Info News :

Accueil Slider Publicite

21
September

Comment amener les populations à avoir une grande conscience sur l’assainissement de leur cadre de vie mais aussi permettre aux décideurs de prendre de mesures visant à les accompagner dans leurs actions ? Du moins comment les publications ou productions des journalistes peuvent-elles impacter sur la vie des populations. Voilà l’équation que cherche à dénouer la plate-forme ‘‘Speak Up Africa’’, organisation non gouvernementale de communication stratégique et de plaidoyer avec l’implication des journalistes du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal où ce programme est conduit.

A Abidjan, l’atelier qui a rassemblé ce vendredi 21 septembre 2018 une vingtaine de journalistes de la presse écrite et audiovisuelle a mis l’accent sur l’assainissement autonome. Sur le sujet, les journalistes ont bénéficié d’un renforcement de capacité en termes de notions de base et de la gestion des boues de vidange qui sont les déchets issus des fosses de latrine (WC) et des fosses septiques. Il s’agit, pour Gérard Guedegbe, expert en stratégie média et communication à ‘‘Speak Up Africa’’, de faire des journalistes, ‘‘les champions de l’assainissement’’. Une vision qui, selon lui, passe nécessairement par une connaissance des questions d’assainissement pour de bonnes rédactions d’articles de journal.

Pour ‘‘Speak Up Africa’’, ces déchets constituent une mine d’Or, si l’on sait ce qu’on peut en faire. Et c’est là, les journalistes dont le rôle est d’informer, d’éduquer et de distraire, sont appelés à agir afin de réveiller les consciences des populations mais en même temps inciter à la prise de décision favorisant un bon usage de ces déchets et instaurer un environnement sain et un bon cadre de vie.

Basée à Dakar, au Sénégal, ‘‘Speak Up Africa’’ qui est une organisation non gouvernementale à but non lucratif de communication stratégique et de plaidoyer, vise à favoriser les changements de politiques en mettant un accent sur la sensibilisation autour du développement durable en Afrique.

JEN   

19
September

Après la ville de Man, la zone rurale aura sa police, dans un programme de sécurité dans la localité. Le lancement officiel de la mise en œuvre du dit projet s’est déroulé le lundi 17 septembre 2018 à la préfecture de Man. Mis en œuvre par l'international friendship service (IFS) en collaboration avec le collectif de la société civile pour la sécurité et la paix du Tonkpi (COSCPT), ce programme est financé par l’ambassade des États-Unis en Côte d’Ivoire.

Il s’agit de rapprocher les populations des zones rurales aux forces de sécurité et de défense afin de briser le mur de méfiance et permettre de faire barrage à la délinquance et autres agressions dans ces zones.

Pour Bih Alexis, président de l’Ong Ifs, les nombreux cas de vandalisme et de braquages dans les zones ont suscité la colère des populations et a mis fin à leur collaboration avec la police et la gendarmerie. « C’est pour pallier cette situation que le ministère de l’intérieur et l’ambassade des États-Unis ont décidé de mettre sur pied la police de proximité afin de favoriser la quiétude dans leur localité », a déclaré M. Bih.

Pour Mme Bih Vahi Valerie, coordonnatrice dudit projet, celui-ci va former 39 leaders communautaires dans 13 localités ciblées. « Durant 2 jours, nous allons former les leaders communautaires des zones ciblées à la détection des malfrats. Ceux-ci auront en charge de faire la restitution dans leurs différentes zones », a-t-elle indiqué.

Mme Bih a alors exhorté les populations à renforcer leur collaboration avec les forces de sécurité et de défense afin de favoriser le retour de  la sécurité dans leur localité.

Pour le secrétaire général 2 de la préfecture de Man, Bah Yao Kouakou André cette initiative qui va, sans nul doute, renforcer les liens entre les forces de défense et de sécurité et les populations, vient à point nommé, surtout que les élections locales pointent à l’horizon . « Les élections municipales et régionales se tiendront dans quelques semaines. C’est l’occasion pour vous de sensibiliser pour que ces élections soient apaisée», a-t-il plaidé.

Les organisations de femmes, de jeunes, les chefs traditionnels, les organisations de la société civile ont participé à ce lancement de mise en œuvre de la police de proximité.

Logouale, Yaleu, Douele, ziogouine, Bogouine, Gouekangouine, Botongouine, Sangouine, Podiagouine, Gotonguine, Biakale, Gbone sont les localités concernées par ce projet. 

 

D.S.B

18
September

« Le reportage en période électorale ». Ce thème fait l’objet d’échanges entre experts depuis Washington siège de la VOA, journalistes de la Côte d’Ivoire, du Benin, de la Mauritanie et du Sénégal via Internet depuis ce mardi 18 septembre 2018 et prendra fin le mercredi 19 septembre.

Les échanges, pour cette première journée, ont porté essentiellement sur ‘‘les difficultés rencontrées lors de la collecte des informations en période électorale, notamment avant, pendant et après les élections. Ces difficultés, selon les acteurs des médias, ont pour dénominateur commun ; l’inféodation des médias aux partis politiques qui sont les véritables promoteurs des journaux dans les pays africains. Ce sont eux, affirment les journalistes, qui définissent la ligne éditoriale avec des restrictions fermes empêchant l’indépendance dans l’exercice du métier.

Sur le sujet, Idriss Fall, journaliste international à la Voix de l’Amérique (VOA), expert pour cette séance, sa position été catégorique et clair. « Il n’y a pas de journalisme sans liberté d’expression », a-t-il affirmé avant d’ajouter que ‘‘le journaliste est tenu strictement de ne pas prendre position dans ses écris pour un candidat’’. Mais que le journaliste se doit d’informer avec impartialité. Selon lui, les crises intervenues dans les pays africains sont pour la plupart, le fait des journalistes qui n’ont pas su rendre l’information aux populations ou simplement se sont substitués aux acteurs politiques pour faire le combat politique à leur place.

Pour ne plus tomber dans ces ‘‘dérives’’, il appartient, selon lui, aux journalistes de prendre leur indépendance en respectant le code de déontologie du métier qui exige du journaliste la rigueur dans l’exercice du métier.

Revenant au sujet du jour, Idriss Fall, bien qu’il avoue n’avoir pas de recette toutes faite, estime cependant que pour une bonne couverture des élections, le journaliste doit connaitre les lois électorales dans les pays où il est appelé à couvrir l’élection. Il doit également avoir une stratégie pour une bonne occupation du terrain, s’imprégner des réalités des populations de la localité où il se trouve. Il devra aussi s’intéresser les bureaux de vote, les procès-verbaux, vérifier leur conformité et suivre leur transfert à la commission électorale.

Co animant cet atelier avec Idriss Fall, le chef du service Bambara de la Voix de l’Amérique, Bagassi Kouram invite ses confères au strict respect des dispositions légales dans leur pays afin d’être plus efficace et forcer le respect du métier.   

Cet atelier organisé par l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique dans les pays participants, vise, à outiller les journalistes dans la couverture des élections qui pointent à l’horizon dans ces pays.

JEN

18
September

Le Ministre d’Etat et Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko a rencontré ce mercredi 17 Septembre 2018, au Centre Culturel d’Abobo, les personnes handicapées et s’assurent d’un soutien mutuel. « Cette rencontre me touche beaucoup, je vous remercie infiniment de votre soutien » a introduit le Ministre ivoirien de la Défense soulignant qu’il est à cette rencontre solliciter leur suffrage. « Je ne suis pas venu chercher des voix », a-t-il indiqué.

Rappelant les difficultés qui ont jalonné son parcours, Hamed Bakayoko, a invité ses hôtes de ne jamais renoncer à leur volonté ou ambition de changer leur existence. « Je ne me suis pas arrêté aux difficultés. Je veux que chacun de vous ait cette force. Dieu ne donne pas tout. N’ayez aucun complexe », a-t-il conseillé, insistant sur le fait que ‘‘le bonheur est d’être bien avec soit même’’.

Hamed Bakayoko s’est alors engagé à assister cette classe sociale de la commune dont il est candidat à la tête du conseil municipal. « Élu ou non, je m’engage à vous offrir un siège. Je vous remets séance tenante une enveloppe de six millions (6 000 000) de francs CFA et prends en charge les enfants des handicapés à hauteur de cinq millions (5 000 000 FCFA) », a annoncé le premier responsable des forces de l’ordre et de défense ivoirienne pour qui son ‘‘plus grand bonheur, est d’aider les autres ».

Bien avant le Ministre d’Etat, Yacouba Koné, Président des Associations des personnes handicapés de Côte d’Ivoire, remerciant le Ministre d’Etat d’avoir répondu présent à leur invitation, l’a assuré du soutien de son organisation en lui promettant son élection à la tête de la commune. « Monsieur le Ministre d’Etat, vous êtes déjà élu, nous vous considérons déjà comme notre Maire », a-t-il indique, soulignant « qu’à Abobo, il y a trente huit mille sept cent (38 700), soit 10% de l’électorat total estimé à trois cent quatre-vingt mille électeurs (380 000). Je vous assure, Monsieur le Ministre, que vous avez déjà 10% de l’électorat », a-t-il promis.

L’artiste Ismaël Isaac apportant également son soutien à Hamed Bakayoko en assurant du total soutien des personnes handicapées à sa candidature. « Un handicapé, quand il est avec toi, il est avec toi », a-t-il affirmé.

On assistés à cette cérémonie, la Vice-Présente de l’Assemblée Nationale, Jeanne Peuhmond, du secrétaire générale du District d’Abidjan, Cissé Abdoudramane et du Directeur de l’ONI.

Kouamé Blanchard

17
September

Les femmes de Man auront dans trois mois, un marché flamant neuf. L'annonce de sa reconstruction a été faite par le maire sortant, Dr Tia André et, ce, au cours d’une rencontre avec ces dernières, le jeudi 14 septembre 2018 au complexe audiovisuel de Man.

Pour le maire de la cité aux murs de pierres, cette reconstruction sera plus que bénéfique pour les mamans. « Nous attendons la reconstruction de ce marché brûlé depuis 1997. Nous l'avons annoncé dès que nous sommes arrivés aux affaires. Après plusieurs mois de démarche, nous avons enfin reçu le financement grâce au fonds d’appui aux collectivités locales. Les 400 millions de francs FCFA que nous avons demandé, nous ont été accordés. Les jours à venir nous allons avoir une réunion avec tous les acteurs du marché en vue de planifier le démarrage des travaux », a annoncé le premier magistrat de la commune de Man.

Il a en outre appelé les femmes à une franche collaboration pour le début des travaux, mais aussi et surtout de faciliter la mise en œuvre de la construction de ce marché. « Soyez des ambassadrices dans le marché et dites à vos sœurs que leur marché sera reconstruit », a-t-il plaidé.

Le début des travaux de reconstruction de ce marché central est prévu dans les trois mois à venir. La première partie des travaux va concerner la voie commençant de la pharmacie moderne jusqu’au CHR de Man. Ensuite ce sera la voie menant au quartier Koko en passant par le lac artificiel. Au fur à mesure que les travaux de reconstruction se feront, les sites déguerpis seront relocalisés à l’intérieur jusqu’à la fin des travaux. Dosso Noelle, présidente de l’union des femmes de Man a salué le maire pour les efforts consentis, notamment en ce qui concerne l’organisation des femmes au sein d’une union, le fonds d’appui aux femmes pour leur autonomisation et la construction très prochaine de leur marché. Elle a cependant demandé au maire de porter le fonds annuel à 10 millions Fcfa. Concernant les prochaines élections locales, la présidente des femmes de Man a plaidé pour le bon ton, ce qui aiderait le développement de ville des 18 montagnes.

 

  1. B. M

 

Photo : DBM...voici ce qui reste du marché central de Man

17
September

Les producteurs de café-cacao, excédés par les mesures prises dans la gestion de la filière et dans la vie scolaire sans qu’ils ne soient consultés, ont affirmé ce lundi 17 septembre 2018 qu’ils ne toléraient plus ce qu’ils considèrent désormais comme un mépris vis-à-vis du mon paysan. « Nous ne voulons plus de décisions pour nous sans nous dans la fixation des prix du café et du cacao, mais aussi de la date de la rentrée scolaire », a déclaré Kouamé Kouadio Emmanuel, coordinateur national du forum des syndicats agricoles de Côte d’Ivoire lors d’une conférence de presse tenue dans la commune de Cocody. « Nous ne voulons plus être surpris de prix qui ne tienne pas compte de nos réalités », a-t-il ajouté avant de dénoncer une démarche contradictoire des autorités dans la gestion de la filière. « On envisage des plants rentables à l’hectare mais pas de plan d’achat satisfaisant pour le paysan », a-t-il indiqué en présentant la situation de mévente des produits sur le terrain. « L’anacarde se négocie sur le terrain entre 150 et 250 FCFA malgré le prix bord champ fixé par le gouvernement qui est de 500 FCFA et cela se fait aux vues et aux sus de tous », a expliqué le coordinateur nation du forum des syndicats agricoles annonçant la fin de cette situation qui déshumanise le paysan. « Nous sommes les cordonniers mal chaussés », a-t-il souligné.    

Estimant que le monde paysan a assez donné au pays sans qu’en retour sa misère soit soulagée, Emmanuel Kouamé assure que le temps est venu pour les planteurs de prendre en main leur destin. « Nous sommes sur nos gardes, nous veillons. Nous n’accepterons pas cette fois-ci, les prix qui seront fixés si nous n’avons pas été associé », a prévenu de la force paysane, Richard N’gouandi, à la suite des griefs soulevées par le coordinateur national du forum des syndicats agricoles sur la rentrée scolaire effectuée à une date sans que la situation financière du monde paysans qui dépend principalement du prix du cacao, non encore fixé, soient prises en compte. « C’est une manière délibérer de pénaliser les enfants des paysans », avait dénoncé Emmanuel Kouamé plaidant pour que le prix du cacao soit désormais fixé avant les rentrées scolaires.

A pris part à cette conférence de presse, Kouadio Yao Raymond de la fédération des acteurs de la filière café-cacao de Méaguy.

JEN  

17
September

La signature de la convention entre le CIDP de BABILY Dembélé et le parti socialiste, APR malien du président IBRAHIM OUMAR TOURE, prévue ce samedi 15 octobre 2018 à Abidjan a été, à la dernière minute, ajournée pour des raisons de d’indisponibilité de l’hôte de M. Babily.

En marge d’une cérémonie d’échange au lieu et place de la signature d’une convention entre le Congrès Ivoirien pour le Développement et la Paix (CIDP) et la formation politique malienne APR les deux responsables respectivement, BABILY DEMBELE et madame Coulibaly pour la section APR Côte d’Ivoire, le président de la Commission Electorale Indépendante n’a pas échappé à critique du président de la CIDP.  « La tête (le président, NDLR) de la CEI a été le catalyseur de la crise en Côte d’Ivoire. Je suis donc contre cette CEI qu’il n’y a aucune raison de garder un moment de plus », a dénoncé M. Babily pour qui, dans son entendement cette commission devait être reformée avant les autres échéances électorales. « Nous avons pensé que cette commission électorale allait être reformer avant les élections locales, mais que non ! », a-t-il indiqué sa déception.  

Pour ses ambitions en 2020, le président babily estime qu’il faut un homme comme lui pour parvenir à ‘‘une Côte d’Ivoire réconciliée, sécurisée et unie’’. « Je mettrai les conditions pour que vous alliez me chercher car les ivoiriens aiment leur fils qui contribue à la construction du pays », a-t-il souligné.

Bien avant lui, la secrétaire générale du CIDP porte-parole dudit parti et présidente du comité d’organisation de la présente cérémonie, Mme SANGARE a expliqué la vision de l’alliance qui devait, ce jour, être paraphée mais pour une question d’indisponibilité de dernière minute du président de l’APR a été reportée. « L’alliance entre les présidents BABILY DEMBELE et Touré Oumar Ibrahim est religieuse et historique. Nous faisons la promesse que cette alliance sera très meilleure », a-t-elle indiqué.

Kouamé Blanchard

15
September

Après avoir été reçu et encouragé par le président de la République, Alassane Ouattara en 2014, ‘’ à poursuivre dans la dynamique pour le bien-être des populations’’, le maire de Lakota, Samy Merhy vient de recevoir à Abidjan, le vendredi 12 septembre 2018, le prix du meilleur promoteur d’actions communales en Afrique.

Désormais, le maire de la commune de Lakota, Samy Merhy fait partie des meilleurs maires de l’Afrique. En cause, depuis le 7 septembre 2018, il est lauréat du ‘’Super prix international Padel 2018, du meilleur promoteur d’action communale en Afrique’’. M. Merhy a reçu sa distinction des mains du promoteur du prix, Célestin Boudou, au bord de lagune Ebrié, à Abidjan, le vendredi 12 septembre 2018.

Au nombre des nominés, il y avait des élus du Mali, du Benin, du Burkina-Faso, du Cameroun, du Maroc. « C’est pour encourager le maire Samy Merhy pour l’immense tâche, déjà accomplie et à accomplir que, Nov’Afrique a décidé de l’élever au rang de modèle d’artisan de développement en Afrique, en lui décernant le Super prix panafricain des Leaders 2018, du meilleur promoteur de l’action communale », a déclaré le promoteur.

Cette reconnaissance africaine est l’œuvre d’un travail acharné (son conseil municipal et lui) au profit du développement de la commune et du bien-être des populations.

Brillant homme d’affaires, il a décidé de mettre son expertise et son amour pour le développement, au service de ses sœurs et frères de la commune de Lakota, sans distinction d’ethnie et de religion. En témoigne l’organisation des journées de réconciliation dans cette partie de la Côte d’Ivoire qui a vécu les pires moments de la crise post-électorale.

Depuis son élection en 2013, en qualité de magistrat de cette commune, son mérite a été reconnu au plus haut sommet de l’État par le président de la République, le 8 août 2014. Ce jour-là il a été reçu en audience, par Alassane Ouattara, au Palais présidentiel d’Abidjan-Plateau, ‘’en raison du vaste programme de réhabilitation et de modernisation qu’il a entrepris dans sa commune.’’ « Cela fait plaisir de savoir que nous sommes suivis de près par le Président de la République et cela nous encourage à continuer. Car, plus que jamais, nous sommes convaincus que nous sommes sur la bonne voie », avait indiqué le chef de l’État.

En effet, le chapelet des réalisations du maire est long. On peut citer, entre autres la réhabilitation de la mairie, l’équipement de la préfecture, les dons de tables-bancs dans des écoles primaires, l’équipement en ordinateur des commissariats de la ville, la remise en état du terrain municipal.

D’autres grands projets sont venus booster l’existant : le bitumage de l’axe principal et des voies annexes qui desservent la commune, la construction du pont sur la rivière Dayérogoli, l’adduction en eau potable, la poursuite de l’opération d’équipement des écoles primaires en mobiliers, l’équipement des centres de santé, la retouche du mausolée de Lougah François.

13
September

Le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a procédé ce jeudi 13 septembre 2018 à la Primature à Abidjan à son enrôlement pour le compte de la Couverture Maladie Universelle (CMU), dans le cadre de la mise en œuvre de cette assurance maladie.

La CMU est une prise en charge médicale dont les cotisations sont fixées à 1.000Fcfa par mois et par personne. Elle résulte d’un engagement du Président de la République, Alassane Ouattara, de voir ce projet social, créer à terme, les conditions d’un accès des Ivoiriens à des soins de qualité partout sur l’ensemble du territoire national.

 Pour rappel 150 000 étudiants bénéficient de la Couverture Maladie Universelle depuis son lancement officiel en avril 2017. Sa généralisation est prévue pour l’année 2019. L’opération d’enrôlement de la CMU est pilotée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM).

Contribution

Titre de la rédaction

12
September

Daniel Oulai jeune ivoirien, Agripreneur-innovateur, vient de remporter le prix Pierre Castel de Solibra. Il ira chercher sa distinction le 15 octobre prochain à Bordeaux en France. Cet Agripreneur-innovateur reviendra avec un chèque de 15 mille Euros soit dix 10 millions de Fcfa. Mais l’exclusivité n’est pas à ce niveau car le fait majeur est l’impact rapide qu’auront les actions du projet, sur la productivité de l’agriculture paysanne en Côte d’Ivoire, grâce à cette formule trouvée par Solibra.

L’engouement suscité par l’opération s’est matérialisé par 240 candidatures dès le top départ donné le 03 juillet 2018. Ces entrepreneurs, issus de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Cameroun, détenteurs de projets agro-écologiques révolutionnaires, rêvaient tous, de saisir cette pêche. Celle d’arriver enfin à mettre leur génie au service des communautés, grâce au financement de Solibra.

Au terme du concours, c’est l’ivoirien Daniel Oulai qui s’est démarqué. L’homme est fondateur d’une grainothèque, un genre de "bibliothèque" où l’on conserve des variétés de semences pour échanger librement les graines avec d’autres agriculteurs. De part ce procédé, l’ivoirien a fait propulser plus d’une centaine de jeunes ivoiriens agriculteurs et éleveurs désormais socialement épanouis. Le projet doit contribuer effectivement au développement du territoire, profiter largement aux communautés, tels étaient les critères de choix du Prix « Pierre Castel ».

En remportant ce prix, les plus grands bénéficiaires de ce projet sont la Côte d’Ivoire et ses habitants. Ce pays dont l’économie repose sur l’Agriculture ; Car le projet de Daniel Oulai fournira à l’agriculture paysanne, des moyens d’accroitre sa productivité.

Mieux, cela permettra aux agriculteurs de s’adapter aux effets des changements climatiques, aujourd’hui l’une des causes principales de la baisse de la production sous nos tropiques.

L’innovation qu’apporte le lauréat du Prix Castel 2018 réside dans sa capacité à la fois, de préserver la diversité génétique des semences et d’opérer une lutte intégrée contre les ravageurs tout en valorisant les déchets agricoles au bénéfice de l’amendement des sols dégradés. 

Après la première phase, six candidats avaient été d’abord retenus pour passer devant le grand Jury d’Abidjan présidé par M. Francis Batista, Directeur Général de Solibra. Ensuite Daniel Oulai et Gninlnagnon Koné, fondateur de News Rice (l’autre finaliste) sont restés en lice. Enfin, c’est le Conseil d’Administration du Fonds de Dotation résidant à Bordeaux et chapeauté par M. Pierre Castel qui a retenu l’ivoirien Daniel Oulai.

Le Fonds de Dotation Pierre Castel est une initiative de M. Pierre Castel propriétaire du groupe Castel qui entend encourager l’esprit entrepreneurial des jeunes africains et aussi créer un pont de transfert de compétences entre l’Europe et l’Afrique.

Fatime Souamée

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

11
September

Les populations de San-Pedro réclament la candidature de Bouéka Nabo Clément, le maire sortant, Cette volonté manifeste de le reconduire à la tête de la mairie au soir du 13 octobre prochain clairement a été exprimée par les hommes, femmes et jeunes mais aussi par plusieurs chefs coutumiers et cadres de la région le samedi 8 septembre 2018 à la place ADO du quartier Bardot dela commune.

En effet, après que le RHDP ait porté son choix sur le député Anoblé Félix, les populations, désapprouvant cette décision, ont affiché clairement leur soutien à Nabo Clément aux prochaines élections municipales. Elles sont allées le dire au premier magistrat de la commune.

« Nous sommes, de façon pressante vous demander d’être candidats parce que sommes avec vous », a déclaré Lago Décoster, président à l'organisation de cette cérémonie.  

Pour le président régional du RJR, ‘‘ on ne change pas une équipe qui gagne". Le bilan, en termes de réalisation dans la commune, du maire Nabot Clément sont plus que satisfaisants. Il mérite donc d’être reconduit. 

Les femmes Krou de la région de San-Pedro ne sont pas restées indifférentes à cette initiative. Une occasion pour leur présidente, Mme Dago Suzanne, au nom de ses sœurs, de crier son indignation contre cette décision du RHDP. « Nous sommes offusquées de la manière avec laquelle, notre fils a été traité par les instances du RHDP unifiés », a-t-elle dénoncé. Même son de cloche pour le Sénateur Alphone GOSSO Yabayou. « Nous savons ce que Nabo Clément a fait pour le RDR. Nous sommes au courant des sacrifices qu’il a fait pour ce parti politique. Ce sont des choses dont personne ne doute », a souligné le Sénateur Gosso Yabayou Alphonse, maire de la commune de Grand-Béréby par ailleurs candidat indépendant à ces élections à sa propre succession.

 Répondant à ses administrés, Nabo Clément a réaffirmé le maintien de sa candidature à ces municipales. « Je ne peux pas abandonner la population de San-Pedro. On me demande de dire si je suis candidat. Oui je suis candidat », a-t-il affirmé avant de promettre la victoire au président Ouattara. « Soyez rassurés, ces élections, nous les gagnerons pour dire au Président Alassane Ouattara qu’il a été trompé », a-t-il promis.

Zétia

10
September

Une vingtaine de journalistes ivoiriens participent depuis ce lundi 10 septembre 2018, à Grand-Bassam à un atelier sur la mise en œuvre pratique de la loi relative à l’accès à l’information d’intérêt public. Organisé par la Commission d’Accès à l’Information d’intérêt public et aux Documents Publics (CAIDP) en partenariat avec le Fondation Friedrich Ebert Stiftung, cet atelier vise, selon le secrétaire général de l’institution, KONE Mamadou, à ‘‘promouvoir l’usage par les journalistes la loi relative à l’accès à l’information d’intérêt public’’.  « Il s’agit d’inciter les journalistes à se servir de cette loi qui présente une réelle opportunité dans l’exercice de leurs activités », a déclaré le secrétaire général de la CAIDP à l’ouverture de cet atelier de trois jours. Pour lui, seule l’appropriation de cette loi par les journalistes, permettra aux populations de mieux se porter.

En effet, selon le constat de la CAIDP, les acteurs des médias et les journalistes, principaux bénéficiaires de ce dispositif juridique, utilisent peu la loi sur l’accès à l’information d’intérêt public dans le cadre de la recherche de leurs informations. Une seule saisine depuis la mise en place de la CAIDP en 2015, un seul ministère sur 29, diffuse des informations proactives sur ses dépenses et finance publiques, sur sa planification et documents d’orientation de son département, soit un taux de 4%. 92% se contentent seulement de soigner l’image du patron. Pour engager donc les journalistes assez dubitatifs sur la crédibilité de cette loi et l’institution qui l’incarne (CAIDP), cet atelier vise aussi, selon les organisateurs, à rompre avec ces préjugés et les amener à exercer leur droit à faire usage de cette loi qui fait obligation aux organismes publics de communiquer aux citoyens les informations d’intérêt public qu’ils sollicitent.

Bien avant le secrétaire général de la CAIDP, le chargé de programme de la Fondation Friedrich Ebert à Abidjan, Séraphin Kouamé, estimant que l’accès à l’information, baromètre de la démocratie, son institution entend compter sur les journalistes pour la promotion de la loi qui permet d’y avoir accès.

Aux termes de cet atelier, la CAIDP entend parvenir à l’approfondissement du journalisme d’investigation par un bon usage de la loi relative à l’accès à l’information d’intérêt public.

JEN  

Page 1 of 25

Calendrier évènement

September 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...