement des affaires, la compétitivité de l’économie ivoirienne », a insisté le Vice-Président Kablan Duncan dans son allocution d’ouverture avant rappeler les engagements du gouvernement vis-à-vis des populations. « Le gouvernement se doit pouvoir se donner les moyens pour permettre aux foyers de ressentir les retombées de ses actions », a-t-il souligné avant d’invité les ministres à se mettre à la tâche pour relever ce défi.

JEN    

15
January

Le développement d’une zone industrielle moderne à Dimbokro est le projet qui était au centre des échanges entre le président du Conseil régional du N’Zi, N’Guessan Koffi Bernard et Me François Serres, avocat d’affaires au Barreau de Paris et consultant auprès de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement (Bad). Cette séance de travail s’est déroulée, le vendredi 12 janvier 2018, au siège du conseil régional du N’Zi à Dimbokro.

Au terme de cette audience, l’avocat d’affaire, s’est engagé à mettre toute son expertise en matière de partenariat public-privé au service de la réalisation de cet ambitieux projet qui permettra de faire de Dimbokro un pôle de développement économique régional. Ce, à travers des prospections auprès de grosses entreprises européennes afin de les inciter à s’installer dans la future zone industrielle de Dimbokro.

Le président du conseil régional s’est réjoui de cette rencontre d’affaire qui a pour but, selon lui, de lutter contre le chômage et la pauvreté dans sa région. 

Me François Serres était accompagné de M. Jean Bonin Kouadio, juriste, cadre de Dimbokro et membre du cabinet d’avocats, François Serres et Associé.

Ce cabinet connaît bien la Côte d’Ivoire pour avoir travaillé pour le compte du gouvernement ivoirien sur le cadre institutionnel des partenariats publics privés et sur le code des marchés.

Ainsi M. Bonin a-t-il décidé de mettre ses relations au service du développement de sa région tout en saluant la vision prospective du président N’Guessan Koffi Bernard qui entend, à travers ce projet, permettre aux populations de connaitre un lendemain meilleur.

Dimbokro est le chef-lieu de la région du N’Zi, situé à 240 km d’Abidjan. Elle a une population estimée en 2010 à plus de 60 000 habitants. Sa seule usine, Union industrielle des textiles de Côte d’Ivoire (Utexi), spécialisée dans la filature et la fabrique de tissu, qui faisait la fierté des populations est fermée depuis le 16 novembre 2017. Ce, suite à une interruption de la fourniture de courant consécutive au non-paiement de factures d’électricité estimées à 361 millions fcfa, et laissant environs 400 travailleurs au chômage.

La réalisation de cette zone industrielle moderne, si elle est vraiment effective, redonnera de l’espoir aux populations de la région.

A.E

14
January

Akossi Bendjo, aura-t-il encore du répondant contre le rouleau compresseur qui vient d’être déployé par Fabrice Sawégnon, candidat déclaré à la municipale dans la commune du plateau où il est le maire depuis 17 ans. Ives Zogbo Junior, Noël Douré et Lucson Pado intègrent l’éqipe du challenger d’Akossi Bendjo.

En effet, l’important dispositif aussi bien matériel, financier que humain mis en place par le candidat qui se fait appeler ‘‘Fils du Plateau’’ dénote de son engagement à terrasser vaille que vaille le maire PDCI sortant de la commune du plateau, le centre des affaires de la capitale économique du pays.

Ce dimanche 14 Janvier 2018, les populations résidents qui avouent publiquement ne plus se reconnaitre dans la gestion du maire Bendjo, gestion qu’elles qualifient d’ailleurs de ‘‘scandaleuse’’, se sont données rendez-vous dans le hall de la Caistab au plateau pour faire allégeance à M. Sawégnon à qui, elles ont présenté les vœux de paix et de prospérité 2018 mais surtout de l’assurer de leur total soutien à sa candidature à la mairie du Plateau.

Tour à tour, mouvements et associations de jeunesses, de femmes, de séniors du Plateau dénonçant les détournements de dénier publics et la mauvaise gestion des hommes faite par le maire sortant, ont appelé les électeurs, notamment les populations résidents à opter pour le changement avec Fabrice Sawégnon au prochain scrutin municipal.

« Nous sommes ici pour célébrer un homme qui sera dans quelques jours le Maire de notre belle cité », a indiqué Martin Koffi, président du comité d’organisation, plantant le décor de la cérémonie du jour.

La fracture entre Akossi Bendjo est ses administrés semble totale et difficile à ressouder. « Si Akossi Bendjo n’a pas su se faire aimer pendant 17 ans, ce n’est pas faute à M. Sawégnon qui, en tant que fils du plateau, connaissant nos difficultés, a décidé de voler à notre secours. Ce qu’il n’a pas pu faire en 17 ans, ce n’est pas en 5 ans qu’il le fera. Son temps est passé, il doit partir », a affirmé Madame Tro, présidente de Initiative femmes du plateau, tournant ainsi la page Akossi Bendjo.    

Pour le président de l’Union des Jeunes du Plateau, Ouattara Moustapha, cela ne fait l’ombre d’aucun doute, la clé de l’avenir de la jeunesse du plateau se trouve entre les mains de Fabrice Sawégnon qu’il appel d’office Monsieur le maire. « Sans être le maire de notre commune, ce que vous avez fait pour la jeunesse, le maire sortant n’y a jamais pensé. 31 jeunes ont eu leurs projets financés à hauteur de 20 millions FCFA. Monsieur le Maire, votre victoire n’est plus loin », a-t-il soutenu avant d’inviter ses camarades à ne pas manquer l’opportunité d’un meilleur avenir que leur offrira M. Sawegnon une fois à tête de la gestion de la mairie du Plateau.  

Votre avenir ne se trouve pas dans les tee-shirts, ni dans les sandwichs de campagne que l’on vous offre, mais il se trouve dans le financement de vos projets qui permettent de vous réaliser. Sachez qu’un maire, est un manager, un visionnaire qui sait se projeter dans le futur en partageant le quotidien de ses administrés et Fabrice Sawégnon en est un », déclaré Ives Zogbo Junior qui a décidé de l’accompagner dans cette aventure.

« Après vous avoir écouté et vu ce film documentaire qui a été projeté sur nos actions en faveur de nos population, j’ai senti tout l’amour que vous me portez et du coup, j’ai eu conscience de ma responsabilité à vous apporter la victoire pour un grand soulagement », a déclaré Fabrice Sawégnon pour qui le moment est venu de donner un second souffle à la commune qui l’a vu grandir.

« 17 ans après, quel bilan peut nous faire l’actuel maire ? Trop, c’est trop ! Il est temps que les choses changent au plateau. En 2 ans, ce que nous avons fait, personne ne l’a fait avant nous. Nous ne sommes pas maire, mais nous avons un bilan. L’heure de la retraite (de Bendjo, NDLR) a sonné », a indiqué le challenger d’Akossi Bendjo invitant surtout ses partisans à une campagne civilisée en ne cédant pas à la provocation.

«Si vous finissez vos messages sur facebook, mettez toujours un cœur. On n’a pas besoin d’insulter quelqu’un. On n’a pas besoin de provocation car celui qui provoque a un problème. Donnez-leur de l’amour car ils ont un problème », a-t-il soutenu invitant ses partisans à occuper le terrain dès ce lundi 15 Janvier jusqu’à la tenue du scrutin. Pour ce faire, il a renouvelé la dotation allouée aux mouvements et associations engagés dans sa campagne. Et séance tenante, un millions FCFA a été remis à la jeunesse, un autre million FCFA aux femmes et 500 milles FCFA aux séniors.        

JEN   

13
January

La salle de conférence de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI) a servi de cadre à la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux des Maires de Côte d’Ivoire au Président de leur Union, Gilbert Kafana Koné, par ailleurs Député- Maire de la Commune de Yopougon.

A l’entame, c’est le Directeur de l’Uvicoci qui a planté le décor en situant le cadre de la rencontre. Il s’agit selon lui de deux cérémonies couplées. A savoir la présentation des vœux du bureau et du personnel de l’institution, puis de l’ensemble des maires de Côte d’Ivoire à leur  président Gilbert Kafana.

Ensuite, il s’en suivra  la toute première réunion de l’année nouvelle. Pour le premier point, l’honneur est revenu à Madame le Maire d’Odienné de porter la parole au nom des 197 maires du pays pour présenter les vœux de bonne et heureuse année 2018 au Président de l’UVICOCI. « L’année 2017 a été une année charnière. Mais sous votre impulsion, tous les résultats obtenus sont positifs » a déclaré Nassenéba Touré. Satisfaits du travail réalisé, les premiers magistrats des villes et communes ont par le biais de madame le maire d’Odienné remis des présents au député –maire de Yopougon et Président de l’UVICOCI.

En retour, le Président a traduit à ses hôtes sa satisfaction de les voir réunis en ce jour du 12 janvier pour tenir leur première réunion de l’année 2018.  « Comme vous le savez, la décentralisation a été au cœur de notre nouvelle constitution. Je souhaite que 2018 voie la mise en place du sénat et que la décentralisation telle que nous l’avions souhaitée connaisse  un début de concrétisation. Que Dieu donne à nos enfants de l’intelligence dans leur vie et dans leur carrière. Que 2018 soit une bonne année pour chacun de nous », a-t-il déclaré. Il faut signaler qu’il y avait la présence d’une dizaine de maires dont ceux des communes de Koumassi, Attécoubé, Anyama, Odianné, Bouaké, Hiré, Mayo, Tiassalé, Tanda , Tafiré et Kouassi Kouassikro.

UPL-CI

Calendrier évènement

October 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...