Info News :
04
January

Côte d’Ivoire : le Chef d’Etat-Major Général des Armée plaide pour une Armée professionnelle et Républicaine

Publié dans Politique

Le Chef d’Etat-Major Général des Armées de Côte d’Ivoire, le Général de corps d’Armée, le Général Touré Sékou, après avoir déploré les bruits de bottes survenus en début de l’Année 2017, mouvement d’humeur qui qualifie de contraire à l’éthique et à la déontologie de la grande muette, a plaidé, ce jeudi 4 Janvier 2017, lors de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux au Chef de l’Etat, pour une Armée emprunte des valeurs Républicaines.

« L’année 2017 a été marquée par des mutineries qui ont remis en cause le fondement de l’Armée et terni l’image de notre pays. Ces mouvements d’humeurs intervenus dans certains corps paramilitaires ont amené à s’interroger sur le degré de loyauté et d’engagement envers la mère patrie. Toutes ces situations, contraires à l’éthique et à la déontologie de notre institution, ont eu de graves conséquences économiques et sociales sur notre pays », a déploré le Gal Touré Sékou pour qui les leçons de ces évènements ont été tirées.  

«Les forces de sécurité et de défense ont tiré les leçons des évènements sombres vécus », a indiqué le CEMAG pour qui l’Armée doit cesser d’être un problème sinon de contribuer à créer les conditions propices au développement du pays qui a besoin de paix pour y arriver. Il a alors annoncé la radiation de 230 militaires et gendarmes ayant enfreint à la discipline militaire. Une mesure qui présente le type d’armée qu’il souhaite pour le pays.

 « A l’orée de l’année qui commence, il s’agira d’abord de redorer le blason terni, puis de vivifier le lien Armée-Nation avec engagement et enfin de doter la Nation d’une Armée professionnelle, restructurée, résiliente et Républicaine », a expliqué le chef d’Etat-Major Général des Armées pour qui, il est de son devoir, en tant responsable des grands commandements, de garantir et d’assurer un climat de sécurité, de quiétude et de paix sur toute l’étendue du pays, afin que les populations puissent vaquer librement à leur tâches quotidiennes sans aucune crainte.  « Je voudrais vous rassurer pour ma part que l’armée se consacrera désormais à son devoir et uniquement à lui », a-t-il conclu.  

JEN

04
January

Côte d’Ivoire : L’année 2018 constituera un tournant important pour le Front Populaire Ivoirien qui fera sa mue selon AFFI N’Guessan

Publié dans Politique


Message du Président du Front Populaire Ivoirien à l’occasion du nouvel An 2018

Mes chers compatriotes.

L'une des rares traditions qui unissent les hommes à travers le monde est celle des vœux du nouvel An. Aussi, au nom du Front Populaire Ivoirien (FPI) et en mon nom personnel, voudrais-je sacrifier à cette tradition à l’avènement de l’an 2018.

L’année 2017 qui s’achève a été riche en évènements qui ont assurément impacté la vie de nos concitoyens. Selon le prisme sous lequel nous observons ces évènements, nous en avons une lecture différente.

Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter d’une part le Président Alassane Ouattara du haut de son palais et d’autre part l’Ivoirien lambda qui vit aussi bien en milieu rural qu’urbain. Le sentiment d’une société à double vitesse, avec d’un côté la classe dirigeante et de l’autre l’immense majorité des populations, est incontestable. Assurément, il y’a deux Côte d’Ivoire qui se côtoient sans se mêler et sans se connaitre véritablement.

C’est donc sans surprise que le discours des élites et en particulier celui du Président de la République ne convainc pas et ne rassure personne en Côte d’Ivoire, à l’exception bien entendu de ses proches.

Si le Chef de l’Etat reconnaît que 2017 a été une année difficile, il se garde bien de dire les causes réelles de cette situation qui est loin d’être conjoncturelle. La nature des difficultés auxquelles notre pays est confronté de façon récurrente en révèle les causes et situe les responsabilités.

Ainsi, les mutineries dans l’armée en début d’année 2017, aussi choquantes soient-elles, ne sont que la résultante d’une option politique déplorable ayant permis l’avènement au pouvoir de la coalition actuelle. L’armée ivoirienne a cessé d’être une armée républicaine depuis que des hommes politiques y ont eu recours pour accéder au pouvoir.

L’avènement de la rébellion, avec le recrutement tout azimut de combattants à qui l’on a promis monts et merveilles, a déstructuré cette importante institution qu’est l’armée.

Au plan de la Sécurité intérieure, la délinquance juvénile, un euphémisme du phénomène dit de microbes, et le grand banditisme qui troublent la quiétude des Ivoiriens montrent les limites du recours à la force et à l’instrumentalisation des tribus comme moyen de conquête du pouvoir d’Etat.

Les mouvements sociaux et les grèves qui ont perturbé le fonctionnement de l’administration ivoirienne en 2017 ont pour origine le manque de vision d’une administration publique performante au service du développement.

Malgré les chiffres mirobolants sur les performances économiques, force est de constater que le fossé continue de se creuser entre les pauvres, c’est-à-dire l’immense majorité des Ivoiriens, et les membres de la coalition au pouvoir. En réalité, l’économie ivoirienne n’est pas aussi performante qu’on veut nous le faire croire. La baisse des revenus des producteurs de cacao en 2017, sous prétexte de la chute de 40% des cours mondiaux, est révélatrice de la fragilité de notre économie insuffisamment structurée et tributaire des produits de rente.

Les faiblesses structurelles de notre pays qui hypothèquent son émergence, se trouvent notamment dans l’environnement délétère des affaires, à travers une justice décriée, des coûts de facteurs peu incitatifs, la corruption généralisée, une faible productivité/compétitivité de l’Administration.

Chers compatriotes,

Le Front Populaire Ivoirien est un parti responsable, un parti de gouvernement dont le projet de société est en phase avec les aspirations légitimes de nos compatriotes. Malheureusement, le syndrome de la division qui a mis à mal la cohésion sociale nationale n’a pas épargné notre formation politique qui continue de faire face à une fronde interne.

Notre patience et nos actions en faveur d’une union de nos forces, pour affronter l’adversaire commun, commencent à produire leurs effets. Au-delà des militants du FPI, de nombreux Ivoiriens ont à cœur de voir notre parti se rassembler autour des valeurs et principes démocratiques qui le caractérisent. Oui, les Ivoiriens dans leur grande majorité rêvent d’un FPI uni et fort pour constituer un véritable contrepoids au régime actuel. Le Président Laurent Gbagbo, fondateur du FPI, a la pleine conscience des enjeux liés à l’unité de notre parti. C’est pourquoi, il ne ménage aucun effort, malgré la situation particulière qui est la sienne, pour ramener la paix et la cohésion au sein du parti. C’est dans cette optique qu’il a demandé courant 2017 au président du parti d’ajourner la tenue du quatrième Congrès ordinaire pour créer les conditions favorables de la réconciliation interne.

Si les militants de base et des sympathisants adhèrent de plus en plus au message de paix et d’unité du FPI, force est de reconnaître que certains responsables de la dissidence se montrent peu enthousiastes. Cette attitude contribue à fragiliser le parti qui a besoin de toutes ses ressources pour relever le défi de la reconquête du pouvoir en 2020.

Chers compatriotes,

Autant la terre continue de tourner malgré tous les phénomènes naturels et les agressions diverses qu’elle subit, autant la Côte d’Ivoire doit poursuivre sa marche vers plus de démocratie et de progrès. Le Front Populaire Ivoirien ne saurait demeurer en marge de cette dynamique sous quelque prétexte que ce soit. C’est ensemble, avec les autres forces vives de la nation, que nous sauverons notre pays et le hisserons au rang de nation moderne et prospère. Nous avons pris toute la mesure de la responsabilité historique qui nous incombe et des attentes de nos compatriotes en proie au doute.

Je voudrais saisir l’occasion de l’avènement du nouvel an pour réaffirmer mon engagement à continuer le combat pour la restauration de la Côte d’Ivoire en vue de plus de liberté, de solidarité et de progrès. Le retour du Front populaire Ivoirien au Parlement, en dépit de la faiblesse du nombre de ses députés, est le signe de notre détermination à accompagner les Ivoiriens dans leur quête de liberté et de bien-être. Notre présence au Parlement contribue à réinstaurer le débat dans cette importante institution qui devra prendre en compte les préoccupations de nos compatriotes.

L’année 2018 constituera un tournant important pour le Front Populaire Ivoirien qui fera sa mue en tirant les leçons de ses expériences passées. Mon désir le plus ardent est d’offrir aux Ivoiriens une alternative crédible à la hauteur de leurs attentes légitimes, à travers un parti politique responsable, ouvert et déterminé.

Je souhaite que le Gouvernement fasse preuve de sagesse en prenant des mesures courageuses en faveur de la paix et de la concorde nationale, notamment en facilitant le retour des exilés dans des conditions de sécurité et de dignité, en dégelant les comptes de toutes les personnes concernées et en libérant les prisonniers politiques, civils et militaires.

Que 2018 soit pour la Côte d’Ivoire et pour chacun de nous une année de paix, de prospérité et de concorde.
Je vous remercie.

AFFI N’Guessan Pascal
Président du Front Populaire Ivoirien (FPI)

08
January

Côte d’Ivoire : Le Gendarme des dépenses publiques prête serment devant Alassane Ouattara

Publié dans Politique

Le Président de la Cour des Comptes, M. DIOMANDE Kanvaly a prêté serment ce lundi 08 janvier 2018, au Palais de la Présidence de la République en présence du Chef de l’Etat Alassane Ouattara.

«Je vous déclare installé dans vos fonctions de Président de la Cour des Comptes », a déclaré Alassane Ouattara juste après que le professeur Kanvaly ait promis assurer ses fonctions dans le stricte respect de la constitution.

Aussi, Alassane Ouattara a-t-il rappelé l’importance de cette cérémonie en terme de démocratie dans la vie de la Nation ivoirienne.

«Avec la prestation de serment du Président de la Cour des Comptes, la Côte d’Ivoire met en place, de façon effective, cette Institution clé du dispositif de la bonne gouvernance et de la transparence dans la gestion des affaires publiques », a souligné le Chef de l’Etat qui lui a souhaité plein succès de ses nouvelles fonctions.

« Vous venez de prêter serment pour conduire les destinées de la Cour des Comptes. Je voudrais vous féliciter et vous adresser mes vœux de réussite pour les importantes fonctions que vous assumerez désormais.   Votre grande expérience professionnelle ainsi que vos qualités personnelles constituent, assurément, des atouts qui vous permettront de vous acquitter, avec succès, de vos nouvelles charges »,a-t-il conclu.

La cour des comptes a pour mission le contrôle de la bonne gestion des comptes des Services de l'Etat, des Établissements publics nationaux, des Collectivités territoriales, des Autorités administratives indépendantes et de tout Organisme bénéficiant d'une aide de l'Etat ou d'une autre personne morale de droit public, et de tout Organisme bénéficiant du concours financier des entreprises publiques et de leurs filiales. Elle a été érigée en une haute juridiction par la Constitution de la 3ème République. Elle est désormais l’Institution Supérieure de Contrôle des Finances Publiques du pays.

Avec l’installation du président de cette institution, la Côte d’Ivoire se conforme aux dispositions pertinentes du Traité de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

 JEN

10
January

Côte d’Ivoire : un projet de loi pour gel des avoirs illicites adopté en conseil des ministres, inquiète le camp Gbagbo

Publié dans Politique

Le gouvernement a adopté ce mercredi 10 Janvier 2018, en conseil des ministres, un projet de loi portant régime juridique des avoirs illicites. Ce projet de loi a pour objectif, précise Koné Bruno, porte-parole du Gouvernement, d’organiser, dans un dispositif plus complet, ‘‘les règles juridiques aujourd’hui qui sont comparses’’. Il s’agit donc pour le Gouvernement d’organiser les règles juridiques régissant les avoirs illicites en Côte d’Ivoire.

Ce dispositif important pour dissuader ceux qui seraient tentés par la course effrénée de l’enrichissement illicite par des voies tortueuses, sera soumis à l’examen du parlement. Et s’il est adopté par le parlement, représentant du peuple et fait force de loi avant le dégel des avoirs de personnalités dont les comptes sont gelés depuis la crise postélectorale, ces derniers pourraient ne plus retrouver leurs biens.

En attendant son adoption par le parlement et le décret de sa mise en œuvre, le texte prévoit une forte implication de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance qui devra à son tour saisir le procureur de la République pour engager le processus d’exécution des différents cas qui lui seront soumis.

Au lendemain de la crise postélectorale de novembre 2010, plusieurs personnalités du Gouvernement et proches de Laurent Gbagbo ont eu leurs comptes gelés. Si certains ont pu obtenir un dégel, d’autres encore attendent jusque-là, la main levée du régime sur leurs avoirs   

JEN  

Calendrier évènement

July 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...