Info News :
04
August

Le prix de l’excellence instauré depuis 2013 a récompensé, pour sa 5è édition célébrée ce vendredi 4 août au palais Présidentielle, 74 lauréats sur les 78 attendus. La Gendarmerie, l’armée, les promoteurs immobiliers et les aménageurs fonciers pour n’avoir pas respecté les règles édictées de sélection, ont été les grands absents à ce rendez-vous de modèle social devenu une institution.

Selon le chef de l’Etat, la célébration de l’Excellence devant la Nation, vise à mettre en exergue les ivoiriennes et les ivoiriens qui, par leurs performances, sont des modèles pour les générations actuelles et futures. Dans un monde en perpétuelle mutation, estime Alassane Ouattara, ‘‘la société ivoirienne et sa jeunesse ont besoin de repères’’. Modèle que les derniers bruits de bottes survenus en début d’année ne sauraient garantir. « L’Excellence doit constituer une valeur de référence  sans cesse exaltée », a affirmé Alassane Ouattara lors de son adresse à ses compatriotes.

« Les soixante-quatorze (74) lauréats et lauréates qui sont à l’honneur aujourd’hui, représentent les citoyens et les citoyennes de la Côte d’Ivoire nouvelle à laquelle nous aspirons tous », a-t-il souligné à la suite de son chef du gouvernement qui, rappelant les critères de sélection avait indiqué les raisons pour lesquelles, la gendarmerie, l’armée, les promoteurs immobiliers et les aménageurs fonciers ne seraient de la fête. Une véritable sanction contre ces homme en tenue qui de façon la plus bruyante ont troublé la quiétude des ivoiriens par l’usage des armes pour revendiquer des primes et des meilleurs conditions de travail.

Pour la 5è édition, ce sont 11 femmes, 26 hommes, 02 couples, 18 entreprises et 17 structures et organisations professionnelles qui ont été récompensées par un trophée et une enveloppe de dix millions de FCFA chacun.

Le prix de l’excellence sensé promouvoir des anonymes qui se distinguent de par la qualité de leur ardeurs au travail, la 5è édition a plutôt fait la part belle aux célébrités comme le préfet de police d’Abidjan, actuel ministre de l’intérieur, Diakité SIDIKI et Frédéric Ehui Mewé.

Par contre, ce sont les meilleurs élèves et étudiants qui ont été les lauréats de cette édition 2017. On peut, entre autre citer le petit Kouassi Chris-Emmanuel GOUZES 11 ans qui a décroché le prix du meilleur éleve au CEPE avec une note de 166,22 sur un total de 170 point, soit une moyenne de 17,84/20. Enfant de troupe Amoikon Grâce Emmanuelle, 14 ans, prix d’excellence des écoles militaires avec une moyenne de 16,96/20 jamais égalée à l’Ecole Militaire Préparatoire et Technique (EMPT). Kouadio N’Gouan Joël, 14 ans et meilleur élève au BEPEC avec une nte de 190,49 sur 220, soit une moyenne de 17,32/20. Koffi Lynda N’DA-GNAMKE, Baccalauréat série D avec un total de 349 sur 400, soit une moyenne de 17,45/20. Amani N’DRI KAN Yves, Baccalauréat technique avec une note de 368 sur 480, soit 15,33/20.

JEN       

04
August

La bataille pour le contrôle de trône Akoué s’intensifie et a pris un autre virage. Le processus traditionnel de désignation pour la succession au trône n’est plus inscrit dans la démarche de ce peuple Baoulé de Yamoussokro. Désormais, c’est par voie de presse que l’homme qui doit hériter du trône est connu.

En effet, dans le conflit qui oppose Augustin Thiam Amadou, Gouverneur du district de Yamoussokro et Augustin Dahouet  Boigny, des chefs traditionnels se sont eux aussi invité à l’exercice dans le but, selon eux, d’éclairer l’opinion. Leur porte-parole, Jean François WOGNIN se réclamant membre de la famille des BOIGNY a indiqué qu’étant ‘‘membre de la famille Houphouët-Boigny’’, il ne pouvait être en marge de ce qu’il qualifie de ‘‘forfaiture, de tissu de mensonge’’,  orchestré par le camp Dahouet Boigny.  « Etant un sachant et membre de la famille Houphouët-Boigny, j’ai décidé de parler  », a-t-il situé la raison de sa sortie ce jeudi 03 août 2017.

Pour le conférencier le vide laissé après le décès du chef de village Nanan KOUABLE KOUADJA II, en 2009  assurant l’intérim du chef de canton que tous les problèmes de succession ont ressurgi. Pour régler donc la question, la régence du Royaume Baoulé a accepté après maintes tractations, de faire les cérémonies sacrées de « L’ ATCHOIN » avec le nom de Thiam Augustin, faisant ainsi de lui le successeur au trône de KOUASSI N’ GO II Mais la démission simulée d’Augustin Thiam le 1er février 2012, qui voulait briguer un poste électif, a réveillé, toujours selon François WOGNIN, l’appétit du contrôle du trône, à l’origine du conflit actuel.

« Certains chefs de village se sont mis à rechercher un remplaçant à Augustin Thiam. Ces démarches ont amené Augustin Dahouet sur la scène », explique le conférencier rappelant que toutes les démarches de conciliation entre les deux frères initiées par les chefs traditionnels, n’ont pas abouti. Mieux celle emprunté par Augustin Dahouet lui-même, malgré que celle-ci, lui ait été défavorable, il refuse d’assumer le verdict.

« La décision de la Chambre s’impose à Augustin Dahouet-Boigny. C’est lui-même qui a saisi La chambre Administrative de La Cour Suprême afin qu’elle annule l’Arrêté N° 075/PY/CAB portant nomination de Monsieur Thiam Augustin Houphouët Abdoulaye, en qualité de Chef de Canton des Akouè de Yamoussoukro, le 16 octobre 2014. Il en assume les conséquences purement et simplement… La décision de La Chambre Administrative de La Cour Suprême qui, comme je l’indiquais tantôt, s’impose à Monsieur Augustin Dahouet », a indiqué François Wognin soulignant toutefois qu’il revient aux gardiens du trône qui désigner le prochain successeur de Kouassi N’Go.

« Il revenait désormais aux gardiens du « Trône » de désigner le prochain successeur à diriger Le Canton Akouè, après toutes leurs tractations, en rapport avec toute la famille, et l’assistance des chefs de village qui n’ont pas eux de pouvoir de décision », a-t-il précisé avant d’ajouter qu’en ce qui concerne Augustin Dahouet, celui-ci est forclos. « Au regard de ce que je viens de démontrer, Monsieur Augustin Dahouet-Boigny, est totalement disqualifié, et il ne peut plus prétendre au trône du canton des Akouè de Yamoussoukro », a-t-il conclu.

Kouamé Blanchard

28
October

La Cour suprême des Etats-Unis a validé ce jeudi la loi sur l'assurance maladie chère au président et baptisée Obama Care. Les juges confirment donc que des aides fiscales contestées sont conformes à la Constitution.

La Cour suprême des Etats-Unis a validé jeudi la loi sur l'assurance maladie chère au président Barack Obama, confirmant que des aides fiscales contestées étaient conformes à la Constitution. La décision de six juges contre trois, lue par le président de la haute Cour, signifie que les quelque 7 millions d'Américains qui ont souscrit une assurance santé via le site du gouvernement ont droit à un crédit d'impôt au même titre que les autres. Pour la deuxième fois en trois ans, la plus haute juridiction du pays s'est rangée du côté du gouvernement, en validant la loi phare que le président Obama veut laisser en héritage.

28
October

Ivoiriennes, Ivoiriens, chers frères et sœurs,

Le 25 octobre 2015, six millions trois cent mille cent quarante-deux (6.300.142) de nos compatriotes étaient appelés à exercer, en toute responsabilité, leur droit civique dans le cadre de l’élection présidentielle.

Rendez-vous majeur de la vie politique et démocratique de notre pays, cette élection présidentielle était attendue par la communauté nationale et internationale.

En effet, première élection présidentielle après celle de 2010, qui a été émaillée d’une crise postélectorale de triste mémoire, l’organisation de ce scrutin présidentiel constituait, pour la Côte d’Ivoire en général et pour la Commission Electorale Indépendante en particulier, un défi majeur.

28
October

Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, réélu avec un taux de 83,66% au premier tour de l’élection présidentielle du 25 octobre 2015, veut "aller encore plus loin" avec ses concitoyens en propulsant la Côte d’Ivoire, au cours de son second mandat, au rang des pays émergents à l’horizon 2020.

Né à Dimbokro, dans le centre ivoirien en 1942, il va dès l’âge de 20 ans aux Etats-Unis après le baccalauréat, grâce à une bourse américaine, pour y poursuivre ses études.

Inscrit à l’Institut de technologie de Drexel puis à l’université de Pennsylvanie (nord-est), il obtient en 1967 un master en économie. Un an plus tard, il intègre le Fonds monétaire international (FMI), avant de décrocher son doctorat d’Etat en sciences économiques en 1972.

28
October

72 heures après le scrutin présidentiel du 25 octobre, les résultats provisoires sont connus. Youssouf Bakayoko, président de la Commission électorale indépendante (CEI) a déclaré, ce mercredi 28 octobre à 4 heures 40 minutes, le candidat Alassane Ouattara vainqueur de l’élection présidentielle de 2015 avec 2 118 229 voix soit 83,66% des suffrages exprimés selon les résultats provisoires de la CEI. Ces données seront transmises, ce mercredi même, au Conseil constitutionnel en charge de proclamer les résultats définitifs.

Ils étaient au total 3 330 928 ivoiriens à ce rendre aux urnes ce dimanche 25 octobre pour choisir le président ivoirien sur 6 301 189 inscrits sur la liste électorale.

Page 6 of 7

Calendrier évènement

October 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...