Info News :
04
September

« Le RDR n’a pas été créé par des personnes fortunées », prévient d'entrée Joël N’Guessan, porte-parole du RDR dans un communiqué intitulé devoir de mémoire. Pour le porte-parole du Rdr, le moment est crucial pour qu’avant ce congrès, l’on se rappelle les circonstances qui ont abouti la création de cette formation politique sortie des entrailles du PDCI-RDA.  

« Avant son 3ème Congrès, il est important de rendre un hommage mérité à ces intrépides personnes qui ont osées créer, en 1994, le Rassemblement Des Républicains (RDR).

Il faut rappeler l’idéal qui les motivé à faire ce « saut dans l’inconnu » au moment où la pensée unique était la chose la plus en vogue et la mieux partagée au niveau du microcosme en politique en Côte d’Ivoire », souligne Joël N’Guessan dans son communiqué dont copie a été transmise à artici.net.

Rendant donc hommage à certains qu’il qualifie de courageux et d’hommes intègres, le porte-parole du Rdr n’est, cependant pas, passé par le dos de la cuillère pour rappeler à ceux qui se vantent d’être propriétaire exclusif de cette formation politique qui, en moins de deux décennie gère le pouvoir d’Etat.  

« Ces personnalités qui ont osées créer le RDR avaient un idéal. Cet idéal répondait à un souci de corriger les diverses injustices dont étaient victimes une frange importante de la population ivoirienne », a situé M. N’Guessan, le contexte de la création du Rdr. Pour lui, le souci de ces membres fondateurs ‘‘a été de promouvoir le vivre ensemble’’ et rien d’autre. « En un mot comme en cent, ils avaient une conviction. Une forte conviction qui les a poussés à défier l’ordre politique établi à l’époque. Ils n’avaient ni argent ni or. Ils étaient certes des cadres ivoiriens pétris de connaissances et d’expériences mais ils étaient financièrement démunis », a-t-il souligné en citant Djeny KOBENAN sans grand moyen et qui habitait ‘‘un modeste appartement à la Riviera Golf jusqu’à sa mort’’. Diakité COTY qui avait un petit cabinet de dentiste et qui ne recevait pas beaucoup de clients.

Joël N’Guessan s’en est assez d’entendre certains faucons, membres fondateurs revendiquer sans cesse la paternité du RDR à leur que leur passé laisse dubitatif. Pour lui, le moment de la vérité a sonné pour que l’on sache qui a fait quoi pour la survie du RDR.

« Amadou SOUMAHORO, Hyacinthe LEROUX, Jean MALAN, AYIE AYIE Charles, Feu Pierre BADOBRE et de Hyacinthe SARASSORO émargeaient pour la plupart à la Fonction Publique », a-t-il révélé avant d’ajouter « Comme on le constate, le RDR n’a pas été créé par des personnes fortunées. Il a été créé par des personnes qui avaient des convictions nobles. Il a été dirigé pendant des années par ces mêmes convictions pour arriver au pouvoir en 2010 ».

Ces précisions méritent, selon lui, d’être portées à la connaissance des militants du RDR, mais surtout des congressistes avant les assises de ce 3è congrès pour éviter le scénario qui a conduit à sa création en 1994. « Nous ne devons pas perdre cela de vue au cours de notre prochain Congrès. Nous devons rendre un vibrant hommage à ces pionniers, sans argent, sans grands moyens qui ont su imposer leurs convictions à la majorité des ivoiriens pour faire du RDR, le plus grand parti de Côte d’Ivoire en 2017 », a-t-il conclu

JEN

03
September

A l’occasion de la fête de la Tabaski, le représentant du préfet de région, le Secrétaire général 1 de la préfecture de San Pedro, Ettien Etienne,  a exhorté, ce vendredi 1er septembre 2017, les fidèles musulmans à la paix et à la cohésion sociale.

La prière organisée  pour la circonstance s’est déroulée à la place publique du quartier Terre rouge de San Pedro.

Le Secrétaire Général 1 qui avait à ses côtés le député Anoblé Félix, le 1er adjoint au maire, Diarrassouba Brahima et du représentant du préfet de police,  a expliqué que la cohésion sociale qui passe par la paix est actuellement de plus en plus menacée en Côte d’Ivoire. Cependant, estime-t-il, l’amour du prochain, la fraternité, la tolérance et surtout la réconciliation des filles et fils de ce pays doivent faire partie du quotidien de tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire.

Le Secrétaire Général 1, à cette occasion, a invité ses  administrés à collaborer avec les forces de l’ordre pour préserver la quiétude et la tranquillité dans leurs quartiers respectifs. Il a par ailleurs demandé à la communauté musulmane de continuer de prier pour  la Côte d’Ivoire, afin que la paix, la stabilité  soient maintenus au pays.

Zétia

03
September

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE

Le Bimensuel La Lettre du Continent n°759  a publié, dans son édition du 30 août 2017, un article intitulé : « Ouattara fait exploser les fonds souverains ». Ce journal affirme entre autres que : « Le Président

Alassane Ouattara bénéficie, dans la plus grande discrétion, d’un fonds de souveraineté de 342,6 milliards F CFA (521 millions €), en hausse de 20 milliards par rapport à 2015. Le chef de l’Etat ivoirien peut d’autant mieux puiser à sa guise dans cette enveloppe budgétaire que cette dernière est directement gérée par son frère, le ministre des affaires présidentielles Birahima Téné Ouattara ».

La Présidence de la République élève la plus vive protestation contre ces informations mensongères, gravement diffamatoires et qui portent atteinte à l’honneur et à la considération du Président de la République, Monsieur Alassane Ouattara 

Le Président de la République a donné mandat aux Avocats Maîtres Jean-

Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, de mettre en œuvre toutes voies de droit et toutes actions utiles en vue de la sanction de tels agissements et de la réparation des préjudices subis du fait de l’atteinte à son image, tant sur le plan national qu’international.

Fait à Abidjan, le 02 septembre 2017

Le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République:  

 

Patrick ACHI    

02
September


L’honorable Félix Anoblé, député de la ville de San-Pedro,  était le samedi 26 août 2017 face à ses mandants, un devoir qu’il s’est assigné d’honoré afin de mettre au même niveau d’information les populations pour lesquelles, les élus de la nation travaillent.

Pour la circonstance, la salle du Rotary Club de Séwéké qui a servi de lieu à cette rencontre d’échange, s'est avérée exigüe pour les populations  qui sont sorties nombreuses pour écouter leur élu.

Dans son exposé, l’honorable Anoblé a indiqué que le parlement a reçu plusieurs lois de l’exécutif. Cinq lois ont été étudiées et quatre ont été votées. Parmi celles qui ont été examinées, se trouve celle  portant régime juridique de la presse et de l’audio-visuelle.

«Il était important de venir expliquer aux populations qui sont nos mandants, ce que nous avons fait et les raisons qui nous ont amené à voter telle ou telle loi et le fondement de ces différentes lois », a t-il d’abord expliqué sa démarche.

Sur la réforme portant régime juridique de la presse, l’honorable Félix Anoblé a tenu à faire une précision sur le rôle des parlementaires. « L’Assemblée Nationale n’est pas une caisse d’enregistrement de textes du Gouvernement. Elle discute les textes pour parvenir à une meilleure compréhension de tous avant leur adoption », a-t-il précisé avant de répondre aux allégations faites par le Directeur de cabinet du ministre ivoirien de la communication et de Guillaume Gbato, secrétaire général du Syndicat National de la Presse Privée en Côte d’Ivoire, porte-parole des organisations du secteur de la presse. Ce dernier, à l’ouverture du Colloque-Congrès de l’Observatoire de la Liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie, OLPED, a affirmé que ces lois seront votées par l’Assemblée Nationale après avoir pris en compte les préoccupations des journalistes.

« Est-il est député pour tenir de tels propos? » s’est interrogé le député Félix Anoblé pour qui ‘‘Même le Président de l’Assemblée Nationale SORO Guillaume, encore moins un député ne peut tenir de tels propos’’. « Il n’est pas question qu’un individu, au cours d’une rencontre, vienne donner un ordre à l’Assemblée Nationale », a-t-il indiqué.

Visiblement très en colère, le député Félix Anoblé, rapporteur général de la Commission des Affaires Economiques et Financières au Parlement Ivoirien, CAEF, n’est pas allé par quatre chemins pour fustiger l’attitude du

Contre M. Apetey, directeur de cabinet du ministre Koné Bruno, les propos ont plutôt été jugés d’injurieux. « C’est une injure ! Il a trouvé que les journalistes l’ont insulté mais lui, il a insulté le peuple de Côte d’Ivoire à travers les propos qu’il a tenus à Yamoussoukro devant les journalistes. Nous l’invitons à retirer cette phrase. C’est une injure aux députés de dire que cette loi sera votée. Alors qu’il n’est pas député, pour qui donc se prend-il ? Nous ne pouvons pas accepter qu’un directeur  de cabinet donne l’impression, le jour où nous voterons la loi, portant régime juridique de la presse écrite de la communication audio-visuelle, que c’est parce qu’il aura ainsi décidé, que cette loi a été votée. Non ! Les députés votent selon leur intime conviction et pour le bien du peuple de Côte d’Ivoire » a-t-il martelé avant de lui lancer un avertissement. « Les députés ne sont pas obligés d’adopter cette loi. Nous ne sommes pas des béni-oui-oui. Quand nous adoptons une loi, nous savons que celle-ci est bonne pour le peuple de Côte d’Ivoire dont nous sommes les représentants »,  a-t-il prévenu

Au cours de cette séance, les différents intervenants ont salué cette initiative. Tous ont félicité l’honorable Anoblé Félix pour l’écoute permanente dont-il fait preuve aux différentes sollicitations de ses mandants.

Aussi, a-t-il invité ses populations à l’unité et faire barrage à la voie de la division.

Zétia

01
September

L’Aïd-el-kébir ou la fête de la Tabaski a été célébré ce vendredi 1er septembre 2017 en Côte d’Ivoire. Au cours de la cérémonie officielle qui a eu lieu à la grande mosquée de la Riviéra Golf, l’Imam Traoré Mamadou, très nostalgie de la Côte d’Ivoire de l’ère Houphouët, a appelé à l’unité pour une paix durable dans le pays.

« Je profite de cette tribune pour saluer solennellement le Chef de l’Etat et ses collaborateurs pour cette conduite sage et responsable et pour tout ce qu’ils ont fait et continuent de faire afin que la Côte d’Ivoire redevienne comme elle était au temps de Félix Houphouët-Boigny, son premier Président, un havre de paix, de stabilité, de cohésion et de prospérité », a rappelé l’Imam célébrant Traoré Mamadou les moments de la Côte d’Ivoire glorieuse sous son père fondateur juste après avoir déploré les bruits de bottes et les revendications sociales en début d’année.  

« Comme nous le savons tous, notre pays a connu en janvier et en mai dernier des moments difficiles dus à la mutinerie d’une partie de ses militaires et à une grève générale des fonctionnaires ayant pour mobile, entre autres, des revendications salariales. Ces évènements ont failli plonger la Côte d’Ivoire, à nouveau, dans le chaos dont on connait les conséquences dramatiques. Mais cela a pu être heureusement évité grâce d’une part aux prières de nos guides religieux, toutes confessions confondues... », a-t-il indiqué, saluant la voie de la sagesse empruntée par le chef de l’Etat pour éviter, selon ses propres termes le chaos au pays. «Grâce à la sagesse dont ont fait preuve nos autorités politiques avec à leur tête SEM Alassane OUATTARA, Président de la République et Chef suprême des armées, qui, au lieu de répondre à la force par la force, ont plutôt choisi la voie du dialogue pour trouver une solution pacifique, consensuelle et prenant en compte l’intérêt supérieur de la nation », a-t-il conclu.

« Ces difficultés sont derrière nous. En tant que 1er responsable, nous continuerons de veiller sur la sécurité de nos concitoyens », a indiqué Alassane Ouattara qui a prié ce vendredi avec son chef du gouvernement et plusieurs membres du gouvernement.

JEN  

01
September

Notre  confrère et doyen de la presse ivoirienne,  atteint d'une grave maladie,  a un besoin urgent de prise en charge. Il s’agit de Keita Ibrahim, signant sous le pseudonyme SORY BLINTIAKA, Journaliste, correspondant régional du quotidien ivoirien  ''Le Patriote'' à San-Pedro.  

Souffrant d’un cancer du larynx, il a subi une  première opération de la gorge qui s’est terminée par la mise en place d’une canule. Cette canule lui permet de respirer mais perd momentanément la voix en attendant une seconde opération. Après cette opération qui s’est déroulée au CHU de Yopougon depuis le 28 octobre 2015, son médecin traitant lui apprend que la pathologie dont il souffre, ne peut être prise en charge en Côte d’ivoire à cause de l’absence d’un plateau technique que l’on peut trouver au Ghana, en Tunisie ou en Afrique du Sud.

Faut-il le signaler, pour des raisons de langue et de culture, le doyen a choisi la Tunisie où il avait déjà pris attache avec un médecin qui lui a fait parvenir depuis février 2016 un devis d’un montant de 14 millions de francs CFA prenant en compte le transport, le séjour et les frais médicaux.

Voyant la situation financière du confrère très difficile en ce moment, il a plus que besoin de prise en charge pour suivre ses soins à l’étranger.

En attendant, le doyen Keita  Ibrahim doit faire face à des dépenses régulières relatives à l’achat de médicaments et aux soins médicaux.

Cet homme multidimensionnel, malgré son mal, est toujours au service de son journal et de son parti le RDR. 2ème Secrétaire Départemental Adjoint (SDA) de ce parti à San-Pedro faisant de lui, la 3ème personnalité politique du dit parti. Il a été décoré récemment dans l’ordre des Républicains.

Les Correspondants régionaux de presse(San-Pédro)  en accord avec le confrère,  sollicitent le soutien des personnes de  bonne volonté avant qu’il ne soit trop tard. Il est joignable au : (225) 05 75 63 77 et 57 66 66 98.

Zétia

Page 4 of 7

Calendrier évènement

October 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...