Info News :
06
July

LE CONSEIL DE DISCIPLINE ET DE L’ORDRE DU BELIER DU PDCI-RDA

  • -Vu les Statuts et Règlement Intérieur du PDCI-RDA,
  • Vu la Décision N° 021/2017/PP/CAB DU 06 JUIN 2017 portant nomination des membres du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier du PDCI-RDA.
  • Vu la lettre de Monsieur le Secrétaire exécutif du PDCI-RDA en date du 29 juin 2018, déférant Monsieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme, membre du Bureau politique du PDCI-RDA devant ledit conseil pour entendre cette instance dire et juger que Monsieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme s’est rendu coupable de violation graves de la discipline du PDCI-RDA.

Que par cette lettre le Secrétaire Exécutif demande instamment au Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier d’avoir à tenir  sur ce cas urgentes sessions et à délibérer en matière de procédure disciplinaire conformément aux articles 90 des statuts, 111 et 122 des Règlements Intérieur  du PDCI-RDA.

Des faits, il ressort que le sieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme, membre du Bureau Politique du PDCI-RDA a participé le 17 juin 2018 comme ses paires à la session du Bureau Politique du PDCI-RDA.

Qu’à l’occasion de cette session, le Bureau Politique a valablement délibéré conformément à ces attributions

Alors qu’aucune protestation n’a été émise jusqu’au sortir de cette assemblée, le Secrétariat Exécutif  du PDCI-RDA recevait en ses bureaux à la date du 28 juin 2018 un exploit d’assignation aux fins d’annulation de ladite séance du Bureau Politique par le susnommé.

C’est cette action initiée par Monsieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme contre le PDCI-RDA qui a entrainé la saisine du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier par le Secrétariat Exécutif.

-Vu l’urgence et la gravité des faits, le Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier en sa session du jeudi 5 juillet 2018,

DECIDE

Article 1er : Monsieur N’GUESSSAN KOFFI Jérôme, administrateur civil,

membre du Bureau politique du PDCI-RDA Matricule 100 035 679 de nationalité ivoirienne, demeurant à  Abidjan, téléphone 07-96-30-74 est exclu du Bureau Politique et de toute autre instance du PDCI-RDA jusqu’au prochain congrès.

Article 2 : le Prochain Congrès Ordinaire du PDCI-RDA statuera sur la suite à donner à cette cause.

Article 3 : La présente décision est exécutoire dès le vendredi 06 juillet 2018.

Elle fera l’objet d’affichage à la Maison du Parti à Cocody, au Plateau et de publication par voie de presse.

 

Fait à Abidjan le 05 juillet 2018.

 

P/ Le Président

p.o. Le Vice Président

AOUA dit NGODIHI TOURE

06
July

DECLARATION DES DELEGUES DEPARTEMENTAUX ET COMMUNAUX DU PDCI-RDA RELATIVE A LA SITUATION POLITIQUE

A l’issue de la séance de travail du 05 juillet 2018 avec le Secrétariat Exécutif du PDCI RDA, les Délégués Départementaux et Communaux, ayant pris connaissance du communiqué du PDCI RDA du 04 juillet 2018 relatif à la création d’un mouvement (courant) au sein du dit Parti et tenant compte des résolutions du Bureau Politique du 17 juin 2018 :

- félicitent le Président HENRI KONAN BEDIE pour la bonne tenue de la réunion du Bureau Politique du 17 juin 2018 en permettant aux participants de s’exprimer librement dans un débat démocratique ouvert ;

- félicitent le Bureau Politique pour les décisions pertinentes arrêtées qui reflètent la position de la quasi-totalité des militants du Parti à la base ;

- réaffirment leur soutien aux résolutions du Bureau Politique ;

- encouragent le Président Henri Konan Bédié à poursuivre les négociations selon le mandat à lui confié par le Bureau Politique ;

- expriment leur soutien total au Président Henri Konan Bédié dans l’application des résolutions du Bureau Politique ;

- encouragent le Secrétariat Exécutif à la mise en œuvre stricte et rigoureuse des résolutions du Bureau Politique ;

- décident de se mettre en mission sur le terrain pour faire une large diffusion des résolutions du Bureau Politique ;

- invitent tous les militants du PDCI RDA à la vigilance et à la solidarité face à la désinformation et à l’intoxication ;

- condamnent avec fermeté les agissements, manipulations et désinformations de la part de quelques militants tendant à remettre en cause les résolutions du Bureau Politique ;

- rejettent l’idée de la création de tout courant au sein du PDCI RDA, conformément aux statuts et règlements du Parti ;

- s’élèvent contre la création d’un courant dit « sur les traces d’Houphouët Boigny » à l’initiative de Monsieur KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI ;

- appellent tous les militants et tous les responsables politiques à faire bloc autour du Président Henri Konan Bédié qui inspire et oriente la politique du PDCI RDA.

                                                                                                             Fait à Abidjan le 05 juillet 2018                                                   Les Délégués Départementaux et

Communaux du PDCI RDA.

 

                                                                           

06
July

C’est fait et c’est parti depuis ce jeudi 05 juillet 2018 ! Le salon ‘‘PHARMAFRICA EXPO’’, premier grand évènement consacré à la pharmacie, parapharmacie, cosmétique et médecine naturelle en Afrique subsahélienne, rendez-vous dédié aux acteurs des officines devient pour la 2è édition, ‘‘AFRICA SANTE EXPO’’ eu égard au franc succès et à l’engouement constaté de la première édition organisée en 2017. Les participants ont jusqu’au 15 septembre délai de rigueurs pour manifester leur désire de participations. L’édition 2018 est placée sous le parrainage de la ministre de santé et de l’hygiène publique.

« Fort du succès de cet évènement unique, PHARMAFRICA EXPO devient pour la 2ème édition, en collaboration avec le ministère de la santé et de l’hygiène publique de Côte d’Ivoire, ‘‘AFRICA SANTE EXPO’’ avec pour slogan : « Quand le monde de la santé se donne rendez-vous en Côte d’Ivoire » », a expliqué Dr KABORE Bouboutou Linda, présidente de comité d’organisation dudit salon qui se tiendra, précise-t-elle, du 25 au 27 octobre 2018 à Ivoire Golf Club, à l’espace baptisé pour la circonstance, ‘‘Le blue Parck’’ qui est en plein aménagement pour accueillir plus de 250 exposants, 150 experts internationaux et plus de 15.000 personnalités, institutions et visiteurs attendus à Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

Cette édition qui met en point de mire ‘‘la démarche qualité au service du développement des systèmes de santé et de bien-être des populations’’, innove avec l’avènement de symposiums, de concours, des Awards, d’initiation aux premiers secours sur les dangers domestiques et des actions caritatives en faveurs des orphelins du SIDA et enfants vulnérables.

Pour les concours, une lucarne est grandement ouverte sur les innovations en e-santé avec un clin d’œil fait aux bloggeurs et influenceurs pour des réalisations vidéo sur les faux médicaments et médicaments de la rue.

‘‘AFRICA SANTE EXPO’’ ouvre donc ses portes aux dispensateurs et tous les acteurs du monde de la santé notamment la pharmacie, la médecine, l’industrie pharmaceutique, la distribution, les équipementiers, les agences de promotion, la parapharmacie, paramédical, la biopharmacie, l’homéopathie, l’aromathérapie, la diététique, la phytothérapie, l’allopathie, vétérinaire, la cosmétique, la biologie, l’agro-alimentaire, la recherche, l’innovation technologique, l’esthétique, laboratoire, la médecine traditionnelle et naturelle, établissements de soin, services, ONG, Fondations, association, mutuelles librairie, etc.

‘‘AFRICA EXPO’’ est une plate-forme d’échange et de partages d’expérience offerte aux acteurs du monde de la santé pour des prestations plus efficientes et bénéfique pour tous.   

JEN   

05
July

Quipux Afrique, opérateur du Centre de Gestion Intégrée (CGI) du Ministère ivoirien des Transports a reçu le Prix INTERNATIONAL STAR FOR LEADERSHIP IN QUALITY (ISLQ), dans la catégorie OR, à la Convention Internationale BID (Business Initiative Directions) qui a eu lieu du 30 juin au 1er juillet 2018 à l'hôtel Hyatt Regency Paris Etoile en France.  Cette distinction est le résultat d’analyses réalisées par les Quality Hunters, leaders, entrepreneurs, experts en qualité et hommes de medias, supervisés par Business Initiative Directions (BID).  

Selon le BID, le Trophée est décerné aux organisations, en tant qu’entité unique, pour reconnaître leurs réussites institutionnelles afin de récompenser le leadership, la qualité, l’innovation, l’excellence, la technologie, le service au client et le prestige.

Dans la catégorie OR, Quipux Afrique a été primé en reconnaissance de son engagement à la Qualité, au Leadership et à l’innovation. « Je dédie ce prix à l’ensemble de nos équipes ainsi qu’au Président du groupe Quipux. Toutes les réformes du secteur des transports sont des reformes difficiles car c’est un secteur transversal aux autres.  C’est le soutien et l’appui de ce dernier qui nous a permis de placer la qualité au cœur de notre politique » a déclaré Ibrahima KONE à la réception du trophée.  Le Directeur Général a ensuite remercié SEM le Président de la République de Côte d’Ivoire, ainsi que le Premier Ministre, grâce à qui, la reforme a été possible,  avant de dédié le prix à son Ministre de tutelle, le Ministre Amadou KONE.

En charge depuis 2014, de la conception, l’ingénierie, le financement, la mise en place et l’exploitation d’un système de gestion intégrée de l’ensemble des activités du transport routier en Côte d’ivoire, l’opérateur n’est pas à sa première reconnaissance internationale. 

Déjà en 2016, en marge des assemblées annuelles de la BAD à Lusaka en Zambie, elle avait été primée « entreprise privée pour l’innovation technologique et le transport intelligent » lors de la première édition de « The Africa Road Builders (ARB) ».  En 2017, c’est l’association québécoise des transports (AQTr) qui attribuait au Groupe Quipux le « prix ambassadeur » aux Grands prix AQTR du Canada. Sur le plan régional, il a remporté le 6 mai 2017, le « Prix spécial de reconnaissance pour la contribution au développement du transport dans la sous région » lors du grand prix des transports à Abidjan.

Lors de la réunion bilan, en février 2018 à Yamoussoukro, le Directeur Général réaffirmait sa volonté de lancer des services digitaux basés sur l’intelligence artificielle permettant, à partir de la plateforme intégrée mise en place, de rendre plus simple, plus rapide et plus moderne les relations entre usagers et services de l’administration des transports. Tout cela dans l’optique d’accompagner efficacement l’Etat de cote d’ivoire dans sa politique de modernisation du transport routier.

Contribution

05
July

Kouassi Guy membre du conseil de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (HABG), représentant le Président de cette institution a indiqué, jeudi 05 juillet 2018, à San-Pedro que l’indice de perception de la corruption publié ces dernières années par ‘’Transparency journal’’ indique une progression très significative de la Côte d’ivoire.

« Notre pays est passé de la 136ème place en 2013 à la 103ème en 2017, soit un gain de 33 places », a-t-il affirmé, soulignant que ‘’ tous les indicateurs d’appréciations de la bonne gouvernance, retenus par le millénium challenge corporation (MCC) sont passés du rouge au vert au cours de la période 2011-2016’’. C’était à l’occasion de la cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation des autorités locales et des populations sur les conséquences de la corruption dans la société. 

Cette campagne a débuté depuis une semaine à partir de la région du Gboklê, permettra, selon lui, de mieux informés les citoyens sur les méfaits de la corruption notamment ceux relatifs aux coûts et impacts négatifs sur leurs conditions de vie des populations mais aussi sur l’utilisation de système de dénonciation des faits.  

  1. Kouassi a expliqué que ‘’là où la corruption sévit, les ressources qui devraient être consacrées au développement sont détournées. Ce qui, selon lui, ne permettent pas aux gouvernements d’avoir les moyens nécessaires pour assurer les services de base. « La corruption est un obstacle de taille au développement et à l’atténuation de la pauvreté », a-t-il affirmé avant d’ajouter que pour y arriver « la Côte d’ivoire a mis en place un arsenal de justice et institutionnel de prévention et de lutte contre la corruption ».

Lors de son exposé interactif, à l’étape de San-Pédro, Jacques Achiaou, directeur de la sensibilisation et de l'éducation à la HABG, et son auditoire composé du corps préfectoral, des élus, des Directeurs régionaux, des chefs traditionnels, des guides religieux, des syndicats, des associations, des ONG, des organisations de femmes et de jeunesse se sont parlés et compris sur les conséquences ‘’néfastes’’ de ce fléau.

A l'issu de cette journée, une ''plateforme anticorr'' a été mis sur pied dans le département de San-Pedro.

Zétia

04
July

Le Forum des Directeurs de Publication de Côte d’Ivoire (FORDPCI) et son partenaire du Réseau des Chambres des Experts Européens, Département Afrique de l’Ouest (RCEEDAO) ont procédé ce mercredi 04 juillet 2018, au lancement du ‘‘Prix RCEEDAO pour la paix et le développement durable’’, un prix qui vise, selon les initiateurs, à encourager les garants des lignes éditoriales des publications en Côte d’Ivoire.

Les Directeurs de Publication ayant une lourde responsabilité des contenus éditoriaux devant la loi, souligne Mme Touré Yéli, présidente du comité d’organisation, méritent un encouragement à veiller pour une bonne qualité des publications. Contexte situé, elle présente alors les différents prix et leurs contenus.

Les lauréats auront, pour le premier prix baptisé ‘‘le prix SANGARE SIDIKI Boubacar’’, représentant résident du RCEEDAO, un ordinateur Mac, un millions FCFA et 2 billets d’avion aller et retour pour une destination au choix, Monsieur et Madame avec un séjour tous frais payés. Le second prix ‘‘prix Apollinaire Ouédraogo’’, représentant résident du bureau du Burkina Faso, donne droit à un ordinateur Mac et un millions FCFA. Le troisième ; le ‘‘prix TOURE Ibrahima’’, représentant résident du bureau de Guinée-Conakry est composé d’un ordinateur Mac et un million FCFA. Et enfin le quatrième prix, ‘‘le prix RCEEDAO’’ contient un ordinateur Mac.

  

« La compétition est ouverte dès ce jour et courent jusqu’au 30 octobre 2018. Et les lauréats auront leur prix le 14 novembre 2018au cours d’un diner gala à Abidjan », a-t-elle annoncé.

Pour le président du comité scientifique, les écris doivent permettre d’anticiper sur des situations qui pourraient déboucher sur des crises si l’on n’y fait rien. Les sujets concernent l’éducation, la démocratie, l’environnement et l’économique avec un accent sur l’autonomisation économique de la femme. « Il faut alerter là où on constate des faiblesses pour qu’on y apporte des solutions. Et il faut aussi encourager ceux qui engagent des actions contribuant au développement durable », a expliqué Sylvain Koffi, président du comité scientifique du prix RCEEDAO   

Ce prix, précise le président du FORDPCI, Charles Lambert Tra BI, est une recommandation du séminaire organisé par son organisation les 17 et 18 février 2018 à Grand-Bassam autour du thème : « Le DP face au défi de la paix en Côte d’Ivoire ». « Il s’agit d’encourager les DP qui auront, au cours de l’année, bien géré les contenus éditoriaux par la qualité de leur production favorisant un climat de paix dans le pays », a expliqué Charles Tra BI insistant sur le fait que les DP ont une grande responsabilité devant la loi. « N’oublions pas que ce sont les DP qui vont toujours en prison quand la justice estime que les productions de leurs journaux menacent la paix », a-t-il souligné avant d’inviter les patrons de presse à produire des articles de presse pour mériter ce prix qui est une grande première dans le secteur de presse ivoirienne.

« Je vous exhorte à accorder beaucoup d’importance à cette initiative qui fait la promotion de la paix. Car sans la paix il n’y a pas de développement », a plaidé M. Mouchulam, représentant du représentant résident du RCEEDAO en Côte d’Ivoire.

Les candidats sont invités à déposer chaque mois trois publications en interview, reportage, compte rendu, dossiers et aussi des publications sur les activités du RCEEDAO et ce jusqu’au 30 octobre fin de réception de candidatures.

JEN       

04
July

Le président ivoirien, Alassane Ouattara a dissout ce mercredi 04 juillet 2018 son Gouvernement et renouvelé sa confiance à son premier ministre Amadou Gon Coulibaly, invité à lui proposer une nouvelle équipe gouvernementale sans l’opposition mais composée de personnes membres du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix et de la société civile.  

Dans un communiqué laconique qui n’évoque ni les raisons de cette dissolution, ni de la nécessité de la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale, le Président de la République exprimant toute sa satisfaction au Premier Ministre, Chef du Gouvernement, et aux Ministres sortants pour leur importante contribution à la mise en œuvre du programme de gouvernement, ainsi que pour leur engagement au service de la Nation, a aussitôt pris un autre décret nommant Monsieur Amadou GON COULIBALY, en qualité de Premier Ministre, Chef du Gouvernement et l’invite à ‘‘lui proposer une équipe gouvernementale, constituée de personnalités issues du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) et de la Société civile.’’ Un simple jeu de dame qui consiste à replacer les mêmes pions pour une seconde partie.

En attendant la mise en place du nouveau Gouvernement, les Membres du Gouvernement sortant sont chargés d’expédier, chacun en ce qui le concerne, les affaires courantes.

JEN

04
July

Réunis le samedi 30 juin 2018 dans la cour de la maison du PDCI-RDA de Daoukro, qui a refusé du monde, les secrétaires généraux de section, présidents de comité, et militants de base, ont dans la ferveur militante accueilli avec joie une information capitale.

« Militants et militants, vaillants soldats du PDCI-RDA ; depuis quelques mois, nous travaillons ensemble pour redynamiser notre Parti et raffermir notre alliance politique le RHDP. Nos efforts portent de bons fruits et vous méritez félicitations et encouragement. Nous devons redoubler d’ardeur au travail dans l’entente, l’union, la cohésion entre militants du PDCI-RDA d’une part, mais avec toutes nos sœurs et tous nos frères de notre alliance politique le RHDP. Notre objectif reste et demeure le mieux-être de nos parents, frères et sœurs.

Nul n’est besoin de rappeler ici, les nombreuses actions que nous menons sur le terrain ainsi que nos réalisations d’infrastructures sociales, hydrauliques, sanitaires, éducatives et culturelles à travers toute la région, dont vous êtes bénéficiaires et fiers.

Nous pourrions amplifier nos réalisations sur le terrain, si vous m’en donniez mandat » a déclaré TRAORE Adam-Kolia avant de poser la question à ses « Hommes et femmes » : voulez-vous être avec moi candidats à la présidence du Conseil Régional de l’IFFOU ?

C’est par un « OUI » retentissant, et généralisé, dans une grande ambiance de fête, que les militants de base ont porté en triomphe leur patron.

Sensible et ému par ce précieux soutien, le délégué, après des remerciements, s’est dit résolument déterminé à conduire les destinées du conseil régional de l’Iffou, au nom et pour le bonheur de tous. « Personne ne pourra nous en empêcher et bientôt avec la grâce de Dieu, vous fêterez votre victoire » a-t-il ajouté fermement.

Les militants présents ont également été rassurés de la bonne appréciation du renouveau dynamique de la délégation par la haute direction du Parti avec à sa tête le Président Aimé Henri Konan BEDIE avec qui, leur délégué est en parfaite communion sur le développement futur de la Région de l’Iffou.

Le candidat à la candidature pour le compte du PDCI-RDA a précisé qu’il conduira la liste RHDP, car il s’y est déjà accordé avec la majorité des responsables des partis politiques frères, des cardes et des populations qu’il visite depuis quelques mois.

Rappelons que l’ensemble des élus de la Région de l’Iffou ont déjà fait bloc autour du délégué candidat.

Fort de ces importants appuis et de son encrage sur le terrain, TRAORE Adam-kolia a invité ses adversaires dans ces élections, à le rejoindre la dynamique d’union, de cohésion et de fraternité impulsée au service du développement de la Région de l’Iffou.

Le candidat a tenu à saluer le travail abattu par le Ministre Moîse KAUMOUE koffi, actuel président du Conseil Régional de l’Iffou, avant de lui souhaiter « bon vent » au SENAT.

Dans la même veine, TRAORE Adam-Kolia a dit tout le respect qu’il voue au Ministre NIAMIEN N’goran, qui ne devrait pas être son adversaire politique, sauf si ce dernier en décidait autrement.

En tout état de cause, il a invité respectueusement mais avec insistance, son aîné à soutenir sa candidature, pour tenir la place honorable qui la sienne.

Pour joindre l’acte à la parole, c’est accompagné des députés de Daoukro-N’gattakro et M’bahiakro-Bonguera-Kondossou, respectivement Olivier AKOTO et TIALY Honoré, représentant les cinq députés de la région, mais aussi, de l’ensemble des secrétaires généraux de section, des présidents de comité de base, des militants présents que TRAORE Adam-Kolia a déposé son dossier de candidature en trois exemplaires, auprès des émissaires du plus ancien des délégués départementaux de la région.

La célébration de cette bonne nouvelle aux dires des participants qui voient en cette candidature l’expression d’une autre manière de faire de la politique a duré jusqu’au couché du jour.

Le délégué départemental avait avant d’annoncer sa candidature, fait le point de l’enrôlement électoral. Il a également fait le compte rendu de la réunion du bureau politique du PDCI-RDA du 17 juin 2018.

Sur ce dernier point, le délégué TRAORE Adam-Kolia a rassuré l’auditoire qu’au PDCI-RDA, il n’y a ni pro, ni anti Parti Unifié ; tous les militants sont pour le Parti Unifié qui est une belle trouvaille du Président Henri konan BEDIE, soutenue par son jeune frère, le Président Alassane OUATTARA. Il s’agit simplement d’un problème de calendrier et de conditions de mise en œuvre sur lequel les deux présidents sauront sagement s’accorder pour préserver la paix et l’unité de notre cher pays.

Contribution

03
July

Pascal AFFI N’Guessan a qualifié ce mardi 03 juillet 2018 Aboudramane Sangaré de hors la loi, de quelqu’un qui ne respecte pas les institutions et les personnes qui les incarne. « Pour un homme d’Etat, c’est d’abord le respect de la légalité. Celui qui ne respecte pas la loi, est un hors la loi », a affirmé Pascal AFFI N’Guessan dénonçant la fronde menée par le camp Sangaré pour affaiblir le front populaire ivoirien. « Celui qui est pour la libération du Président Laurent Gbagbo, ne peut pas être pour la division au FPI. Mais beaucoup d’hommes politiques trouvent leur survie dans la division au sein du FPI », a-t-il ajouté avant de révéler ce qui fait courir le camp Sangaré. « La motivation des frondeurs est une question de leadership. En 2012, ils avaient déjà voulu tourner ma page alors que j’étais encore détenu en prison. Malheureusement pour eux, j’ai été libéré le 4 août 2012 », a relevé AFFI N’Guessan avant de rappeler les différentes rencontres que Sangaré et ses camarades ont eu avec le pouvoir Ouattara avant sa libération. « Avant que je ne sorte de prison, les frondeurs négociaient avec Ouattara. Le 29 septembre 2011, Ouattara les a reçus. En mai 2011, ils étaient à l’investiture de Ouattara à Yamoussoukro », a souligné Pascal AFFI N’Guessan pour qui l’attitude de ses camarades répond simplement à une question de leadership au sein du parti. « Qui doit être devant pour qu’on le voit ? C’est ça qui habite Sangaré et tous ceux qui le suivent pour certain et pour d’autres, ils ont simplement été trompés », a-t-il expliqué. Aussi, Pascal AFFI N’Guessan avoue qu’il n’est pas surpris de l’attitude de l’homme qui se fait appeler le gardien du temple. « Il a toujours eu cette attitude vis-à-vis du Président Gbagbo. Il est comme ça, il est habitué à bouder. Il fait ce qu’il veut. Parfois quand il veut imposer sa vision au président Laurent Gbagbo et qu’il ne parvient pas, il le boude. Et c’est le président Gbagbo qui va le voir après, au nom de l’amitié qui les lie de longues dates pour qu’il oublie ce qui s’est passé », a-t-il expliqué annonçant, très confiant, un FPI fort aux termes de ce 4è congrès ordinaire nonobstant celui que compte organiser le camp Sangaré le 4 août, soit une semaine après la tenue des assises d’Abidjan les 27 et 28 juillte 2018.

JEN  

03
July

Le président du front populaire ivoirien Pascal AFFI N’Guessan a annoncé ce mardi 03 juillet 2018 la tenue du 4è congrès ordinaire de son parti pour les 27 et 28 juillet 2018 au palais des sport de Treichville à Abidjan.

« Le moment est venu d’organiser le 4è congrès ordinaire pour la renaissance du Front Populaire Ivoirien », a déclaré Pascal AFFI N’Guessan au cours du conférence de presse pour situer les enjeux de ce grand rendez des refondateurs. Un congrès qui, selon lui, aurait pu se tenir depuis 2004 mais qui n’a pas eu lieu à cause de la rébellion armée intervenue en septembre 2002. Aussi, souligne le président du FPI, en 2014 les tensions au sein du parti n’ont pas également permis de l’organiser. « Nous avions annoncé ce congrès pour 2014 mais les tensions m’ont emmené à demander son report », a expliqué AFFI N’Guessan révélant qu’il l’a fait tenant compte du message du président fondateur du front populaire ivoirien Laurent Gbagbo qui avait appelé à l’unité au sein du parti avant d’aller à ce congrès. « Depuis fin 2017, nous constatons que la fronde a commencé à s’estomper. Plusieurs d’entre eux ont commencé à nous rejoindre », a-t-il ajouté avant d’indiquer que 10.000 congressistes sont attendus pour les 6.000 sections que compte le FPI à ce jour sur l’ensemble du territoire.

Ce 4è congrès qui se veut le congrès de l’espérance, souligne Affi N’Guessan, passera en revue les textes du parti pour l’adapter à l’évolution du temps.

JEN

01
July

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a entrepris une tournée dans la région du Goh (Gagnoa, Oumé) le 30 juin 2018. Au pas de course, dans la seule journée du samedi, il a visité les chefs-lieux de sous-préfecture de Ouragahio, Guibéroua puis Galébré. Dans cette dernière localité, il est arrivé sous le coup de 18 heures sous une pluie battante.

La cérémonie a duré moins de trente minutes devant des populations mobilisées dans la boue et sous le mauvais temps. Le chef du gouvernement a honoré une promesse faite par le ministre des Infrastructures économiques, Amédée Koffi Kouakou en septembre 2017 alors qu’il était invité à la célébration de la députée Dogo Belmonde.

Le ministre Amédée Kouakou était de la délégation du premier ministre et c’est lui qui a présenté le projet en ses caractéristiques techniques avant que l’hôte de marque ne confirme ce qui était jusque-là une promesse. Un investissement de 952 millions de FCFA financé par l’Etat, un château haut de 15 mètres pour une capacité de 150 mètres cubes. Il nécessitera 3 forages de débit nominal de 30 m3 par heure pour son alimentation, a annoncé Amadou Gon sous les applaudissements du public.

Ce projet, a précisé pour sa part, le ministre des Infrastructures économiques rentre dans le cadre du programme ‘’eau pour tous’’ qui vise à doter 200 sous-préfectures du pays de ‘’système d’hydraulique urbaine’’. Une enveloppe de 100 milliards de FCFA y sera consacrée.

Pour Galébré, les travaux ont déjà démarré avec les fondations du château dont la construction a été confiée à l’entreprise Cico avec pour maître d’œuvre, le Bnetd.

C’est pourquoi dans son discours le premier ministre a invité les populations à soutenir le gouvernement et à tourner le dos aux incompréhensions du passé.

SD à Galébré

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

30
June

Le ministère de la santé et de l’hygiène publique a réagi ce samedi 30 juin 2018, lors d’une conférence de presse animée à son cabinet, sur la sortie de COORDISANTE dont le message relayé dans les médias numériques circule sur les réseaux sociaux accusant la ministre Raymonde Goudou KOFFI d’avoir ‘‘déchiré la trêve sociale’’.

Faisant un lien avec les mouvements d’affectation en cours à l’Institut de Cardiologie d’Abidjan (ICA), la Coordination des Syndicats du secteur de la Santé (COORDISANTE) a vertement accusé la ministre de la santé de donner son onction aux pratiques qu’elle qualifie de ‘‘peu orthodoxe’’ du Professeur SEKA Remi, Directeur Général de l’Institut qui aurait engagé un vaste mouvement d’affectation du personnel soignants et agents administratifs de son institution depuis juin 2018 sans au préalable aviser les ressources humaines du ministère dont il dépend lui-même. Il l’aurait fait, toujours selon la COORDISANTE, pour mieux disposer des primes de agents de son institution.

« Il n’en est rien de toutes ces allégations », affirme Directeur de Cabinet Adjoint, Dr ABLE Ekissi Ambroise soulignant que les mutations opérées en ce moment ne sont, ni dirigées contre un groupe de personnes, ni le fait d’un directeur de service quelconque du ministère. « Mme la ministre a opéré des mutations pour un souci d’efficacité dans le travail. Et ces affectations concernent les personnes qui ont excédé plus de 5 ans de présence à leur poste. Elles ont commencé par les Directions Départementales, puis les Directions Régionales, les Hôpitaux Généraux, les Centre Hospitaliers Régionaux (CHR) et va s’étendre aux Etablissements Publics Nationaux (EPN) », a-t-il expliqué avant de préciser qu’il n’y a aucun lien qu’il faille établir entre les affectations en cours et les primes des agents que défend la COORDISANTE.

Sur la question des primes, la vraie pomme de discorde entre le personnel de l’ICA et sa direction, qui a suscité la sortie de la coordination des syndicats, ces derniers souhaitent que l’on exclue de la liste 2017, les médecins CES qui, selon elle, n’ont pas droit à ces primes.

Les textes, selon la responsable juridique du ministère de la santé, Victoire Aheroua, parlent de l’ensemble du personnel de santé et non d’une entité du personnel de santé qui aurait droit. « Dire que les médecins CES non fonctionnaire n’ont pas droit, n’est pas juste puisqu’ils participent tous au fonctionnement du service », a-t-elle indiqué.

Pour le DG de l’ICA, le professeur SEKA, il serait plus injuste si les médecins CES qui contribuent efficacement au dynamisme de son service ne sont pas pris en compte dans la rétribution de cette prime. Et pour plus de compréhension des textes, souligne-t-il, en collaboration avec les syndicats, une nouvelle ossature a été proposé sur table du gouvernement et attend d’être adoptée pour sa mise en œuvre. Celle-ci prévoit une hausse de la prime qui passerait de 15% actuellement sur les recettes générées par les services à 18% afin de rendre plus consistante l’enveloppe devant revenir à chacun.             
JEN

Page 10 of 29

Calendrier évènement

December 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...