09
August

Côte d’Ivoire : BEDIE rompt officiellement sa collaboration politique avec le RHDP, il est allé le signifié à Ouattara

Publié dans Politique

Le président du PDCI-RDA, Henri Konan BEDIE a officiellement quitté ce mercredi 08 août 2018 la coalition des Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Il est allé le signifier au président Ouattara, son principal allié, devenu depuis le 16 juillet, président de cette coalition politique.

Dans un communiqué qui a sanctionné la rencontre entre les deux hommes ce mercredi 08 août, le PDCI-RDA, rappelant les circonstance et l’irrégularité ayant abouti à la mise en place de cette formation politique unifiée à laquelle il avait pourtant marqué son adhésion, n’entrevoit plus l’utilité d’en être membre.

« Le PDCI-RDA se retire du processus de mise en place d’un Parti unifié dénommé RHDP et se réserve le droit de promouvoir une plate-forme de collaboration avec les Ivoiriens qui partagent sa vision d’une Côte réconciliée et soucieuse des droits, des libertés et du bien-être de ses populations », mentionne le document dans lequel l’on peut également lire tout ce que Henri Konan Bédié considère comme irrégularité dans le processus ayant abouti à la création de ce parti des houphouëtistes.

Les faits

Le PDCI-RDA a constaté que le 16 juillet 2018, une Assemblée Générale constitutive d’un Parti unifié dénommé RHDP, s’est tenue à l’Hôtel Sofitel Ivoire d’Abidjan, sans qu’elle n’ait été convoquée par le Président de la Conférence des Présidents des Partis Politiques membres du RHDP, Président du PDCI-RDA.

Le PDCI-RDA s’est interrogé sur les motivations réelles de la précipitation avec laquelle le Parti unifié dénommé RHDP a été lancé au mépris des délais minimaux de 12 à 18 mois impartis pour la finalisation de ce projet.

Le PDCI-RDA a, en outre, constaté la présence à cette Assemblée Générale Constitutive de ce Parti Unifié dénommé RHDP, des membres non signataires de l’accord du 12 avril 2018, comme membres fondateurs d’un Parti Unifié RHDP. Il s’agit du mouvement dit « sur les traces d’Houphouët-Boigny ». Vu toutes les irrégularités, ci-dessus relevées, qui ont eu à entacher le processus de création de ce Parti unifié RHDP.

Décisions

     Le PDCI-RDA :

  • prend acte de la création de ce Parti unifié dénommé RHDP par certains de ses alliés de la coalition RHDP mise en place le 18 mai 2005 à Paris ;
  • prend acte également que les partis politiques fondateurs de ce Parti Unifié dénommé RHDP issu de l’Assemblée Générale Constitutive du 16 juillet 2018 ont pris la décision de mettre fin à leur appartenance au Groupement Politique RHDP ;
  • dénonce l’Accord Politique pour la création d’un Parti unifié dénommé RHDP signé le 12 avril 2018 ; 

Aussi, Henri KONAN BEDIE, a-t-il fait savoir à Alassane OUATTARA, qu’il présentera des candidats pour les élections municipales et régionales sous la bannière du PDCI-RDA.

JEN

10
August

Côte d’Ivoire – Parti unifié RHDP : Ouattara, Adjoumani et consorts mal inspirés sur la symbolique de leurs actions ?

Publié dans Politique

Ils affirment haut et fort leur attachement aux actions du père fondateur du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et de la Côte d’Ivoire indépendante. Ils s’engagent, dès lors, à défendre ses œuvres partout où besoin avec pour crédo : « sur les traces d’Houphouët-Boigny ». Un courant politique au sein du PDCI-RDA, selon son président Fondateur, Kobéna Kouassi Adjoumani, ex-SE du PDCI, porte-parole du Président Bédié. Un idéal que le ministre Adjoumani qui totalise plus de 15 années de présence au gouvernement estime avec ses amis qu’il n’est pas suffisamment défendu par Henri Konan Bédié. Et pour rectifier le tir, il croit juste d’engager un combat pour la restauration d’un ‘‘PDCI-RDA originel’’ dans la vision qu’aurait souhaitée, selon lui, le père fondateur du PDCI-RDA, Houphouët-Boigny. Contre l’homme, son bienfaiteur, Henri Konan Bédié qui l’a fait entrer au gouvernement depuis le régime Laurent Gbagbo en récompense à ses prises de position de défiance contre celui-ci au lendemain du coup d’Etat manqué du 19 septembre 2002, Adjoumani n’espère pas mieux pour redonner au parti d’Houphouët-Boigny toutes ses lettres de noblesses. Tout comme le président d’honneur du RDR, Alassane Ouattara croit pouvoir recoller les morceaux d’un PDCI qui, depuis le décès de son président fondateur, subit l’épreuve du temps sans pourtant rompre. Un PDCI qui a d’ailleurs résisté aux multiples saignées qu’il a connu en 1994 avec le départ massif de militants, sous l’instigation de Djény Kobéna qui avait claqué la porte. Ensuite en 2001 avec Robert Guéï (UDPCI), en 2003 avec Fologo (RPP) et bien d’autres tentatives de création de courants au sein de ce parti (PDCI), n’ont pu affecter son moral.

Entre volonté et réalité

Mais les premiers pas des ‘‘sauveurs’’ des œuvres d’Houphouët laissent planer le doute sur une réelle volonté d’agir dans ce sens. Le constat est remarquable.

D’abord, rien de symbolique dans les actes d’Alassane Ouattara et d’Adjoumani qui puisse prouver que ces derniers militent en faveur de la promotion des idéaux politiques de Félix Houphouët-Boigny. Le 4 juillet 2018, Adjoumani lance le mouvement "sur les traces d’Houphouët-Boigny" à partir de l’Hotel du Golf qui a désormais une histoire dans l’accession au pouvoir en Côte d’Ivoire. quelle est la symbolique avec Houphouët-Boigny ? Le 7 juillet 2018 Adjoumani est encore à Brobo dans le Gbèkè. Il y était, selon lui, pour un message aux populations Baoulé dont est issu Houphouët sans toutefois marquer une escale à Yamoussoukro sur la terre où repose désormais l’homme dont il prétend défendre les œuvres afin de demander sa bénédiction. Quel autre symbole donner à cet acte ? S’il est passé aussi par Daoukro pour regagner Brobo, la question serait pourquoi évite-t-il la ville natale de son idole ? Mais il ne faut pas s’étonner des actions de l’homme qui a l’habitude de renier ses origines. Tout comme Adjoumani, le député de San-Pédro Félix Anoublé était le même 7 juillet face à ses populations pour expliquer les raisons e la création de ce mouvement en évitant lui aussi Yamoussoukro qui rprésente beaucoup pour Houphpuët-Boigny.

Quel RHDP sans Yamoussoukro

Le 16 juillet 2018, Alassane Ouattara, lui, qui entend rassembler tous les enfants d’Houphouët-Boigny en une seule formation politique autre que le PDCI-RDA d’Houphouët, n’a pas jugé utile de marquer aussi le coup. Le choix de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la Paix de Yamoussoukro, la capitale politique du pays où repose Houphouët ou la maison du PDCI-RDA à Cocody répondrait pourtant mieux à Sofitel Hotel Ivoire d'Abidjan qui a servi de cadre pour l’Assemblée Générale Constitutive du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Mais rien de tout ça ! Alassane Ouattara et Adjoumani auraient-ils été mal inspirés ou simplement leurs motivations cachent bien des plans qu’ils comptent exécuter une fois qu’ils auraient l’adhésion de la majorité des ivoiriens à leur projet, celui de tuer le bébé cher à Félix Houphouët-Boigny laissé à la postérité ?  

Si non, que retiendra-t-on d’Houphouët-Boigny si son Bébé qu’est le PDCI-RDA n’existe plus une fois le RHDP est mis en avant sur la scène politique ? Quelle histoire d’Houphouët-Boigny en lien avec l’accession de la Côte d’Ivoire à l’indépendance le 7 août 1960 sans son PDCI-RDA, l’arme de son combat politique ? Quel héritage Houphouët-Boigny aurait-il laissé à ses disciples et qu’en ont-ils fait ? Voilà autant de préoccupations auxquels les militants du PDCI-RDA mais aussi l’ensemble des ivoiriens, voire la famille politique d’Houphouët-Boigny au plan international attendent tous des réponses des initiateurs du RHDP.

JEN

29
August

Côte d’Ivoire : le PDCI sort ses griffes contre Ouattara et met en garde contre l’utilisation frauduleuse de son logo

Publié dans Politique

Le Secrétaire Exécutif du PDCI, Maurice Kacou Guikahué a dénoncé ce mercredi 30 août 2018, lors d’une conférence de presse, des manœuvres d’intimidation et de chantage orchestrées par la haute direction du RHDP parti unifié sur ses cadres occupant des postes dans l’administration publique.

« Il s’agit d’une tentative de débauchage de nos cadres à travers le chantage sur les postes occupés dans l’administration publique », a dénoncé Maurice Kacou Guikahué, Secrétaire Exécutif en Chef du parti septuagénaire, le plus vieux de la Côte d’Ivoire. « Nous observons curieusement, depuis quelques temps, des inspections ciblées dans les municipalités tenues par des cadres du PDCI-RDA, candidats à leur propre succession », a-t-il expliqué avant de réaffirmer la ferme détermination du PDCI à parrainer la liste de ses candidats malgré ces ‘‘tentatives d’intimidation et de menaces de tous genres’’ proférées contre les cadres de son parti.

Ces pratiques qui ‘‘visent à déstabiliser et affaiblir le PDCI-RDA’’, estime le Secrétaire Exécutif de ce parti, violent les dispositions de la constitution en ses articles 14 et 19. Le premier, l’article 14 condamne toute discrimination dans l’accès aux emplois quand le second, l’article 19 lui garantit à tous la liberté de penser et la liberté d’expression ainsi que le droit de s’exprimer et de diffuser librement ses idées.

« Le PDCI-RDA voudrait attirer l’attention du Président de la République, du Gouvernement et de l’opinion nationale et internationale sur ces pratiques qui entachent gravement la gouvernance politique de notre pays et qui sont susceptibles de constituer des précédents graves dans la gestion future de la Côte d’Ivoire », a-t-il prévenu.

Ce prononçant sur trois points importants de l’actualité politique, Maurice Kacou Guikahué a tenu à faire des mises au point portant sur les candidatures doubles enregistrées tant au PDCI qu’au RHDP unifié et sur l’utilisation du logo du PDCI et souhaite un report des élections.

« Le PDCI se réserve le droit d »’agir pour protéger son logo », prévient le Secrétaire Exécutif, juste après avoir dénoncé l’utilisation frauduleuse du logo du PDCI dans une communication relative aux dispositions pratiques de dépôt de dossiers des candidatures investies par le RHDP-Parti Unifié par le 2è vice-président Mabri Toikeuse. Pour le PDCI cela ne fait l’ombre d’aucun doute, c’est une ‘‘manœuvre de manipulation, d’intoxication et de désinformation visant à semer la confusion dans l’esprit de ses militants’’.

Abordant la question de la date des élections municipales, le PDCI se référant au message à la Nation du Chef de l’Etat du 6 août dans lequel il a souhaité une élection inclusive, demande un réaménagement du calendrier électoral afin de donner à ce scrutin tous son sens de l’inclusivité souhaité par le Chef de l’Etat. Beaucoup de détenus qui ont bénéficié de l’ordonnance d’amnistie auraient souhaité, indique Guikahué, prendre une part active à ce scrutin mais compte tenu de la vacance judiciaire, les documents exigés n’ont pu être délivrés. Sans toutefois proposer de date, le Secrétaire Exécutif estimant cependant que le scrutin peut se tenir d’ici le 30 décembre 2018, puisque la date limite de prolongation du mandat des élus locaux est fixé au 31 décembre.

JEN     

 

Calendrier évènement

October 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...