15
September

Côte d’Ivoire : Ce que Gnamien Yao et son groupe réservent en la mémoire d’Houphouët en octobre et pour Bédié le 30 janvier 2018

Publié dans Politique

Le groupe de soutien au PDCI-RDA et à son président baptisé ''Bédié pour tous, Tous pour Bédié'' a rendu visite, jeudi 14 septembre 2017 au chef du parti, Henri Konan Bédié dans sa ville natale à Daoukro.

Cette visite répondait à trois objectifs. D’abord dire merci au président Bédié pour avoir nommé le ministre Gnamien Yao, en qualité d'inspecteur du Pdci-Rda et membre du Bureau politique, ensuite rendre compte des activités déjà menées (le recueillement au cimetière des martyrs du Pdci-Rda de Dimbokro, le mardi 23 août dernier) et enfin, soumettre au Président Bédié les réflexions sur les activités qu’il compte organiser les jours à venir notamment le 18 octobre 2017, date anniversaire de la naissance du Président Félix Houphouët-Boigny, Président fondateur du Pdci-Rda, à la Maison du Pdci-Rda de Cocody. 

Selon le communiqué du service de communication de ce mouvement de soutien, le Président Bédié aurait bien apprécié, le travail déjà effectué par le groupe ''Bédié pour tous, Tous pour Bédié'' en très peu de temps.

Il a, alors, invité le ministre Gnamien Yao et son groupe à lui revenir très rapidement pour définir les dernières modalités pratiques de l'activité du 18 octobre 2017 qu’ils comptent organiser.

Profitant de cette rencontre, le bureau exécutif du groupe ''Bédié pour tous, Tous pour Bédié'' a annoncé au président du Pdci-Rda, l’organisation, le 30 janvier 2018, d'une journée hommage à lui dédiée à Dimbokro, à l'occasion de la commémoration de la date anniversaire des événements de 1950 où le  parti fondateur de la Côte d'Ivoire a perdu des militants dans des affrontements avec le pouvoir colonial à Treichville, Dimbokro, Séguela et Zuénoula. Accord donné par le président Henri Konan Bédié pour cette autre activité.

La délégation de Gnamien Yao forte de 9 membres était composée du doyen Kouadio Pierre dit Pépoint, membre d'honneur, Mme Djomo Ahou Madeleine, vice-présidente chargé de la Coopération et secrétaire générale, le doyen N'gbain N'guessan, vice-président chargé de la Sagesse africaine, le doyen Vamé Doumbia, vice-président chargé des relations avec les autres groupes de soutien, le doyen Saouré Brou Gaston, vice-président chargé du Diagnostic et de la Bonne gouvernance, Metch Adjé Silas, vice-président chargé de l'Innovation, Jean-Marie Kouassi Ahoussou, vice-président chargé des Stratégies et de la Prospective, et Mlle Kouamé Aya Véronique, membre.

Les nouvelles directives du Pdci-Rda pour la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020, se résument au Combat contre la politique de diversion et démystifier les impostures qui détournent les enjeux nationaux au profit de querelles politiciennes subalternes;  proposer la transformation sociale de la Côte d’Ivoire, en revendiquant l’héritage du PDCI-RDA, en l’assumant et en le défendant avec lucidité, sens politique et rigueur morale ; puis convaincre les Ivoiriens que le PDCI-RDA, est un  grand Parti, en plus d’être toujours porteur d’espoir est l’héritier d’une longue tradition de combat pacifique pour le bonheur du peuple de Côte d’Ivoire dans sa diversité toujours renouvelée.

JEN (Source : Sercom Groupe ''Bédié pour tous, Tous pour Bédié'')

17
June

Côte d’Ivoire : Le PDCI de BEDIE ne veut pas d’un RHDP avant la présidentielle de 2020

Publié dans Politique

Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a annoncé ce dimanche 17 Juin 2018, aux termes d’un Bureau Politique parfois houleux tenu à son siège à Cocody, qu’il endosse l’engagement de l’accord politique pris par son Président Henri Konan BEDIE en vue de la création du parti unifié baptisé Rassemblement des Houphouëtistes pour le Démocratie et la Paix (RHDP).

Le communiqué qui a sanctionné les 6 heures et demie d’horloge (16H – 22H 30 minutes) de débat entre pro-Rhdp et anti-Rhdp, donne un avis favorable à la création du RHDP, seulement après l’élection présidentielle de 2020.

Dans ce communiqué final, le Bureau Politique saluant la qualité du travail du comité de haut niveau sur les textes fondateurs du parti unifié, a cependant invité le Président BEDIE dont le mandat a été prorogé jusqu’au 13è congrès ordinaire, également prolongé après la présidentielle de 2020, à ‘‘poursuivre les discussions avec les autres partis membres du RHDP’’ à l’effet de peaufiner le document qui devrai être validé au cours d’un congrès.

« Aux termes des échanges fructueux, le bureau politique affirme son soutien au Président du Parti et endosse la signature de l’Accord Politique du RHDP relatif à la création d’un Parti Unifié; le Bureau Politique prend acte des documents tels que validés par le Comité de Haut Niveau et décide de soumettre ces documents à l’examen du prochain congrès ordinaire du PDCI-RDA », avance le communiqué qui souligne par ailleurs que le 13è congrès ne peut se tenir avant 2020. «Le Bureau politique, face aux enjeux futurs et soucieux de la préservation de l’union des militants autour du Président du Parti, décide du report du 13ème Congrès Ordinaire du PDCI-RDA après l’élection présidentielle de 2020 », mentionne le document qui invite également le Président du PDCI-RDA à poursuivre les négociations allant dans ce sens. « Le Bureau Politique donne cependant mandat au Président du Parti pour poursuivre les négociations dans le cadre du RHDP et ce, à toutes les étapes du processus de mise en œuvre du Parti unifié RHDP ».

En clair le PDCI ne veut pas d’un RHDP maintenant.

Lors due son 4è congrès extraordinaire du RDR, le Chef de l'Etat, Alassane Ouattara, président d'honneur du RDR, dans une menance à peine voilée invitait ses alliés à hâter le pas pour aller au parti unifié afin de lui permettre de remanier son gouvernement avec ceux qui prendront la barque avec lui.  

JEN   

11
July

Côte d’Ivoire : le coup d’Etat de DUNCAN à BEDIE

Publié dans Politique

Ça s’est passé en douceur, du moins sans forcing, et ça, ça s’appelle un coup d’Etat, celui que vient d’opérer le vice-président du PDCI-RDA, Daniel Kablan Duncan contre le président de son parti, Henri Konan BEDIE lors de la formation du 2è Gouvernement GON Coulibaly.

De fait, également vice-président de la République, Daniel Kablan, selon Amadou GON Coulibaly, aurait, de par cette double casquettes, proposé les cadres du PDCI-RDA nommés pour faire partie du nouveau gouvernement dans lequel le président du PDCI Henri Konan Bédié n’entendait pas y participer. « Pour la formation de ce gouvernement, le Président de la République a eu des discussions avec le vice-président qui est aussi vice-président du PDCI », a déclaré ce mercredi 11 juillet 2018 le chef du gouvernement Amadou GON Coulibaly, interrogé sur le sujet, juste après son premier conseil des ministres avec toute son équipe au grand complet.

Une démarche qui a permis au Président Ouattara non seulement de contourner le chef du parti septuagénaire pour régler le refus de ce dernier de participer à ce gouvernement RHDP dont sa formation était conditionnée par l’adhésion de tous les partis politiques membres de cette coalition au projet de parti unifié voulu par Alassane Ouattara, mais surtout de piétiner une décision de parti.

Maintenant que c’est fait, DUNCAN devra prouver sa cote de popularité au sein de son parti au risque d’être vomi par les militants qui le 17 juin dernier, lors du bureau politique déjà, avaient manifesté une hostilité à son endroit.   

JEN   

16
July

Une candidature de Ouattara pour un 3è mandat en 2020 sera une honte et un grand recul pour la Côte d’Ivoire dans le concert des nations selon ANAKY KOBENAN

Publié dans Politique

DÉCLARATION EXPLOSIVE DU PRÉSIDENT ANAKY KOBENAN

Situation Politique, Parti unifié, RDR, Rhdp , etc..

Le Bureau Politique du RDR, réuni à Abidjan le 09 Juillet 2018, a demandé à son Président d’honneur, Alassane Ouattara, d’accepter d’être le Président du parti Unifié RHDP dont la création va se faire au galop dans les jours sinon heures qui viennent.

La Côte d’Ivoire, dans toutes ses composantes, contrées et populations remercie le Bureau Politique du RDR d’avoir enfin abattu ses cartes et délivré des incertitudes, supputations, et même angoisses, les millions d’Ivoiriennes et d’Ivoiriens qui se demandaient bien ce que pouvait cacher cette obsession fiévreuse du Président Ouattara à imposer au forceps ce parti politique unifié RHDP à ses partenaires en alliance.

Il est désormais clair que le RHDP parti unifié est tout simplement la voie royale pour un troisième mandat d’Alassane Ouattara, en 2020, puisqu’il en sera le candidat de consensus obligé aux élections présidentielles de 2020.
Ainsi, le ‘’golden boy’’, présenté comme une perle du système universitaire Nord-Américain, pétri aux valeurs du libéralisme, et ayant brillamment fait ses classes d’économiste expert dans le système de Bretton Woods, a fini par rentrer dans le rang classique des despotes des sombres tropiques, dont le seul crédo est que leur pays et leurs concitoyens ne peuvent trouver le salut que par leur seule personne.

Comme il est avéré qu’aucune voix Ivoirienne ne lui parvient, et surtout pas celles de ses proches au gouvernement et en son parti politique, pré carré en permanence tétanisé par le regard du lion, espérons au moins que ceux de l’extérieur qui, seuls, ont sa considération et son attention, pourront lire quelques-unes des préoccupations des Ivoiriens et les lui répercuter !

A-Démocratie en Recul : 
La Côte d’Ivoire est un pays démocratique, et la constitution commande et oriente toutes les lignes de sa gouvernance et de sa vie publique. Il se trouve que la constitution en vigueur ne permet pas que l’on soit Président de la République dans le prolongement de deux mandats successifs. 
Alassane Ouattara ayant été élu Président en 2010 et en 2015, sa candidature à la présidentielle de 2020 est purement et simplement irrecevable.
Le monde entier attend avec impatience de vérifier si la Côte d’Ivoire est un état de droit, un pays ayant fait le choix d’épouser les valeurs de ce nouveau siècle d’espoirs d’épanouissement porté par les valeurs démocratiques. L’annonce de la candidature de Ouattara pour 2020 représentera une honte et un grand recul pour la Côte d’Ivoire et son image dans le concert des nations !

B- Le RDR est atteint :
Cette volonté désormais claire et affichée d’Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat, et peut être encore plus, va créer une crise profonde d’abord et avant tout au sein de son propre parti politique, le RDR, où les militants et responsables se retrouvent brutalement sans véritable repère, puisque le fétiche se retrouve comme mis à nu.
Le RDR étant l’un des trois principaux partis politiques de Côte d’Ivoire, il est certain que sa déstabilisation profonde aura forcément un impact sur la vie politique et sociale dans le pays ; car il est acquis que la paix et la stabilité d’un pays reposent sur le bon fonctionnement démocratique des partis politiques, pour qu’ils puissent assumer valablement leur rôle d’information, d’interface et de régulation au moment des grandes échéances de la vie de la nation. Depuis Septembre 2002, l’on sait que le Nord de la Côte d’Ivoire, zone ou le RDR est majoritaire, peut vite prendre feu et mettre en péril la paix dans le pays.
Depuis ce récent congrès extraordinaire du RDR, où c’est devant toutes les caméras et les regards stupéfaits du monde entier que Alassane Ouattara a composé la direction de son parti, il est évident que le feu y couve. S’il en doutait, il n’aurait qu’à se faire projeter cette séquence où les mines ébahies, frustrées et au bord de la révolte des membres de son pré carré ne trompent guère. 
Attention ! Attention ! Aucun mouvement messianique ne survit à l’explosion du mythe bâti sur l’aura de son leader !

C- Le PDCI est attaqué :
Toujours pour obtenir ce troisième mandat, Alassane Ouattara ne fera que persister dans son négationnisme de l’inéluctable dette de retour au PDCI et à Konan Bédié, induite par l’appel de Daoukro, de septembre 2014, qui lui a assuré sans coup férir un second mandat en 2015. Un fauteuil présidentiel ne peut se rendre que par un fauteuil présidentiel. N’avons-nous pas entendu que « courte queue se paye avec courte queue » ?
Il convient donc désormais d’intégrer que la grave crise qui s’ouvre entre Ouattara et le PDCI de Bédié risque d’avoir également de graves conséquences sur la paix et l’ordre public en Côte d’Ivoire. 
Le PDCI-RDA ne sera plus tout à fait le même, et quelles que soient les volontés d’apaisement et de rassemblement, les dirigeants de ce parti auront tous, désormais, telle ou telle étiquette au front.

D- Les Elections de 2020 en danger :
Par ailleurs, si, sans aucune retenue ni honte, les défenseurs du troisième mandat de Ouattara clament que seul le RHDP parti réunifié garantira la paix en Côte d’Ivoire, invitent-ils donc déjà les Ivoiriens et Ivoiriennes à se préparer à une autre guerre civile, non seulement si le PDCI présentait un candidat en 2020 comme il semble désormais y être décidé, mais, pire encore, si c’était un candidat de l’opposition qui remportait cette même présidentielle ? Hum… Hum… Hum….

E- Que devient la Côte d’Ivoire ? 
Pour nous résumer, l’on est aujourd’hui fondé à se demander s’il y a encore du bon sens et du réalisme aux commandes du navire Ivoire, car, en plus des conditions de vie intenables que connaissent les populations dans leur vie quotidienne, ne voilà t’-il pas qu’on leur sert un gouvernement où chaque ministre ou secrétaire d’état sera désormais un sofa armé et en guerre pour porter son messie à la tête de la Côte d’Ivoire en 2020, envers et contre tout, et tant pis pour le peuple, pour les exilés, les prisonniers politiques, et basta pour l’impérieuse réconciliation qui pourtant commande tout!
Plus de deux ans avant la tenue des élections présidentielles de 2020, toute la vie du pays semble se ramener à l’exécution des volontés aussi impatientes qu’inacceptables d’un despote désormais aligné sur le registre du « aussitôt exigé, aussitôt fait », et qui ne semble même pas comprendre que l’autre, le partenaire, est également fait de chair et de sang, et a aussi une volonté et une âme ! Sans même évoquer l’adversaire politique qui n’est même pas censé exister !
Quel paysage donne aujourd’hui la Côte d’Ivoire officielle à la Communauté Internationale ou aux partenaires au développement ?

Des investisseurs étrangers peuvent-ils repartir rassurés s’ils viennent de passer une semaine en Côte d’Ivoire, en ces mois de Juin et Juillet 2018 ?

Pour terminer, nous espérons qu’il apparait à toutes les Ivoiriennes et Ivoiriens que, en prévision des zones d’incertitudes et turbulences vers lesquelles le Président Ouattara entraine leur pays, il s’impose, plus que jamais, que ceux qui aiment ce pays s’arment le mental, se mobilisent et se tiennent prêts pour les grandes batailles pour la survie du pays qui s’annoncent.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.
Abidjan, le 12 Juillet 2018

Le Président du MFA
KOBENA INNOCENT ANAKY

Le titre est de la rédaction

Calendrier évènement

October 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...