Info News :
28
May

« Tant pis, on s’en fou ! » C’est à peine comme ça que l’on perçoit le comportement du ministère du transport et la Direction Générale dans les déclarations des agents de la Direction Générale des Affaires Maritimes et Portuaires face aux besoins du service qu’ils exigent pour une efficacité dans le travail de sécurisation des côtes maritimes.

Selon les syndicats, le Colonel Major TANO, Directeur Général des Affaires Maritimes et Portuaires (DGAMP) joue avec la sécurité du pays. Ce dernier, affirment-ils, ne se soucie pas du bon fonctionnement du service. Ce qui importe, c’est comment remplir ses poches. Il présente du matériel de travail acquis sur fonds de l’Etat, notamment achat de bateaux de patrouilles, et le lendemain ces engins disparaissent de la circulation. Un véritable deal que le DG passe toujours  avec un concessionnaire pour pomper les caisses de l’Etat. « Sous Messieurs GAOUSSOU TOURE et AMADOU KONÉ respectivement ancien et nouveau Ministre des Transports, des engins nautiques ont été remis officiellement par le DG. Malheureusement, ces engins ont par la suite été récupérés par les fournisseurs. Le zodiac qui avait été remis officiellement par le DG le 19 février dernier en présence du Ministre des Transports, a été récupéré par le fournisseur qui ne s’est même pas gêné de nous dire ceci : « pour la forme de la cérémonie ce prototype d’engin afin que vous puissiez après aller commander ce que vous voulez », a dénoncé ce lundi 28 mai TRAZIE Madison Guy, SG de FLAM lors d’un entretien qu’il nous a accordé au siège de la Police maritime sis à Cocody deux-plateaux les perles.

Ça pompe les caisses et rien !

Accusé par ses hommes de détournement de récurrent portant sur les droits de trafic maritime de navires, notamment les pétroliers et les navires de commerce dont le tonnage est moins élevé, le colonel Major TANO pèserait aujourd’hui plusieurs milliards FCFA. « Avant son arrivée à la tête de la DGAMP, les recettes annuelles s’élevaient à environ six (6) milliards de FCFA avec un droit de trafic maritime de 250 FCFA / tonne métrique. Depuis l’année 2009, le droit de trafic maritime est passé, de 250 à 500 FCFA/tonne métrique pour la plupart des marchandises. Exception faite à quelques  marchandises de grandes consommations telles que le blé, le riz pour ne citer que ceux-là, dont le droit de trafic maritime est resté inchangé. Malgré cette augmentation, les recettes annuelles générées par la DGAMP sous l’ère TANO varient entre quatre et six milliards par an. Malheureusement, cette situation dure depuis dix ans », dénonce Berté DOUGONA, Secrétaire Général du SYNAAMPCI, soulignant que le taux prévu par l'arrêté portant répartition du droit de trafic destiné au secteur maritime est estimé à plusieurs milliards de FCFA qui peut être vérifié à la Trésorerie principale des transports terrestres et maritimes. Cette situation, selon lui, ‘‘a poussé le Trésor public à s’accaparer ce pourcentage en s’octroyant désormais 60% contre 40% pour la DGAMP.

 

La sourde d’oreille du DG

Mais ce que ne comprend pas TRAZIE Madison de FLAM, c’est que, nonobstant les multiples injonctions du ministre Amadou KONE faites au DG, ce dernier s’obstine à ne pas s’exécuter et aucune mesure conservatoire n’est prise à son encontre pour le ramener à l’ordre.

« Le 3 février 2017 nous avons dû sursoir à notre mot d’ordre de grève lors que la veille, c’est-à-dire le 2 février, le Ministre Adama KONE qui venait de prendre ce département nous a reçu et exigé que nous soient remis les deux bateaux acquis selon le DG depuis 2015. Et jusque-là, aucun bateau n’est disponible alors que des milliards FCFA auraient service à leur acquisition selon les propos du DG lui-même», a souligné TRAZIE Madison très inquiet du danger que court le pays sans surveillance maritime. « Je ne sais pas si le DG a vraiment conscience de l’insécurité qui quête le pays dans de pareilles conditions de travail », s’est-il interrogé évoquant le code ISPS (mesures de sécurité internationale) arrêtée après les attaques du 11 septembre 2001 auxquelles sont invités les pays à s’y conformer. « Je ne suis pas concerné des injonctions dont on allusion » semble-t-il dire et personne pour tirer ses oreilles !

Bien qu’aucun service de la DGAMP ne dispose pour le moment d’engin nautique pour permettre des patrouilles en mer, la dotation de cinquante millions (50 000 000) FCFA de carburants par trimestre, par contre, est toujours décaissée à d’autres fin, affirment les agents.

Ce débrayage auquel ont répondu tous les 7 arrondissements de la police maritime (Tabou, San-Pédro, Grand-Lahou, Jacqueville,  Abidjan, Grand-Bassam et Adiaké) présente un réel danger pour les bateaux aux larges des côtes ivoiriennes parce que privés de tout avitaillement mais aussi de tout contrôle des slops.      

Interrogé dans la soirée de ce lundi 28 mai 2018 sur ce mouvement de grève illimité qui a court, le Directeur de la communication du Ministre du Transport, Ministère de tutelle, Samou Diawara a affirmé que le Ministre est au parfum de tout ce qui se passe en ce moment dans ce département. Il avait promis nous revenir avec plus amples informations sans donner suite au moment où nous mettions sous presse cet article.

De son côté, l’homme de main du DG, CISSE Mohamed Lamine soutient, quant à lui, que les agents sont simplement de mauvaises foi parce que les engins nautiques dont ils parlent existent bel et bien. « Les pilotes sont en formation. Le Ministre a demandé au DG d’accélérer la formation », a indiqué le bras droit du DG pour qui ce mouvement de grève a été suscité pour voir simplement couler son patron.

Un argument aussitôt battu en brèche par les agents qui soutiennent, à leur tour, que c’est un raccourci que prend le DG pour se donner encore des marges de manœuvres. « Pour cette formation, nous sommes six agents et elle était prévue pour durer un mois et demi, soit 45 jours. Et elle date depuis février 2017 », a précisé l’Adjudant Antoine DJEHE retenu pour cette formation.

JEN

27
May

L’assemblée Générale constitutive de la Fédération des Nationale des Professionnels de la Communication de Côte d’Ivoire (FENAPROCOMCI) qui s’est tenue ce jeudi 24 mai à la Maison de la Presse d’Abidjan-Plateau a porté à sa tête TRA Zoumana, infographiste au groupe le Réveil, pour un mandat de trois ans renouvelable une fois.

Juste après ce plébiscite, TRA ZOUMANA remerciant les congressistes a appelé à un rassemblement autour de sa personne pour une lutte commune et efficace. « Je tiens à remercier et à féliciter tous ceux qui, de près ou de loin, ont œuvré à l’accomplissement de mon élection. Je tiens à dire que, c’est ensemble que nous allons mener ce combat, avec vos prières et bénédictions. C’est ensemble que nous allons nourrir ce nouveau bébé et c’est, bien sûr, ensemble que nous allons réussir. Car seul l’union nous fera avancer », a-t-il déclaré.

Bien avant le Président nouvellement élu, c’est le Président de la table de séance, GUY TRESSIA, a invité les uns et les autres à lui apporter tout le soutien nécessaire dont il aura besoin au cours de son mandat pour l’intérêt de tous. « Je tiens à remercier toutes les associations qui ont pris de leur temps pour venir à cette assemblée. Je voudrais demander aux uns et aux autres de ne pas chercher à faire des coups d’Etat, mais à laisser le Président faire le travail pour lequel il a été élu en lui apportant tout le soutien nécessaire pour l’accomplissement de sa noble mission», a déclaré le président de séance aux termes de sa mission de conduire les travaux.

Peuvent adhérer à la FENAPROCOMCI, les associations d’infographistes de presse, d’agence de communication, techniciens Télé Radio, réalisateurs, producteurs, animateurs, documentaliste, correcteurs, traducteurs, maquettistes, photographes de presse, dessinateurs de presse, preneurs de sons, operateur de vue et de webmasters du secteur public et privé qui tirent l’essentiel de leur revenus dans l’exercice de cette fonction.

Mme GNAGNE Adrienne de Fraternité Matin a été élue commissaire aux comptes.

KOUAME Blanchard

26
May

Le bureau de l’Union des journalistes et professionnels des médias de San-Pedro (UJSP) a désormais un nouveau président en la personne de Koffi Benson de "Radio la paix".

Reçu en audience le jeudi 24 mai 2018 par le préfet de région, préfet du département de San-Pedro, Coulibaly Ousmane,  Koffi Benson et son bureau ont  dévoilé la vision de cette organisation mais surtout les projets qu’ils comptent développer dans cette région du pays.

Selon M. Benson, l'UJSP a pour objectif de regrouper les correspondants locaux de presse (écrite, parlée et web) dans le but de resserrer les liens de travail et d’amitié entre les membres.  L'UJSP entend également faire de la formation de ses membres, son principal cheval de bataille sans oublier l'initiation des prix en vue de récompenser le travail bien fait mené par les correspondants de presse de San-Pedro.

En retour, le préfet de région a rassuré ses hôtes de son soutien pour leur permettre de mener à bien leur mission. 

Au sujet de la formation, il dit être en phase avec le président, parce que, selon lui, « un journaliste mal formé est un danger pour la nation».

Zétia

23
May

Le Gouvernement ivoirien a pris ce mercredi 23 mai 2018 un décret visant la suspension du commerce de la ferraille.

« Le Conseil a adopté un décret portant suspension de l’exportation de la ferraille, des sous-produits ferreux et de la fonte », a annoncé Bruno Nabagné KONE, porte-parole du Gouvernement, après le conseil des ministres de ce mercredi 23 mai 2018 avant de préciser que ‘‘ce décret reconduit, pour une nouvelle période de 05 ans, la mesure de suspension de l’exportation de tous types de ferraille, y compris de la fonte’’.

Pour le Gouvernement ivoirien, cette matière première est plus que nécessaire pour l’industrialisation du pays. « Cette mesure vise à assurer la disponibilité de matières premières en quantité suffisante pour les besoins de l’industrie métallurgique nationale », a expliqué le porte-parole du Gouvernement la décision.

Désormais donc, plus de ‘‘gâté-gâté, ferraille’’ en Côte d’Ivoire. Un boulot de collecte de matériels de fonte qui s’est développé à Abidjan, la capitale économique du pays mais également dans certaines grandes villes de l’intérieur et qui emploie des milliers de personnes. Ces dernières devront se reconvertir dans d’autres activités en attendant l’installation et le démarrage effectif des activités des industries métallurgiques nationales annoncées.  

JEN

23
May

Le Gouvernement ivoirien a adopté ce mercredi 23 mai 2018, un projet de loi modifiant la loi n° 98-750 du 23 décembre 1998 relative au domaine foncier rural, telle que modifiée par les lois n° 2004-412 du 14 août 2004 et n° 2013-655 du 13 septembre 2013.

Ce projet de loi modificatif, précise le porte-parole du Gouvernement, Bruno Nabagné KONE, ‘‘apporte des correctifs au dispositif existant sur le foncier rural de façon à sécuriser davantage les terres rurales et à moderniser leur gestion.

Il clarifie, poursuit M. Nabagné, la notion de certificat foncier et étend sa délivrance aux personnes physiques tout en interdisant la cession des terres rurales sur lesquelles les droits fonciers n’ont pas été régulièrement établis. Le nouveau texte, souligne le porte-parole du gouvernement, lève l’obligation de mettre la terre en valeur et renforce la préservation des aires protégées.

A l’origine des conflits récurrents entre communautés villageoises, causant parfois des pertes en vies humaines, ce dispositif qui sera soumis à l’adoption par le parlement ivoirien, devra certainement permettre de régler, cette fois, la question du droit des populations sur la propriété des terres.

JEN     

21
May

Les questions de sécurité sont des questions fondamentales auxquelles le Conseil Régional de San-Pedro veut apporter des réponses adéquates. Lors d’une cérémonie tenue le samedi 19 mai 2018 dans la cour de la 5ème légion de gendarmerie de San-Pedro, le président Donatien Beugré a remis un lot important  d’équipement à cette institution.

« La cérémonie de cet après-midi, en l’occurrence la remise de don, répond au souci d’apporter un appui aux efforts quotidiens que le Ministre d’Etat apporte aux forces de l’ordre pour assurer la sécurité des populations », a déclaré Donatien Beugré, Président du conseil régional de San-Pedro.

Ce don du conseil régional est composé de 05 ordinateurs, 04 véhicules pickups, 35 Talkiewalkies, du matériel de bureau pour trois brigades de Gendarmerie et un poste de surveillance. « Ces derniers temps, nous assistons à une recrudescence de l’insécurité avec le phénomène de coupeurs de route qui, comme vous le savez, Monsieur le Ministre prend de l’ampleur en période de traite cacaoyère dans cette zone de production de cacao qu’est San-Pedro avec bien souvent des pertes en vie humaine. C’est pourquoi, cette cérémonie révèle d’une importance particulière en ce sens que le matériel permettra à la 5ème légion d’être plus efficace dans leur mission de défense des biens et des personnes. Mais aussi, et surtout de renforcer leur capacité d’intervention », a expliqué Donatien Beugré.

A cette cérémonie le Ministre d’Etat, Ministre de la défense, Hamed Bakayoko était accompagné du commandant supérieur de la gendarmerie nationale, le Général de Brigade Kouakou Nicolas.

« J’ai tenu, je peux le dire, malgré un agenda très ponctuel en cette période, à venir moi-même présider cette cérémonie avec le commandant supérieur de la gendarmerie pour vous marquer notre reconnaissance. Vous dire bravo ! Vous dire que vous êtes un modèle afin de montrer ce modèle au pays », a souligné le Ministre ivoirien de la défense. Qui a promis de faire bon usage en rassurant le donateur. « Avec ces véhicules, la gendarmerie aura plus de capacités pour réagir, plus de capacités d’intervention.()…Traquer plus de bandits, endiguer des crimes et rassurer les populations afin de leur offrir des conditions paisibles pour une vie meilleure », a soutenu Hamed Bakayoko.

Zétia

17
May

Pour sa dernière saison  sous le maillot de Manchester City, sacré champion d’Angleterre avant terme, l’ex capitaine des éléphants Yaya Touré qui ne rentrait pas dans les plans et la stratégie du coach Pep Guardiola n’a pas eu assez de titularisations, de temps de jeu ce qui justifie une performance peu reluisante. L’ex vainqueur de la ligue Européenne des champions qui rêvait terminer sa carrière chez les Cityzens voit ainsi son rêve brisé.

Agé de 34 ans, l’ex académicien sera libre de tout engagement en juin prochain. Plusieurs clubs sont à ses trousses et non des moindres notamment. Il s’agit de Monaco, Manchester United, Chelsea, Juventus et  des clubs chinois.

Mais contre toute attente, récemment à la suite d’une interview à la Cadena Ser et relayé par Maxi-foot,  le quadruple ballon d’or africain marque son envie de retourner dans son ancien club du FC Barcelone. Il l’a annoncé en ces termes : « le Barça m’a appris l’humilité,  l’expérience et le savoir faire qu’un joueur doit avoir sur le terrain ». Avant de révéler ses intentions de rejoindre ce club. « Messi et Iniesta qui sont de grands joueurs me manquent. S’ils m’appellent je retourne là-bas à coup sûr » a-t-il révélé ses intentions.

Désormais la balle est dans le camp de son ex-employeur qui devrait analyser, si le vœu de YAYA peut lui permettre d’atteindre les ambitions de son club. Mais aux dernières nouvelles et de bonnes sources, les discussions entre la Juventus de Turin étaient très avancées comme quoi la prochaine saison sportive verra vraisemblablement l’ex meneur de jeu de Monaco évoluer dans le Calsio.

L’ancien vainqueur de la CAN 2015 a évolué de 2007 à 2010 au FC Barça où sous la tunique de ce club, il a remporté la ligue Européenne des champions.

Kouamé Blanchard

16
May

Ce genre de divertissement, les séniors de la commune du plateau, en ont, tout le temps, rêvé. Mais, comment s’en offrir lorsque les moyens qui permettaient de le réaliser n’existent plus parce que n’étant plus en activité ? Eh bien, ce mardi 15 mai 2018, le lien fort qui lie désormais Fabrice Sawégnon, ‘‘le fils du plateau’’ à cette commune qui l’a vu grandir et ses habitants, s’est matérialisé par le début de réalisation d’une sortie détente.

En effet, les personnes du troisième âge du plateau ont eu droit à une journée récréative à la baie des milliardaires en compagnie du Président Directeur Général de Voodoo Group, initiateur de ce moment de divertissement pour les séniors.

Après une visite guidée du siège de son entreprise, sis à la Riviera 2, qui selon lui, a été réalisée grâce aux prières des uns et des autres, plus de 150 séniors ont embarqué dans un bateau de tourisme en direction de cette île. « Il en sera désormais ainsi », a promis M. Sawégnon qui a décidé de placer l’homme, c’est-à-dire, le social au cœur de ses actions. Car pour lui, il est plus qu’important de partager avec les autres, le peu reçu de Dieu dans la vie.  

« Si demain je suis à la mairie, la vie de nos jeunes changera afin de pouvoir, à leur tour, aider leurs parents », a promis le futur maire du plateau, prenant également l’engagement d’apporter une assistance spéciale aux personnes du troisième âge. « Je pense que nos séniors devraient, à mon sens, bénéficier d’une assurance maladie offerte par la mairie. Nous nous y attèlerons à sa mise en place dès notre élection », a-t-il rassuré ses administrés, annonçant plusieurs autres dîners de ce genre chaque mois mais aussi du sport chaque semaine pour sénior à compter de maintenant.

Moments forts à la baie des milliardaires  

Repas, échanges, témoignages et remerciements ont été le menu de cette première rencontre entre M. Sawegnon et ses hôtes du jour.

Juste après le repas offert à ses convives, s’en est suivi le moment de remerciement ensuite celui des témoignages dont la plus part a porté sur la rencontre des témoins avec le candidat déclaré à l’élection municipale au plateau.

« Merci de nous faire profiter de la vie en nous offrant cette balade lagunaire sur la baie des milliardaires que bon nombres d’entre nous découvrent pour la première fois », a déclaré M. SEROU Joseph, président de l’initiative sénior du plateau, une organisation des personnes du troisième âge qui soutient les actions de M. Sawégnon en faveur des habitants de la commune du plateau.

« Le geste que M. Sawégnon a posé à notre endroit le samedi dernier (samedi 12 mai, NDLR) alors qu’en ce qui me concerne, je n’avais pas eu de rencontre auparavant avec lui, m’a tellement touché au point où je ne pouvais pas m’empêcher de le souligner à cette importante rencontre de partage. Nous avions été expulsés de nos baux en pleine année scolaire sans tenir compte de nos enfants inscrits dans les établissements proches de nos résidences. Ce que M. sawégnon a fait pour moi, la police que j’ai servi pendant 33 années, ne l’a jamais fait pour moi », a témoigné l’Adjudant ZAHA George le sens de générosité de l’homme qui sollicite le suffrage des populations du plateau pour conduire la destinée de cette commune, centre des affaires du District d’Abidjan.

JEN

14
May

Le président de l’Association Ivoirienne des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (AIENR), EDI Boraud a annoncé ce lundi 14 mai 2018, lors d’un entretien avec la presse, la tenue des Journées Nationales promotionnelles de l’économie d’énergie, de l’énergie solaire et du développement durable (JN-ECO ENERGIE) afin de préparer avec efficacité le salon baptisé ‘‘ENERGY DURABLE EXPO’’. Prévu pour du 9 au 12 mai 2018, ce salon a été reporté pour des raisons indépendantes de la volonté des organisateurs a indiqué le président de l’AIENR.

Ces journées qui doivent préparer le salon prévu au premier trimestre de l’année 2019, visent à sensibiliser la masse afin de l’amener à adopter un comportement citoyen dans sa consommation d’énergie pour une lutte efficace contre les émissions des gaz à effet de serre énergétique et partant contre le réchauffement climatique.

«L’objectif de cet évènement majeur est de sensibiliser toutes les couches de la population ivoirienne sur l’économie d’énergie, l’énergie solaire et du développement durable », a déclaré M. EDI Boraud. Pour réussir ce challenge, estime-t-il, il faut inculquer la culture de l’économie d’énergie en milieu scolaire. « Nous allons présenter une bande dessinée qui sensibilise les enfants, en milieu scolaire, à l’économie d’énergie », a-t-il indiqué.

« Si, nous ne faisons rien, la Côte d’Ivoire, pourrait connaitre des difficultés en besoin énergétique », prévient Emmanuel YEO, inventeur des ‘‘coffrets intelligents’’ pour optimiser les consommations d’énergie. « Voyez-vous, on dénombre plus de trente millions d’abonnés aux téléphones portables dont la consommation énergétique avoisine 80 Mw, soit pratiquement le 1/3 de la production du barrage de Soubré, le plus grand de notre pays. C’est donc le moment de prendre des dispositions afin d’éviter d’éventuel délestage », a insisté cet expert en efficacité énergétique sur l’urgence d’inculquer aux populations une culture d’efficacité énergétique.  

Faisant donc la promotion de l’économie verte ses priorités, l’AIENR, souligne le président EDI, à travers ces journées, mettra l’accent sur la nécessité de multiplier l’utilisation des techniques liées au système du recours à l’énergie solaire.

«En partenariat avec la mairie de Cocody, ces journées d’information sur l’économie d’énergie, l’énergie solaire, le développement durable et ses exploitations dans les collectivités mais aussi dans tous les secteurs de la vie des populations ivoiriennes, visent surtout à promouvoir cette révolution technologique en mettant en exergue les aspects techniques et économiques des pratiques efficaces de l’autoconsommation d’énergie », a-t-il expliqué.

Ces journées, prévoient également des formations à l’installation solaire pour une centaine de jeunes et une cinquantaine de directeurs techniques des mairies qui sont, pour l’AIENR des potentiels partenaires pour l’ambition qu’elle nourrit de rendre tous leurs bâtiments ‘‘intelligent’’ en matière d’efficacité énergétique.

JEN             

14
May

Le Syndicat des Agents des Etablissements Sanitaires à Base Communautaire de Côte d’Ivoire (SYNAESCOM) a observé, lundi 7 mai 2018, un arrêt de travail de 72 heures à l’effet d’obtenir l’apurement de quatre (4) mois d’arriéré de salaire, la régularité dans le paiement du salaire mensuel devenu difficile depuis 2011 quand l’Etat a décidé de prendre le contrôle des salaire. Il revendique également des primes d’ancienneté depuis 2011.

Cet arrêté de travail est diversement apprécié aussi bien par les meneurs que par des conseils d’administration et l’autorité de tutelle.

Selon le Syndicat, cet arrêt de travail qui n’est qu’un avertissement, a été d’un grand succès. Puisqu’il a permis de faire entendre leur voix. « Si des gens qui affirment qu’ils ne pas concernés par le mot d’ordre s’empressent pour faire le bilan de la première journée et appeler à une reprise des activités, cela voudrait bien dire, qu’au-delà de ce qu’ils voulaient faire croire à l’opinion de ce que notre action n’a pas porté, c’est bien au contraire leur appel qui n’a pas été entendu », a contre-attaqué Marc Kouassi, gestionnaire de la formation sanitaire d’AZITO dans la commune de Yopougon. Aussi, l’homme se dit peiné du fait que certains de ses collègues ne soient pas sensibles aux souffrances des agents qui, depuis 4 mois, sont sans ressources. « Comment peut-on être aussi cruel en ramant à contre-courant de la barque de son prochain qui se débat pour se tirer de la tempête dans laquelle il est pris ? », s’est-il interrogé.

Divergences de vue

Pour le bureau national de la confédération des formations sanitaires urbaines communautaires de Côte d’Ivoire de Ouattara Clément qui avait appelé, dimanche 6 mai,  le Synaescom-ci à ‘‘surseoir à sa grève’’, la journée du lundi a été un fiasco. Sur 37 établissements sanitaires à base communautaire, sept n’ont pas observé la grève et ont travaillé à plein régime ; 29 ont travaillé en respectant le service minimum par service et un seul a violé la règle. Voilà le point fait aux environs de 20 heures par Ouattara Clément à la formation sanitaire urbaine communautaire de Yopougon-Ouassakara-Attié dont il le PCA. « Nous saluons et remercions tous les employés qui ont dit non à la grève pour donner le sourire et la vie à des patients ce jour. Ils ont posé un acte salutaire et seul le Seigneur saura les remercier », s’est-il félicité passant sous silence la souffrance de ses collaborateurs qui eux aussi ont besoin d’être secourus afin de continuer à sauver davantage de vie.

Afin de savoir si la promesse faite du règlement de la situation dans les 48 heures est respectée, Ouattara clément, joint ce lundi 14 mai 2018 plusieurs fois avant de mettre sous presse cet article, n’a pas décroché son téléphone.

Selon la tutelle, les responsables les responsables des structures sanitaires ont du mal à s’accommoder du nouveau calendrier de paiement des salaires à eux communiqué.

Dans une note de service en date du 9 mars, souligne TOURE Kaffouba, administrateur des services financiers, directeur des Affaires financières (DAF) au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, il a été demandé aux différents responsables de bien vouloir transmettre les états de salaires émargés des mois de Janvier, février et mars 2018 des agents contractuels sous leur responsabilité. Il en sera ainsi chaque 5 du mois en cours, précise la note.   

Mais, à la date du lundi 7 mai, confie M. Kaffouba au confrère info7/7, sur 43 établissements sanitaires urbains communautaires répertoriés par le ministère de la Santé, 13 structures n’avaient pas encore déposé leurs états de salaires émargés. Or, c’est un ‘’état collectif et non individuel’’. Ce n’est que le 16 avril 2018 que l’ensemble des états a été déposé malgré le courrier d’interpellation du DAF. Voilà justifié les raisons pour lesquelles, les agents sont sans salaires ces quatre derniers mois, selon le DAF Kaffouba.

Les incohérences

Mais là où le bât blesse, c’est que les états du premier trimestre (Janvier-février et mars) lui sont parvenus depuis, selon lui-même, le 16 avril 2018. Et nous sommes lundi 7 mai lors que la grève de 72 heures dont le préavis avait été déposé le 26 avril 2018 avec pour motif principal le paiement des salaires a déclenché. Pourquoi alors rien n’a été fait pour apurer les trois premiers mois de salaires en attendant celui d’avril puisque le salaire lui-même est payé mensuellement pour éviter cette situation? Il faut bien donc chercher ailleurs.

Lors du conseil des ministres du mercredi 9 mai, la porte-parole du gouvernement, Anne Désirée Ouloto qui semble être surprise de cette grève, n’a pas souhaité faire de commentaire. Elle s’est simplement contentée de dire que « je suppose que le ministère en charge de ce secteur est saisie et y travaille à régler le problème sinon, nous n’avons abordé la question en conseil des ministres ».

L’avertissement

Ce lundi 14 mai, le travail a repris dans l’ensemble des formations sanitaires comme le mentionnait le préavis de grève. « Le mouvement de protestation débutera le 07 mai 2018 à 7 H 30 min et sera suspendu le 13 mai 2018. Si rien n’est fait, nous le reprendrons le 17 mai 2018 pour une durée illimitée », souligne le document.  

« Nous sommes à nos postes. Nous avons repris le travail parce que nous, nous sommes des hommes de parole. Nous respectons nos engagements », a indiqué, ce lundi 14 mai 2018, Marc Kouassi d’AZITO.

Faut-il rester sans rien faire et arriver à des situations déplorables ? Le gouvernement est alors interpellé.

JEN

  

 

 

13
May

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) présidé par Pascal AFFI N’GUESSAN a célébré samedi 12 mai 2018 à FIGAYO dans la commune de Yopougon, la fête de la liberté initiée par cette formation politique depuis l’instauration du multipartisme en Côte d’Ivoire en 1990.  

Marche, présentation des fédérations et allocutions ont été les temps forts de cette commémoration.
A la tête des militants, Pascal Affi N’Guessan et ses camarades ont sillonné les rues de  quelques quartiers de la commune de Yopougon considéré comme le fief du FPI avant de regagner le lieu de la cérémonie.
Ouvrant la série d’allocution, le fédéral de Yopougon, Williams Attebi a salué les militants du Front Populaire Ivoirien pour leur grande mobilisation à cette fête de la liberté. « Je vous remercie pour cette grande démonstration de force. On voit que le peuple du FPI est venu de toute la Cote d’Ivoire pour répondre à l’appel », a-t-il indiqué.
Pour AFFI N’GUESSAN, le choix de Yopougon vise à redonner espoir aux militants du FPI. «  Nous sommes venus reconquérir Yopougon que nous avons perdus à cause de la guerre. Cette manifestation sonne donc la remobilisation des militants », a souligné le président du FPI pour qui son parti s’est toujours voulu proche des populations.
Abordant l’actualité politique, Pascal AFFI N’Guessan s’est voulu très incisif. «  Le pays est en lambeau. On assiste à la violence judicaire, administrative, économique, social, alimentaire, sécuritaire. On note l’échec partout », a relevé Affi N’Guessan recommandant au chef de l’Etat de se retirer de la compétition prochaine afin d’éviter de rajouter aux souffrances des ivoiriens. «  Si Ouattara est sage, il ne doit pas se présenter en 2020 », a-t-il affirmé rappelant aux dizaines de milliers de militants que «  la reconquête du pouvoir en 2020 est un impératif catégorique » pour le front populaire ivoirien.
KOUAME BLANCHARD

13
May

Il l’avait annoncé. « Pour les jeunes de la commune du plateau, j’ai décidé, de façon spéciale, d’apporter un appui aux petits commerces affaire de leur permettre d’augmenter le volume de leurs activités, mais aussi à tous ceux qui ont des projets ma contribution pour le démarrage de leur affaire ». Déclaration faite par Fabrice Sawégnon, Président Directeur Général de Voodoo Group le 22 avril 2018, à l’occasion de la célébration des lauréats du Coup de Boost dont l’objectif est de donner la chance aux jeunes ivoiriens dans leur ensemble, porteur de projet, de réaliser leur rêve en leur accordant le financement nécessaire à leur business. Ce jour-là, une trentaine de petits commerces comme il les qualifie, avaient reçu l’appui financier du candidat déclaré à la municipalité du plateau, centre des affaires du District d’Abidjan.

Ce samedi 12 avril 2018 donc, pour honorer cet engagement vis-à-vis de ses futurs administrés, c’est au pas de course que M. Sawégnon et son équipe ont sillonné les quartiers de la commune du plateau afin de remettre les chèques à tous ceux qui lui ont soumis des projets réalistes et réalisables, mais surtout de les exhorter à prendre pleine  conscience de la responsabilité qu’ils ont désormais la leur devant l’histoire.

Ainsi donc, le groupe AFFROGEEZ de la cité Esculape, (face BECEAO) a reçu du donateur un chèque de 1.500 000 FCFA pour la production de son premier album. Le jeune Augustin Kouadio de RAN Garage a reçu, lui, un chèque de 2.500.000 FCFA pour l’achat d’un taxi Wôrô-Wôro. Ives Ahounou Kouadio du quartier chien méchant a reçu un appui de 350.000 FCFA pour renforcer son restaurent. Mlle Salimata DIARRA et NIONDE Théo des six (6) bâtiments ont reçu chacun 1.500.000 FCFA pour investir dans la location de chaises et bâches pour la première citée et pour le second dans l’export de noix de coco.

« Je suis venu devant les parents et amis des promoteurs pour les prendre à témoin afin de les mettre face à leur responsabilité pour qu’ils comprennent qu’il n’ont pas droit à l’échec », a déclaré M. Sawégnon promettant d’étendre ce programme à tous les jeunes du plateau porteurs de projets fiables.

JEN        

Page 4 of 21

Calendrier évènement

July 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...