Monday, 17 September 2018 17:13

Côte d’Ivoire : Les planteurs de café-cacao ne veulent plus être la dernière roue de la charrette dans la sphère des décisions Spécial

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Emmanuel Kouamé au centre Emmanuel Kouamé au centre Ph: @rtici.net

Les producteurs de café-cacao, excédés par les mesures prises dans la gestion de la filière et dans la vie scolaire sans qu’ils ne soient consultés, ont affirmé ce lundi 17 septembre 2018 qu’ils ne toléraient plus ce qu’ils considèrent désormais comme un mépris vis-à-vis du mon paysan. « Nous ne voulons plus de décisions pour nous sans nous dans la fixation des prix du café et du cacao, mais aussi de la date de la rentrée scolaire », a déclaré Kouamé Kouadio Emmanuel, coordinateur national du forum des syndicats agricoles de Côte d’Ivoire lors d’une conférence de presse tenue dans la commune de Cocody. « Nous ne voulons plus être surpris de prix qui ne tienne pas compte de nos réalités », a-t-il ajouté avant de dénoncer une démarche contradictoire des autorités dans la gestion de la filière. « On envisage des plants rentables à l’hectare mais pas de plan d’achat satisfaisant pour le paysan », a-t-il indiqué en présentant la situation de mévente des produits sur le terrain. « L’anacarde se négocie sur le terrain entre 150 et 250 FCFA malgré le prix bord champ fixé par le gouvernement qui est de 500 FCFA et cela se fait aux vues et aux sus de tous », a expliqué le coordinateur nation du forum des syndicats agricoles annonçant la fin de cette situation qui déshumanise le paysan. « Nous sommes les cordonniers mal chaussés », a-t-il souligné.    

Estimant que le monde paysan a assez donné au pays sans qu’en retour sa misère soit soulagée, Emmanuel Kouamé assure que le temps est venu pour les planteurs de prendre en main leur destin. « Nous sommes sur nos gardes, nous veillons. Nous n’accepterons pas cette fois-ci, les prix qui seront fixés si nous n’avons pas été associé », a prévenu de la force paysane, Richard N’gouandi, à la suite des griefs soulevées par le coordinateur national du forum des syndicats agricoles sur la rentrée scolaire effectuée à une date sans que la situation financière du monde paysans qui dépend principalement du prix du cacao, non encore fixé, soient prises en compte. « C’est une manière délibérer de pénaliser les enfants des paysans », avait dénoncé Emmanuel Kouamé plaidant pour que le prix du cacao soit désormais fixé avant les rentrées scolaires.

A pris part à cette conférence de presse, Kouadio Yao Raymond de la fédération des acteurs de la filière café-cacao de Méaguy.

JEN  

Lu 237 fois

Calendrier évènement

October 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...