Info News :
22
September

L’activiste communautaire, l’ivoirienne Nicole GUEHI, invité du ‘‘CAFE CLUB de l’UPL-CI’’, tenu ce samedi 22 septembre 2018 à la Maison de la Presse d’Abidjan-Plateau (MPA), a proposé aux Présidents Ouattara et BEDIE une sortie honorable de la gestion des affaires en transférant le pouvoir à une nouvelle génération. « Il faut que ceci soit effectif comme promis », a affirmé Nicole GUEHI en proposant ce que devrait être leur nouvelle vie une fois à la ‘‘retraite’’. « Nos dirigeants actuels doivent céder le pouvoir et se retrouver dans un collège de sages pour encadrer, guider et conseiller la nouvelle génération que nous sommes », a-t-elle indiqué. Pour cette activiste, les présidents Alassane Ouatara et Henri Konan Bédié ayant eux-mêmes annoncé leur retrait du pouvoir d’Etat, ils se doivent, dès lors, respecter la parole donnée, ce principe qui caractérise l’africain. « Le président Bédié l'a dit dans son œuvre intitulé Mon dernier Combat et le président Ouattarra tout récemment lors de son discours à la nationale à l’occasion de la fête de l'indépendance », a relevé Mme GUEHI.

Et pour que cette relève soit bien assurée, elle entend être un des acteurs clés de cette alternance en 2020 qui doit nécessairement, selon elle, passer par une grande prise de conscience de la nouvelle génération d’acteurs politique.

« Parler d'une nouvelle génération d'acteurs politiques, c'est d'abord parler de rupture comportementale, de changement de mentalité et apporter une nouvelle vision dans la gestion de la chose publique », a expliqué Nicole GUEHI, annonçant l’avènement d’un mouvement socio-politique en gestation baptisé ''Nouvelle Génération en Avant''. Il va servir d’instrument de pression afin d’influer sur les décisions.

Consciente de l’enjeu et des défis énormes à relever, Nicole GUEHI invite la jeunesse et les femmes à s'impliquer dans les processus électoraux dans en demeurant vigilant face au vendeur d’illusion et acheteurs de conscience.

« Il faut se méfier des coalitions qui se forment actuellement dans le seul but de gérer le pays avec les mêmes acteurs et non dans l'intérêt des populations. Il faut au contraire créer une nouvelle plateforme consciente et responsable pour participer à la renaissance et à la reconstruction de notre pays », a-t-elle conseillé à la prudence non sans exiger une refonte de la commission électorale indépendante (CEI) jugée dépassée par les textes.

Activiste communautaire, experte en levée de fonds et de développement communautaire, Responsable de l’Organisation de la communauté Ivoirienne du Royaume-Uni (UK-ICO), Vice-présidente de la Diaspora Ivoirienne au Royaume-Uni, Nicole GUEHI est également Présidente de l'Ong Minority Community Aid basée en Angleterre. En Côte d'Ivoire, elle mène des actions dans la lutte contre la pauvreté notamment dans la région du Guémon.

JEN

21
September

Comment amener les populations à avoir une grande conscience sur l’assainissement de leur cadre de vie mais aussi permettre aux décideurs de prendre de mesures visant à les accompagner dans leurs actions ? Du moins comment les publications ou productions des journalistes peuvent-elles impacter sur la vie des populations. Voilà l’équation que cherche à dénouer la plate-forme ‘‘Speak Up Africa’’, organisation non gouvernementale de communication stratégique et de plaidoyer avec l’implication des journalistes du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal où ce programme est conduit.

A Abidjan, l’atelier qui a rassemblé ce vendredi 21 septembre 2018 une vingtaine de journalistes de la presse écrite et audiovisuelle a mis l’accent sur l’assainissement autonome. Sur le sujet, les journalistes ont bénéficié d’un renforcement de capacité en termes de notions de base et de la gestion des boues de vidange qui sont les déchets issus des fosses de latrine (WC) et des fosses septiques. Il s’agit, pour Gérard Guedegbe, expert en stratégie média et communication à ‘‘Speak Up Africa’’, de faire des journalistes, ‘‘les champions de l’assainissement’’. Une vision qui, selon lui, passe nécessairement par une connaissance des questions d’assainissement pour de bonnes rédactions d’articles de journal.

Pour ‘‘Speak Up Africa’’, ces déchets constituent une mine d’Or, si l’on sait ce qu’on peut en faire. Et c’est là, les journalistes dont le rôle est d’informer, d’éduquer et de distraire, sont appelés à agir afin de réveiller les consciences des populations mais en même temps inciter à la prise de décision favorisant un bon usage de ces déchets et instaurer un environnement sain et un bon cadre de vie.

Basée à Dakar, au Sénégal, ‘‘Speak Up Africa’’ qui est une organisation non gouvernementale à but non lucratif de communication stratégique et de plaidoyer, vise à favoriser les changements de politiques en mettant un accent sur la sensibilisation autour du développement durable en Afrique.

JEN   

19
September

Après la ville de Man, la zone rurale aura sa police, dans un programme de sécurité dans la localité. Le lancement officiel de la mise en œuvre du dit projet s’est déroulé le lundi 17 septembre 2018 à la préfecture de Man. Mis en œuvre par l'international friendship service (IFS) en collaboration avec le collectif de la société civile pour la sécurité et la paix du Tonkpi (COSCPT), ce programme est financé par l’ambassade des États-Unis en Côte d’Ivoire.

Il s’agit de rapprocher les populations des zones rurales aux forces de sécurité et de défense afin de briser le mur de méfiance et permettre de faire barrage à la délinquance et autres agressions dans ces zones.

Pour Bih Alexis, président de l’Ong Ifs, les nombreux cas de vandalisme et de braquages dans les zones ont suscité la colère des populations et a mis fin à leur collaboration avec la police et la gendarmerie. « C’est pour pallier cette situation que le ministère de l’intérieur et l’ambassade des États-Unis ont décidé de mettre sur pied la police de proximité afin de favoriser la quiétude dans leur localité », a déclaré M. Bih.

Pour Mme Bih Vahi Valerie, coordonnatrice dudit projet, celui-ci va former 39 leaders communautaires dans 13 localités ciblées. « Durant 2 jours, nous allons former les leaders communautaires des zones ciblées à la détection des malfrats. Ceux-ci auront en charge de faire la restitution dans leurs différentes zones », a-t-elle indiqué.

Mme Bih a alors exhorté les populations à renforcer leur collaboration avec les forces de sécurité et de défense afin de favoriser le retour de  la sécurité dans leur localité.

Pour le secrétaire général 2 de la préfecture de Man, Bah Yao Kouakou André cette initiative qui va, sans nul doute, renforcer les liens entre les forces de défense et de sécurité et les populations, vient à point nommé, surtout que les élections locales pointent à l’horizon . « Les élections municipales et régionales se tiendront dans quelques semaines. C’est l’occasion pour vous de sensibiliser pour que ces élections soient apaisée», a-t-il plaidé.

Les organisations de femmes, de jeunes, les chefs traditionnels, les organisations de la société civile ont participé à ce lancement de mise en œuvre de la police de proximité.

Logouale, Yaleu, Douele, ziogouine, Bogouine, Gouekangouine, Botongouine, Sangouine, Podiagouine, Gotonguine, Biakale, Gbone sont les localités concernées par ce projet. 

 

D.S.B

18
September

« Le reportage en période électorale ». Ce thème fait l’objet d’échanges entre experts depuis Washington siège de la VOA, journalistes de la Côte d’Ivoire, du Benin, de la Mauritanie et du Sénégal via Internet depuis ce mardi 18 septembre 2018 et prendra fin le mercredi 19 septembre.

Les échanges, pour cette première journée, ont porté essentiellement sur ‘‘les difficultés rencontrées lors de la collecte des informations en période électorale, notamment avant, pendant et après les élections. Ces difficultés, selon les acteurs des médias, ont pour dénominateur commun ; l’inféodation des médias aux partis politiques qui sont les véritables promoteurs des journaux dans les pays africains. Ce sont eux, affirment les journalistes, qui définissent la ligne éditoriale avec des restrictions fermes empêchant l’indépendance dans l’exercice du métier.

Sur le sujet, Idriss Fall, journaliste international à la Voix de l’Amérique (VOA), expert pour cette séance, sa position été catégorique et clair. « Il n’y a pas de journalisme sans liberté d’expression », a-t-il affirmé avant d’ajouter que ‘‘le journaliste est tenu strictement de ne pas prendre position dans ses écris pour un candidat’’. Mais que le journaliste se doit d’informer avec impartialité. Selon lui, les crises intervenues dans les pays africains sont pour la plupart, le fait des journalistes qui n’ont pas su rendre l’information aux populations ou simplement se sont substitués aux acteurs politiques pour faire le combat politique à leur place.

Pour ne plus tomber dans ces ‘‘dérives’’, il appartient, selon lui, aux journalistes de prendre leur indépendance en respectant le code de déontologie du métier qui exige du journaliste la rigueur dans l’exercice du métier.

Revenant au sujet du jour, Idriss Fall, bien qu’il avoue n’avoir pas de recette toutes faite, estime cependant que pour une bonne couverture des élections, le journaliste doit connaitre les lois électorales dans les pays où il est appelé à couvrir l’élection. Il doit également avoir une stratégie pour une bonne occupation du terrain, s’imprégner des réalités des populations de la localité où il se trouve. Il devra aussi s’intéresser les bureaux de vote, les procès-verbaux, vérifier leur conformité et suivre leur transfert à la commission électorale.

Co animant cet atelier avec Idriss Fall, le chef du service Bambara de la Voix de l’Amérique, Bagassi Kouram invite ses confères au strict respect des dispositions légales dans leur pays afin d’être plus efficace et forcer le respect du métier.   

Cet atelier organisé par l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique dans les pays participants, vise, à outiller les journalistes dans la couverture des élections qui pointent à l’horizon dans ces pays.

JEN

18
September

Le Ministre d’Etat et Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko a rencontré ce mercredi 17 Septembre 2018, au Centre Culturel d’Abobo, les personnes handicapées et s’assurent d’un soutien mutuel. « Cette rencontre me touche beaucoup, je vous remercie infiniment de votre soutien » a introduit le Ministre ivoirien de la Défense soulignant qu’il est à cette rencontre solliciter leur suffrage. « Je ne suis pas venu chercher des voix », a-t-il indiqué.

Rappelant les difficultés qui ont jalonné son parcours, Hamed Bakayoko, a invité ses hôtes de ne jamais renoncer à leur volonté ou ambition de changer leur existence. « Je ne me suis pas arrêté aux difficultés. Je veux que chacun de vous ait cette force. Dieu ne donne pas tout. N’ayez aucun complexe », a-t-il conseillé, insistant sur le fait que ‘‘le bonheur est d’être bien avec soit même’’.

Hamed Bakayoko s’est alors engagé à assister cette classe sociale de la commune dont il est candidat à la tête du conseil municipal. « Élu ou non, je m’engage à vous offrir un siège. Je vous remets séance tenante une enveloppe de six millions (6 000 000) de francs CFA et prends en charge les enfants des handicapés à hauteur de cinq millions (5 000 000 FCFA) », a annoncé le premier responsable des forces de l’ordre et de défense ivoirienne pour qui son ‘‘plus grand bonheur, est d’aider les autres ».

Bien avant le Ministre d’Etat, Yacouba Koné, Président des Associations des personnes handicapés de Côte d’Ivoire, remerciant le Ministre d’Etat d’avoir répondu présent à leur invitation, l’a assuré du soutien de son organisation en lui promettant son élection à la tête de la commune. « Monsieur le Ministre d’Etat, vous êtes déjà élu, nous vous considérons déjà comme notre Maire », a-t-il indique, soulignant « qu’à Abobo, il y a trente huit mille sept cent (38 700), soit 10% de l’électorat total estimé à trois cent quatre-vingt mille électeurs (380 000). Je vous assure, Monsieur le Ministre, que vous avez déjà 10% de l’électorat », a-t-il promis.

L’artiste Ismaël Isaac apportant également son soutien à Hamed Bakayoko en assurant du total soutien des personnes handicapées à sa candidature. « Un handicapé, quand il est avec toi, il est avec toi », a-t-il affirmé.

On assistés à cette cérémonie, la Vice-Présente de l’Assemblée Nationale, Jeanne Peuhmond, du secrétaire générale du District d’Abidjan, Cissé Abdoudramane et du Directeur de l’ONI.

Kouamé Blanchard

17
September

La signature de la convention entre le CIDP de BABILY Dembélé et le parti socialiste, APR malien du président IBRAHIM OUMAR TOURE, prévue ce samedi 15 octobre 2018 à Abidjan a été, à la dernière minute, ajournée pour des raisons de d’indisponibilité de l’hôte de M. Babily.

En marge d’une cérémonie d’échange au lieu et place de la signature d’une convention entre le Congrès Ivoirien pour le Développement et la Paix (CIDP) et la formation politique malienne APR les deux responsables respectivement, BABILY DEMBELE et madame Coulibaly pour la section APR Côte d’Ivoire, le président de la Commission Electorale Indépendante n’a pas échappé à critique du président de la CIDP.  « La tête (le président, NDLR) de la CEI a été le catalyseur de la crise en Côte d’Ivoire. Je suis donc contre cette CEI qu’il n’y a aucune raison de garder un moment de plus », a dénoncé M. Babily pour qui, dans son entendement cette commission devait être reformée avant les autres échéances électorales. « Nous avons pensé que cette commission électorale allait être reformer avant les élections locales, mais que non ! », a-t-il indiqué sa déception.  

Pour ses ambitions en 2020, le président babily estime qu’il faut un homme comme lui pour parvenir à ‘‘une Côte d’Ivoire réconciliée, sécurisée et unie’’. « Je mettrai les conditions pour que vous alliez me chercher car les ivoiriens aiment leur fils qui contribue à la construction du pays », a-t-il souligné.

Bien avant lui, la secrétaire générale du CIDP porte-parole dudit parti et présidente du comité d’organisation de la présente cérémonie, Mme SANGARE a expliqué la vision de l’alliance qui devait, ce jour, être paraphée mais pour une question d’indisponibilité de dernière minute du président de l’APR a été reportée. « L’alliance entre les présidents BABILY DEMBELE et Touré Oumar Ibrahim est religieuse et historique. Nous faisons la promesse que cette alliance sera très meilleure », a-t-elle indiqué.

Kouamé Blanchard

Page 4 of 42

Calendrier évènement

November 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...