Accueil Slider Publicite

17
June

Côte d’Ivoire : Le Secrétaire Général Adjoint du RDR sensibilise pour la révision de liste électorale à San-Pédro

Publié dans Politique

Le Secrétaire Général adjoint du parti présidentiel ivoirien (RDR), Blé Mamadou, accompagné du Directeur de cabinet adjoint de la Secrétaire Nationale dudit parti, Diabaté Lassiné, a appelé à une large sensibilisation des militants et sympathisants du RDR, PDCI, MFA et de l’UDPCI, sur la nécessité de la création du parti unifié dénommé le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et sur la révision de la liste électorale.

« Nous avons expliqué aux militants, aux sympathisants du RDR et de tous les partis membres du RHDP, toute l’importance d’aller à un parti unifié. Et nous avons énuméré tous ce que la Côte d’ivoire a pu acquérir au plan socio-économique, diplomatique mais aussi au plan politique grâce au RHDP », a indiqué M. Blé Mamadou le samedi 16 juin 2018, au Centre Culturel Municipal de San-Pedro. Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la mission d'informations et de sensibilisation initiée le vendredi 15 juin par la direction nationale du RDR.

Blé Mamadou a exhorté les militants à tout mettre en œuvre pour que le parti unifié soit une réalité.

Selon le communiqué lu par le chef de la délégation, concernant la révision de la liste électorale, le recensement débutera le lundi 18 juin et prendra fin le dimanche 24 juin 2018 prochain. Elle consistera en l’actualisation des données personnelles des électeurs et en l’inscription des nouveaux requérants.

Il a aussi insisté sur le fait que ‘’ l’actualisation des données personnelles concerne des personnes régulièrement inscrites sur la liste électorale et qui souhaitent changer de lieu de vote ou modifier leurs données personnelles’’.

L’inscription de nouveaux requérants, précise-t-il, concerne les personnes de nationalité ivoirienne âgées de 18 ans au 31 mai 2018, qui n’ont jamais été inscrites sur la liste avant d’indiquer que les ivoiriens déjà inscrits sur la liste électorale ne sont pas concernés par l’opération.

Il a expliqué que l’inscription, la confirmation et la radiation sont physiques et individuelles et nécessitent la présentation d’une pièce d’identité (carte nationale d’identité, passeport, acte de naissance ou jugement supplétif).

Zétia

 

10
August

Côte d’Ivoire – Parti unifié RHDP : Ouattara, Adjoumani et consorts mal inspirés sur la symbolique de leurs actions ?

Publié dans Politique

Ils affirment haut et fort leur attachement aux actions du père fondateur du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et de la Côte d’Ivoire indépendante. Ils s’engagent, dès lors, à défendre ses œuvres partout où besoin avec pour crédo : « sur les traces d’Houphouët-Boigny ». Un courant politique au sein du PDCI-RDA, selon son président Fondateur, Kobéna Kouassi Adjoumani, ex-SE du PDCI, porte-parole du Président Bédié. Un idéal que le ministre Adjoumani qui totalise plus de 15 années de présence au gouvernement estime avec ses amis qu’il n’est pas suffisamment défendu par Henri Konan Bédié. Et pour rectifier le tir, il croit juste d’engager un combat pour la restauration d’un ‘‘PDCI-RDA originel’’ dans la vision qu’aurait souhaitée, selon lui, le père fondateur du PDCI-RDA, Houphouët-Boigny. Contre l’homme, son bienfaiteur, Henri Konan Bédié qui l’a fait entrer au gouvernement depuis le régime Laurent Gbagbo en récompense à ses prises de position de défiance contre celui-ci au lendemain du coup d’Etat manqué du 19 septembre 2002, Adjoumani n’espère pas mieux pour redonner au parti d’Houphouët-Boigny toutes ses lettres de noblesses. Tout comme le président d’honneur du RDR, Alassane Ouattara croit pouvoir recoller les morceaux d’un PDCI qui, depuis le décès de son président fondateur, subit l’épreuve du temps sans pourtant rompre. Un PDCI qui a d’ailleurs résisté aux multiples saignées qu’il a connu en 1994 avec le départ massif de militants, sous l’instigation de Djény Kobéna qui avait claqué la porte. Ensuite en 2001 avec Robert Guéï (UDPCI), en 2003 avec Fologo (RPP) et bien d’autres tentatives de création de courants au sein de ce parti (PDCI), n’ont pu affecter son moral.

Entre volonté et réalité

Mais les premiers pas des ‘‘sauveurs’’ des œuvres d’Houphouët laissent planer le doute sur une réelle volonté d’agir dans ce sens. Le constat est remarquable.

D’abord, rien de symbolique dans les actes d’Alassane Ouattara et d’Adjoumani qui puisse prouver que ces derniers militent en faveur de la promotion des idéaux politiques de Félix Houphouët-Boigny. Le 4 juillet 2018, Adjoumani lance le mouvement "sur les traces d’Houphouët-Boigny" à partir de l’Hotel du Golf qui a désormais une histoire dans l’accession au pouvoir en Côte d’Ivoire. quelle est la symbolique avec Houphouët-Boigny ? Le 7 juillet 2018 Adjoumani est encore à Brobo dans le Gbèkè. Il y était, selon lui, pour un message aux populations Baoulé dont est issu Houphouët sans toutefois marquer une escale à Yamoussoukro sur la terre où repose désormais l’homme dont il prétend défendre les œuvres afin de demander sa bénédiction. Quel autre symbole donner à cet acte ? S’il est passé aussi par Daoukro pour regagner Brobo, la question serait pourquoi évite-t-il la ville natale de son idole ? Mais il ne faut pas s’étonner des actions de l’homme qui a l’habitude de renier ses origines. Tout comme Adjoumani, le député de San-Pédro Félix Anoublé était le même 7 juillet face à ses populations pour expliquer les raisons e la création de ce mouvement en évitant lui aussi Yamoussoukro qui rprésente beaucoup pour Houphpuët-Boigny.

Quel RHDP sans Yamoussoukro

Le 16 juillet 2018, Alassane Ouattara, lui, qui entend rassembler tous les enfants d’Houphouët-Boigny en une seule formation politique autre que le PDCI-RDA d’Houphouët, n’a pas jugé utile de marquer aussi le coup. Le choix de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la Paix de Yamoussoukro, la capitale politique du pays où repose Houphouët ou la maison du PDCI-RDA à Cocody répondrait pourtant mieux à Sofitel Hotel Ivoire d'Abidjan qui a servi de cadre pour l’Assemblée Générale Constitutive du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Mais rien de tout ça ! Alassane Ouattara et Adjoumani auraient-ils été mal inspirés ou simplement leurs motivations cachent bien des plans qu’ils comptent exécuter une fois qu’ils auraient l’adhésion de la majorité des ivoiriens à leur projet, celui de tuer le bébé cher à Félix Houphouët-Boigny laissé à la postérité ?  

Si non, que retiendra-t-on d’Houphouët-Boigny si son Bébé qu’est le PDCI-RDA n’existe plus une fois le RHDP est mis en avant sur la scène politique ? Quelle histoire d’Houphouët-Boigny en lien avec l’accession de la Côte d’Ivoire à l’indépendance le 7 août 1960 sans son PDCI-RDA, l’arme de son combat politique ? Quel héritage Houphouët-Boigny aurait-il laissé à ses disciples et qu’en ont-ils fait ? Voilà autant de préoccupations auxquels les militants du PDCI-RDA mais aussi l’ensemble des ivoiriens, voire la famille politique d’Houphouët-Boigny au plan international attendent tous des réponses des initiateurs du RHDP.

JEN

27
August

Côte d’Ivoire : le RDR félicite l’ex-Première Dame pour la profondeur de ses propos, selon Joël N’Guessan

Publié dans Politique

Nous sommes certainement nombreux à avoir lu et relu avec émotions les propos tenus ce weekend à Moossou, par l’ex Première Dame de Côte d’Ivoire, Madame Simone Ehivet GBAGBO. Ces propos emprunts de sagesse et d’humilité prouvent que la réconciliation totale des fils et filles de Côte d’Ivoire est possible.

Le premier constat que nous faisons, c’est qu’elle a l’honnêteté de dire la vérité sur ses sept (7) années de détention aussi bien à Odienné qu’à l’Ecole de Gendarmerie à Abidjan.

Prenant le contrepied de tous ceux qui ont prétendu que pendant son temps de détention elle a été régulièrement maltraitée, elle affirme au contraire qu’elle a été traitée avec respect et dignité. Alors, qui sont ces faiseurs de rumeurs fausses sur son état de santé et sur les conditions de sa détention ?

C’est le l’occasion pour nous d’inviter ces faiseurs de rumeurs à mettre fin à leurs manœuvres surtout que tôt ou tard la vérité finira par éclater comme c’est le cas présent concernant Madame GBAGBO.

Le deuxième constat, c’est que l’ex-Première Dame de Côte d’Ivoire affiche une confiance totale et renouvelée en Dieu qui a rendu possible sa libération et celle des autres. Car pour elle, c’est ce Dieu qui a incliné le cœur du Président Alassane OUATTARA afin qu’il prenne cette ordonnance d’amnistie.

Enfin, Madame Simone Ehivet GBAGBO, en dressant la typologie des différentes victimes de notre crise électorale a planté le décor du pardon indispensable à la réconciliation. Toutes les couches sociales ivoiriennes ont été touchées par notre crise. Au-delà de ce constat, nous devons nous dépasser pour nous projeter dans l’avenir en acceptant de nous pardonner mutuellement. Nous avons l’obligation de nous pardonner si nous voulons poser les bases d’une nouvelle Côte d’Ivoire bâtie sur des valeurs nouvelles. PLUS JAMAIS ÇA ! Cela doit être l’indispensable crédo de tout homme politique ivoirien. C’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, il faut féliciter l’ex Première Dame de Côte d’Ivoire, Madame Simone Ehivet GBAGBO pour la profondeur de ses propos emprunts de sagesse et d’humilité.

Le Ministre Joël N’GUESSAN

Vice-Président du RDR chargé de la Région du Bélier et du District Autonome de Yamoussoukro

Le titre est de la rédaction

Calendrier évènement

September 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Video du jour

Photo du jours

A propos

L'ARTCI est une agence de communication basée en Côte d'Ivoire et a pour but de donner une information fiable et complète au publique. Lire la suite ...

 

Contactez-nous

Suivez-nous ...