Info News :

GESTION INTELLIGENTE DES MOUVEMENTS D'ENERGIE ET D'EAU POTABLE

28
October

Vive tension à Bonon après les municipales Trazié invite la population à faire confiance au droit Depuis la proclamation des résultats provisoires des élections municipales à Bonon, la tension est très vive. La population proche du maire sortant, Trazié Bi Guessan, candidat du Pdci et annoncé vaincu, n’est pas du tout d’accord avec ce résultat. Que ce soit à Bonon ville comme dans ses douze villages rattachés, des velléités de marches ou de manifestations de protestation sont perceptibles. En vue d’éviter des rixes, Trazié Bi Guessan a lancé samedi dernier, un appel au calme à ses administrés. « Je comprends votre colère. On ne peut pas spolier un citoyen de ses droits de vote dans la Côte d’Ivoire qui est un pays de Droit. Cependant, je demande à la population de Bonon et aux cadres qui sont fâchés, d’être patients. Bonon, c’est leur village. C’est leur terre. Ils n’en ont pas d’autres. Si ce Bonon est détruit, ils n’auront plus de village. Pour le moment, il faut faire confiance au droit et à nos magistrats. Nous avons introduit un recours en annulation auprès de la cours suprême. Nous attendons les résultats. Nous pensons que le droit sera dit. Parce que nous avons réunis assez de preuves pour permettre aux magistrats de dire le droit. Nous faisons confiance à la République», a-t-il recommandé. Revenant sur ces municipales dans sa localité, le maire Trazié Bi Guessan a indiqué que ces scrutins ont été entachés de plusieurs irrégularités. « Les résultats provisoires donnés par la Cei sont faux parce qu’entaché de fraudes massives. Nous sommes légalistes. Nous avons donc introduit un recours en annulation auprès de la Cour suprême avec de nombreuses preuves ». Au titre des fraudes, Trazié Bi a cité entre autres, la suppression volontaire et sans raison valable de certains bureaux de votes privant plusieurs centaines d’électeurs de son fief, de leur droit de vote. Des électeurs qui habitent la commune et qui se sont inscrits dans la commune ont été retrouvés sur des listes d’une sous- préfecture non communale. Cinq villages dont on sait l’engagement pour sa cause, n’ont reçu leur carte d’électeur que le 13 octobre aux environs de 17H. Parce que dénonce-t-il, l’agent qui les détenait est sur la liste des conseillers municipaux de son adversaire. « Tout ceci mis l’un dans l’autre, vous comprenez que les résultats donnés par la Cei ne peuvent prospérer. Sa reprise permettra aux différentes listes candidates de jauger leur force dans un combat plus loyal. Et je suis sûr de le remporter haut les mains.», a conclu Trazié Bi Guessan.

A.S

27
October

« L’assurance maternité des femmes salariées et la E-CNPS ».  Ce sont les deux modules qui ont servi de thème de formation aux journalistes des médias nationaux ce mercredi 24 octobre 2018 au siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) au plateau animés successivement Par M. Kéan Yves et M. Boni Konan Claude, Directeur du recouvrement.

D’entrée de jeu, M. Kéan Yves a indiqué que les prestations d’assurance maternité sont dues à la femme salariée pendant le congé de maternité et la grossesse. Elles comprennent les indemnités journalières et les frais médicaux ou pharmaceutiques. Quelles sont les conditions à remplir, quel est le montant à payer, à qui sont-elles payées, quels sont les montants, qui a droit aux remboursements ? Toutes ces questions et bien d’autres ont été expliquées aux journalistes.

Quant à la E-CNPS, il s’agit d’une nouvelle formule innovante assortie de nombreux avantages pour le bénéficiaire de la couverture sociale. Les cibles sont les employeurs, les institutions et les travailleurs.

Selon M. Boni la finalité consiste au développement d’une relation de proximité avec pour avantages : le self-service, le gain de temps, la réduction du délai de réponse, l’accroissement de la qualité de service, la satisfaction du client. Quels sont donc les domaines concernés ? Ce sont le recouvrement, les prestations et les fonctionnalités communes.

Pour sa mise en fonction, des dispositions pratiques sont observées. A savoir, une démarche prudente, un noyau d’employeurs et de travailleurs pilote pour un démarrage pas à pas. Ainsi une phase pilote est prévue. Elle part du 1ER janvier 2018 au 31 décembre 2018. Elle sera suivie de la phase du déploiement général et d’application obligatoire qui démarre dès le 1er janvier 2019 sur toute l’étendue du territoire national. 

In unite.ci 

Le titre de la rédactionartici.net

27
October

 Mohamed Dialité, alias Pythagore, mécanicien âgé de 25 ans a été emporté par les eaux du Koh qui relie le quartier Libreville à celui du Domoraud.  C'etait le mardi 23 octobre 2018 à 14h GMT. Son corps a été retrouvé le lendemain mercredi 24 octobre dans une nasse à pêche dans les environs.

En effet, ce jeune mécanicien en se rendant, aux environs de 14h GMT, dans son fumoir ce mardi-là, ne savait pas qu'il prenait rendez-vous avec la mort. Envoyé par son patron Oumar pour acheter des pièces auto, Mohamed Diakite va plutôt rejoindre ses camarades dans leur fumoir au quartier Libreville vers le Koh.

Tout va bien se passer jusqu'à l'arrivée d'une 4×4 de plaque jaune dans les environs. Puisque la bande avait pris soin de poster un des leurs pour faire le guet. C’est celui-ci qui, à la vue du véhicule, donne l'alerte. Paniqués, les accros du fumoir se jettent tous à l'eau pour traverser. C'est le sauve qui peut. Tout le monde sortira de l'eau sauf Mohamed Diakite alias Pythagore.

Porté disparu dans marigot, les recherches entreprises toute l'après-midi du mardi ne donneront aucun résultat. Ce n'est que le lendemain à 14h GMT, soit 24h après que son corps sera retrouvé non loin de là où il avait plongé.

Le corps sans vie de Mohamed Diakité était accroché à une nasse à pêche. Identifié, l'infortuné qui était déjà en putréfaction a été enterré à 20h le mercredi 24 octobre 2018.

D.B.M.

25
October

Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly est arrivé ce jeudi 25 octobre 2018 à Rabat (Maroc) pour prendre part à la 11ème édition de la World Policy Conference (WPC). Le Chef du gouvernement ivoirien y représente le Président de la République Alassane Ouattara.

La rencontre discutera des enjeux du commerce international, de l’éducation, du développement de l’Afrique, des questions climatiques, énergétiques et de l’état de l’économie mondiale.

Le thème de la conférence est : « Forces et Faiblesses de l’Afrique d’Aujourd’hui ». A la cérémonie d’ouverture de ce forum qui vise à promouvoir un monde plus ouvert, plus prospère et plus juste, le Premier Ministre ivoirien partagera la vision du Président de la République et du gouvernement sur le développement social et économique de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique.

Le Chef du gouvernement ivoirien est accompagné à cette rencontre des ministres Raymonde Goudou-Coffie de la Modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public et Souleymane Diarrassouba du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME.

La conférence qui se tiendra du 25 au 27 octobre 2018, réunit 250 personnalités de haut niveau de plus de 40 pays.

Sercom : Primature

25
October

Invité du ‘‘Presse Club’’ de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) le Ministre ivoirien de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mamadou TOURE a déclaré jeudi 25 octobre 2018 que ‘‘la barre des 2 millions d’emploi promis par Alassane Ouattara a été franchie’’, précisant les types d’emploi et les secteurs concernés. « Le secteur agricole, à lui seul, a offert 1 million d’emploi, le privé a absorbé 600.000 personnes en quête d’emploi, le secteur public et parapublic ont permis le recrutement de 350.000 jeunes et le reste dans le transport », a annoncé le ministre en charge de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, révélant la précarité de ces emplois créés. « Les réalisations des routes, les constructions de bâtiments, de grands ouvrages, des écoles, dans centres de santé etc, ont permis à plusieurs personnes d’avoir un emploi », a souligné Mamadou TOURE peu convaincant. « Les résultats obtenus sont insuffisants », a-t-il reconnu, justifiant cela par le fait que le nombre de jeunes en quête d’emploi chaque année devenant de plus en plus important, il revient donc à l’Etat de fournir davantage d’efforts pour résorber la question du chômage dans le pays. « Le gouvernement prévoit la création de 98.642 emplois sur la période 2018-2020 », a annoncé M. TOURE promettant l’organisation des états généraux de la jeunesse et de l’emploi des jeunes pour un diagnostic permettant d’y arriver.      

Partant des résultats, selon lui, d’une enquête diligentée par le gouvernement ivoirien avec l’appui du Bureau International du Travail (BIT) en 2012, le taux de chômage qui était de 9% est passé à 2% aujourd’hui. Ainsi, toujours selon Mamadou TOURE, la nombre de près de 4 millions de chômeurs et assimilés, parce que leur situation ne conférait pas un emploi stable en 2002, a pu être réduite grâce à la politique de promotion de l’emploi du chef de l’Etat.    

L’invité du ‘‘Presse Club’’ de l’UNJCI, qui se prononçait sur « le défi de la promotion des jeunes et de l’emploi des jeunes en Côte d’Ivoire », promet d’investir entièrement à relever ce défi qui risque de porter un coup dure au pays si rien n’est fait pour l’insertion de cette couche importante de la société, elle pourrait constituer un danger pour le pays. « Si 77% de la population qui est jeune n’est pas pris en compte dans la politique de l’emploi, il peut être une bombe à retardement pour le pays », s’est-il inquiété, soulignant que situation va au-delà des batailles politiques.  

Était aux côtés de Mamadou TOURE, Miezan Ezo, représentant son collègue de la communication, ancien locataire de l’emploi des jeunes, le Président de l’UNJCI dont l’organisation recevait l’invité à ce ‘‘Presse Club’’, plate-forme privilégiée réservée aux autorités étatiques ou privées ayant des choses à partager avec le public via les médias. Traoré Moussa qui en est le président a salué les mérites du jeune ministre qui, selon lui, fait la fierté de cette classe sociale.

JEN

22
October

Les lampions se sont éteints sur les élections locales du samedi 13 octobre 2018 en Côte d’Ivoire. Cependant, certains résultats proclamés par la Commission électorale indépendante et certaines décisions prises par cette même institution continuent de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Un cas parmi tant d’autres concerne la région du Moronou où ces élections sont considérées par certains comme étant entachées d’irrégularités criantes. En effet, dans une déclaration devant la presse 72 H après le scrutin, Le Directeur local de campagne et porte-parole de la candidate Aka Véronique a mis en doute la victoire de Pascal Affi N’Guessan.

Selon lui les résultats tels que publiés par la commission électorale ne reflètent guère la réalité des urnes. Le conférencier a brandi le Procès-verbal du recensement général des votes qu’il a qualifié de faux car aussi bien les termes du PV que les chiffres y figurant ne répondent à aucune logique. « Dans ce document, il est dit que le décompte des voix a été fait de 22h à 4H au siège de la CEI. Ce qui n’est pas vrai car ici dans le Moronou les résultats n’étaient pas disponibles avant le dimanche 14 octobre à 6H. Comment donc les partisans d’Affi ont-ils eu les résultats et ont commencé à les proclamer partout avant la CEI ? Par ailleurs, comment peut-on expliquer que M. Affi dise avoir gagné les élections et que dans le même temps, ses partisans se mettent à casser pour manifester leur colère ? Nous sommes étonnés que le PV soit signé par M. Affi seul sans le représentant du Pdci et celui du candidat indépendant.

L’autre fait notable c’est que le total des points mentionnés sur le PV n’est pas conforme au nombre des voix obtenus par chaque candidat tel qu’indiqué sur le même PV lorsqu’on fait le décompte dans les détails. C’est la preuve que le crime n’est jamais parfait » a-t-il expliqué. Et M. Assiélou Jean Fiacre de faire remarquer « qu’un Président de bureau de vote a été appréhendé avec un nombre important de bulletins de vote cochés en faveur du candidat Affi. Le contrevenant a même été mis aux arrêts.  Toutes ces preuves que je viens de vous présenter démontrent bien qu’il ya eu cas de fraude massive de la part de M. Affi N’Guessan et pour cela nous demandons l’annulation pure et simple du scrutin dans le Moronou et d’en organiser un autre en prenant toutes les dispositions nécessaires pour que cette fois-ci , cela  ne souffre d’aucune contestation» a-t-il plaidé.

En réponse aux accusations, le camp de M. Affi dit ne pas reconnaître les faits reprochés à son candidat. « Le vote s’est déroulé le samedi 13 octobre et c’est le dimanche à 4H 46 mn que nous avons fini de consolider les résultats. Lorsque nous avons constaté que notre candidat a gagné, c’est en ce moment que nous sommes allés le réveiller à 5H du matin pour lui annoncer la nouvelle. Et comme les choses tardaient et que chaque camp se proclamait vainqueur, nous avons demandé que la CEI proclame les résultats. Sinon, nous n’avons aucun souci et nous pensons que nous avons gagné ces élections proprement » a expliqué M. Anné Eddy, membre de la cellule de communication du candidat Affi N’Guessan que nous avons joint.

Il a été renchéri par le Professeur Tanoh, Directeur régional adjoint de campagne du Président Pascal Affi N’Guessan qui a demandé au camp Aka Véronique de suivre la procedure en la matière.  « Quand un candidat estime qu’il est victime de fraude, il y a une procédure en la matière : c’est de saisir la CEI qui va transmettre la requête à la chambre administrative de la cour suprême » a-t-il conseillé. 

Quant à Madame Aka Véronique, elle s’est dite offusquée du comportement de M. Affi qui n’a pas pu empêcher ses partisans de descendre dans la rue et de s’adonner à des actes de vandalisme. « En tant que mère et responsable, je ne peux accepter cela. Quand on sait qu’on a gagné des élections on ne se comporte pas comme cela. Affi lui-même sait qu’il n’a pas gagné et qu’il ne peut jamais me battre à une élection ici dans le Moronou, il me connait et je le connais. Je demande à mes enfants et à mes parents de garder leur calme et de ne pas répondre aux provocations des partisans d’Affi. Nous allons saisir la chambre administrative de la cour suprême pour que ces élections soient annulées car il ya eu trop de fraude », a réagit la candidate et Présidente sortante du conseil régional du Moronou.

Et comme indiqué, le recours en annulation du scrutin dans la région du Moronou a été effectivement déposé ce lundi 22 octobre. On attend donc la suite à donner à cette requête.

Nous y reviendrons.   

N.D

Page 7 of 47

Calendrier évènement

January 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...