24hreggae

22
August

Côte d’Ivoire : Les députés entendent le gouvernement et les journalistes sur le nouveau projet de loi portant régime juridique de la presse

Publié dans Politique

La commission des Affaires Sociales et Culturelles de l'Assemblée Nationale de Côte d'Ivoire a reçu ce mardi 22 août 2017 les représentants de la presse et le ministère de la communication pour une séance explicative sur la nouvelle loi portant régime juridique de la presse et de l’audio-visuelle.

Aux termes des écoutes, souligne FREGBO Basile, président de cette commission, les deux parties (Gouvernement et journalistes) sont favorables à la tenue d’un séminaire au cours duquel les questions de fond pourront être débattus et parvenir à une meilleure compréhension du texte

« Notre objectif était de parler avec le gouvernement et la presse. Nous avons n’avons pas voulu engager le débat, mais seulement écouter de part et d’autre afin d’être mieux outillé. Ce qui nous a plu et que nous retenons, c’est que les deux parties ont demandé que nous nous retrouvions à un atelier ou un séminaire afin de débattre des points importants pour une meilleure compréhension du texte. Nous sommes satisfaits de l’esprit qui a prévalu au cours de cette rencontre-là », a indiqué le président de la Commission des Affaires Sociales et Culturelles (CASC) notant, aux termes des écoutes, une avancée notable sur les points d’incompréhension.

 

« Les journalistes ont soulevé six ou sept points et à les écouter, ce sont ces points-là qui les perturbent. Nous avons donc pris note et nous allons apprécier. En même temps, le représentant du ministère de la communication nous a dit que beaucoup de ces points ont déjà été pris en compte, donc il y a des avancées. Nous allons nous retrouver très bientôt pour en parler », a-t-il conclu.

Les organisations professionnelles représentées par Guillaume Gbato, Touré Youssouf et Olivier Yro ont salué cette initiative des représentants de la nation auxquels, il revient de voter les lois de la société.

Nous sommes venus à l’invitation du président de la commission des affaires sociales et culturelles pour échanger avec la commission mais aussi avec le ministère de la communication sur les deux projets de lois qui depuis le mois de mai, ont été adoptés en commission et retirés par la suite. Et depuis, nous avons fait des mains et pieds pour pouvoir rencontrer le ministère afin d’échanger sur la compréhension du texte. Malheureusement, jusqu’à présent, nous n’avons pas encore eu cette chance-là. Le président de la commission vient de nous donner cette occasion là. Estimant qu’il pouvait faire ce travail là, nous a invités pour prendre notre point de vue et inviter les députés à nous aider à organiser un débat au cours d’un séminaire qui réunira les députés, le gouvernement et nous-mêmes afin qu’on puisse regarder tout ce qui est fait pour faire avancer le secteur des médias en Côte d’Ivoire », a indiqué Guillaume Gbato qualifiant les échanges de fructueux.

« Nous avons eu de fructueux échanges. Le président Frégbo Basile et ses collègues nous ont bien écoutés et je crois qu’ils sont d’accord avec nous pour que ce débat ait lieux avec le gouvernement », s’est-il réjoui après avoir souligné que l’idée étant de se retrouver à un séminaire, les débats de fond pourront être débattus à cette occasion là.

JEN          

02
September

Côte d’Ivoire/Répondant au ministère de la communication sur sa volonté de faire adopter la loi sur la presse, un député en colère prévient : « Nous ne sommes pas des béni-oui-oui »

Publié dans Politique


L’honorable Félix Anoblé, député de la ville de San-Pedro,  était le samedi 26 août 2017 face à ses mandants, un devoir qu’il s’est assigné d’honoré afin de mettre au même niveau d’information les populations pour lesquelles, les élus de la nation travaillent.

Pour la circonstance, la salle du Rotary Club de Séwéké qui a servi de lieu à cette rencontre d’échange, s'est avérée exigüe pour les populations  qui sont sorties nombreuses pour écouter leur élu.

Dans son exposé, l’honorable Anoblé a indiqué que le parlement a reçu plusieurs lois de l’exécutif. Cinq lois ont été étudiées et quatre ont été votées. Parmi celles qui ont été examinées, se trouve celle  portant régime juridique de la presse et de l’audio-visuelle.

«Il était important de venir expliquer aux populations qui sont nos mandants, ce que nous avons fait et les raisons qui nous ont amené à voter telle ou telle loi et le fondement de ces différentes lois », a t-il d’abord expliqué sa démarche.

Sur la réforme portant régime juridique de la presse, l’honorable Félix Anoblé a tenu à faire une précision sur le rôle des parlementaires. « L’Assemblée Nationale n’est pas une caisse d’enregistrement de textes du Gouvernement. Elle discute les textes pour parvenir à une meilleure compréhension de tous avant leur adoption », a-t-il précisé avant de répondre aux allégations faites par le Directeur de cabinet du ministre ivoirien de la communication et de Guillaume Gbato, secrétaire général du Syndicat National de la Presse Privée en Côte d’Ivoire, porte-parole des organisations du secteur de la presse. Ce dernier, à l’ouverture du Colloque-Congrès de l’Observatoire de la Liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie, OLPED, a affirmé que ces lois seront votées par l’Assemblée Nationale après avoir pris en compte les préoccupations des journalistes.

« Est-il est député pour tenir de tels propos? » s’est interrogé le député Félix Anoblé pour qui ‘‘Même le Président de l’Assemblée Nationale SORO Guillaume, encore moins un député ne peut tenir de tels propos’’. « Il n’est pas question qu’un individu, au cours d’une rencontre, vienne donner un ordre à l’Assemblée Nationale », a-t-il indiqué.

Visiblement très en colère, le député Félix Anoblé, rapporteur général de la Commission des Affaires Economiques et Financières au Parlement Ivoirien, CAEF, n’est pas allé par quatre chemins pour fustiger l’attitude du

Contre M. Apetey, directeur de cabinet du ministre Koné Bruno, les propos ont plutôt été jugés d’injurieux. « C’est une injure ! Il a trouvé que les journalistes l’ont insulté mais lui, il a insulté le peuple de Côte d’Ivoire à travers les propos qu’il a tenus à Yamoussoukro devant les journalistes. Nous l’invitons à retirer cette phrase. C’est une injure aux députés de dire que cette loi sera votée. Alors qu’il n’est pas député, pour qui donc se prend-il ? Nous ne pouvons pas accepter qu’un directeur  de cabinet donne l’impression, le jour où nous voterons la loi, portant régime juridique de la presse écrite de la communication audio-visuelle, que c’est parce qu’il aura ainsi décidé, que cette loi a été votée. Non ! Les députés votent selon leur intime conviction et pour le bien du peuple de Côte d’Ivoire » a-t-il martelé avant de lui lancer un avertissement. « Les députés ne sont pas obligés d’adopter cette loi. Nous ne sommes pas des béni-oui-oui. Quand nous adoptons une loi, nous savons que celle-ci est bonne pour le peuple de Côte d’Ivoire dont nous sommes les représentants »,  a-t-il prévenu

Au cours de cette séance, les différents intervenants ont salué cette initiative. Tous ont félicité l’honorable Anoblé Félix pour l’écoute permanente dont-il fait preuve aux différentes sollicitations de ses mandants.

Aussi, a-t-il invité ses populations à l’unité et faire barrage à la voie de la division.

Zétia

13
October

Côte d’Ivoire : Devant la situation socio-politique tendue, Affi invite Soro a rentrer au pays pour jouer le rôle qui est le sien

Publié dans Politique

Le président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan pour qui l’avenir de la Côte d’Ivoire est aujourd’hui incertain au regard de l’environnement socio-politique très tendu, a appelé ce vendredi 13 octobre 2017 à l’unité nationale, condition sine qua none à la cohésion sociale. Mais pour l’ancien premier ministre de Laurent Gbagbo, cette unité doit commencer par le renforcement des liens entre les membres de sa propre formation politique; le FPI

Selon AFFI, le FPI est la seule force politique, capable de faire avancer la Côte d’Ivoire. « Tous les observateurs politiques sont d’avis avec nous que l’unité du FPI permettra à la Côte d’Ivoire d’avancer, permettra la libération du Président Laurent Gbagbo, des prisonniers politique. C’est pourquoi, le FPI doit faire de son unité, le kérosène de ses actions afin de donner une autre chance à la Côte d’Ivoire», a plaidé Pascal Affi N’Guessan pour qui l’unité au sein de son parti le rendra plus fort que jamais dans les instances de décisions. «Pour une offensive diplomatique plus forte, pour que notre voie porte devant les nations unies, devant la CEDEAO dans notre volonté de voir libérer le président Laurent Gbagbo et les autres prisonniers politiques, il est temps de taire toutes nos dissensions et parler d’une seule voix», a soutenu M. Affi pour qui, ‘‘aucun message ne peut avoir d’effet s’il est porté par des voix discordantes’’. « Tous ceux qui aiment Laurent Gbagbo ne devraient pas être contre l’unité au sein du parti qu’il a créé. Il y a un temps pour faire des palabres et un temps pour faire la paix », a-t-il indiqué.

Parlant de la tension entre le pouvoir et le camp du président de l’Assemblée Nationale, Pascal Affi N’Guessan estime qu’il faut laisser la procédure aller jusqu’à son terme afin de faire éclater la vérité et lever toutes les zones d’ombre susceptibles de perturber la présidentielle 2020. Aussi, Affi N’Guessan se dit inquiet de l’absence prolongée du Président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro hors du pays. « L’absence du Président de l’Assemblée Nationale hors du pays depuis plus de trois (3) mois n’est pas une situation normale », a dénoncé Affi N’Guessan l’invitant à rentrer au pays pour jouer le rôle qui est le sien. « Il faut qu’il rentre pour prendre le contrôle de l’institution qu’il préside », a conclu le président du FPI.

JEN      

Calendrier évènement

November 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...