Info News :

08
December

Le nouveau Bureau Exécutif de l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPL-CI) a été investi ce vendredi 08 décembre 2017 à la Maison de la Presse d’Abidjan-Plateau en présence de plusieurs ses partenaires, notamment le ministère de la Communication, de l’Economie et de la Poste, le ministère de la fonction publique, le ministère de la modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public et du Conseil National de la Presse (CNP).

Situant le contexte de cette cérémonie, le Président de cette organisation professionnelle des promoteurs de presse numérique, Nando Dapa a qualifié ‘‘d’unique en son genre’’ dans le secteur de la presse en ligne. « Elle n’est pas une organisation professionnelle de trop et elle ne marche sur les plates-bandes d’aucune autre organisation professionnelle du secteur du numérique en Côte d’Ivoire. », a-t-il précisé avant d’ajouter qu’avant sa création en 2015 ‘‘Il y avait donc un vide criant quant à la presse numérique’’, car ‘‘il n’existait aucune autre organisation des patrons de  presse numérique’’. « C’était plutôt  la presse écrite dont les promoteurs s’étaient regroupés au saint du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) », a-t-il indiqué avant de lancer un plaidoyer pour un soutien au secteur en direction des décideurs et partenaires.

« Tout comme la presse imprimée ou si vous préférez la presse papier, la presse numérique a également ses difficultés. Nous avons aussi bien des charges salariales que  matérielles ou techniques. Notamment, les frais d’hébergement, la connexion à internet à haut débit, le loyer, l’électricité, l’eau, les frais de déplacement des reporters, les outils de travails de nouvelle génération etc. », a-t-il égrené le chapelet des difficultés du secteur. « C’est pourquoi nous souhaitons vivement l’accompagnement  du fonds de soutien et d’aide à la presse (FSDP) », a-t-il plaidé.

Mais l’UPl-CI, selon son président, ne souhaite pas avoir le même critère d’éligibilité que celui de la presse imprimée. « Car, estime M. NANDO, les deux secteurs n’ont pas le même mode de publication et de diffusion des informations, ni les mêmes supports et canaux. «  Vous comprenez dès lors qu’il ne serait pas juste de nous loger dans le même registre », a-t-il souligné.

Une plaidoirie bien reçue par le représentant du ministre de la communication, de l’Economie Numérique et de la poste, BABA Kaboré qui a promis transmettre ces doléances au Ministre Koné Nabagné qui, selon lui, accorde beaucoup d’intérêt au développement de ce secteur. « Rassurez, une fois que je rendrai compte au Ministre, il donnera des instructions », a-t-il promis.

Le ministère de la modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public par la voix de son représentant, Gustave Kacou, transmettant les encouragements du Ministre Pascal Kouakou Abinan à l’UPL-CI et à son bureau, a réitéré l’engagement du ministère à nouer un partenariat avec cette structure pour une communication plus large sur ses activités.

Il en est de même pour le ministère de la fonction publique qui entend s’appuyer sur l’UPL-CI pour porter sa voix auprès de ses usagers. ‘Nous sommes un ministère où il faut toujours communiquer et permettre aux fonctionnaires d’être informés sur les dispositions à prendre pour toute démarche de dossier les concernant », a indiqué KOUADIO Koffi Bâh Stéphane, sous-directeur de la communication représentant le ministère à cette cérémonie.

Pour l’Oser, l’UPL-CI est le partenaire idéal pour la diffusion efficace de ses messages en temps réel. « Notre institution s’engage avec l’UPLCI dans un partenariat gagnant-gagnant pour l’atteinte de nos objectifs communs », a annoncé Konan Arsène, représentant Désiré Aka ECHUI DG de l’OSER, parrain de la cérémonie. « L’OSER, dans le cadres de ses misions saura vous apporter la formation nécessaire en vue de l’accompagner dans les préventions des accidents et la protection des usagers de la route », a-t-il promis avant de lancer un appel à la prudence de tous sur les routes en cette fin d’année, période festive.     

Une reconnaissance spéciale a été adressée à Raphaël Lakpé, Président du Conseil National de la Presse pour ses Conseils avisés.

Cette cérémonie d’investiture de haute importance pour l’UPL-CI, a été l’occasion pour elle d’initier une conférence les ramifications juridiques du secteur sur le thème : « Encadrement juridique des médias en ligne : quelle conciliation entre liberté de la presse et responsabilité ? ». Elle a été prononcée par Me Dossou Yovo Marius Janvier, Secrétaire général adjoint de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HAAC) du Bénin, également administrateur et doctorant d’Etat en droit juridique. Il est venu à l’invitation de l’UPL-CI pour partager l’expérience de son pays avec les acteurs du secteur du numérique en Côte d’Ivoire.

UPL-CI

07
December

DECLARATION SUR LE VOTE DU BUDGET MODIFICATIF 2017 PAR L’ASSEMBLEE NATIONALE

Ce mardi 05 décembre 2017, les députés de l’Assemblée nationale ont été invités à adopter sept (7) projets de loi dont le projet de loi de finances rectificatives portant Budget de l’Etat pour la gestion 2017.

A travers ce projet de loi, le gouvernement propose, à quelques jours de la fin de l’exercice budgétaire, de modifier et de rebâtir le budget 2017 car, selon lui, certaines hypothèses qui ont servi de bases à l’élaboration du budget initial ont été profondément modifiées. Le Gouvernement a indexé :

  • Les prévisions de croissance mondiale qui seraient ternes et en recul ;
  • Les cours du cacao en baisse de 35% ;
  • Les cours du pétrole brut en hausse.

Selon le gouvernement, ces variables ont une incidence majeure sur la performance de l’économie nationale à tel point qu’il conviendrait de revoir à la baisse le taux de croissance à 8,5% au lieu de 8,9% initialement prévu et de réduire le budget de 53.782.439.643 FCFA, le ramenant de 6501.421.152.075 FCFA initialement prévu à 6447.638.712.432 FCFA.

Au regard de ces évolutions négatives, le gouvernement a procédé à un certain nombre d’ajustements tant au niveau des ressources que des dépenses.

Avec six autres députés de l’Assemblée nationale membres des Groupes parlementaires ‘’ AGIR Pour le Peuple’’ et ‘’VOX Populi’’, j’ai voté contre ce projet de loi. Les raisons tiennent aux motifs du projet de modification du budget d’une part, et au contenu même du projet d’autre part.

  1. DES MOTIFS FALLACIEUX POUR MASQUER LA MAUVAISE GOUVERNANCE ET L’ECHEC ECONOMIQUE DU GOUVERNEMENT

On distingue généralement deux catégories de raisons qui appellent à l’adoption de lois de finances rectificatives : soit la conjoncture économique évolue négativement au point de modifier les conditions d’exécution de la loi de finance initiale, soit une nouvelle orientation est donnée à la politique économique et budgétaire.

Ainsi, s’il sied de modifier la loi de finance initiale par un collectif budgétaire en cas de survenance de bouleversements profonds des équilibres antérieurs, force est de noter que les arguments proposés en l’occurrence par le gouvernement sont à l’opposé de la réalité et dénotent plutôt sa mauvaise gouvernance et son échec économique.

  • S’agissant de la tenue de l’économie mondiale

Le 18 Avril 2017, le Fonds monétaire international (FMI) prédit une croissance de l’économie mondiale à 3,5 % en 2017 contre 3,1 % en 2016, sur fond de reprise de l’investissement, de la production et du commerce. D’où le gouvernement tient- il ses statistiques pessimistes sur l’évolution de l’économie mondiale ?

  • La baisse des cours du cacao de 35%: Les cours ont effectivement baissé de 35% depuis novembre 2016. Mais cette chute était prévisible et ce depuis le mois de Septembre 2016 où les cours avaient amorcé leur dégringolade. Le gouvernement en a certainement tenu compte dans ses prévisions pour le budget 2017.
  • La hausse des cours du pétrole brut: L’analyse du marché du pétrole montre aussi que la hausse du prix du brut n’est pas une nouveauté. En effet depuis le mois de Novembre 2016, le prix du baril est monté à 46,95 dollar le baril, et il n’a plus baissé depuis cette date. Là aussi, il s’agit plutôt d’une évolution censée être connue du gouvernement.

 

Au total, les raisons invoquées par le gouvernement pour justifier le vote de ce collectif budgétaire nous paraissent fallacieuses.  Nous n’entérinerons pas l’injure que se fait le gouvernement lui-même en prétendant qu’il a été surpris par des évènements abondamment commentés. Non, le prétexte du collectif se trouve ailleurs. Le gouvernement n’a pas le courage de l’avouer. Pourtant il sait que la vérité ne peut pas échapper à un examen minutieux du projet de budget modificatif.

Nous estimons par ailleurs qu’à l’occasion de cet exercice budgétaire, les préoccupations immédiates de nos compatriotes auraient dues être prises en compte. En effet, à la cherté de la vie, est venue s’ajouter la dégénérescence des infrastructures routières et voiries révélée par les fortes pluies actuelles. Les voies d’accès des principales villes du pays sont impraticables. Presque tous les quartiers d’Abidjan (Riviera, Koumassi, Abobo, etc.) croulent sous les eaux de ruissellement, plusieurs décès ont été enregistrés.

Les dépenses publiques doivent être sérieusement réorientées pour tenir compte de la souffrance des ivoiriens.

 

  1. DU COLLECTIF BUDGETAIRE

Le collectif budgétaire proposé par le gouvernement appelle plusieurs remarques.

  1. S’agissant de certains postes de recettes de la DGI et de la DGD

Les recettes de la DGI sont estimées à 1664 milliards de FCFA, contre un niveau de 1 753 milliards de FCFA, soit une baisse de 89 milliards de FCFA (-5.34%).

Cette baisse est due principalement aux contreperformances annoncées des lignes d’impôts suivants :

  • Les droits d’enregistrement et de timbresenregistrent une baisse de 76 milliards de FCFA. Le gouvernement explique qu’il consent  cette annulation de droits d’enregistrement et de timbre sur le cacao pour soutenir le prix au paysan, suite à la baisse des cours. Cet argument n’est pas recevable dans la mesure où le dispositif de stabilisation des prix de la filière café et cacao a permis à l’Etat de récolter environ 468 milliards de FCFA selon plusieurs experts, avec la hausse continue des cours de 2011 à 2016. Il s’agit d’appliquer tout simplement ce dispositif. L’annulation des droits d’enregistrement et timbres constitue un manque à gagner pour l’Etat et nous semble être un congé fiscal destiné à certains ‘’amis et parents’’ exportateurs.

 

  • L’impôt BIC hors pétrole et gazaccuse une baisse de 7 milliards de FCFA prévue en raison de la contraction de l’économie dont le taux de croissance passe de 8.9% à 8.5%. Ceci marque la fragilité de l’économie ivoirienne avec une assise fiscale peu diversifiée où une poignée d’agents économiques sont pressés fiscalement pour tenir les engagements de l’Etat. Quelle a été la contribution de ce gouvernement à la diversification de l’économie depuis l’arrivée de Ouattara au pouvoir ?
  • La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : Une baisse de 6 milliards de FCFA en lien avec la contraction de l’économie.
  • Les revenus du domaine baissent de 15 milliards de FCFA sans explication du gouvernement. Pourquoi une baisse aussi importante (-41%) par rapport au niveau prévu dans le budget initial ?

 

  • Les recettes de la DGD : Les recettes de la DGD sont estimées à 1 398 milliards de FCFA contre 1 584 milliards de FCFA, soit une baisse de 186 milliards de FCFA (-13.27%).

Cette baisse est imputable au moins-values attendues sur les taxes et droit de douances suivants :

  • Les taxes à l’importation sur les produits pétroliers: Elles baissent de 146 milliards de FCFA. Le gouvernement prévoit une baisse de la taxation prévue sur le litre du super carburant et du gasoil qui passe respectivement de 256 FCFA/litre à 150 FCFA le litre et de 249 FCFA/litre à 150 FCFA/litre. Il est également prévu une baisse du taux de croissance des volumes de 16% à 15% pour le super et 8% à 7% pour le gasoil en lien avec la contraction de l’économie. Curieusement cette baisse de la taxation n’est pas répercutée sur les prix à la pompe. Au contraire les prix augmentent : le litre du super est passé de 570 F CFA /litre en mai 2017 à 595 F CFA /litre en décembre 2017 (+25 F). Qu’a t’on fait des ressources collectées à l’occasion de ces augmentations ?

 

En définitive, on constate une baisse généralisée des ressources fiscales. Les recettes non fiscales augmentent faiblement et ne peuvent pas compenser la chute des recettes fiscales. En d’autres termes la mauvaise gouvernance des sociétés à participation publique ne leur permet pas de participer à la mobilisation des ressources de l’Etat.

Au contraire les appuis budgétaires connaissent une hausse importante et se présentent avec les ressources d’’emprunts comme les principales sources de financement de ce collectif budgétaire. L’ensemble des ressources extérieures constituent 41% des ressources du budget et souligne une fois de plus la fragilité de l’économie nationale et la dépendance chronique du pays vis-à-vis de l’extérieur. En réalité les taux de croissance annoncés à grand renfort de publicité ont un impact dérisoire sur le tissu économique national.

 

  1. L’inadéquation ressources et dépenses

On constate très clairement que pendant que les ressources internes baissent, les dépenses ordinaires augmentent. Ce qui revient à creuser le déficit budgétaire qui passe de 3,1% à 4,5% et accentue le décalage de la Côte d’Ivoire vis-à-vis des règles de convergence de L’UEMOA. Le ratio masse salariale sur recettes fiscales est de 41,70% bien au-delà du critère requis de 35%. Il en est de même pour le taux de pression fiscale (recettes fiscales sur PIB) qui ressort à 15,4% contre la norme minimum de 17%.

Cette situation renforce aussi la dépendance vis-à-vis des appuis budgétaires et de l’endettement. En effet, c’est l’accroissement de ressources extérieures qui finance les dépenses ordinaires de l’Etat alors que les dépenses d’investissements baissent. Ce qui est une aberration. On peut bien accepter que les ressources extérieures financent l’investissement mais pas le fonctionnement courant de l’Etat.

Selon un rapport de l’ambassade de France de février 2017, la dette publique a atteint 48,3% du PIB (17,3 Mds USD) à fin 2016. Et pourtant le gouvernement continue de se féliciter de sa bonne gestion de cette dette prétextant que ce taux serait en dessous de 70% qui est la limite exigée par les règles de convergence de l’UEMOA. Ce que le gouvernement oublie de noter est que ce taux était de 36% au lendemain du point d’achèvement du PPTE en Juin 2012. En cinq ans d’exercice, le taux est remonté à 48%, soit une évolution de 2 points par an, pendant que la croissance du PIB est sur une pente décroissante. A cette allure, on risque d’atteindre le taux de 70% dans moins de 9 ans et de soumettre le pays à un infarctus économique et financier.

Par ailleurs, il convient de mentionner que le stock de la dette publique qui était de 8 383 milliards de FCFA à la veille du point d’achèvement du PPTE en mai 2012 a été pratiquement reconstitué au 30 juin 2016 avec un niveau de 8 156,6 milliards de FCFA, soit 97% du stock d’avant PPTE. Le drame est que cet endettement n’a eu aucun impact sur la santé et la diversification de l’économie nationale pour rembourser confortablement cette dette.

En définitive Monsieur Alassane Ouattara préfère la solution de facilité qui consiste à accumuler dettes sur dettes pour financer des opérations dont la pérennité est discutable ainsi que le démontre la fragilité révélée par les récentes pluies diluviennes. Cela confirme toutes les supputations sur le processus d’attribution des marchés publics marqué davantage par le népotisme que par les capacités professionnelles des entreprises.

 

  1. L’inversion des priorités

L’analyse détaillée du collectif fait apparaitre les faits marquants suivants

  • Les dépenses ordinaires de la Présidence de la République augmentent de 22.5% (+19 milliards de FCFA) passant de 86 milliards de FCFA à 105 milliards de FCFA ;
  • Les dépenses ordinaires et subventions du Ministère de la défense croissent de 76% (+ 8 milliards de FCFA) ;
  • Les dépenses ordinaires du Ministère du Budget et du portefeuille d’Etat augmentent de 21% (+74 milliards de FCFA).

Soit pour ces trois Institutions une augmentation budgétaire totale de 101 milliards FCFA correspondant curieusement au montant des sommes payées aux mutins.

A l’inverse :

  • Le budget d’investissement du Ministère de la santé de l’hygiène publique décroit de 6% (-10 milliards de FCFA), ce qui impacte l’offre de santé de publique ;
  • Le budget d’investissement du ministère des infrastructures économiques baisse de 8% (-51 milliards de FCFA) ;
  • Le budget d’investissement du Ministère de l’éducation nationale recule de 17% (-9 milliards de FCFA) ;
  • Le budget d’investissement de l’enseignement technique baisse de 61% (-12 milliards de FCFA) ;
  • Le budget d’investissement du ministère de promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes dégringole de 23% (-milliards de FCFA) ;
  • Les dotations des EPN baissent globalement de 11 milliards de FCFA.

 

En 6 mois, le gouvernement a changé radicalement ses priorités qui sont désormais les dépenses ordinaires de la présidence et les paiements camouflés aux mutins. Les infrastructures, la santé, l’éducation et la jeunesse sont les secteurs sacrifiés.

  1. Absence d’une doctrine de gestion budgétaire 

Les augmentations et réductions budgétaires faites de manière hasardeuse ainsi que nous l’avons présenté, montre bien l’absence d’une boussole pour la conduite de la politique budgétaire. La politique de gestion budgétaire est conduite au gré des circonstances.

Il n’y a pas de vent favorable pour qui ne sait pas où il va.

  1. Absence d’état d’exécution du budget

Comment apprécier les réductions budgétaires proposées, notamment au niveau des ministères des infrastructures économiques (-51 milliards FCFA soit 8%), de l’enseignement technique (-12 milliards FCFA soit 61%), de la jeunesse et de l’emploi (-23%) si elles ne sont pas accompagnées d’un état d’exécution du budget initial, d’autant que nous sommes pratiquement en fin d’exercice. Au demeurant, les ministères et institutions concernés par ces augmentations budgétaires sont-ils en mesure de consommer en  moins d’un mois (d’engager et de liquider) tous ces crédits alloués ?

Qui a financé les paiements faits aux mutins ? Par ‘’avance de trésorerie’’ ou en puisant dans les ressources de la filière café-cacao ? Dans cette dernière hypothèse, qu’est-ce qui garantit que ces sommes seront remboursées à la filière étant donné le caractère suspect de leur localisation ?

 

 

CONCLUSION

Au total, à travers ce budget modificatif, le gouvernement invite les députés à avaliser ses erreurs d’appréciation et ses insuffisances, et particulièrement des engagements qu’il a pris sans les consulter alors qu’il savait que la satisfaction de ces engagements bouleverserait totalement les priorités et le budget de l’Etat. Non seulement le gouvernement ne fait pas ce qu’il a sollicité et pour lequel il a obtenu l’accord du parlement, mais plus grave il fait ce qui n’était pas prévu et demande aux députés d’en prendre acte.

Voter ce collectif serait abdiquer les prérogatives du parlement et le rabaisser à une chambre d’enregistrement. La République et l’histoire ne le pardonneront pas. Voter ce budget modificatif serait encourager l’incompétence, l’inconséquence et la mauvaise gouvernance. C’est pourquoi, l’Assemblée nationale aurait dû rejeter le projet de loi de finances rectificatives portant Budget de l’Etat pour la gestion 2017. J’ai voté contre.

 

L’Honorable Pascal AFFI N’Guessan

Député des Sous-Préfectures et Commune

d’Andé, d’Assié-Koumassi et de N’Guessankro, et de la Sous-préfecture de Bongouanou

 

07
December

DECLARATION DE SOUTIEN À MONSIEUR CHEICK TIDIANE GADIO

Le Comité Exécutif de l’ONG BANDAM AFRICA réuni en session extraordinaire, le 22 novembre 2017 pour analyser les motifs de l’arrestation aux USA, de son Président d’honneur, le Ministre Cheick Tidiane Gadio décide :
- Le Comité Exécutif apporte son soutien indéfectible à son Président d’honneur, le Ministre Cheick Tidiane Gadio.
- Le Comité Exécutif de l’ONG BANDAM AFRICA salue la relaxe provisoire du Ministre Cheick Tidiane Gadio par la justice américaine, ceci dans  l’attente de son jugement le 18 décembre 2017.
- Le Comité Exécutif de l’ONG BANDAM AFRICA réaffirme sa confiance en la justice américaine qui, nous l’espérons prononcera la relaxe pure et simple de Monsieur Cheick Tidiane Gadio, ceci dans l’attente de la conférence annuelle de notre organisation prévue à  Abidjan du 20 au 21 décembre 2017.
BANDAM AFRICA est une Organisation Non Gouvernementale (ONG) qui, prône la valorisation du patrimoine culturel africain, et entend faire du développement de notre continent, le résultat de ses propres valeurs. Son siège social est à Abidjan, en Côte d’Ivoire.


Le Président,
DEMBA Diallo

07
December

Une cinquantaine d’enseignants membres de la Coordination des Enseignants de Second degré de Côte d’ivoire (CES-CI), section San-Pedro, étaient dans la soirée du lundi 04 décembre 2017 dans la cours de la préfecture. Ces enseignants  ont  décidé ce jour, d’un arrêt de cours pour protester contre la bastonnade d’un des leurs par la gendarmerie.  

« Nous sommes là ce soir pour protester contre une situation. Le samedi 02 décembre, nous avons un camarade enseignant en la personne de Yéo Nababin, professeur de SVT au Lycée Inagohi qui a été violemment molesté par des gendarmes de la brigade du port», a vigoureusement dénoncé Gogbeu Adolphe, fédéral de la CES-CI.

Selon lui, les faits se sont passés dans la soirée au quartier ‘‘cité’’ (situé non loin du maquis ‘’le baoulé’’), alors son collègue s’y était rendu faire réparer sa voiture  dans un garage. Impressionné par une voiture qu’il avait trouvée sur les lieux, le propriétaire du véhicule, l’adjudant  Konan de la brigade du port qui n’a pas apprécié ce geste, l’a pris pour un voleur. Ne lui ayant pas donné l’occasion de s’expliquer, l’adjudant a demandé du renfort en faisant appel à trois de ses éléments pour administrer une correction proportionnelle au ‘‘crime du toucher’’ commis par l’infortuné Yéo. 

« Malgré l’intervention du mécanicien, qui témoignait que le camarade Yéo était son client et qu’il était surtout enseignant, les gendarmes n’ont pas suivi. Ils ont décidé d’aller jusqu’au bout de leur action », a dénoncé Gogbeu Adolphe. 

Par cet arrêt de travail, la coordination entend témoigner sa solidarité à son collègue battu afin de protester et mettre fin, selon eux, à ces agissements répétés,  des forces de l’ordres contre les enseignants dans la commune.

Zétia

06
December

Le gouvernement ivoirien a annoncé ce mercredi 06 le départ à la retraite anticipée volontaire de d’un millier de militaires dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de réforme de l’armée.

Cette mesure qui concerne 991 candidatures retenues sur 1067 dossiers enregistrés, selon le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné Nabagné, prend effet le 31 décembre 2017 et donne droit à un accompagnement financier dont le montant n’a pas été communiqué.

Mais selon une source militaire, un montant consensuel de 15 millions FCFA a été arrêté par les autorités sans tenir compte des grades et du nombre d’année restant pour le départ à la retraite des candidats à ce programme. Ce montant, souligne-t-il, aurait pu être calculé en fonction du nombre d’année restant en y ajoutant le bail dont bénéficient les personnes intéressées pour qu’il soit juste. Ce qui n’a pas été le cas.

Cette mesure vise, selon Koné Nabagné Bruno, à rendre l’effectif de ses Forces Armées conforme aux normes admises en termes d’encadrement dans les armées modernes qui recommande 25% de sous-officiers et 70% de militaires du rang. « Afin de garantir le respect de la pyramide des grades et de rajeunir les effectifs, le Gouvernement a décidé de mettre en œuvre une politique de départ volontaire des militaires », a expliqué M. Nabagné annonçant sans précision le nombre de plusieurs milliers de départ pour que cette pyramide soit respectée.

Les 03 Officiers, 634 Sous-officiers  et 354 Militaires du rang concernés par ce premier départ seront rayés des effectifs des Forces Armées de Côte d’Ivoire et seront admis à faire valoir leurs droits à pension de retraite à compter du 1er  janvier 2018.

L’effet de l’armée ivoirienne

Mais toujours selon notre source militaire, l’effectif actuel de l’armée ivoirienne qui est estimée à 22.396 hommes répond plutôt à un losange. C’est-à-dire 23,75% de militaires du rang, 70% de sous-officiers et 6,25% d’officiers. Alors que cet effectif, pour une armée moderne, prévoit, souligne-t-il, 5% d’officiers, 25% de sous-officiers et 70% de militaires du rang.

L’intégration en 2014 de 8400 caporaux issus des ex-forces nouvelles aux grades de sous-officiers sans avoir subi de test ni de formation comme le recommande toute armée normale, est à l’origine de cette nouvelle configuration qui enlève à l’armée ivoirienne toute son efficacité dans sa réaction face à des situations.

JEN

06
December

« Le Conseil a adopté un décret portant limitation de l’âge des véhicules d’occasion importés en Côte d’Ivoire », a annoncé ce mercredi 06 décembre Bruno Koné après un conseil des ministres.

Ce décret, précise-t-il, fixe l’âge limite des véhicules d’occasion importés en Côte d’Ivoire en fonction du type de véhicule et de l’activité à laquelle il est affecté.

Ainsi pour importer un véhicule automobile d’occasion, affectés au transport public de personnes ou de marchandises, il doit avoir l’âge de mis en circulation cinq (05) ans pour les taxis, sept (07) ans pour les minicars de 09 à 34 places, sept (07) ans pour les camionnettes jusqu’à 5 tonnes, dix (10) ans pour les cars de plus de 34 places, dix (10) ans pour les camions de 05 à 10 tonnes et dix (10) ans pour les camions de plus de 10 tonnes.

« Ce dispositif vise à réduire significativement le nombre croissant d’accidents de la route ainsi que les gaz polluants qui induisent de graves problèmes de santé et nuisent considérablement à l’environnement », a expliqué M. Nabagné.

 

Aussi, le Conseil a-t-il adopté un décret portant fixation des durées d’exploitation de ces véhicules.

 

Les durées d’exploitation des véhicules affectés au transport public ou privé de personnes ou de marchandises, à compter de la date de leur première mise en circulation, sont fixées comme suit : sept (07) ans pour les taxis, dix (10) ans  pour les minicars de 09 à 34 places, dix (10) ans  pour les camionnettes de moins de 5 tonnes, quinze (15) ans pour les cars de plus de 34 places, vingt (20) ans pour les camions de 05 à 10 tonnes et vingt (20) ans pour les camions de plus de 10 tonnes.

Toute fois le gouvernement se donne 10 ans pour la mise en œuvre effective de ces mesures.

« Une période transitoire de dix (10) ans est accordée aux propriétaires des véhicules déjà en circulation, affectés au transport public ou privé de personnes ou de marchandises, bénéficiant d’une autorisation de transport, en vue de leur permettre de se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. Pendant cette période transitoire, le contrôle technique automobile sera renforcé et des opérations de retrait de la circulation des véhicules de transport les plus âgés auront lieu. Un arrêté interministériel fixera les tranches d’âge des véhicules concernés », a-t-il indiqué.

JEN

 

Calendrier évènement

April 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...