Info News :
16
March

Le Secrétariat Exécutif du PDCI d’Henri Konan BEDIE n’apprécie pas du tout des attaques que subissent son chef et son porte-parole après leur message délivré aux militants sur la terre de père fondateur de ce parti le samedi 10 mars 2018, à l’occasion d’une journée, organisée en homme au président du PDCI.

Dans une déclaration lue par Aminata N’DIAYE ce vendredi 16 mars 2018, Secrétaire  Exécutif Chargé des ONG et des Syndicats, Porte-parole du PDCI-RDA, le secrétariat Exécutif endossant entièrement l’intervention du Secrétaire Exécutif, Chef  du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA et le discours de son porte-parole, a invité, KOBENAN Kouassi Adjoumani, membre de Secrétariat Exécutif à ‘‘se ressaisir, en s’abstenant, dans le strict respect de la discipline de groupe, de s’arroger l’autorité de recadrer le Chef du Secrétariat Exécutif, tâche qui relève des prérogatives du Président du Parti’’. Un véritable désaveu pour le ministre des ressources animales et halieutiques qui depuis un certain moment se répand dans les médias pour prendre toujours le contre-pied de déclarations de chef du Secrétariat Exécutif.  

Pour le PDCI-RDA la ‘‘virulence injustifiée’’ de ces attaques est porteuse de ‘‘germes de conflits, susceptibles de compromettre la confiance et la convivialité entre partis alliés’’. Au nom donc de l’Houphouétisme dont ils se réclament tous, le PDCI lance un appel à tous ses alliés au sein du RHDP à cultiver l’urbanité qui commande le respect mutuel et la retenue. Car selon lui, l’Houphouétisme est «une école de courtoisie » qui prône le respect, la tolérance et le dialogue, l’arme des forts. 

Aussi, le Secrétariat Exécutif a-t-il décédé de mettre Kobénan Kouassi Adjouman qu’il ne sent plus dans les activités du PDCI à l’épreuve en organisant la prochaine journée d’hommage au Président Henri KONAN BEDIE, dans sa région à KOUN FAO, le 5 mai 2018.

JEN

14
March

BEIJING, 14 mars (Xinhua) -- Les scientifiques chinois ont développé un nanodispositif bionique susceptible de fournir une stratégie pour la thérapie ciblée contre le cancer du sein métastatique. 
Des scientifiques de l'Institut de Materia Medica de Shanghai, sous l'égide de l'Académie des sciences de Chine, ont développé un nanodispositif, nommé rHS-DTX, qui dispose d'une couche de globules rouges et peut être envoyé dans le corps. Leur recherche a été publiée dans l'édition du 1er mars d'Advanced Functional Materials. 
Le dispositif a été testé sur le cancer du sein métastatique chez les souris et a réalisé un taux d'inhibition tumorale de 98,2% et un taux de suppression des métastases pulmonaires de 99,6%. Aucune toxicité grave n'a été observée dans les principaux organes et le sang des souris. 
Le cancer du sein est le cancer le plus répandu chez les femmes à travers le monde, et il n'existe actuellement aucun remède pour le cancer du sein métastatique. 
La chimiothérapie reste le traitement principal des tumeurs primaires et des métastases du cancer du sein, mais ce traitement ne différencie pas efficacement les cellules cancéreuses des cellules normales. Le nouveau nanodispositif montre une grande efficacité dans la suppression des tumeurs ciblées. 
La Chine a récemment enregistré une hausse des recherches sur les nanotechnologies appliquées aux traitements médicaux. Fin

Xinhua

14
March

COMMUNIQUE

La Direction Générale de l’IPS-CGRAE porte à la connaissance de ses assurés sociaux et de l’opinion publique que ce jour, mercredi 14 mars 2018, à 08h30, un départ de feu a été constaté dans les locaux de son siège.

Conformément aux règles de sécurité en vigueur dans l’Institution, les assurés sociaux présents et le personnel ont été, immédiatement, évacués et le Groupement des Sapeurs Pompier Militaires (GSPM), mobilisé, a circonscrit l’incendie à 09h30.

L’IPS-CGRAE tient à rassurer les assurés sociaux de la préservation des acquis, droits et dossiers. Le fonctionnement normal de l’Institution reprendra dans les 24h et les usagers de l’IPS-CGRAE pourront, de nouveau accéder aux locaux de l’Institution.

Tout en s’excusant du désagrément occasionné, l’IPS-CGRAE rassure ses assurés sociaux et partenaires du rétablissement de ses activités dès demain jeudi 15 mars 2018, à 07h30mn, au siège de l’Institution. 

Il convient de relever qu’à l’exception de l’Agence Principale du Plateau, toutes les autres agences de l’IPS-CGRAE continuent de fonctionner normalement.

La Direction Générale

13
March

Les députés du groupe parlementaire du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan BEDIE ont apporté ce mardi leur soutien total à Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif en chef et à Jean-Louis BILLON, secrétaire exécutif, porte-parole adjoint du PDCI dont les propos tenus samedi 10 mars 2018 sur la terre natale de Félix Houphouët-Boigny ont aussi bien choqué de leur propre formation politique qu’au RDR d’Alassane Ouattara.

Qualifiés de politiciens irresponsables par le RDR mais surtout de politiciens égoïstes aux ambitions démesurées par Kobénan Kouassi Adjoumani, porte-parole du PDCI et le Vice-Président Ahou N’Doli également du PDCI, le groupe parlementaire réuni ce mardi 13 mars 2018 à la Maison du parti à Cocody a adressé ses félicitations au réseau des cadres PDCI ‘‘Notre Héritage’’ d’avoir offert sa tribune aux leurs secrétaires exécutifs pour exprimer les attentes de militants du PDCI-RDA sur l’alternance 2020. Voici la teneur de la déclaration du groupe parlementaire PDCI qui mélange les calculs des hommes du Vice-Président Duncan.

DÉCLARATION DES DÉPUTÉS DU GROUPE PARLEMENTAIRE PDCI-RDA

Nous, députés du groupe parlementaire PDCI-RDA :
Fidèles aux valeurs promues par le PDCI-RDA et engagés dans la vision du père fondateur et du président Henri Konan BEDIÉ, président du PDCI-DRA ;
Attentifs au débat politique du moment au sein de la famille des Houphouetistes ;
Convaincus de la sagesse avec laquelle le président Henri Konan BEDIÉ défend les intérêts du PDCI-RDA au sein du RHDP ;
Assurés du soutien total de nos bases respectives au président Henri Konan BEDIÉ :
1- Félicitons le réseau des cadres PDCI « Notre Héritage » pour l’organisation du bel hommage au président Henri Konan BEDIÉ le 10 mars 2018 à Yamoussoukro ;
2- Exprimons notre adhésion au discours du Secrétaire Exécutif en chef Maurice KAKOU GUIKAHUE ainsi qu’à celui du Secrétaire Exécutif Jean Louis BILLON lors de l’hommage au président Henri Konan BEDIÉ le 10 mars 2018 à Yamoussoukro ;
3- Apportons notre plein et entier soutien au Secrétaire Exécutif en chef Maurice Kakou GUIKAHUE ainsi qu’au Secrétaire Exécutif Jean Louis Billon pour les messages importants livrés à Yamoussoukro ;
4- Réaffirmons notre ferme volonté de demeurer dans le groupe parlementaire PDCI-RDA au sein de l’assemblée nationale jusqu’en 2020.

Longue vie au PDCI-RDA.

Fait à Abidjan, le 13 mars 2018

Les députés du groupe parlementaire PDCI.

JEN

13
March

Le ministre ivoirien de la Fonction Publique, le Général Issa COULIBALY a procédé ce mardi 13 mars 2018 au lancement des concours organisés par son département ministériel, session 2018. Pour cette année, ce sont 9.644 postes pourvus pour un total de 379 concours qui cherchent ‘‘preneurs’’. Un chiffre nettement inférieur par rapport à celui de 2017 estimé à plus de 10.000 places.

La session 2018 démarrent ce mercredi 14 mars 2018 par les inscriptions en ligne pour prendre fin le 30 novembre 2018, avec la publication des résultats en ligne. Onze (11) villes ont été retenues pour les compositions cette année. Il s’agit du District d’Abidjan, de la ville d’Abengourou, de Bondoukou, de Bouaké, de Yamoussoukro, de Korhogo, d’Odienné, de Man, de Daloa, de Gagnoa et de San-Pédro. Le secteur de la santé aura encore une place de choix avec 2 945 recrutements prévus mais, il intègre surtout de nouveaux emplois tels que celui d’Ingénieur des services de santé, option économie de la santé.

« Notre ambition est d’organiser un recrutement dépourvu de toute contestation pour mettre à la disposition des Administrations Publiques, des ressources humaines de qualité », a d’entrée indique le Général Issa Coulibaly, ministre de la Fonction Publique avant de présenter les permettant devant crédibiliser ces recrutements. « L’introduction du numérique, dans tout le processus des concours, de l’inscription au traitement des résultats, est l’une des principales innovations qui, à la satisfaction de tous, permet de juguler les comportements répréhensibles qui ternissaient la notoriété du Ministère de la Fonction Publique », a expliqué Issa COULIBALY proclamant la fin de certains réseaux et tuyaux qui existeraient dans son département et qui feraient de certains candidats de privilégiés aux différents concours.  

« Notre crédo est d’amener les ivoiriens à sortir de la logique des réseaux pour s’inscrire dans la logique du mérite. Je profite de cette tribune pour clamer haut et fort que les réseaux dans les concours administratifs, c’est fini ! », a-t-il annoncé la mort de ce phénomène. Déterminé à l’éradiquer, Issa COULIBALY brandit l’épée contre tout contrevenant à ses recommandations.

« Si un agent est pris dans une fraude, mes mains ne trembleront pas à la décision qui devrait en découler », a-t-il prévenu avant d’inviter les ivoiriens à s’impliquer activement pour la bonne organisation des concours administratifs, en exhortant les candidats à s’inscrire dans une préparation efficiente. « C’est ici et maintenant qu’il faut apporter sa contribution pour une parfaite réussite de l’organisation des concours administratifs », a-t-il conclu.

Les frais d’inscriptions restent inchangés. Ils sont de 23.500 FCFA

JEN   

12
March

Le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan, a reçu en audience, le Chef de la section politique et économique de l’Ambassade des Etats-Unis, S.E.M Mosby David, accompagné de Mme Karim Soumahoro, spécialiste des affaires politiques, le lundi 12 mars, au siège du parti sis à Cocody-vallon.

Au sortir de la rencontre, le chef de la section politique et économique a donné les raisons de sa visite : « Nous avons discuté de la situation politique ivoirienne comme nous l’avons fait avec tous les autres acteurs politique de la Côte d’Ivoire. Nous avons discuté du calendrier des élections. Le président du Fpi a partagé son point de vue sur le calendrier électorale du sénat. Nous avons pris note de ses opinions. Nous lui avons dit que les Etats-Unis tiennent à soutenir et encourager le développement et la consolidation de la démocratie en Côte d’Ivoire. Nous allons donc continuer à travailler avec tous les acteurs politiques, de bonne foi, afin de rassurer que la paix que vous avez trouvée soit durable pour éviter un retour au conflits passés ». Sur la question de la reforme de la Cei et du code électoral, S.E.M Mosby David a expliqué qu’ils ont pris note de la position du président du Fpi et des autres acteurs politiques et de la société civile. Et qu’évidemment ils continuent d’avoir des discutions avec tous les acteurs politiques.

Quant au président du Fpi, il a fait savoir que les Etats-Unis s’intéressent de l’évolution de la vie politique en Côte d’Ivoire et qu’ils ont noté qu’il y a des défis importants, qu’il y a des rendez-vous importants. Notamment les sénatoriales, les élections municipales et régionale à venir. Aussi ont-ils noté qu’il y a un certain nombre de tension, d’incompréhensions au niveau de la classe politique. Donc qu’ils sont venus pour connaitre la position du FPI, comme ils le font avec toutes les formations politiques, avec tous les acteurs impliqués dans le processus politique en Côte d’Ivoire.

Le président Affi dit avoir salué cette présence parce qu’elle dénote de l’intérêt que les Etats-Unis apportent à la paix, à la démocratie dans notre pays. Il soutient les avoir informés des motivations du refus de son parti de voir les élections sénatoriales s’organiser comme elles sont en train de l’être. A savoir que « le sénat à l’heure actuelle n’existe pas, même s’il a été prévu par la constitution. Mais la même constitution dit, en vêtu de l’article 90 qu’il faut que le sénat soit créé par une loi organique qui détermine sa composition, les règles d’élection de ses membres et les règles de son fonctionnement.

Cette loi organique n’a pas encore été votée par l’assemblée, nous ne comprenons pas pourquoi les sénateurs doivent être élus comme si on mettait la charrue avant les bœufs. Il aussi le fait que le président de la République ait jugé utile de recourir à une ordonnance, alors qu’en vêtu de l’article 167 de la constitution, il doit bénéficier d’abord d’une loi d’habilitation de la part du parlement avant de s’immixer dans ce domaine qui relève de la compétence de l’assemblée nationale ».

Le président du Fpi poursuit dans ces propos qu’il y a « le fait que la commission électorale indépendante elle-même qui doit organiser ces élections, a été jugée non conforme aux standards internationaux par un arrêt de la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples. C’est un arrêt, ce n’est pas une décision administrative, c’est une décision de justice. Et cette décision de justice s’impose à tous les Etats membres dont la Côte d’Ivoire qui a adhérer à tous les traités portant création à la cours internationale des droits de l’homme. Nous sommes attachés au respect des lois internationales comme nous sommes attachés aux lois nationales. Nous ne comprenons pas pourquoi le gouvernement cherche à se dérober à cette responsabilité d’appliquer les lois. C’est donc tous ces éléments que nous avons communiqué au responsable des affaires politique de l’ambassade des Etats Unis et à ses collègues en indiquant aussi comment nous sommes préoccupés par la situation de tension qui prévaut à l’heure actuel : les enlèvements d’enfants, l’insécurité généraliser, la défiance à l’autorité de l’Etat manifesté à travers les agressions contre les édifices publiques, contre les fonctionnaires de l’Etat. Tout cela nous préoccupe hautement parce qu’on sent monter dans l’opinion une forme de désobéissance civile, une forme de révolte. Nous pensons que ces mouvements devraient inciter tous les acteurs à faire preuve de sagesse, à mettre balle à terre, à rechercher des solutions de compromis pour que nous travaillons tous à l’apaisement et à la préparation des élections de 2020.»

Le président Affi a aussi révélé des actions engagées contre la décision du Chef de l’Etat. « Nous avons déjà engagé deux actions : un premier recours pour excès de pouvoir que nous avons adressé au Chef de l’Etat conformément aux procédures administratives. Lorsque vous n’êtes pas satisfait des décisions d’une autorité publique, votre première démarche est d’abord de demander à cette autorité publique de revenir sur sa décision. Nous avons donc engagé cette procédure en nous appuyant sur les articles 90 et 167 de la constitution qui ont été violé dans la démarche du Chef de l’Etat. Parallèlement, nous avons engagé une action devant la Cours suprême pour lui demander de prononcer la suspension du processus électoral en Cours, parce que ce processus est conduit par une institution qui a été jugée inapte, illégitime et illégale par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Cette institution n’est pas fondée à organiser une activité électorale en Côte d’Ivoire. Et donc comme elle veut passer outre Nous demandons à la cour suprême de la rappeler à l’ordre et de suspendre ses élections jusqu’à ce qu’une nouvelle Commission électorale, conforme aux standards internationaux soit mise en place. »

A.E

Page 6 of 27

Calendrier évènement

May 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...