Info News :
10
July

Les élections régionales dans le Gontougo s’annoncent âpres pour le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, candidat à sa propre succession. Une coalition de cadres de la région appartenant à diverses formations politiques a mis en place une plateforme baptisée ‘‘Union pour le Développement du Gontougo (Udg) avec pour objectif ; affronter le ministre Adjoumani lors des élections régionales prochaines. 

Cette coalition a rencontré le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan, ce mardi 10 juillet 2018, à la Riviera-M’Badon, dans le but de lui présenter cette plateforme et solliciter l’adhésion des cadres de son parti, fils de la région du Gontougo dont est issu le Vice-président du Fpi, N’Guettia Yao Kouma, par ailleurs député de Gouméré et Tabagne. « Nous sommes venus voir le président Affi pour lui demander de mettre ses hommes, fils de la région, à la disposition de cette plateforme pour qu’on aille ensemble lors des élections régionales prochaines », a expliqué Babacauh Koffi Dongo, inspecteur du Pdci. Pour lui, les cadres doivent considérer que la région est une entité de développement, et que ce développement ne peut pas se faire en étant dispersé. « Il faut que nous soyons rassemblés pour aller au développement, parce que, ce n’est pas les cadres qui doivent être développés, mais ce sont les populations qu’il faut aider à se développer », a-t-il indiqué.

Pour Vremen Serge Yvon, membre du bureau politique du PDCI qui faisait aussi partie de cette délégation, il faut l’unité pour aller au développement en faveur des populations. « Nous sommes satisfaits de cette rencontre avec le président Affi. Il est clair que dans quelques mois, on aura les élections locales. Au niveau de la région, nous avons tous les partis politiques qui sont présents, et aujourd’hui, on essaie d’avoir tout le monde autour de nous pour accompagner ce projet qui, avant tout, a pour principal objet de prendre la présidence du conseil régional du Gontougo et d’aider véritablement nos populations », a-t-il soutenu.

Les hôtes du président Affi jugeant les discussions conviviales et fraternelles se disent rassurés de l’adhésion du FPI à partager ce projet avec eux afin de partir en rang seré à ces élections locales dans le Gontougo.

A.E

10
July

Dissout le mardi 3 juillet 2018, le nouveau gouvernement vient d’être rendu public. Il passe désormais de 33 membres à 43, soit dix nouveaux portefeuilles de plus. Des ministères scindés ou bis pour récompenser des alliés politiques qui risquent de se marcher sur les plates-bandes.

Quelles missions pour un Ministère de la Ville lorsque l’on a déjà un en charge de l’Assainissement et de la Salubrité ou de la construction ? Il en est de même pour les Ministères de l’Equipement et de l’entretien routier et celui des Transports qui pouvaient bien être concentrés aux mains d’un seul homme. Les PME entre les mains de deux ministres notamment celui du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des Pme et celui de Petite et Moyenne Entreprise. Que doit-on retenir entre ministère de la promotion des Pme et Ministère tout simplement de Petite et Moyenne Entreprise ? Tout comme le Ministère de l’Economie numérique et de la Poste dont la séparation avec celui de la Communication et des médias rendrait à coup sûr l’exécution de certaines décisions difficiles, notamment celles relatives à la presse numérique. Voilà autant de difficultés qui risquent de mettre à mal le bon fonctionnement du 2è gouvernement Gon.

JEN  

10
July

C’est une équipe de 43 membres y compris le portefeuille du chef du Gouvernement qui a été rendue publique ce mardi 10 juillet 2018. Aucun changement notable. Un simple jeu de chaise aura suffi au chef du gouvernement d’installer autour de la table sa nouvelle équipe. Dix nouveaux portefeuilles créés faisant passer le nombre de l’équipe gouvernementale de 33 précédemment à 43. Voici la liste de tous les élus.

Communiqué de la Présidence de la République


Le Président de la République, son excellence monsieur Alassane Ouattara a procédé ce mardi 10 juillet 2018 à la signature de plusieurs décrets. 
-Au titre du gouvernement 
Le Président de la République a signé un décret portant nomination de monsieur Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre, chef du gouvernement, en qualité du ministre du Budget et du Portefeuille de l'Etat. 
Sur proposition du Premier ministre, chef du gouvernement, ministre du Budget et du Portefeuille de l'Etat, le Président de la République a signé un décret portant nomination des membres du gouvernement. Ainsi sont nommés : 
-Ministre d'Etat, ministre de la Défense, M. Hamed Bakayoko

- Ministre des Affaires Etrangères, M. Marcel Amon Tanoh

- Ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Albert Mabri Toikeusse

-Ministre de l’Education nationale : Kandia Kamissoko Camara

-Le garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’Homme : Sansan Kambilé

-Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité : Sidiki Diakité

-Ministre des Eaux et forêts : Richard Donwahi

-Ministre de l’Intégration africain et des Ivoiriens de l’Extérieur : Aly Coulibaly

-Ministre de l’Agriculture et du Développement rural : Mamadou Sangafowa Coulibaly

-Ministre des Ressources animales et halieutiques : Kobenan Kouassi Adjoumani

-Ministre du Plan et du Développement : Nialé Kaba

-Ministre des Transports : Amadou Koné

-Ministre de l’Emploi et de la protection sociale ; Abinan Kouakou Pascal

-Ministre de l’Economie et des Finances : Adama Koné

-Ministre de la Construction : Bruno Koné

-Ministre de la Santé : Aouélé Aka Eugène

-Ministre de la Ville : Amichia François Albert

-Ministre des Mines et de la Géologie : Jean-Claude Kouassi

-Ministre de l’Assainissement et de la Salubrité : Anne Désirée Ouloto

-Ministre de la Modernisation de l’Administration et de l’innovation du service public : Raymonde Goudou Coffie

-Ministre de la Culture et de la Francophonie : Maurice Kouakou Bandama

-Ministre de l’Equipement et de l’entretien routier : Amedée Kouakou

-Ministre du Pétrole de l’Energie et du développement des énergies renouvelables : Thierry Tanoh

-Ministre de l’Environnement et du développement durable : Joseph Seka Seka

-Ministre de la Femme : Bakayoko Ly Ramata

-Ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté : Mariétou Koné

-Ministre du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des Pme : Souleymane Diarrassouba

-Ministère de l’Artisanat : Sidiki Konaté

-Ministre de l’Economie numérique et de la Poste : Claude Isaac Dé

-Ministre de la Fonction publique : Issa Coulibaly

-Ministre de la Communication et des médias : Sidi Touré

-Ministre du Tourisme et des loisirs : Siandou Fofana

-Ministre des Sports : Danho Paulin

-Ministre de l’Hydraulique : Laurent Tchaga

-Ministre Emploi des jeunes : Mamadou Touré

SECRETARIATS D’ETAT

-Secrétaire d’Etat au Budget : Moussa SANOGO

-Investissement et promotion de l’Entreprenariat : Essis Emmanuel

-Service Civique : Siaka Ouattara

-Droit de l’Homme : Aimé Zégbéyou

-Petite et Moyenne entreprise (Pme) : Félix Anoblé

MINSITRE AUPRES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

-Chargé des relations avec les institutions : Gilbert Kafana Koné

-Conseiller spécial : Aboudrahamane Cissé

09
July

L’Union des Journalistes et des Professionnels de médias de San-Pedro (UJSP), le Réseau des Acteurs de Médias pour les Droits de l’Enfant de Côte d’Ivoire (RAMEDE-CI) et l’ONG Charité-vie en partenariat avec l’organisation ‘’Save the Children ont organisé jeudi 05 juillet 2018, un panel sur le thème « Droits des enfants et affaires ». 

Le président de l’UJSP, le délégué de RAMEDE-CI-San-Pedro, le chef de projet SIDA-CSO et la Présidente du parlement des enfants de San-Pedro ont salué cette initiative qui, selon eux, contribuera à n’en point douter à la protection de l’enfant dans cette localité.

Dans son discours d’ouverture, Martial Kouakou, chef de projet SIDA-CSO a situé le cadre de ce premier panel tenu au siège de l’UJSP sis au Bardot. A en croire ce dernier, l’objectif est de permettre aux correspondants de presse de la localité de se pencher sur les questions du respect des droits des enfants enfin de booster la lutte contre les pires formes de travail des enfants dans la deuxième ville portuaire de la Côte d’Ivoire.

« ... () Nous, hommes de médias avons rêvé de faire respecter les droits des enfants et ce rêve est aujourd’hui devenu une réalité. Nous avons été assez satisfaits, lorsqu’on a vu une organisation comme Save the Children venir nous aider à aller de l’avant », a déclaré Jean-Baptiste Kouadio, représentant de RAMEDE-CI à San-Pedro.  

Pour Rose-monde Gogoua, Présidente du parlement des enfants de San-Pedro, cette initiative permettra aux enfants de San-Pédro de se savoir assistés.

« Nous, enfants de la région de San-Pedro, sommes conscients de l’effort que vous déployez pour la promotion et le respect de nos droits », a-t-elle indiqué, tout en remerciant les Nations Unies, Save the Children et le RAMEDE-CI pour la mise en œuvre du commentaire général qui demande à l’Etat de veiller à ce que les entreprises intègrent et respectent les droits de l’enfant dans leur chaîne de fonctionnement, c’est-à-dire dans l’approvisionnement, la production et la commercialisation.

Les échanges ont été fructueux entre intervenants, notamment les représentants de la Direction régionale de la femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité, de Save the Children et de la clinique juridique qui ont tous partagé leur vision du combat de la protection des droits de l’enfant. Ceci a permis aux participants d’être édifiés sur les dix principes clés régissant les droits de l’enfant et les entreprises, notamment la nécessité du respect des droits de l’enfant dans la réalisation des affaires. 

Zétia

08
July

De 20 millions d’hectare de forêt avant son accession à l’indépendance le 7 août 1960, la Côte d’Ivoire ne comptait plus que 7,8 millions d’hectare en 1986, soit 26 ans après avoir pris en main la gestion de ses terres. Ce couvert forestier est estimé en 2015, à 3,4 millions d’hectare, soit une perte d’environ 400 mille hectares par an.

Cette déforestation, à l’origine des changements climatiques aux nombreuses conséquences dramatiques sur la vie des populations aujourd’hui, résulterait d’une politique agricole mal planifiée. Comment freiner donc l’avancée du désert, restaurer la couverture forestière afin de contribuer efficacement à la lutte contre le réchauffement climatique ? Voilà l’équation soumise par le mécanisme international + de Réduction des Emissions de gaz à Effet de serre dues à la Déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) aux gouvernants et dans lequel mécanisme la Côte d’Ivoire s’est engagée depuis 2011 à donner des réponses. A commencer par la mise en place des dispositions légales devant permettre de traduire dans les actes les décisions prises.

Ainsi, pour aider le gouvernement ivoirien à mettre en œuvre sa politique de restauration de son couvert forestier de 20%, dans le cadre de sa Stratégie Nationale REDD+ (SN-REDD+), le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ Cote- d’Ivoire estimant qu’il faut l’accompagnement des médias pour réussir un tel challenge, a organisé du 04 au 06 Juillet 2018 à Abidjan, un atelier de formation sur les problématiques de la lutte contre la déforestation à l’attention de plus de 60 journalistes issus de la presse Nationale et Internationale.

Il s’agit, selon la REDD+, de renforcer les capacités des hommes de médias sur les notions liées à la déforestation et ses conséquences sur l’humanité.

« En tant que vecteurs de l’information, votre rôle qui est de relayer les mesures, les actions à engager, les comportements ou attitudes à adopter, est essentiel pour le mécanisme REDD+ en Côte-d’Ivoire » a indiqué le Coordonnateur et Secrétaire Exécutif Permanent de la REDD+ Côte-d’Ivoire, le Colonel Ernest AHOULOU à l'ouverture de cet atelier. 

Cette formation axée sur la déforestation et ses conséquences sur les changements climatiques à l’origine des catastrophes naturelles nées des inondations que connaissent le monde, notamment la Côte d’Ivoire, aura permis aux journalistes de comprendre l’enjeu de la lutte et le rôle qu’ils sont appelés à jouer dans l’exécution de ce programme dans sa phase de mise en œuvre.

Le défis pour la REDD+ en Côte d’Ivoire puisqu’il s’agit de créer une synergie d’action entre différents secteurs concernés par les ressources forestières notamment l’agriculture, les mines, l’énergie, les infrastructures et la foresterie. En clair, comment concilier réduction de la pauvreté, développement économique et préservation des massifs forestiers en proposant une transition vers une économie verte ? La démarche inclusive et participative a donc été adoptée par la REDD+. Une stratégie qui engage l’ensemble des acteurs dans la lutte contre la déforestation en prenant en compte les intérêts des uns et des autres.

Une séance pour les radios de proximité est prévue dans les prochains jours.

JEN        

06
July

LE CONSEIL DE DISCIPLINE ET DE L’ORDRE DU BELIER DU PDCI-RDA

  • -Vu les Statuts et Règlement Intérieur du PDCI-RDA,
  • Vu la Décision N° 021/2017/PP/CAB DU 06 JUIN 2017 portant nomination des membres du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier du PDCI-RDA.
  • Vu la lettre de Monsieur le Secrétaire exécutif du PDCI-RDA en date du 29 juin 2018, déférant Monsieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme, membre du Bureau politique du PDCI-RDA devant ledit conseil pour entendre cette instance dire et juger que Monsieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme s’est rendu coupable de violation graves de la discipline du PDCI-RDA.

Que par cette lettre le Secrétaire Exécutif demande instamment au Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier d’avoir à tenir  sur ce cas urgentes sessions et à délibérer en matière de procédure disciplinaire conformément aux articles 90 des statuts, 111 et 122 des Règlements Intérieur  du PDCI-RDA.

Des faits, il ressort que le sieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme, membre du Bureau Politique du PDCI-RDA a participé le 17 juin 2018 comme ses paires à la session du Bureau Politique du PDCI-RDA.

Qu’à l’occasion de cette session, le Bureau Politique a valablement délibéré conformément à ces attributions

Alors qu’aucune protestation n’a été émise jusqu’au sortir de cette assemblée, le Secrétariat Exécutif  du PDCI-RDA recevait en ses bureaux à la date du 28 juin 2018 un exploit d’assignation aux fins d’annulation de ladite séance du Bureau Politique par le susnommé.

C’est cette action initiée par Monsieur N’GUESSAN KOFFI Jérôme contre le PDCI-RDA qui a entrainé la saisine du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier par le Secrétariat Exécutif.

-Vu l’urgence et la gravité des faits, le Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier en sa session du jeudi 5 juillet 2018,

DECIDE

Article 1er : Monsieur N’GUESSSAN KOFFI Jérôme, administrateur civil,

membre du Bureau politique du PDCI-RDA Matricule 100 035 679 de nationalité ivoirienne, demeurant à  Abidjan, téléphone 07-96-30-74 est exclu du Bureau Politique et de toute autre instance du PDCI-RDA jusqu’au prochain congrès.

Article 2 : le Prochain Congrès Ordinaire du PDCI-RDA statuera sur la suite à donner à cette cause.

Article 3 : La présente décision est exécutoire dès le vendredi 06 juillet 2018.

Elle fera l’objet d’affichage à la Maison du Parti à Cocody, au Plateau et de publication par voie de presse.

 

Fait à Abidjan le 05 juillet 2018.

 

P/ Le Président

p.o. Le Vice Président

AOUA dit NGODIHI TOURE

Page 2 of 32

Calendrier évènement

July 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...