Info News :

GESTION INTELLIGENTE DES MOUVEMENTS D'ENERGIE ET D'EAU POTABLE

09
January

Restaurateur dans la commune de San-Pedro, Abou Haïdar, entend contribuer à sa façon au bien-être de ses frères ivoiriens. Et ce par le soutien des malades du Centre Hospitalier Régional (CHR) de San-Pedro.

Le lundi 07 janvier 2019, l’opérateur économique d’origine libanaise a offert 150 kits alimentaires composées de Shawarmas, sandwichs, pizzas, manaïches à la viande aux malades.  Grâce à ce geste d’une haute portée sociale, les patients au nombre de 105 admis ce jour-là au CHR de San-Pedro ont eu droit à un repas caritatif. 

« Il y a beaucoup de malades à l’hôpital qui n’arrivent pas à manger, parce qu’ils n’ont pas d’amis, ni de parents. Donc si j’ai un peu, il est normal que je les aide parce qu’ils en ont besoin », a expliqué Abou Haïdar. « L’hôpital, poursuit-il est un passage pour tous ; qu’on soit libanais, marocain ou français, on y passe tous. S'il y a quelqu'un qui a des moyens qu'il fasse en sorte à aider son prochain qui est dans le besoin ». 

Cet opérateur économique n’est pas à son premier geste humanitaire à San-Pedro. Abou Haïdar est engagé auprès des populations locales. Il parraine des activités, offre emploi et formation aux jeunes ainsi que des dons aux populations.)

Outre les actions sociales à San-Pedro, Abou Haïdar a également annoncé des dons aux détenus de la prison de Sassandra en tenant compte de leur besoin pour le mois de février prohain. 

Zétia

07
January

Alassane Ouattara a affirmé ce lundi 07 janvier 2019, face aux guides religieux, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation de vœu, que les élections de 2020 se passeront sans hertz. « Arrêtons de nous faire peur, il n’y aura rien en 2020. Les élections se dérouleront bien », a affirmé la Chef de l’Etat, répondant ainsi aux soucis des guides religieux qui l’avait invité à l’écoute permanent aux lamentations de son peuple, exprimées ces derniers jours. « Depuis la disparition du Président Houphouët-Boigny, c’est la première fois que la Côte d’Ivoire est en paix pendant 7 années consécutives. Nul ne saurait troubler cette paix tant que je serai à la tête de ce pays », a-t-il prévenu, soulignant qu’il a une entière confiance aux institutions de la République.

Dans leur différentes allocutions, Monseigneur Alexis Touabli Youlo de l’Eglise Catholique, au nom du Forum des confessions religieuse et le Cheick Boikari Fofana du COSIM avaient appelé le Chef de l’Etat à ‘‘poursuivre le dialogue social sans relâche pour un climat plus apaisé’’. « Le chantier de la réconciliation reste encore vaste. Vous en avez beaucoup fait, cependant beaucoup reste encore à défricher. Nous souhaitons qu’il y ait encore des actions politiques courageuses », avait plaidé Monseigneur Alexis Touabli. « La paix est un bien précieux et fragile qu’elle nécessite beaucoup de sacrifices. Rien ne sera possible si nous cultivons l’esprit de mépris les uns envers les autres », avait renchérie le Cheick Boikari Fofana.

JEN   

06
January

Faut-il laisser prospérer en Côte d’Ivoire les germes d’une nouvelle crise pour une question d’alliance entre partis politiques de même famille ? Le RDR ne doit-il pas savoir tirer les leçons des expériences en matière d’alliances stratégiques, pour contourner cette crise en gestation ?  Et le PDCI doit-il se faire le réceptacle des courants de pensées inconciliables que lui font miroiter leurs tenants, subitement devenus élogieux à son égard ?  Non et non parce qu’en démocratie pluraliste, les alliances stratégiques sont naturelles. Elles font partie du jeu politique. Elles se nouent et se dénouent au gré des contingences du moment. Le plateau politique ivoirien n’échappe pas à cette règle. L’histoire de la jeune démocratie ivoirienne en offre de palpitants exemples. La typologie de ces alliances stratégiques fait apparaitre plusieurs variétés : les ententes électorales ponctuelles, les coalitions d’actions politiques, les regroupements de partis et les fusions de partis.

Le danger des alliances contre nature

En 1995, Le FPI et le RDR avaient décidé de créer une coalition pour déloger du pouvoir le PDCI. A cette fin, un accord a été signé par Laurent Gbagbo pour le FPI et Hyacinthe Leroux pour le RDR. Au cours d’une cérémonie à l’Hôtel Ivoire comme c’est le cas du RDR.

Comme Ouattara et Bédié aujourd’hui, Gbagbo et Djéni affichaient leur parfaite entente. Gbagbo appelait Djéni ‘’ chef ‘’ et Djeni l’appelait Laurent. Toute familiarité pour montrer la réciprocité de l’estime qu’ils se vouaient et au-delà, leur complicité, leur parfaite confiance l’un en l’autre. Mais le Front républicain créé pour la circonstance n’a réussi qu’à entreprendre ensemble ce qu’ils ont appelé ‘’ le boycott actif ‘’. De la présidentielle de 1995. Très vite cette coalition politique a montré ses limites. Car dès sa mise en place, elle se présentait comme l’alliance du cheval et du cavalier ainsi que le qualifiait l’un des membres fondateurs du RDR, Alexandre Ayé Ayié qui, en y étant farouchement hostile, dénonçait en ces termes l’emprise du FPI sur le RDR, pratiquement ‘’ vassalisé ‘’. Le Front républicain a été complètement rompu. Lorsque le coup d’Etat de 1999 donnait au FPI une chance d’accéder au pouvoir sans le RDR, donnant raison à tous les observateurs qui ont qualifié cette coalition ‘’ d’alliance contre nature ‘’.

On se souviendra encore longtemps des prises de positions du FPI contre le RDR et surtout contre son président Alassane Ouattara.

Chat échaudé

A cette expérience douloureuse, le RDR ne pouvait qu’avoir des réticences face aux alliances stratégiques. Mais en politique, les alliances sont incontournables surtout sur un terrain comme celui de la Côte d’Ivoire. Aucune formation politique actuelle ne peut gagner seule la présidentielle. Les dirigeants des trois principaux partis le savent que quiconque. Eux qui ont eu à s’affronter en 2010. Bien que la tête du FPI soit immobilisée par l’emprisonnement, le corps, reste cependant bien vivant prêt à reprendre l’action avec force et vigueur.

Le Pdci qui a une bonne occupation du terrain bien que vieillissant ne constitue pas moins une force politique très puissante. Le RDR qui couvre le territoire national avec l’exécutif entre les mains a les atouts pour s’imposer en finale d’une compétition pluraliste. Ce regard triangulaire sur le pouvoir d’Etat comporte dans une société composite comme la nôtre, les graines d’une crise sociale chaque cinq ans à chaque consultation électorale.

Les oiseaux de même plumage volent ensemble

Bien qu’il se soit enrichi de plusieurs ‘’ sans parti ‘’, le RDR est une émanation du PDCI. Les deux partis se réclament de la philosophie du président Félix Houphouët Boigny. On peut affirmer que la perte du pouvoir par le PDCI vient de l’éclatement de la famille houphouétiste, donc de sa séparation d’avec ses membres qui sont allés créer le RDR. Si les deux partis se sont nourris à la mémé mamelle, leur alliance, idéologiquement ne soulève aucune objection majeure. C’est donc naturellement que leurs leaders ont pu se rapprocher pour émettre avec l’UDPCI qui est un démembrement du vieux parti, l’idée de la création d’une coalition forte, pour la conquête du pouvoir et son exercice en commun. Le RHDP est donc une affaire de ces trois partis d’inspiration houphouétiste. Le PDCI doit comprendre que la cour qui lui est faite depuis l’annonce de la création du RHDP en parti unifié n’a d’autre but que de se servir de lui pour tuer définitivement l’houphouétisme. Quant au RDR, il doit comprendre que son avenir est avec le PDCI et non ces micros franc-tireurs, houphouétistes de circonstance, ces débris ou morceaux de partis : Le MFA (divisé), Le PIT (divisé), L’UPCI (divisé), LIDER (divisé). Que le RDR ne prenne pas l’ombre pour la proie. Qu’il renoue le dialogue avec le PDCI, son allié naturel. Il est peut-être tard mais pas trop tard.

 

Le CDA (Collectif Des Anciens du RDR)

 

NB : des révélations annoncées sur les rapports du RDR avec ses alliés dans les jours à venir et ce avant le congrès du RHDP parti unifié prévu pour le 26 Janvier 2019  

05
January

Une délégation de l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPL-CI) conduite par son président NANDO Dapa a échangé ce vendredi 04 Janvier 2019 avec Sébastien KOLLIABO, Directeur de la Communication du Ministère de la Ville sur le bilan de leur collaboration de l’année écoulée et partant comment envisager cette collaboration pour 2019.

Après avoir remercié le Ministère de la Ville pour la spontanéité avec laquelle il a répondu à la sollicitation de son organisation pour cette rencontre tant souhaitée, le Président de l’UPL-CI, NANDO Dapa a, au nom de sa délégation et de l’ensemble de son association, présenté les vœux de bonne et heureuse année 2019 au Ministre Albert François Amichia ainsi qu’à tous ses collaborateurs. Cette collaboration, souligne le Président de l’UPL-CI, même si elle ne s’est pas étendue sur une longue période, elle est jugée par son organisation largement satisfaisante du fait de la disponibilité et de la réactivité du ministère aux différentes sollicitations des membres de l’UPL-CI dans l’exercice de leur métier. Et pour l’année qui vient de commencer, l’UPL-CI souhaite que les acquis soient renforcés.

« Merci pour le travail que vous faites et qui permet aux institutions de la République de faire connaitre au grand public ce qui est fait pour le peuple », a déclaré le Directeur de la Communication du Ministère de la Ville, invitant l’UPL-CI à poursuivre cette action citoyenne au profit des populations. Rassurant l’UPL-CI de l’intérêt qu’accorde le département de la Ville au numérique dans ses actions, Sébastien KOLLIABO a promis rende fidèlement compte de la démarche de ses hôtes au Ministre Amichia afin d’envisager la meilleure des collaborations entre les deux institutions.

UPL-CI   

04
January

Le président du forum des houphouëtistes Félix Anoblé a qualifié mercredi 2 Janvier 2019, à l’occasion d’un petit déjeuner qu’il a eu avec la presse locale en sa résidence, le PDCI-RDA de ‘’vielle voiture qui n’a plus de moteur’’ sur laquelle il ne faut plus compter au ‘‘risque de ne pas vous laisser au premier virage’’.

« Le PDCI-RDA a fait son temps, a fait ses combats, mais ne restons pas attaché à une vieille voiture quand elle n’a plus de moteur, elle risque de nous laisser à un virage », a déclaré Félix Anoblé estimant que le parti d’Houphouët-Boigny doit adapter ses armes de combat politique à l’évolution du monde. « A un moment donné, l’instrument qu’on a utilisé n’est plus bon ! Le monde évolue, il nous faut donc un nouvel instrument politique pour avancer », a-t-il affirmé avant de souligner que ‘‘cet instrument pour lui, est le RHDP’’. Parce que poursuit-il, c’est le RHDP qui pourra réunir l’ensemble de ceux qui étaient au FPI et qui trouvent que la politique du FPI, ce n’est pas trop ce qu’ils veulent et qui se retrouvent dans un nouvel ordre politique’’.

Il a fait cette sortie contre la gestion politique du président du PDCI-RDA, Henri Konan BEDIE qui selon lui s’est détourné du dialogue enseigné par le père fondateur du PDCI-RDA. « Le Président Félix Houphouët Boigny a légué au président BEDIE les tâches politiques avant de partir. Il devrait donc avoir comme arme de combat de Félix Houphouët Boigny le dialogue au lieu de se couper de ce dialogue », a-t-il dénoncé avant de préciser qu’il ne s’inscrira jamais dans une logique d’instabilité du pays. «Je suis l’un des apôtres de Félix Houphouët Boigny, Apôtre de la paix, et je ne peux pas accepter tout ce qui peut nous envoyer la guerre. Je ne peux donc plus être Bédiéiste, sur le chemin de Bédié », a-t-il expliqué aujourd’hui sa vision pour la Côte d’Ivoire.  

Zétia

02
January

Le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Sidiki Diakité a annoncé ce 1er jour de l’an 2019, la mise sous tutelle des communes de Grand Bassam, Port-Bouêt, Plateau, Booko et Rubino. Elle sont désormais sous administration de délégations spéciales.


Dans un communiqué laconique qui ne précise pas la durée de cette administration de délégation spéciale, le Ministre de l’intérieur sans toutefois évoquer de texte réglementaire relatif à une telle situation, justifie cependant cette décision par le fait que les conseils de ces différentes localités n’ont pu être installés au 31 décembre 2019, date d’expiration des mandats des anciens conseils.

Par contre le document qui fait référence aux articles 43 et 44 de la loi portant organisation des collectivités, précise que les délégations spéciales mises en place seront présidées par les préfets de ces départements concernés, à l’effet d’assurer la continuité du service public communal à compter du 1er janvier 2019.  Et que ‘’ces délégations spéciales ainsi nommées, cesseront leurs activités dès l’installation des nouveaux conseil municipaux’’,

Si Grand Bassam et Port Bouet font l’objet de contentieux électoraux suite aux municipales partielles du 16 décembre 2018, les communes de Booko, du Plateau et de Rubino ont connu des perturbations lors de l’installation des conseillers municipaux élu du scrutin du 13 octobre 2018.

Nous y reviendrons

JEN

 

Page 2 of 46

Calendrier évènement

January 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...