Info News :

18
January

Fermé à toute discussion avec ses collaborateurs, le Chef de la diplomatie ivoirienne menace la marche vers l’émergence

Publié dans Politique

Le Syndicat des Personnels Administratifs et Technique du Ministère des Affaires Etrangère projette une grève les jours à venir s’il n’obtient pas gain de cause à ses revendications qui portent, notamment sur des questions de primes, du redéploiement du personnel, les nominations, du renouvellement des passeports diplomatiques etc. En guise d’avertissement, le personnel porte autour de la tête ou du poignet des banderoles rouges.   

Ces préoccupations soumises au Chef de la diplomatie ivoirienne, Marcel Amon Tanoh, pourraient ne pas avoir une oreille attentive. Puisqu’interrogé sur le sujet le mercredi 17 Janvier 2018, après le conseil des Ministres hebdomadaire, le porte-parole du Gouvernement affirme que le Gouvernement n’est pas saisi mais suppose que le ministre concerné est entrain de prendre les dispositions nécessaires pour résoudre le problème.

« C’est pourtant Amon Tanoh lui-même le problème », affirment les agents qui l’accusent d’être à l’origine de leur misère. Selon eux, depuis l’avènement d’Amon Tanoh à la tête de la diplomatie ivoirienne, rien ne va pour les travailleurs de ce département. Ils les auraient même invités à abandonner leur principale revendication, celle relative au mouvement du personnel à l’extérieur pour poser d’autres problèmes.

Mais c’est une option non négociable selon les agents qui pleurent les départs de Daniel Kablan Duncan, Charles Diby Koffi et Mabri Toikeuse qui avaient engagé les réformes qui ont permis à la diplomatie ivoirienne de repositionner la Côte d’Ivoire sur l’échiquier international et attirer les investisseurs.

« Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous avons saisi le premier Ministre », répond simplement M. Oba, SG du Syndicat du Personnel Administratif et Technique du Ministère des Affaires Etrangère. Une réponse diplomatique qui confirme effectivement la rupture du dialogue entre le Ministre et ses collaborateurs.

Fermé à la discussion avec ses collaborateurs, Amon Tanoh serait le ministre qui aurait fait suspendre tous les privilèges acquis sous ses prédécesseurs depuis 2012, notamment les mouvements de personnel hors du pays qui sont suspendus de même que les primes mais aussi le retrait des passeports diplomatiques à certains ayant droits. Un comportement qui risque de ruiner tous efforts du chef de l’Etat qui mise sur sa diplomatie pour atteindre l’émergence à l’horizon 2020.

En effet, toujours selon les agents, pour leur patron, le Président Ouattara étant son parapluie atomique, à qui d’autre pourraient-ils se plaindre et avoir gain de cause ? Aussi, ne cesse-t-il de leur rappeler qu’il est le seul ministre ivoirien à avoir démissionné de son poste de ministre et que si ses actions à la tête de la diplomatie ivoirienne ne plaisent pas au chef de l’Etat, il est prêt à partir de là.

Un diplomate accrédité en Côte d’Ivoire estime que Marcel Amon Tanoh n’entretient pas de bons rapports avec les diplomates étrangers. Autant de griefs qui risquent de donner un coup à l’image du pays si rien n’est fait pour rectifier le tir. Cette fois sur le choix du chef de la diplomatie, Alassane Ouattara aurait-il fait un mauvais casting ? Quelque chose doit être faite et maintenant car un diplomate, un vrai diplomate doit être ouvert et beaucoup attentif aux préoccupations de ses collaborateurs.

JEN

12
March

Ahoua N’Doli aux irréductibles du PDCI : « Ne perdons pas la Côte d’Ivoire par nos égoïsmes et ambitions démesurés »

Publié dans Politique

Ni courant, ni formation politique, mais ils se réclament simplement de ‘‘vrais héritiers de Félix Houphouët-Boigny’’, ayant pour seul objectif : bâtir la Côte d’Ivoire Nation. Ces houphouétistes ont lancé ce lundi 12 mars 2018 en présence plusieurs personnalités, notamment Raymonde GOUDOU Coffie, Ahoua N’Doli Théophile, Laurent Dona Fologo, Amadou Soumahoro, Adama Bictogo, l’Ambassadeur Ehui Koutouan Bernard, un mouvement baptisé ‘‘Le Forum des Houphouétistes’’ dont le but est de renforcer la cohésion au sein du RHDP.

« Ne perdons pas la Côte d’Ivoire, chère au père fondateur Félix Houphouët-Boigny qui nous l’a léguée par nos égoïsmes et ambitions démesurés », a vivement interpelé Ahoua N’Doli, le camp de ceux qui militent pour une alternance politique en faveur du PDCI au sein du RHDP. « Je me félicité de la création du Forum qui place l’intérêt du pays au-dessus de nos individualismes », a ajouté le représentant de Daniel Kablan Duncan, parrain du lancement des activités de ce forum.      

Selon le président de ce forum, Félix Anoblé, député de San-Pédro Commune, le seul héritage légué par Houphouët à ses héritiers et qui vaille bien d’être défendu, est bel et bien la Côte d’Ivoire Nation. « Houphouët-Boigny ne nous a pas laissé le PDCI-RDA en héritage mais plutôt la Côte d’Ivoire en héritage », a déclaré d’entrée l’honorable Anoblé invitant tous ceux qui entendent défendre l’œuvre d’Houphouët-Boigny à ne pas perdre de vue cette vérité. « Si nous voulons conserver l’héritage d’Houphouët-Boigny, il nous faut jalousement garder la Côte d’Ivoire », a-t-il ajouté non sans souligner que le forum des houphouétistes reste attaché à l’appel de Daoukro en œuvrant efficacement à l’aboutissement du parti unifié et à l’alternance politique contenu dans cet appel.

Pour se donner donc les moyens d’y parvenir, explique le président de ce forum, un réseau national va être mis en place afin de véhiculer les valeurs de cohésion et de partage du père fondateur de la Côte d’Ivoire indépendante. Ce réseau, selon lui, s’appuiera sur les structures de base des partis membres du RHDP.

« L’Houphouëtiste doit être le socle de la nation », a affirmé Adama Bictogo pour qui aucun miracle économique ne peut s’opérer sans stabilité dans un pays et sans une force politique derrière les actions des gouvernants.

JEN

04
April

En visite à Abidjan, George Wéah invite les hommes d’affaires à investir dans son pays

Publié dans Politique

En visite de travail et d’amitié de 72heures en Côte d’Ivoire pour la première fois, depuis son élection, le président libérien, George Weah a déclaré, après un tête-à-tête d’une heure d’horloge avec Alassane Ouattara, que la porte de son pays est ouverte aux hommes affaires ivoiriens mais aussi au monde entier.

« La Côte d’Ivoire est un pays qui a d’énormes ressources et capacités, notamment dans le domaine agricole et le développement d’infrastructures routières. C’est pourquoi, dans le cadre de l’exercice de son mandat, je souhaite compter sur l’expérience et le leadership pour dérouler son programme », a déclaré George Wéah, juste à sa sortie d’audience non sans dire un merci au président Ouattara dont les conseils, selon lui, lui ont permis de persévérer et d’être aujourd’hui au pouvoir.

Le Président libérien a profité de ce moment pour lancer un appel aux opérateurs économiques ivoiriens mais aussi aux hommes d’affaires de l’espace CEDEAO voire du monde à faire bénéficier son pays de sommes d’expériences qu’ils ont acquises en matière de développement.

Alassane OUATTARA a échangé avec son homologue libérien sur des questions d’intérêts communs, notamment sur la nécessité de consolider la paix et l’amitié entre les  peuples libérien et ivoirien en faisant en sorte que la sécurité soit garantie aux frontières des deux pays pour assurer la confiance entre les populations a proposé à son homologue libérien tout l’appui nécessaire de la Côte d’Ivoire dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures routières, de la fourniture de l’électricité et dans bien d’autres secteurs.  

Rappelant les liens de fraternité existants entre leur deux pays, Alassane Ouattara estime que si, jusque-là, il y a encore des ivoiriens au Libéria, alors que rien ne les y contraint, c’est parce que ceux derniers se sentent bien dans ce pays.  

JEN   

05
April

Côte d’Ivoire : Le Président de la Commission de l’UEMOA chez Ouattara, annonce une réduction du budget de l’institution

Publié dans Politique

Le Président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah BOUREIMA a annoncé ce jeudi 05 avril, après un entretien de près de trois quart d’heure avec le Président ivoirien Alassane Ouattara, pour faire le point de l’an un de sa mission, que le budget 2018 consacré aux activités de son institution a baissé du quart par rapport à celui de 2017.  

« Nous avons parlé de la mise en œuvre des décisions du Sommet extraordinaire de l'UMEOA tenu, à Abidjan, le 10 avril 2017, du fonctionnement de la Commission avec la rationalisation des organes de l'Union, ainsi que de la préparation du prochain Sommet », a déclaré Abdallah BOUREIMA, soulignant que le budget 2018 de l’institution a connu une baisse par rapport celui de 2017. « Le budget 2018 a été réduit du quart par rapport à celui de 2017 », a-t-il indiqué.

Avec la revue à la baisse du budget 2018 et au regard de l’état de mise en œuvre des décisions du Sommet d’Abidjan qui porte sur le collectif budgétaire approuvé en juin 2017, l’élaboration d’une feuille de route 2017 - 2021 fixant les objectifs et les missions de l’Union, il était tout à fait indiqué pour M. BOUREIMA de recevoir, du chef de l’Etat ivoirien, expert en questions financières, de nouvelles orientations pour permettre une gestion efficace des ressources. 

Le Président de la Commission de l’UEMOA a alors exprimé sa gratitude au Président Alassane OUATTARA pour ses conseils avisés et ses orientations.

Etaient à cette audience, le Ministre de l’Economie et des Finances, M. Adama KONE, le Ministre Paul KOFFI KOFFI, Commissaire de l’UEMOA, chargé de l'Administration territoriale, des Infrastructures et des Transports et le Ministre Abdourahmane CISSE, Conseiller Spécial du Président de la République.

JEN

Calendrier évènement

April 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...