Info News :
09
January

Côte d’Ivoire : Youssouf Bakayoko annonce la révision de la liste électorale et du code électorale

Publié dans Politique

Le président de la commission électorale indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko a annoncé ce mardi 09 Janvier 2018, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœu que lui présentait son personnel, que la liste électorale va être révisée et mise à jour pour les élections des Conseillers Régionaux, des Conseillers Municipaux et celle pour l’installation des Sénateurs pour la toute première fois dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. « Nous avons engagé avec le Gouvernement, depuis plusieurs semaines, des pourparlers pour arrêter le chronogramme officiel des différentes opérations électorales, y compris celle de la révision et mise à jour de la liste électorale », a déclaré Youssouf Bakayoko ajoutant également que les budgets correspondants sont aussi inscrits au centre des discussions.

Pour se conformer à la constitution de la IIIè République, 2017 a été mise à profit par la CEI pour organiser des ateliers et des séminaires de réflexion et de renforcement des capacités des ressources humaines de la commission électorale. Et l’accent a été mis sur la relecture du cadre légal des élections afin d’appréhender les innovations induites par la Nouvelle Constitution.

Pour la CEI, les résultats de ces travaux devraient permettre ‘‘au Gouvernement et aux législateurs ivoiriens d’ajuster le Code électoral’’ pour des élections équitables et apaisées pour tous.

JEN

01
February

L’opposition ivoirienne se met en ordre de bataille et exige une réforme de la Cei et du code électoral

Publié dans Politique

L’opposition ivoirienne veut se donner les moyens pour mener le combat pour la reforme de la Commission électorale indépendante (CEI) et du code électoral. Elle s’est réunie dans l’après-midi de ce mardi 30 janvier, au siège du Rpp, à Cocody, pour réfléchir sur la question.

Au sortir de cette rencontre, le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a évoqué les sujets sur lesquels ils ont réfléchir. « Nous avons évoqué le sujet de la réforme de la Commission électorale indépendante (CIE) et du code électoral qui sont deux questions essentielles. Evidemment, en tant que parti politique, principaux concernés par la question, il était important que nous pussions nous retrouver pour examiner ces deux documents », a-t-il fait savoir.

Ces partis politiques, à en croire le président du FPI, ont travaillé sur la base de la proposition de la société civile qui, à travers une conférence de presse, avait livré les résultats de sa réflexion et « proposé un nouveau texte portant création d’une nouvelle Cei et d’un nouveau texte de code électoral ». Il s’agissait, poursuit-il, des « organisations comme le NDI, l’UE, l’USAID, la POECI, et même la CEI ».

Pour cette première rencontre, soutient-il, les partis de l’opposition ont « analysé l’exposé des motifs et ont noté et apprécié que la société civile s’est appuyée sur plusieurs arguments ». A savoir : « la nouvelle constitution, les défaillances anciennes de la CEI, mais principalement l’arrêt de la Cour Africaine des droits de l’homme, qui dit que la CEI n’obéit pas aux critères internationaux et qui fait injonction au gouvernement ivoirien de la reformer ».

Pour lui, ces arguments de la société civile ont été apprécié lors de cette rencontre, comme des éléments suffisamment consistants pour qu’ils prennent au sérieux la proposition de la reforme de cette institution.

Après plus d’une heure de temps les débats n’ont pas été épuisé. Il s’agit maintenant, selon le président Affi, de voir le contenu de la proposition de la société civile pour que la position qu’ils prendront soit une position globale qui prenne en compte, à la fois, de l’exposé des motifs, mais aussi de la proposition concrète. C’est-à-dire « le dispositif légal ».

Ces partis de l’opposition comptent se retrouver le mardi prochain pour aller en profondeur pour examiner la nouvelle composition de la CEI et la nouvelle répartition des postes à l’intérieur de celle-ci. Et au terme cette seconde rencontre, ils produiront une déclaration pour que ce projet de réforme puisse aboutir dans l’immédiat.

Les partis politiques de l’opposition qui ont participé à cette première rencontre sont : Le FPI, le RPP, l’URD, le PIT, l’ADEMCI, le COJEP, l’UDP, le RDP, l’UDT-CI, le MIRE, le FNDR, le CDI, le CNDC et l’ADC. 

  1. E
12
February

Côte d’Ivoire : Le Camp Sangaré mobilise à San-Pédro pour une participation active aux élections locales à venir

Publié dans Politique

La fédération du Front Populaire Ivoirien(FPI) tendance Sangaré était en Assemblée Générale ordinaire  le samedi 11 février 2018 à la salle polyvalente ‘’Georges Sangaret’’ de San-Pedro.

Il s’est agi de la participation du parti, aux élections locales avenir était au centre  de cette rencontre.

A cette occasion, le fédéral de cette tendance, Guilé Claude a annoncé que le parti de Laurent Gbagbo, ira à ces élections que si ‘’toutes les conditions d’une élection juste, transparente et équitable sont réunies’’

«Les conditions dans lesquelles nous sommes ne nous permettent pas d’aller aux élections normalement. Le FPI ira aux élections, mais si seulement elles sont justes, transparentes et équitables», a-t-il déclaré, dénonçant, ‘’l’incompétence et l’illégalité de la CEI’’. Il a alors invité  les militants à la reprise du combat pour des élections démocratiques.

« Le camarade Aboudramane Sangaré lance cet appel à la population ivoirienne et aux militants du FPI en particulier, pour dire que nous devons lutter pour les conditions d’une élection juste et transparente. C’est ce combat que nous allons mener pour que Alassane fasse en sorte que nous ayons un commissaire électoral totalement indépendant et que les dozos qui viennent partout dans nos villes, retournent dans leur ville d’origine mais aussi que nos prisonniers militaires et civiles soient libérés pour pouvoir prendre part à ces élections », a-t-il indiqué.

 

Pour l’homme de main de Sangaré dans la ville balnéaire du sud-ouest, la mobilisation commence par la restructuration de tous les comités de bases et de sections. Et à cette occasion, 29 sections sur 43 fonctionnelles ont répondu à l’appel au cours de cette assemblée. Ils ont promis de grandes actions sur le terrain dans les jours à venir. Pour réussir ce pari, le premier responsable de cette fédération a exhorté les militants à renouer avec les cotisations pour donner les moyens au parti. 

« Chers  camarades secrétaires généraux de section, on attend de vous des résultats. Vous devez nous apporter, les listes des comités de bases avec leur OFPI et leur JFPI », a plaidé Djiro Maxime, fédéral adjoint invitant les militants du Fpi à lutter avec conviction en tuant en eux la peur. 

 

Message bien perçu à en croire les secrétaires généraux de section, Toh Emmanuel et Guédé Noel qui ont fait la promesse de poursuivre la sensibilisation auprès de leurs comités de base.

Zétia

21
February

Côte d’Ivoire : l’opposition accuse Ouattara de violation de la Constitution dans sa décision visant à organiser les élections des sénateurs avec la CEI actuelle

Publié dans Politique

La plate-forme de l’opposition ivoirienne et de la société civile a qualifié, ce mercredi 21 février 2018, la volonté du Chef de l’Etat d’organiser l’élection sénatoriale avec une Commission Electorale Indépendante (CEI) dépassée par les textes de ‘‘passage en force’’ intolérable.

« Le gouvernement, contre toute attente, de façon solitaire et unilatérale et au mépris de la Constitution, prend l’Ordonnance n°2018-143 du 14 février 2018 en vue d’organiser les élections des sénateurs. L’alinéa 3 de l’article 90 de la loi n°2016-886 portant Constitution ivoirienne du 8 novembre 2016, une loi organique fixe le nombre des membres de chaque chambre, les conditions d’éligibilité et de nomination, le régime des inéligibilités et incompatibilités, les modalités de scrutin ainsi que les conditions dans lesquelles il y a lieu d’organiser de nouvelles élections ou procéder à de nouvelles nominations, en cas de vacance de siège de député ou de sénateur », a rappelé AHIPAUD Martial, porte-parole de cette coalition de 17 membres de l’opposition et de la société civile avant d’ajouter qu’il revient dès lors ‘‘au législateur d’organiser le Sénat par l’effet d’une loi organique’’.

Pour l’opposition, Alassane Ouattara va au-delà des prérogatives que lui confère la Constitution. « Comment le Chef de l’Etat peut-il s’arroger un pouvoir qu’il n’a pas au regard de la Constitution et pour lequel, il n’a reçu aucune habilitation de l’Assemblée Nationale ? Pourquoi passer outre l’Assemblée Nationale alors qu’elle est bien en place ?», s’est-elle interrogée très inquiète des conséquences désastreuses que pourrait engendrer cette décision.

« Cette mesure du Gouvernement si elle prospère conduira le pays vers la catastrophe, voir le chaos », affirme-t-elle, invitant la communauté internationale à se saisir du dossier ivoirien pendant qu’il est encore temps.

JEN

Calendrier évènement

December 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...