Info News :
14
April

Initiative Changerleplateau.com de Fabrice Sawégnon a organisé ce samedi 14 avril 2018, une journée sportive en hommage à feu Désiré Porquet, considéré par la jeunesse de cette cité comme un modèle de rassemblement des peuples. En même temps que ‘‘Initiative changerleplateau.com’’, entend réveiller la mémoire d’un homme rassembleur, elle veut aussi se faire une santé physique et morale pour mieux négocier l’échéance municipale dans la commune du plateau.

Acquises à la cause du candidat qui promet de transformer le plateau en une ‘‘Cité Manhattan’’, les populations ont bravé l’averse subite qui a frappé la commune du plateau ce samedi en milieu de matinée pour répondre à l’appel du changement afin de se faire une santé par le sport. Footing et gymnastiques étaient au menu de ce rendez-vous sportif.    

Selon le candidat de la jeunesse, le challenger d’Akossi Bendjo, baptisé par ses admirateurs ‘‘KIRIKOU, petit marteau qui casse gros caillou’’, sans la santé aucune action ne peut être menée. « Avant de réaliser tous ses projets, avant de s’occuper de sa famille, avant de se mettre en marche, il faut déjà être en bonne santé. Donc on commence par le sport », a-t-il précisé l’importance pour lui d’initier cette activité. « Le sport, poursuit-il, c’est la vie et je suis là pour partager ce moment avec les populations de notre belle cité, le plateau. Nous allons initier des parties sportives comme celle-ci, une fois par mois, parce que le sport permet de se maintenir en forme ».

En descendant lui-même dans l’arène et en participant à cette activité sportive aux côtés de ses futurs administrés, M. Sawégnon se veut proche de ceux dont il entend solliciter le suffrage. « Je veux être un maire proche des populations et qui incarne des valeurs humaines fortes », a affirmé l’homme dont les actions perturbent énormément le sommeil du maire sortant, candidat à sa propre succession.

Confiant qu’au soir du scrutin, il savourera sa victoire, M. Sawégnon rassure ses sympathisants. « Physiquement, je suis prêt. En termes d’organisation, je suis aussi prêt avec mon équipe », a-t-il indiqué rappelant la multitude de candidat doit être simplement appréhendée comme l’expression du jeu démocratique. « Je pense qu’il y a plus de 3 candidats au Plateau. Ne vous inquiétez pas pour ça. Il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas encore déclarées mais qui sont en train de se rendre actives sur le terrain. C’est d’autant plus intéressant que ce sera une bataille démocratique. Et c’est ce que veut le peuple mais aussi ce que notre pays a besoin », a-t-il conclu.

JEN

13
April

L’Institut Atlantique International Business School (AIBS) et ACHARYA Institutes ont signé, ce jeudi 12 avril 2018 à Abidjan, un accord de partenariat visant la mise en place d’un Bachelor en computer application à l’effet de permettre aux étudiants ivoiriens d’aller, pour leur 2è année de formation, se frotter à l’expérience de la formation indienne, l’une des plus efficaces du système éducatif mondial.

« En matière de développement informatique, l’Inde est une référence mondiale. Il est l’un des pays les plus avancés », a justifié Fousseny KONE, PDG de l’AIBS, le choix de son établissement pour ce projet avant d’ajouter que « ce programme permettra à nos étudiants, en 2è année de leur Bachelor, de bénéficier de tout l’environnement d’une étude de qualité pour une formation à moindre coût ».

Selon lui, ce programme porte sur les sciences de la programmation appliquée, les "hack solfwere", les softweres, la maintenance, la création de logiciel, le réseau, la sécurité informatique.

« Nous voulons donner de la compétence à nos étudiants afin de leur ouvrir la porte du monde du travail », a expliqué le PDG Fousseny KONE, soulignant que les étudiants, au nombre de 25 pour ce programme de formation, seront sélectionnés par un jury en août prochain.

Pour le directeur des relations publiques de ACHARYA Institutes, Vishesh Chandrashekar, c’est avec joie que son établissement a pris cet engagement, ouvrant la porte de l’Inde aux étudiants ivoiriens. « Il y a plus de 78 nationalités avec plus de 15.000 étudiants en Inde et ça sera une belle expérience d’avoir des étudiants ivoiriens dans notre établissement », a indiqué M. Vishesh soulignant que l’Inde offre les meilleurs formations et innovations technologiques dans le monde. « ACHARYA Institutes est aujourd’hui la plus importante école de l’Inde en matière de la qualité de la formation. Le programme est fait de tel sorte que les étudiants puissent suivre leur formation sans difficultés», a-t-il conclu.

ACHARYA Institutes accueille 3.000 étudiants étrangers parmi lesquels, on compte 15 étudiants ivoiriens.

JEN         

12
April

Primé au salon international ‘‘Abidjan innova’’, organisé les 22, 23 et 24 avril 2018, Emmanuel YEO, Directeur Général de LYNAYS, entreprise conceptrice de solution énergétique, a reçu ce jeudi 12 avril 2018, sa médaille d’or des mains de George Ouattara, inspecteur d’Etat au ministère du commerce, représentant Souleymane Diarrassouba, ministre du commerce à cette cérémonie.

Ce prix, selon le Président de la FEDINCI, Coulibaly Pierre Djibril, initiateur de la distinction, vise à encourager les inventeurs ivoiriens dans le travail de l’innovation qu’ils accomplissent chaque Jour afin d’aider la Côte d’ivoire sur le chemin du Développement.

« Je suis aujourd’hui un homme heureux parce que nous avons organisé ‘‘Abidjan Innova’’ et nous l’avons réussi. La Côte d’Ivoire détient plus de 250 brevets d’invention. C’est un boulevard qui s’offre à nous pour la conquête du marché. Nous avons des inventeurs qui raflent de nombreux prix et Monsieur en fait partie. Lauréat de plusieurs prix, il est aujourd’hui médaillé d’or de la  première édition de ‘‘Abidjan Innova 2018’’ », a déclaré le président de la FEDINCI, soulignant que ce prix à la même valeur que celui décerné par exemple à ‘‘Bruxelles Innova’’. Aussi, a-t-il plaidé pour un appui gouvernemental dans la promotion des inventions.   

Remettant son prix au Lauréat, l’inspecteur d’Etat, George Ouattara a affirmé qu’Emmanuel YEO fait honneur à la Côte d’Ivoire par la qualité de son travail. Pour le représentant de Souleymane Diarrassouba à cette cérémonie de distinction, les inventeurs ivoiriens devraient s’inspirer du modèle de LYNAYS afin d’aider la Côte d’Ivoire sur la voie du développement.

Pour le récipiendaire, les inventeurs ivoiriens sont bien conscients de la tâche qui les incombe et sont prêts à jouer la partition qui est la leur dans la construction du pays. « Je suis convaincu que tous les inventeurs de Côte d’Ivoire continueront à proposer des solutions innovantes pour changer le coût de la vie de nos populations, voire de nos pays africains », a-t-il soutenu avant d’indiquer que le ‘‘coffret intelligent’’ célébré aujourd’hui permet d’entamer ce défi.

Créée en 2007, LYNAYS, concepteur de solutions énergétiques avec les coffrets intelligents TLJ 100, TLJ 200, TLJ 400, TLJ 800, est lauréat du prix CEDEAO de l’innovation obtenu en 2010, du prix d’excellence 2013, 2014 et 2016 du gouvernement ivoirien.

JEN

12
April

Le Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale a approuvé, le mardi 10 avril 2018 à Washington (Etats-Unis), un financement pour le Conseil du Coton et de l’Anacarde de Côte d’Ivoire, sous la forme d’un prêt enclave de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), à hauteur de 200 millions de dollars EU, soit environ 107 milliards de FCFA.

Ce prêt assorti de la garantie de l’Etat de Côte d’Ivoire, est un financement du Projet de Promotion de la Compétitivité de la Chaîne de Valeur de l’Anacarde s’inscrit dans les actions de soutien du Groupe de la Banque mondiale au Plan National ivoirien de Développement (PND 2016-2020).

Il vise à renforcer la contribution du secteur privé à l’économie, notamment celui de la transformation locale des produits de l’anacarde, afin de réaliser le plein potentiel de création d’emplois dans les zones de production, potentiel d’emplois évalué à 440 000 emplois, dont au moins 60% destinés aux femmes.

Pour la Banque mondiale la productivité des noix de cajou brutes, l’amélioration de la qualité et la réduction des coûts de la collecte et du groupage tout comme la maximisation du financement, en facilitant l’accès au crédit pour accélérer l’investissement privé dans des domaines tels que les nouvelles capacités de stockage et de transformation, ont plus que convaincu de la dynamique de ce secteur. Aussi, juge-t-elle suffisant l’infrastructure industrielle physique spécifique mis en place qui réduit le coût initial de l’investissement et accroît l’efficacité opérationnelle et qui permet d’améliorer le cadre politique et réglementaire pour le développement durable de la chaîne de valeur du cajou afin de faciliter l’expansion du marché et le commerce avec les acheteurs internationaux.

Ce projet bénéficie d’un financement innovant, puisqu’il est le premier du genre dans un financement enclave de la BIRD dans le secteur agroalimentaire.

Dans son adresse aux membres du Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale,  le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a exprimé sa gratitude à la Banque mondiale pour son accompagnement dans le processus de mise en œuvre de sa stratégie de transformation des matières premières agricoles.

Amadou Gon Coulibaly a souhaité que le mécanisme d’action de ce prêt Enclave de la BIR puisse accélérer la transformation de l’anacarde afin qu’il s’étende rapidement à d’autres productions agricoles, notamment le cacao.

JEN

11
April

Une délégation du mouvement ‘‘Force 2015’’ conduite par son président Charles Gnaoré, député de Bouaké commune, est allée ce mercredi 11 avril 2018, au remettre une invitation à l’Union pour la Paix en Côte d’Ivoire (UPCI) à son siège pour lui demander de prendre part à la journée d’hommage au père fondateur de la Côte d’Ivoire indépendante qu’elle organise le samedi 12 mai prochain à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro.

Selon Charles Gnaoré, l’engagement et l’abnégation de l’UPCI à la naissance du parti unifié, ne sont pas discutables et méritent d’être salués. « Nous sommes venus vous remettre cette invitation pour votre participation à la journée d’hommage, que nous organisons le 12 mai prochain à Yamoussoukro pour magnifier les œuvres du Président Félix Houphouët-Boigny dont nous nous réclamons tous », a déclaré le président de ‘‘Forces 2015’’ avant de saluer la direction de ce membre de la grande famille des houphouëtistes pour le travail d’unité et de paix qu’elle ne cesse d’abattre sur le terrain. « Nous profitons de ce moment pour féliciter l’UPCI et ses dirigeants, notamment son président pour l’engagement et l’abnégation dont ils font preuve chaque jour afin de parvenir au parti unifié Rhdp », a-t-il indiqué.

« Nous sommes très honorés non seulement pour l’invitation qui nous ait adressée à participer à une journée dédiée au père Fondateur de la République, mais aussi et surtout, pour la reconnaissance du travail de paix que nous construisons chaque jour. Pour le Rhdp, nous sommes convaincus que nous parviendrons à sa création effective », a soutenu SORO Brahima, président de l’UPCI, annonçant l’organisation, le 28 avril prochain, son congrès ordinaire au cours de laquelle son parti se prononcera sur ce parti unifié.  

JEN   

11
April

On pourrait enfin dire que Bédié et Ouattara vienne de décider de calmer le jeu. Mais seulement au sein de leurs formations politiques.  Puisque, pendant plus de deux heures d’horloge, les deux hommes qui ‘‘tiennent’’ le destin de la Côte d’Ivoire, ont parlés de l’avenir du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) au palais Présidentiel, là où se prennent les décisions d’Etat, malgré que cette activité associative ait un caractère purement privé.

Quel intérêt donc, le communiqué final qui a sanctionné la rencontre, a-t-il pour le reste du peuple qui n’adhère pas à ce projet ? Certainement aucun ! Et pourtant, les locaux entretenus par l’argent du contribuable ont servi de cadre pour cette séance de travail à intérêt unique étant donné qu’elle vise la conquête ou reconquête du pouvoir d’Etat pour laquelle, la coalition des houphouëtistes ne sera pas seule sur la scène en 2020.

Même si les membres de cette mouvance politique RHDP parviennent à un parti unifié avant cette échéance, comme c’est le vœu de bon nombre d’entre eux, il aura, tout de même, en face plusieurs autres candidats de l’opposition, mais aussi des indépendants comme ce fût le cas en 2015.

Les ambitions de gérer les intérêts du peuple, c’est-à-dire de gouverner le pays étant les mêmes, auront-ils, ces derniers (opposition et indépendant), le privilège d’utiliser les locaux de l’Etat pour élaborer leur plan ou programme de société pour la conquête du pouvoir ? Bédié et Ouattara exagèrent ! Attention !

Béatrice Val

11
April

Le Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Guillaume SORO qui suit avec beaucoup d’intérêt de débat sur l’alternance politique au sein de la mouvance politique du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la Paix (RHP), n’a pas attendu une seule seconde pour réagir sur le communiqué final qui a sanctionné le tête-à-tête du mardi 10 avril 2018 entre Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et président du présidium du RHDP et le chef de l’Etat Alassane Ouattara. Son communiqué.

COMMUNIQUE DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, M. Guillaume Kigbafori SORO, prend connaissance du communiqué conjoint issu de la rencontre entre leurs excellences Alassane OUATTARA, président de la République de Côte d’Ivoire et Henri Konan BEDIE, président du PDCI-RDA.

Le président de l’Assemblée nationale salue cette rencontre et se réjouit que, conformément au souhait exprimé le 03 avril 2018 dans son discours lors de la rentrée parlementaire, le dialogue soit demeuré le maître-mot.

Il encourage les présidents Alassane OUATTARA et Henri Konan BEDIE à poursuivre ces pourparlers dans le sens de l’inclusivité.

Il apprécie leur appel à la retenue dans chaque camp pour consolider le climat de paix en Côte d’Ivoire.

Le président de l’Assemblée nationale fait confiance à ces deux grands hommes d’Etat pour conduire le navire Ivoire dans la tranquillité, la stabilité et la paix.

Fait à Abidjan, le 10 avril 2018

Guillaume Kigbafori SORO

P/O Le Service de Communication

10
April

L’Organisation pour l’épanouissement des jumeaux en Afrique lutte depuis son existence, en mai 2016, à faire connaitre la gémellité et la solidarité entre les familles

15 familles d’enfants jumeaux de 3 à 7 ans ont fait le déplacement, lundi 09 avril 2018, au domicile de Mme AKA, responsable de l’organisation, section de Yopougon. Un rendez-vous pour permettre à ces familles de partager leurs expériences, témoignages mais surtout de resserrer les liens d’amitié et d’entraide. Plusieurs thèmes ont été abordés par les participants.

Selon Jeanne G., mère de jumeaux de 06 ans, ses progénitures n’ont jamais remarqué leur ressemblance depuis leur existence. Par contre Félicité Y, une autre mère soutient quant à elle, que ses filles adolescentes de 15 ans se sentaient énormément gêner de leur ressemblance au quartier. Les voisins et même leurs amies se trompent bien souvent sur leur prénom.

L’habillement dans ce milieu constitue aussi le nœud des difficultés entre les enfants. « Lorsque j’habille mes jumelles de 7 ans, une estime que le vêtement de l’autre est plus attrayant que le tien. Et cela crée une jalousie, voire une dispute entre elles », témoigne Alice K.

Les difficultés d’adaptation scolaire ont été aussi les sujets majeurs débattus au cours de cette rencontre d’échange. « Le directeur d’école où fréquentent mes deux enfants dizygotes a décidé de faire redoubler la fille au prétexte qu’elle a un faible rendement scolaire. Et se sentant frustrée, elle n’arrive plus à avancer. Elle est encore en classe de CE1, alors que son frère est au Cm1 », confient Yao G.

Un autre parent avoue qu’il est difficile pour l’enseignant de reconnaitre les enfants jumeaux qui sont dans la même classe à cause de leur ressemblance. Sur les préjugés, l’enfant jumeau occupant le deuxième rang devient du coup l’aîné, ce qui logiquement ne devraient pas être le cas. Ce principe est considéré comme une norme par la plupart des parents.

Sur la question des vêtements-uniformes et couleurs exigés dans l’habillement des enfants, les parents souhaitent rompre désormais avec cette tradition. Cependant, pour la ressemblance, ils estiment qu’il faut l’accepter et aimer son état malgré les questionnements de la société.

Juliette Kouamé, présidente de l’Organisation pour l’épanouissement des jumeaux en Afrique (Orjumea), a indiqué que cette rencontre est une occasion pour offrir aux parents de jumeaux et aux jumeaux des opportunités de connaitre et de s’informer sur la gémellité. Pour elle, la structure va s’atteler à développer l’esprit de fraternité et d’entraide, en vue de parvenir à l’épanouissement des jumeaux.

Magloire Ouaoua

09
April

L’Union Syndicale des Paysans de Côte d’Ivoire (USYPA-CI) a appelé ce lundi 09 avril 2018, lors d’une conférence de presse qu’il a animée dans la commune de Yopougon, l’ensemble des organisations syndicales du monde agricole à la solidarité dans la lutte pour le bien-être des producteurs des matières premières agricoles. « J’en appelle à l’unité syndicale et invitons tous les planteurs à parler d’une même voix pour être entendu par les autorités », a plaidé son Secrétaire Général, Kouamé Kouadio Emmanuel, jugeant inacceptable que les décisions à l’endroit des paysans soient prises sans la moindre consultation des acteurs du secteur dont le fruit des durs labeurs tient le levier économique du pays.

« Nos organisations n’ont jamais été associées à la fixation des prix de nos produits. On nous les impose », a-t-il dénoncé, soulignant que le prix bord champ de 700 FCFA le Kg fixé par exemple pour le cacao est loin de permettre aux producteurs de cette matière première agricole de faire face aux charges d’entretien des plantations encore moins de faire face à la scolarité de leurs progénitures que leur impose l’école obligatoire.    

Pour le SG de l’USYPA-CI, bien que les gouvernants aient reconnu que le succès de ce pays repose sur l’agriculture, aucune politique de mécanisation du secteur, n’a toujours pas été engagée pour mettre un terme aux méthodes archaïques et rendre performant la production du cacao. Une situation qui maintiendrait les producteurs dans la misère la plus totale.

« Notre agriculture n’évolue pas pourtant, on a formé et continue de former des ingénieurs agronomes. Mais, par manque de politique de modernisation, leur science ne serve pas pour que prennent nos souffrances », a soutenu Emmanuel Kouamé, poursuivant d’égrainer le chapelet des difficultés auxquelles est confronté le monde paysan.

« Nous travaillons aussi dans un environnement non sécurisé posé par la question du foncier rural. Les conflits fonciers à l’origine des affrontements dans plusieurs villages et qui ont occasionné plusieurs morts sont des menaces à la tranquillité dans le monde paysan. Voilà que les conditions d’immatriculation proposées par le gouvernement, très coûteuses, pour les maigres revenus que nous procure la mévente de nos fèves, ne nous facilitent pas la tâche », explique Emmanuel Kouamé pour qui le gouvernement devrait revoir le coût de l’opération de bornage fixé à 400 mille FCFA le bloc, voire, renoncer totalement à un quelconque frais de l’opération.

Malgré ces difficultés auxquelles les paysans sont confrontés, ces derniers, à en croire le numéro un de l’USYPA-CI, les autorités ne veulent entendre de brouit  dans le secteur au risque de voir les meneurs derrière les barreaux. « Notre manifestation contre le prix inacceptable de 700 FCFA le Kg du cacao nous a valu une répression. Je voulais donc interpeller ici le gouvernement afin qu’il respecte nos droits à la manifestation parce que nous sommes aussi citoyens de ce pays », a-t-il conclu, juste après avoir prévenu des conséquences fâcheuses qui pourraient en découler d’une attitude méprisante persistante à l’endroit du monde paysan.

JEN  

09
April

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI) a ténu les 6 et 7 avril à Abidjan, son sixième congrès ordinaire aux termes duquel, le Secrétaire Général sortant, Achy Ekissi, seul candidat à sa propre succession, a été plébiscité par l’ensemble des congressistes. Au regard du tableau sombre de la situation socio-politique dépeint par les congressistes et qui appelle des solutions urgentes, le patron des communistes ivoiriens a appelé à un ‘‘engagement ferme de tous dans la lutte’’, seul gage, selon lui, qui fera de la Côte d’Ivoire un Etat ‘‘souverain, démocratique et prospère’’.

«Nous sommes dans un pays où malgré une croissance économique élevée, le système est incapable de nourrir, soigner, éduquer, protéger, sa population. Nous sommes dans un système où le peuple est bâillonné. Nous sommes dans un système  économique et social en faillite, qui a épuisé sa capacité à entretenir la force de travail des producteurs. Le chaos se profile à l’horizon. La misère est grande. Les masses opprimées sont en éveil et défient le pouvoir par des mouvements de luttes, des actes isolées d’attaques contre les symboles de l’Etat. Il y a un mécontentement généralisé qui gagne même les partisans du pouvoir RHDP », a dénoncé Achy Ekissi, reconnaissance toutefois que malgré cette situation chaotique qu’il présente, ‘‘le pouvoir Ouattara est encore débout’’, parce qu’en face il y a une force centrifuge qui conduit les actions de l’opposition.

Conscient que seule des actions communes mettra fin aux souffrances du peuple, le SG du PCRCI invite toutes les forces vives de la nation n’approuvant pas la politique des gouvernants actuels afin de faire plier le système en place. « Aux responsables politiques, syndicaux et des associations des droits de l’homme : rassemblons-nous pour décupler nos forces afin de venir à bout du système néocolonial et de l’Etat de non droit », a-t-il exhorté soulignant que l’objectif du combat étant désormais connu ; celui de conquérir par le peuple et pour le peuple, le pouvoir, la condition de la victoire ne peut que se trouver dans ‘’l’union des fils et filles patriotes pour assoir une république  anti impérialiste, démocratique, populaire et moderne’’.

Plusieurs partis politiques de l’opposition ont manifesté leur solidarité en répondant présent à ce 5è congrès ordinaire du PCRCI.

JEN

08
April

L’Université Péléforo Gbon Coulibaly va agrandir son espace et couvrir désormais une superficie de 14 ha afin d’accueillir plus de 20.000 étudiants contre 6.000 actuellement. Deux nouveaux sites ont été retenus pour ce projet. Il s’agit de l’ancien site de l’aéroport de Korhogo et celui de Kassirimé.

Cette nouvelle vision des dirigeants de l’Université de Korhogo a été exposée aux autorités administratives, politiques ainsi qu’aux premiers responsables de cette Université et aux étudiants par une délégation du Programme de Décentralisation des Universités (PDU) conduite par Dembélé Macky qui en est le coordonnateur.

Cette mission d’explication qui s’est déroulée du 18 au 24 mars 2018 dans les locaux de l’institution vise à recueillir les contributions des acteurs concernés par le fonctionnement de cette université afin de permettre aux deux cabinets d’architectes, notamment le cabinet d’ingénierie de toutes les spécialités et celui d’urbanistes à la base de sa conception pour finaliser le plan de cet aménagement.

Pour permettre une bonne compréhension du projet, ce regroupement de spécialistes en bâtiment a procédé par une présentation visuelle à l’assistance.

Selon ces experts, les installations déjà existantes du site principal qui abrite l’UFR des lettres, celle des arts et de biologie, seront renforcées par la construction d’un hall d’accueil, une salle de conférence, un service de commerce, de plusieurs amphithéâtres, de salles de Travaux Dirigés (DT), des laboratoires, et d’un restaurant universitaire.

Le site de l’ancien aéroport, par contre, sera dédié à l’agropastoral avec une faculté qui va former les vétérinaires et autres spécialistes dans ce domaine. Le site de Kassirimé abritera, quant à lui, un Centre Hospitalier Universitaire et les logements pour les enseignants. « Nous sommes au stade des esquisses, par conséquent, vos suggestions et propositions sont attendues », a tenu à rassurer le Coordonnateur du PDU.

Après Korhogo, la délégation a mis le cap sur Daloa et Man pour les mêmes exercices.

JEN : info Sercom PDU

07
April

La semaine de l’emploi direct, se tient du 10 au 13 avril prochain dans 15 régions où sont implantées les Agences Emplois Jeunes. Lors d’un entretien vendredi 06 avril 2018, dans les locaux de sa direction, la Directrice Régionale des opérations de l’Agence Emploi Jeunes (AEJ) San-Pedro, Mariam Bakayoko a invité la  jeunesse de la région à se mobiliser pour réserver un bon accueil  aux organisateurs au cours de cette  semaine afin de  découvrir les opportunités d’emploi qui peuvent s’offrir à eux.

Ce rendez-vous, selon la Directrice régionale, permettra, non seulement,  aux jeunes demandeurs  d’emploi de rencontrer des employeurs mais surtout est une occasion pour eux de participer à des forums, conférences et ateliers de formations.

« Au cours de cette semaine, il aura des formations. La semaine servira également de cadre d’échanges et de rencontres entre les jeunes demandeurs d’emploi, les employeurs, les jeunes entrepreneurs, les entreprises à forte croissance et tous les partenaires de l’insertion professionnelle », a-t-elle indiqué.  

Par ailleurs, Joël Aka, conseiller en emploi, a aussi indiqué que la semaine de l’emploi direct, s’inscrit dans le cadre du lancement officiel des activités de l’Agence Emploi Jeune (AEJ). C’est pourquoi, il ‘’invite la jeunesse de venir massivement à cette semaine d’emploi qui leur est dédiée enfin de prendre connaissance de toutes  les activités de l’Agence Emploi Jeunes’’.

Zétia

Page 6 of 21

Calendrier évènement

July 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...