Info News :
29
April

«La Métamorphose du pays Kroumen », le livre de Gnépa Iré Barthélémy a été dédicacé le samedi 28 avril au Centre Culturel municipal de San-Pedro, en présence  de la Secrétaire Général 2 de la préfecture, du Sous-Préfet central, du chef canton central  et de plusieurs autres personnalités.

"La Métamorphose du pays Kroumen ",  un livre érudit et passionnant de 153 pages qui synthétise avec brio l’histoire Kroumen ou Klapo depuis ses origines jusqu’à nos jours.  

En effet, ce livre est le fruit de nombreuses interrogations d'un observateur sur les mutations qui s'opèrent dans la société Kroumen ou Klapo. La densité des thématiques et des réflexions présentés dans ce livre sont, selon l'auteur, une invite à la prise de conscience de l'intelligentsia Klapo pour une participation plus visible et plus efficace à la réalisation du progrès économique et social de son territoire.

« C’est d'abord un livre d'histoire. Parce que nous sommes partis  d'abord de l'histoire du pays des Kroumen pour jeter un regard critique sur tous ce qui est en train de se passer dans ce peuple, dans la région, pour que nous puissions comprendre et voir quelles sont les grandes vautre à dégager pour développer la région. Donc, on peut le considérer comme un livre d'histoire, mais avec quelques relents d'anthropologie, d'économie et d'écologie... », a présenté Gnépa Iré Barthélémy. 

La cérémonie de dédicace «La Métamorphose du pays Kroumen » a suscité la curiosité des uns et des autres  au point où nombre des participants ont pu se procurer l’ouvrage. 
Pour la présentation officielle de cet ouvrage, Gnépa Iré Barthélémy a choisi le chef-lieu de la région de San-Pedro. Anciennement Président du conseil général de Tabou, Gnépa Barthélémy est attaché aux valeurs et culture Kroumen. L'auteur, commentant son livre,  a indiqué que l’initiative d’écrire n’aura jamais abouti sans le soutien de certaines personnes dont Monseigneur Alexis Toualy Mélo ( Evêque du diocèse d'Agboville),Toto Inagohi François, Koyé Gnépa Pascal et des chefs du département et de la région.  

Zétia

27
April

Sylla Abib, candidat aux élections de président de jeune du RDR de la commune de San-Pedro, a affirmé son opposition à la décision du vice-président de son parti chargé de la région de San-Pedro, Bouéka Nabo Clément de reconduire l'ancien Président communal Tiéné Drissa frappé par la limite d’âge.

Sylla, qui a initié une rencontre dans sa section au lendemain de sa participation à la réunion organisé par le maire Bouéka Nabo Clément a invité les 36 secrétaires  de section qui lui sont favorables  à rester mobilisés et continuer la lutte pour exiger l'organisation des élections. 

« Le président sortant du RJR est dépassé par l'âge, il est fini. Le Président RJR national, nous a donné une semaine pour nous entendre sur une candidature et à notre grande surprise, voilà que le vice-président vient de murir un autre projet. Celui de voir continuer le président sortant, frappé par la limite de l’âge. Moi et les 36 présidents de sections, on ne se reconnaît pas dans ça.", a-t-il déclaré, estimant que, l'union et le dynamisme des présidents de sections résident en l’organisation de ces élections du fait qu'ils leur appartiennent de choisir eux-même leur président communal. 

« Ma candidature a été motivé par les camarades présidents de section. On a dit qu'on va en commune et c'est donc dans la commune que nous allons travailler », a-t-il souligné. « Pour répondre aux actes que le vice-président a posé, poursuit-il, nous allons mettre en place un bureau communal pour travailler pour le parti ». 

Zétia

25
April

Les agents de la direction de l’informatique et de documentation des archives (Dida) du ministère du plan et du développement ont invité lundi 23 avril 2018, Jérôme Konan, candidat à la présidence de la mutuelle dudit ministère à tout mettre en œuvre afin de respecter son programme de campagne après son élection, ce, au cours d’une rencontre.

« Je souhaite qu’il soit le président qui respecte ses engagements, son programme après son élection. Qu’il ne fasse pas comme les politiques », a déclaré Koko Kouadio, agent à la Dida. Pour lui, le programme de Jérôme Konan est le meilleur programme qui prend en compte tous les maux qui minent la mutuelle générale des agents du plan. « Nous souhaitons qu’il respecte ses engagements lorsqu’il sera élu président de notre mutuelle", a-t-il insisté.

« Je suis déjà convaincu de son projet pour la mutuelle. Le problème, c’est la mise en application de tout ce qu’il vient de dévoiler », a ajouté avec beaucoup de réserve Solange IRIE, agent à la direction de l’informatique et de documentation des archives. « Nombreux sont ceux qui ont de bons projets, mais dès qu’ils sont élus, ne font rien », a-t-elle indiqué.

Pour les agents de la direction des affaires financières (Daf) du ministère du plan et du développement, le véritable problème ne se trouve pas dans les projets mais plutôt comme la gérer.

« L’équation ici à résoudre, c’est comment réussir à faire tourner cette mutuelle qu’attendent de tous leurs vœux les agents », a relevé Roland Bouikalo chef de service budget et finance à la direction des affaires financières de ce ministère. Pour lui, le futur président, devra faire "un toilettage des textes, mais surtout devra pouvoir faire la différence entre mutuelle et syndicat afin de pouvoir solutionner certains problèmes qui existent au sein de la mutuelle.

Selon la présidente sortante, Behira Blandine, Jérôme Konan porte un bon projet pour la MUGAP. Cependant, la difficulté, estime-t-elle, pourrait se situer dans la mise en œuvre de celui-ci. "Nous prions Dieu qu’il soit élu afin de mettre en œuvre son programme" a-t-elle souhaité.

A Abidjan, Jérôme Konan ne cesse d’appeler à l’union, la solidarité des agents, qui va, selon lui, se traduire par la mise en place, comme le prévoit son programme social, d’un fonds d’assistance sociale et économique du personnel du ministère du plan juste après son élection.

Pour être au parfum des difficultés de mutualistes, il promet "créer des points focaux dans toutes directions régionales afin que les informations parviennent au bureau exécutif.

JEN (Info : sercom candidat)

24
April

Dah Sansan, Président du Rassemblement des Jeunes Républicains (RJR) est en tournée depuis une semaine pour le renouvellement des structures de  base de la jeunesse de son parti.

Après les localités de Divo, Bingerville, Agboville le leader de la jeunesse républicaine est arrivé le samedi 21 avril 2018 à San-Pédro. 

« Ça fait assez longtemps que le renouvellement des bases a été annoncé. Toute la Côte d’ivoire a été informée de la volonté du bureau national RJR d’injecter du sang neuf à la base du rassemblement des républicains. Et depuis, les élections se déroulent progressivement », a-t-il déclaré l’honorable Dah Sansan.

 En effet, les jeunes du RDR devraient, au cours de cette rencontre, choisir leur leader entre quatre prétendants à la présidence du RJR de la commune de San-Pedro.  Il s’agit de Sylla Habib, Keita Ouédji, Ouattara Amara et Koné Seydou.   

Pour consolider la flamme militante entre jeunes militants, le président Dah Sansan, a invité les différents candidats un consensus car, estime-t-il, c’est en cela qui permettra la victoire du parti dans cette localité. 

Malheureusement, cette démarche hautement importante pour l’avenir du RDR a été sans succès. « Nous sommes fatigués de la malhonnêteté de nos cadres politiques à San-Pedro. Parce qu’on ne veut plus qu’ils étouffent les militants ! Ils veulent nommer un président communal pour pouvoir le manipuler et nous ne voulons pas de cette manipulation à San-Pedro », confie un président de section qui botte en touche la proposition de son président. « Aujourd’hui, poursuit-il, nous ne voulons plus perdre les élections locales. Le RDR doit remporter toutes ces élections et le président communal que nous devons choisir, devra plaire à tous et sa mission sera de rassembler les jeunes du RDR qui sont divisés ».

« Si le bureau national veut revoir sa position afin que nous allions aux élections, nous sommes partant. Mais nous n’accepterons pas que l’on nous impose quelqu’un », a indiqué Sylla Habib, candidat à cette élection.

La recherche du consensus s’est poursuivie dans la matinée du dimanche 22 avril 2018 dans un hôtel de la place sans y parvenir. Le président Dah Sansan a donné une semaine de réflexion aux différents candidats.

Lagognon Thierry

24
April

‘’L’Académie danse les chérubins’’ a fêté samedi 21 avril l’an un de son existence à l’alliance française de San-Pédro.  Face à un grand public, les 55 élèves âgés de 5 à 27 ans ont rivalisé d’élégance et de charme en s’adonnant à leur passion favorite. Sketch, danse classique et œuvre  chorégraphiques associés aux danses traditionnelles du terroir, un cocktail proposé par l’animatrice Séhi Lydie Géraldine ont égayé la foule.

Créée le 13 décembre 2017, ‘’l’Académie danse les chérubins’’ a pour objet principal de promouvoir la danse par le biais de spectacle en privilégiant les échanges artistiques avec d’autres groupes. Un moyen également de ‘‘permettre à la jeunesse de San-Pedro qui aime l’art, la culture de pouvoir s’exprimer’’ selon Séhi Lydie Géraldine.

Profondément attachée à ce principe, ’l’Académie danse les chérubins’’ participe régulièrement aux rencontres de danse qui constituent un cadre privilégié de la création à travers la diversité des rencontres artistiques et culturelles organisés au niveau local mais aussi au niveau international.

Wozo vacance, variotoscop, FENAC-MISS, vacance culture, sont entre autres les compétitions locales auxquelles a participé cette jeune académie qui a à son actif de nombreuses compétitions internationales tenues au Ghana, Libéria, Guinée et le Burkina-Faso.

Zétia

23
April

Des fidèles catholiques de la région du sud de la Côte d’Ivoire, ont célébré la résurrection du Christ dimanche 15 avril dans leurs différentes cultures.

Selon le père curé de la paroisse saint Mathias Kalemba Mulumba de Yopougon Thierry Michel Mobio, initiateur de cette grande première, ce moment vise le brassage culturel. « J’ai initié la Pâques éclatée de la région du Sud avec la diaspora pour prôner l’unité dans un pays comme la Côte d’Ivoire, où la crise a secouée tout le monde. Il est de mon devoir, en tant que pasteur d’amener les cultures à s’unir autour de Jésus. Cela est possible entre nous chrétiens », a estimé le père Thierry Michel Mobio lors de son homélie devant des milliers de fidèles venus assister au riche patrimoine culturel de la région du sud.  « On ne peut être frères et sœurs en Jésus et vivre en ennemis. Or, lorsqu’on est frère, tout ce qui est barrière politique disparait. Aussi, on ne doit pas avoir peur d’aller vers l’autre quel que soit son ethnie, sa religion, son parti politique », a-t-il indiqué.

Pour cette deuxième édition, les catholiques de la région du sud notamment Aladjan, Abidji, Ebrié, Abouré, Avikam, étaient à l’honneur, ce dimanche 15 avril 2018. Ils ont, par leur culture, célébré la résurrection du Christ, deux semaines après la Pâques. C’était aussi une occasion pour la paroisse de trouver les moyens financiers et matériels pour bâtir une Eglise digne du Christ dans le diocèse de Yopougon. « A travers ce brassage de cultures, et dans cette joie de la résurrection du Christ, nous voulons demander aux chrétiens de mobiliser des fonds pour la construction de leur Eglise », a plaidé le père curé pour qui cette Pâques éclatée doit aller au-delà de ses attentes.

 

Brassage qui crée l’unité

L’année dernière, la paroisse Saint Mathias Kalemba de Yopougon a mobilisé toutes les cultures de son ressort territorial pour célébrer l’unité entre les fils et filles. Avec cette deuxième édition, on note un réel engouement chez les initiateurs et les fidèles. Les fidèles chrétiens sont sortis nombreux de la région du sud pour montrer leur savoir-faire. Avikam, Abidji, Abouré, Adjoukrou, ont alors répondu à l’appel. Durant deux heures d’horloges, ces groupes ethniques, ont présenté la diversité culturelle de leur région ou village.

Dans leurs tenues traditionnelles d’apparat, spécificité culturelle des lagunaires (pêche), instruments de musiques ont permis de magnifier le Christ ressuscité.

Un des doyens participants, François Mondou Mondou, de l’ethnie Ebrié, a dit sa joie de voir cette démonstration de cultures. « Nous sommes là pour ajouter quelque chose à l’humanité. Avec la Pâques éclatée, nous arriverons à mobiliser les fonds pour la construction de notre Eglise », a-t-il dit soulignant que la présentation du poisson, lors du passage de son groupe ethnique est une spécificité de la culture du peuple Ebrié, pêcheur.

Pour Albertine Amoakon, cette cérémonie prône plutôt l’unité entre les chrétiens. « La Paques nous permet également de nous aimer et de briser les barrières de l’indifférence », a-t-elle ajouté.

Cette année l’innovation a porté sur la notation par un jury les participants. D’autres groupes notamment ceux du Nord, de l’Est, du grand Ouest et de la Cedeao sont programmés les dimanches à venir afin de présenter leurs cultures mais aussi de mobiliser des fonds.

La pose de la première pierre, de l’édifice religieux, est prévue pour août 2018 et coûtera plus de 300 millions de FCfa.

Magloire Madjessou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 8 of 32

Calendrier évènement

July 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...