Info News :
10
December

La salle de mariage de la mairie de San-Pedro était pleine à craquer ce lundi 10 décembre 2018. La cause ? L’installation du nouveau conseil municipal de la commune. La passation de charges a été présidée par le préfet de région, Ousmane Coulibaly en présence de plusieurs personnalités des différentes couches socioprofessionnelles de la cité balnéaire.

Cette nouvelle équipe municipale dirigée par Anoblé Félix, comprend 46 membres issus de quatre listes sur les six en compétitions lors des élections couplées du 13 octobre 2018.

Le nouveau maire Anoblé Félix, par ailleurs Secrétaire d’Etat chargé de la promotion des PME, a réitéré son engagement à œuvrer pour le bien-être des populations. Pour ce faire, il a invité les membres de son équipe à se mettre ensemble pour le rayonnement de la seconde ville portuaire de la Côte d'ivoire.

« Il faut taire toutes nos divergences et nous unir davantage pour la cause commune, c’est-à-dire, pour le bien-être des populations de San-Pedro. C’est la seule voie pour parvenir à relever tous les défis qui se présenteront à nous » a-t-il plaidé devant l’ensemble des membres de son conseil, qui bien qu’issus de différentes listes, forment désormais ‘’ une seule équipe pour mener à bien ce programme pour lequel la population de San Pedro a opté ‘’.

Sur 46 conseillers, les 44 présents à cette cérémonie ont unanimement désigné Anoblé Miézan Félix, tête de la liste victorieuse, comme le maire pour les 5 ans à venir. Il sera assisté de six adjoints au maire dont deux femmes.

Zétia

08
December

Les partis politiques, après avoir fortement souhaité la création des Organes de Gestion des Elections, les soupçonnent, lorsqu’ils perdent ou, à tout le moins, ne croient guère à leur indépendance », a déclaré Youssou Bakayoko, président de la Commission Electorale Indépendante (CEI) de Côte d’Ivoire ce vendredi 7 décembre 2018 à Abidjan à l’ouverture du 5è forum des Organes de Gestion des Elections en Présence du Vice-Président ivoirien Daniel Kablan DUNCAN. Pour le patron de l’organisation des élections controversées en Côte d’Ivoire ‘‘ces critiques ou appréciations varient au gré des résultats recueillis par leurs auteurs lors des différents scrutins’’.

  1. Bakayoko qui visiblement n’apprécie pas que l’on le cloue, lui seul, au pilori des différents échecs issus de l’organisations des scrutins dans le pays, invite les décideurs à regarder du côté des acteurs des réseaux sociaux qui, selon lui, entretiennent et amplifient les contestations.

« Ces critiques se sont affermies au rythme de l’évolution du temps et de la vulgarisation des moyens d’expression et de développement des réseaux sociaux », a-t-il dénoncé invitant les séminaristes à explorer les mesures pouvant être mises en œuvre pour favoriser des processus électoraux fiables et crédibles sur le continent en examinant toutes les voies nécessaires pour renforcer la sécurité autour des scrutins afin de parvenir à des élections intègres sans corruption.

« Vers des processus électoraux sans corruption : renforcer l’intégrité électorale en Afrique ». Ce thème du 5è forum des Organes de Gestion des Elections Africaines de l’Union Africaine, relève, selon Yousouf Bakayoko, de la morale qui va au-delà de la simple problématique électorale. Les pressions extérieures sur les organes de gestion des élections, le financement de la vie politique sont entre autres les difficultés auxquelles les responsables de ces institutions sont confrontées.

JEN      

07
December

Des journalistes ivoiriens ont décidé de s’approprier la loi N°2013-867 du 23 décembre 2013 relative à l’accès à l’Information d’Intérêt Public qui, jusque-là, reste méconnue et inexploitée par les populations. Ils viennent de mettre en place ce vendredi 7 décembre 2018 une plate-forme d’échanges visant à faciliter l’accès à l’Information d’Intérêt Public, mais surtout vulgariser les textes relatifs à l’accès à l’Information d’Intérêt Public et par la même occasion promouvoir le droit à l’accès à l’information. En un mot, ce Réseau veut se faire l’Ambassadeur de ces textes permettant aux citoyens, en tant que contribuable, de s’informer sur ce qui est fait pour eux.

Lors de l’Assemblée Générale Constitutive de ce Réseau dont les travaux ont été présidés par FOFANA Ali du quotidien l'Expression trois commissions ont été créées. il s'agit de la commission ''Ecriture des textes''. Elle était présidée par Jules Eugène N'DA du site ARTICI.NET. La commission ''Plan d'action pour un usage efficace de la loi''. Elle était présidée par Anderson DIEDRI de EBURNIE. Et la commission "Critère d'évaluation du prix CAIDP", présidée par SITA de Radio Côte d'Ivoire. Le Réseau a été baptisé ‘‘Réseau des Journalistes pour l’Accès à l’Information d’Intérêt Public en Côte d’Ivoire (REJAIP-CI)’’.

A l'ouverture des travaux de cette AG Constitutive, le Secrétaire Général de la Commission d’Accès à l’Information d’Intérêt Public et de Document d’Intérêt Public (CAIDP), KONE Mamadou, s’est réjoui, au nom du président de l’Institution, KEBE Yacouba de cette initiative qui vient, selon lui, appuyer les actions de la CAIDP. « Grâce à vos initiatives personnelles et votre conscience professionnelle, vous participez de manière active à la vulgarisation de la loi N°2013-867 du 23 décembre 2013 relative à l’accès à l’information d’intérêt public », a-t-il déclaré, soulignant que cet acte s’inscrit dans la suite logique des recommandations faites à l’issues de l’atelier de Grand-Bassam, tenu du 10 au 12 Septembre 2018 et qui avait appelé les journalistes à s’approprier cette loi.

La CAIDP qui aussitôt a fait de cette organisation de journalistes son partenaire privilégié, a souhaité que soit institué un prix, c’est-à-dire, le ‘‘Prix CAIDP pour la promotion de grand genre’’ afin d’encourager le recours par les journalistes la loi d’accès à l’information. L’idée ayant été apprécié par les congressistes, les textes des critères d’évaluation de ce "Prix CAIDP’’, devant encourager les journalistes à l’appropriation de cette loi, dans leur quête d’information, ont alors été adoptés et, au terme de cette AG constitutive, les reines de cette importante organisation ont aussi été confiées à Jean-Antoine DOUDOU, journaliste au quotidien ‘‘Le Patriote’’ pour 3 ans.

Un chronogramme de tournées d’explication de la mission du REJAIP-CI dans les rédactions et de rencontres avec les institutions de l’Etat établi permettra au tout premier nouveau président élu et son Bureau recueillir ce qu’ils attendent de cette organisation.

JEN

06
December

Après les ministres Albert Mabri Toikeusse, Mariatou Kone et Jean Claude Koumassi, c'est le grand médiateur de la république, Adama Tounkara de visiter mercredi 05 Décembre 2018, les populations de ces Danané et Zouan Hounein. Il est venu plaider pour l’apaisement des cœurs.

Evoquant succinctement le triste bilan du drame de Zouan hounien qui a donné la mort à un élève de 6è et 5 autres morts, 138 blessés et de nombreux dégâts matériels, le grand médiateur s’est dit très indigné de cette situation qui aurait pu être évité si les uns et les autres étaient habités d’une petite dose de tolérance.

« En ma qualité de fils de cette région et grand médiateur de la R République, je suis profondément choqué par ce qui est arrivé. Je suis venu dire le ‘‘Yako’’ de la République, mais aussi et surtout prôner la tolérance, le pardon et la cohabitation pacifique », a déclaré le Grand Médiateur avant d’inviter les uns et les autres à éviter pareille situation dans l’avenir. « Je vous prie de vous ressaisir pour ne plus que de t'elle chose ne se reproduisent plus », a-t-il ajouté.

Adama Toungara a alors engagé les guides religieux, la chefferie et responsables communautaires à poursuivre la sensibilisation afin de faire du vivre ensemble, une réalité. A cet effet, des comités de paix ont été installés à Zouan hounien et à Danané. Ils sont présidés par les préfets des deux départements.

Des incompréhensions peuvent exister. Mais vous ne devez pas les régler par la violence. Vous ne devez pas embraser cette région qui a suffisamment souffert des différentes crises qu'a connu la Côte d’Ivoire. J’invite toutes les couches sociales à veiller sur la paix », recommande le Grand Médiateur de la République qui a promis revenir dans ces deux localités pour un suivi des missions de paix installées.

Il a plaidé pour que les gens bannissent la violence de leurs habitudes. A Zouan-hounien et à Danané, le Grand Médiateur de la République a remis des enveloppes au famille des personnes décédés et à l'ensemble des blessés. 

Doumbia Balla Moïse

06
December

C’est reparti pour les municipales à Port-Bouët. A l’issue du conseil des Ministres extraordinaire du lundi 3 décembre 2018, les ivoiriens ont été situés sur la date exacte de la reprise des élections locales (municipales et régionales) annulées dans certaines circonscriptions dont celle de la cité balnéaire du District Autonome d’Abidjan. Ainsi, en attendant l’ouverture proprement dite de la campagne, notre équipe de rédaction a fait un tour dans la commune pour recueillir l’avis des populations et apprécier l’état d’esprit des électeurs avant ce nouveau round.

A seulement une semaine de la reprise du scrutin prévu le 16 décembre 2018, nous n’avons constaté aucun signe annonciateur à part les restes des affiches des dernières élections du 14 octobre 2018. Cependant, les habitants eux, sont conscients qu’il est prévu de nouvelles élections étant entendu que les précédentes ont été annulées par la Commission électorale indépendante (CEI).

Mais 72 H après l’annonce par le gouvernement de cette reprise, nombreux étaient encore dans l’ignorance quant à la date exacte du vote. Toutefois, la tendance générale de l’échantillon que nous avons interrogé lors de notre passage ce mercredi 5 décembre 2018 est en faveur du candidat du RHDP, le Ministre du tourisme, Siandou Fofana.

Que retiennent-ils de ce candidat ? Quelles sont les attentes des populations ? A ces deux questions, notre équipe de reportage a pu comprendre que « Siandou Fofana a surpris agréablement les populations à travers des actes de hautes portée sociale dont il a fait montre avant, pendant et même après la campagne et les élections. Son humanisme et sa générosité ont  été perçus par tous et chacun en a profité. Sa contribution au développement de la commune a également été constatée par les habitants à travers des actions qui restent visibles, tels que les routes, les écoles, les hôpitaux et les équipements ».

Quant aux attentes, nos interviewés disent espérer du Ministre candidat, des actions fortes et des promesses fermes sur leur sécurité sociale. « Nous attendons çà et là que nous serons déguerpis à cause d’un projet du gouvernement relatif au prolongement de l’Aéroport Félix Houphouët Boigny et la construction d’une Aérocité. Cette information nous donne de l’insomnie. Notre souhait le plus ardent est que le candidat puisse nous donner des assurances à ce niveau. Une fois ces assurances données, nous sommes persuadés que le Ministre ne sera pas qu’élu mais ce sera plutôt un plébiscité » ont-ils promis.

Approché par notre équipe, le Ministre-candidat n’est pas allé dans la dentelle. Il a donné des réponses claires et sans ambages aux préoccupations des populations de la cité balnéaire devant lesquelles ces dernières ne pourront qu’être totalement et définitivement rassurées et satisfaites … Nous y reviendrons.

UPL-CI

03
December

Le secrétaire exécutif, porte-parole du PDCI-RDA, Jean-Louis BILLON a annoncé samedi 1er décembre à Adzopé, la capitale de la Mé, que le PDCI-RDA est désormais membre de l’opposition ivoirienne. « Sachez que le PDCI est aujourd’hui un parti d’opposition. Nous étions alliés du régime en place. Nous y sommes sortis et nous sommes entrés en opposition », a déclaré Jean-Louis BILLION en tournée d’explication des raisons de la pomme de discorde qu’il y a entre le PDCI et le Rhdp parti unifié. « Nous devons donc nous organiser, nous préparer pour la victoire du PDCI-RDA à l’élection présidentielle de 2020 », a-t-il ajouté.

Pour Jean-Louis BILLON, ce nouveau statut appelle à un comportement nouveau. « Nous devons donc nous comporter en opposants », a-t-il indiqué.

Cette position est, selon l’émissaire du PDCI à Adzopé, une décision issue du congrès extraordinaire convoqué par e président du parti. « Le président a convoqué un congrès extraordinaire. Et lors de ce congrès nous avons décidé de sortir du RHDP groupement politique », a expliqué M. BILLON relevant auparavant qu’un Bureau politique avait au mois de septembre 2018 exprimé son vœu de sortir du RHDP.

Sans toutefois donner de date précise, le porte-parole du PDCI annonce une convention pour 2019 au cours de laquelle le choix et l’investiture du futur candidat du PDCI à la présidentielle 2020 seront faits.

Pour se donner toutes les chances de gagner cette élection, le congrès, souligne M. BILLON, a invité son président Henri Konan BEDIE à ‘‘travailler’’ à mettre en place une nouvelle plate-forme avec les partis politiques de Cote d’Ivoire qui ont la même vision que le PDCI dans la conquête du pouvoir de l’Etat afin d’unir leurs forces pour la victoire au terme de la présidentielle 2020.

C’était en présence d’élus du parti, du nouveau maire (Amonkou Akpo Antoine, par ailleurs délégué communal Pdci), de la Jpdci, de l’Alliance nationale des jeunes bédiéistes, des coordinations Pdci et des militants du PDCI de la localité.

JEN

Page 1 of 44

Calendrier évènement

December 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...