Info News :
Monday, 14 May 2018 12:18

Côte d’Ivoire/Grève dans les établissements sanitaires à base communautaire : Ouattara Clément à l’origine de la misère des agents, selon les grévistes    Spécial

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Le centre de santé d'Abobo-Baoulé a observé l'arrêt de travail de 72 heures Le centre de santé d'Abobo-Baoulé a observé l'arrêt de travail de 72 heures Ph: @rtici.net

Le Syndicat des Agents des Etablissements Sanitaires à Base Communautaire de Côte d’Ivoire (SYNAESCOM) a observé, lundi 7 mai 2018, un arrêt de travail de 72 heures à l’effet d’obtenir l’apurement de quatre (4) mois d’arriéré de salaire, la régularité dans le paiement du salaire mensuel devenu difficile depuis 2011 quand l’Etat a décidé de prendre le contrôle des salaire. Il revendique également des primes d’ancienneté depuis 2011.

Cet arrêté de travail est diversement apprécié aussi bien par les meneurs que par des conseils d’administration et l’autorité de tutelle.

Selon le Syndicat, cet arrêt de travail qui n’est qu’un avertissement, a été d’un grand succès. Puisqu’il a permis de faire entendre leur voix. « Si des gens qui affirment qu’ils ne pas concernés par le mot d’ordre s’empressent pour faire le bilan de la première journée et appeler à une reprise des activités, cela voudrait bien dire, qu’au-delà de ce qu’ils voulaient faire croire à l’opinion de ce que notre action n’a pas porté, c’est bien au contraire leur appel qui n’a pas été entendu », a contre-attaqué Marc Kouassi, gestionnaire de la formation sanitaire d’AZITO dans la commune de Yopougon. Aussi, l’homme se dit peiné du fait que certains de ses collègues ne soient pas sensibles aux souffrances des agents qui, depuis 4 mois, sont sans ressources. « Comment peut-on être aussi cruel en ramant à contre-courant de la barque de son prochain qui se débat pour se tirer de la tempête dans laquelle il est pris ? », s’est-il interrogé.

Divergences de vue

Pour le bureau national de la confédération des formations sanitaires urbaines communautaires de Côte d’Ivoire de Ouattara Clément qui avait appelé, dimanche 6 mai,  le Synaescom-ci à ‘‘surseoir à sa grève’’, la journée du lundi a été un fiasco. Sur 37 établissements sanitaires à base communautaire, sept n’ont pas observé la grève et ont travaillé à plein régime ; 29 ont travaillé en respectant le service minimum par service et un seul a violé la règle. Voilà le point fait aux environs de 20 heures par Ouattara Clément à la formation sanitaire urbaine communautaire de Yopougon-Ouassakara-Attié dont il le PCA. « Nous saluons et remercions tous les employés qui ont dit non à la grève pour donner le sourire et la vie à des patients ce jour. Ils ont posé un acte salutaire et seul le Seigneur saura les remercier », s’est-il félicité passant sous silence la souffrance de ses collaborateurs qui eux aussi ont besoin d’être secourus afin de continuer à sauver davantage de vie.

Afin de savoir si la promesse faite du règlement de la situation dans les 48 heures est respectée, Ouattara clément, joint ce lundi 14 mai 2018 plusieurs fois avant de mettre sous presse cet article, n’a pas décroché son téléphone.

Selon la tutelle, les responsables les responsables des structures sanitaires ont du mal à s’accommoder du nouveau calendrier de paiement des salaires à eux communiqué.

Dans une note de service en date du 9 mars, souligne TOURE Kaffouba, administrateur des services financiers, directeur des Affaires financières (DAF) au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, il a été demandé aux différents responsables de bien vouloir transmettre les états de salaires émargés des mois de Janvier, février et mars 2018 des agents contractuels sous leur responsabilité. Il en sera ainsi chaque 5 du mois en cours, précise la note.   

Mais, à la date du lundi 7 mai, confie M. Kaffouba au confrère info7/7, sur 43 établissements sanitaires urbains communautaires répertoriés par le ministère de la Santé, 13 structures n’avaient pas encore déposé leurs états de salaires émargés. Or, c’est un ‘’état collectif et non individuel’’. Ce n’est que le 16 avril 2018 que l’ensemble des états a été déposé malgré le courrier d’interpellation du DAF. Voilà justifié les raisons pour lesquelles, les agents sont sans salaires ces quatre derniers mois, selon le DAF Kaffouba.

Les incohérences

Mais là où le bât blesse, c’est que les états du premier trimestre (Janvier-février et mars) lui sont parvenus depuis, selon lui-même, le 16 avril 2018. Et nous sommes lundi 7 mai lors que la grève de 72 heures dont le préavis avait été déposé le 26 avril 2018 avec pour motif principal le paiement des salaires a déclenché. Pourquoi alors rien n’a été fait pour apurer les trois premiers mois de salaires en attendant celui d’avril puisque le salaire lui-même est payé mensuellement pour éviter cette situation? Il faut bien donc chercher ailleurs.

Lors du conseil des ministres du mercredi 9 mai, la porte-parole du gouvernement, Anne Désirée Ouloto qui semble être surprise de cette grève, n’a pas souhaité faire de commentaire. Elle s’est simplement contentée de dire que « je suppose que le ministère en charge de ce secteur est saisie et y travaille à régler le problème sinon, nous n’avons abordé la question en conseil des ministres ».

L’avertissement

Ce lundi 14 mai, le travail a repris dans l’ensemble des formations sanitaires comme le mentionnait le préavis de grève. « Le mouvement de protestation débutera le 07 mai 2018 à 7 H 30 min et sera suspendu le 13 mai 2018. Si rien n’est fait, nous le reprendrons le 17 mai 2018 pour une durée illimitée », souligne le document.  

« Nous sommes à nos postes. Nous avons repris le travail parce que nous, nous sommes des hommes de parole. Nous respectons nos engagements », a indiqué, ce lundi 14 mai 2018, Marc Kouassi d’AZITO.

Faut-il rester sans rien faire et arriver à des situations déplorables ? Le gouvernement est alors interpellé.

JEN

  

 

 

Lu 350 fois

Calendrier évènement

October 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...